Archives mensuelles : juin 2006

Pastilla de poulet aux amandes et citron confit… Et merci les Bleus!!

Vous voulez que je vous dise? (question purement rhétorique, bien entendu…) Savez-vous pourquoi les Bleus m’ont tant fait vibrer mardi soir?
Certes, c’est sympathique de beugler « Et où y sont… et où y sont… et où y sont les Espa… » (même si en tant que maîtresse, je dirais à mes mômes que cette attitude peu fairplay est à déconseiller).
Evidemment cela fait plaisir de voir ces footeux trentenaires se jeter les uns sur les autres comme des petits chiots fous (et d’admirer au passage leurs forts jolies cuisses, ne niez pas mesdames…)
Cela va de soi, la perspective d’un match contre la superbe équipe brésilienne est un enjeu que même moi, inculte du foot, j’arrive à percevoir.

Mais la raison pour laquelle je suis si heureuse d’avoir vu ces Bleus gagner mardi, c’est que grâce à eux, un miracle s’est produit, le même que celui d’il y a huit ans: tout à coup, il n’existe plus qu’une France, celle qui supporte les Bleus. Tout à coup, toutes couleurs de peau confondues, nous nous rallions derrière eux, pour crier « Allez la France! »
Et que je la trouve belle, cette France enthousiaste, cette France qui porte Zidane, Henry ou Vieira aux nues, en oubliant sa peur de l’étranger, sa peur du différent…

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Poulet, Tartes / Tourtes / Tartines, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mignardises aux fruits, ou comment une boulette en pâtisserie se transforme en bouchées à croquer

Oui, vous allez vous dire: « Encore des gâteaux??? »
Oui, moi aussi je me dis ça, en plus vous me croirez ou pas, mais en vrai, j’aime même pas trop ça, les gâteaux… Là, ça fait trois posts de suite, je ne reconnais même plus mon blog. « Mais attends, je suis où, là?? Sur Cuisine Métisse??? »
Bon, je vous rassure tout de suite, le prochain coup c’est salé, épices à bloc et peut-être même un petit coup de Bollywoodite, pour me remettre de toutes ces sucreries…

Mais bon, j’avais un peu de pâte feuilletée de rab’, après le KKVKKKK truc, fallait quand même pas gâcher! Je continue donc de me prendre pour Marie-Antoinette, et je me gave de douceurs (en cette période de l’année, c’est pile-poil ce dont j’avais besoin, en plus… *£${#$*#%!!)

En Mignardise #1, je vous présente: « Les Petites boulettes de pâtissière débutante, qui fait n’importe quoi avec sa pâte feuilletée, mais heureusement, ça donne quand même un truc sympa ».
Recette: au départ, je voulais un mille-feuilles rond (ouais, je sais, ne dites rien…), j’avais donc découpé des cercles de pâte crue, et je les avait mis au four en me disant « Ca va être trop chou! ».
Effectivement, c’était trop chou! Et ça en avait la forme!! Tout gonflés, mes cercles, totalement inadaptés à l’en-mille-feuillage, vous vous en doutez!
A ce moment-là, j’ai eu droit à un ou deux regards dubitatifs de Doudou.
« Ah oui? T’es sûre, là?? »
« T’inquiète! Je te dis que je sais parfaitement ce que je fais!! Non mais… »
Il m’a fallu beaucoup de courage (et d’inconscience, peut-être aussi?) pour continuer…
C’était quand même fort joli, et donc j’ai utilisé mes boulettes en mignardises pour le café, coupées délicatement en deux (mais alors, vraiment très délicatement!), emplies d’une crème chantilly maison et de quelques tranchettes de fruits frais (fraises, brugnons et mangue). Pas fastoches à manger (trop gros pour tout mettre dans la bouche d’un coup, trop petits pour contenir toute la chantilly… Imaginez la scène…), mais délicieux (mon préféré: celui à la mangue).

En mignardises #2, les sacristains amandes-choco-pépites.
J’ai étalé une première couche de pâte, que j’ai saupoudrée de: sucre de canne bio, coco râpé, amandes concassées, pépites de chocolat Valrhona Caraibes. J’ai recouvert d’une secondes couche de pâte badigeonnée de blancs d’oeuf (dans l’idée, ça devait permettre aux deux couches de mieux adhérer, en vrai ça se décollait et ça n’a pas été évident d’entortiller ces bidules…). Ensuite j’ai badigeonné le dessus de jaunes d’oeuf, j’ai coupé des petites tranches, et je les ai entortillées en essayant de les allonger le plus possibles, sans les déchirer (patience, ça colle aux doigts…). Zou, sur la toile silicone, j’ai rajouté une ou deux pépites là où ça manquait, et au four à 180° jusqu’à ce que le tout soit bien doré (environ 10-15 minutes en surveillant).

 

 

 

 

 

 

 

Miam! Regardez un peu le joli café gourmand que j’ai servi à mon Doudou.
« Alors, hein que je te l’avais dit!! C’est exactement ce que j’avais prévu… »
« Oui, bien chûr … Chgroumpgh… « 

Cet adorable Doudou s’est tapé le repassage pendant toute « L’opération pâte feuilletée » (oui, c’est ainsi que sera connu désormais cet épisode fertile et épuisant de ma vie!), il méritait bien ça!!

 

 

J’ai aussi testé une petite recette salée, les Sacristains au deux fromages (Kiri et cheddar) et graines de carvi: très sympas, même si j’ai moins bien réussi l’entortillage et si je les ai un peu laissés crâmer (ah, ces cuisinières modernes, à toujours vouloir être au four et au moulin… euh au four et à l’ordi!!). J’ai procédé de la même manière que pour la version sucrée, c’est à dire deux couches deux pâtes feuilletées, avec au milieu le kiri étalé, du cheddar râpé, les graines de carvi, un tour de moulin poivre cinq baies. Ensuite on coupe des petites bandes et on entortille. Croustillants pour l’apéro, le Doudou a bien apprécié… Et les Louloutes aussi!

Et voilà!!
Ah!!!! Ben dis-donc! Que d’aventures on peut vivre grâce à une petite pâte feuilletée maison!
Je me sentirais presque d’en faire une autre là, tout de suite… J’ai bien dit presque!!

 

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Grignotages. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mon mille-feuilles fraises-ananas-coco, pour le KVKVK #10

 

Et voilà ma participation officielle au Kiki #10! Ma toute première participation à quoi que ce soit, d’ailleurs…

Finalement, j’ai gardé les saveurs ananas-fraise-coco, mais j’ai opté pour une crème chantilly et des fruits entiers, parce que vraiment, mes expériences mousses de la première fois m’avaient laissées un goût bizarre…

J’ai utilisé le reste de ma pâte feuilletée de la dernière fois (recette de chez Moony), elle s’est très bien conservée au frigo pendant presque une semaine, bien entourée dans du film cello.

Pour la chantilly, j’ai utilisé de la crème fleurette (entière, bien sûr…:-S), et je l’ai battue en ajoutant au fur et à mesure quelques cuillères à soupe de sucre de canne bio, et 2/3 pincées de cannelle. Ca a donné un goût fantastique au tout…
J’ai posé une feuille de pâte, une couche de fraises + chantilly, pâte, une couche d’ananas + chantilly, pâte, fraises + chantilly, pâte enfin, recouverte de noix de coco râpée… Slurp slurp slurp!!! Verdict: un régal!

JE N’EN REVIENS PAS D’AVOIR FAIT UN TRUC PAREIL!!! Et finalement, c’était vraiment pas si terrible… Tout ça grâce à vous, amis bloguesques, qui me permettez de me dépasser, et de me renouveler!! ;-)
Bon, j’envoie les photos, car celui-ci, il est aussi bon qu’il est joli, et j’en suis méga fière!

J’ai pu faire quatre parts dans mon mille-feuilles, qui se sont étonnament bien coupées… Mais on est tous d’accords: on a bien envie d’une deuxième part, tous!!
« Tu nous en refais-un le week-end prochain maman???? »
« Euh, ben, faut voir… »
« C’est notre préféré, on veut que tu le fasses tout le temps!! »
« Ah?! Vous êtes sûres que vous ne préférez pas le gâteau au yaourt?? » :-S

Je n’en reviens pas du goûter que je me prends aujourd’hui!! C’est moi qui l’ai fait??? Ben oui!!… Vous avez vu, j’ai sorti la « belle vaisselle » pour l’occas’ (:-D) Je me prends pour Marie-Antoinette version Coppola! (après en avoir bavé comme une sans-culotte derrière mes fourneaux !!!! )

Allez, les filles (euh… et les garçons aussi, hein!) retroussez vos manches, ça vaut vraiment le coup!!

 

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Gâteaux. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mille-feuilles aux fruits et petits quacks de débutante

En passant par chez Moony, il y a quelques temps, j’ai croisé une recette en photo ultra détaillée de pâte feuilletée. Vous les connaissez, ces recettes, elles sont tellement bien expliquées, tellement claires, tellement détaillées étapes par étapes, qu’elles vous font penser: « Eh bien voilà, je n’ai vraiment aucune excuse pour ne pas essayer… »

Seulement voilà, pour moi la pâte feuilletée c’est le blocage psychologique: trop dur, trop long, trop fainéante… Pourtant, la recette qui allait avec la pâte feuillletée était plus qu’alléchante. L’idée devait encore faire son chemin…
Un peu plus tard, c’est chez Dorian que la pâte feuilletée a fait entendre sa voix de nouveau: pour le Ki Ki Veut Ki Ki Veut  Bien (nom d’un p’tit schtroumph, j’me rappelle jamais du nom de ce KiKi…), le mot d’ordre est : Millefeuille AVEC PATE FAITE MAISON!! Ben oui, il est comme ça Dorian… Il croit qu’on est toutes aussi fortes que lui…

Enfin, bref, me dire que je ne pourrais pas faire ce Ki Ki parce que je n’en étais pas capable, c’était: NO WAY! Alors nom d’une spatule en bois, j’a retroussé mes manches, et… VOILA!! Fière comme un pacha, je vous présente Madame Première Pâte Feuilletée Faite de Mes Petites Mains Emues (Et Pleines De Crampes).
Et alors, Ki Ki l’eut cru??? J’ai trouvé ça plutôt fastoche… Long (ben ça oui, sur deux jours, je l’ai faite!!), mais quand même facile.
Petit détail: je n’ai pas de rouleau à pâtisserie… J’ai fait ma pâte avec une bouteille de rosé Clairet vide!! (mais vide d’il ya quelques jours pour un repas, hein, j’lai pas vidée exprès!)

Je vous laisse aller chez Moony pour sa recette génialement illustrée. Je ne sais pas combien de fois j’ai étalé, plié, tourné, re-étalé, plié, et rangé ma pâte au frigo (au bout d’un moment, on se met à l’aimer, cette pâte feuilletée, donc on ne compte plus), mais en tout cas je l’ai fait… pleins de fois!! Par contre, je l’ai remise tous les deux tours de rouleau au frigo une heure, sur les conseils de mon copain Pierre (Pierre Hermé, ouais, j’le connais bien… lol!), parce qu’il faisait une température à faire s’évanouir un chameau, dans ma cuisine…

Bien sûr, faire la pâte feuilletée ne suffisait pas, il fallait ensuite exploiter la chose. C’est là que ça se corse.

Bien sûr après après bouloté 1 quart de cette pate feuilletée comme ça, sans rien (je l’avais saupoudrée de sucre glace pour la cuisson, toujours en suivant les conseils de Pierre…), il ne me restait plus beaucoup d’énergie pour la crème de mon mille-feuilles.

Mon idée, c’était un millefeuille fraise-ananas, avec une touche de coco…

J’ai vaguement cherchoté sur Marmiton comment remplir mes feuilletages chéris, et je suis tombée sur une mousse de mangue qui m’avait l’air sympathique. Je ne vous en donne pas la recette, car cette mousse m’a beaucoup contrariée!! Faite à base de blancs d’oeufs montés en neige et de pulpes de fruits, elle n’était pas du tout ce que je cherchais à obtenir! Donc, zou! punie au coin-cagibi, la mousse! Le résultat était quand même mangeable (d’ailleurs, on a tout mangé…) mais rien à voir avec une savoureuse pâtisserie, que j’aurais pourtant bien mérité après tous ces efforts!!

Je garde quand même l’idée pour les saveurs, elles se mariaient assez bien, mais la prochaine fois, ce sera crème fleurette!!! (voilà, aussi, ce que c’est que de vouloir faire light...)


Comme j’étais quand même bien penaude de mon semi-ratage, je me suis fait plaisir, et la dernière part de mille-feuille est devenue ça

« C’était quand même pas trop mauvais, hein Doudou?? » (ton de petite femme soumise et anxieuse)
« Pas trop... » (ton de gros macho déçu, habitué à mieux, mais qu’a rien foutu à part regarder son match et boire une bière!!!!)

:-S  Oh, purée, retenez-moi, je vais l’assomer à coup de bouteille de Clairet enfarinée!!  *%$**## »

Cette entrée a été publiée dans Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Lapis de fée – la recette

Alors à la demande de la foule en délire (… :-I … ben quoi??), je vous livre ici la recette de mémé. Mais sachez plusieurs choses:
1- Ce plat a pour moi une valeur sentimentale très importante: prière de ne pas m’envoyer de commentaires du type: « Mais ça n’a pas de goût ton truc! », ou encore « C’est marrant la texture, on dirait de la pâte à modeler, mais qui colle! » (je sais déjà tout ça, mais j’vous dis que j’aime ça!).
2- Cette recette a été faite dans le seul but de vous donner une idée pour le questionnaire souvenir d’enfance (sans les photos, hein, ça n’avait pas beaucoup d’intérêt…). Mais le résultat n’est pas tout à fait celui qu’on peut goûter dans la cuisine de ma grand-mère, elle les fait plus lisses.  Cet été, je vais lui acheter une balance et peser en douce tout ce qu’elle préparera (Mémé ne pèse rien, quand je lui demande une recette et des quantités à peu près précises, elle oscille la tête, fait un petit geste avec la main, très important le petit geste! et dit « Ben, tu mets… comme ça… tu vois? »)
3- Puisque les lapis vous ont plu, tant pis pour vous, vous allez avoir droit à pleins de desserts gluants! éhéhEHEH! (rire sardonique et machiavélique) Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Desserts d'ailleurs, Indonésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Kefta et sauce aux amandes, quinoa aux fruits du soleil

Les grandes vacances approchant, comme beaucoup d’entre vous, je suis obligée de plonger en immersion dans mon congel pour débusquer les viandes et poissons oubliés sous les paquets d’herbes diverses et variées. Ce week-end, j’ai donc retrouvé du steack hâché de boucher, un joli morceau d’agneau, mais les deux n’étaient pas en assez grandes quantités pour cuisiner pour 4… Qu’en faire, mais qu’en faire??
Suspense insoutenable, tic-tac de l’horloge en attendant que l’idée de génie ne me percute… Et soudain, l’image de seekh kebabs aperçus chez Gracianne (quelle jolie plume, cette Gracianne…) se matérialise devant mes yeux… Je n’ai aucune idée de ce qui compose les authentiques Kebabs Pakistanais, mais qu’importe! J’aviserai! Brochettes de viandes hâchées ce sera!

Me voilà donc partie pour des brochettes, qui au final auront un délicieux petit parfum du Maroc… Au moment de passer lesdites brochettes sur le barbecue, Doudou m’a lancé:
« Tu l’as trouvée où, cette recette de Kefta, sur le blog d’une copine? »
Ahurie, j’ai répondu:
« Ben… Des keftas?? Ah oui, tiens... »
Trop balèze!! Tel un monsieur Jourdain du barbecue, j’avais fais des keftas sans m’en rendre compte! Dorénavant, je me ferai nommer « La bourgeoise Gentilledame »!! Top du chic… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Agneau, Algérie / Maroc, Légumes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Desperado ribs et jacket potatoes au cheddar – recette de macho pour la fête des pères

Pour préparer la fête des pères et rédiger une jolie petite carte personalisée, j’ai demandé à mes élèves pourquoi leur papa était si fantastique et différent des autres papas. Alors voilà, rien que pour vous, voici pourquoi les enfants aiment leur papa, quelques authentiques petites perles à déguster sans modération:
* Mon papa, il me prend sur ses épaules dans la piscine et après il me jette!
* Moi mon Papa me fait des bisous dans le cou et il me lèche!
* J’aime bien quand c’est lui qui fait la purée parce que elle est toute collée et j’aime.
* Avec papa je fais la bagarre, et il me laisse boire dans son verre de vin.
* Mon papa fait trop bien les barbecues.
* J’aime quand papa danse, il danse mal et c’est rigolo.
* J’aime quand papa me fait l’avion, et maman crie parce que elle a peur que je me fasse mal et moi ça me fait rire.
* Mon papa m’a appris pleins de choses: jouer au foot (tennis/rugby etc), faire du vélo,
bricoler une cabane…

Voilà ce que mes Louloutes auraient pû dire, eussent-elles été dans ma classe (ouh la, passé du subjonctif de la mort!)
* Mon papa il avale des Flanbys d’un seul coup!
* Quand maman n’est pas là, mon Papa nous laisse jouer au golf sur la Playstation, et on se couche tard.
* Notre papa il chante tellement faux qu’on ne reconnaît pas les chansons et ça nous fait rire!
* Quand on est trop fatiguées et qu’on ne veut pas se brosser les dents, papa nous prend sur son dos et fait le cheval jusqu’à la salle de bain…
* Quand papa travaille tout le week-end, il nous envoie des textos pour nous faire des bisous.

En cette journée de fête des pères, voici donc une recette que le Papa de mes Louloutes aime tout particulièrement, parce qu’il le vaut bien
 » T’as fait quoi, c’est de l’agneau? Non?? Du porc??? OUAAAIIIS!!! »
Vous l’aurez deviné, chez moi, on ne mange pas souvent de cochon (à part dans les sandwichs au saucisson). Alors pour cette grande occasion, je ne fais pas les choses à moitié: je tape carrément dans les travers de porc bien gras, marinés dans de la bière Desperado Mas (bière aromatisée tequila et citron vert).
Cette idée de recette m’est venue en regardant l’émission « Barbecues du monde », sur Escale (chaîne de voyages). Le type qui présente était en vadrouille dans un trou perdu des Etats-Unis, et préparait un barbecue de cow-boy sous l’oeil ahuri de gardiens de vaches au look un peu (voire beaucoup) « Fin-fond-de-la-Cambrousse ». Il utilisait de la bière blonde nature, pas de miel ni de cumin, mais… ben ça me disait bien d’en mettre!

Recette des Desperado Ribs, qui, j’ai vérifié, ne sont pas livrées avec Antonio Banderas, mais avec des jacket potatoes!!
Quelques heures à l’avance, faire mariner les travers de porc dans
- une bouteille de Desperado mas (sinon, bière blonde et citron vert, + un peu de tequila, ou pas, à vous de voir!),
- quelques cuillères à soupe de sucre roux (pardon pour les quantités, j’ai un peu fait au pif…),
- 1 càs de cumin en poudre
- 1 càs de piment doux en poudre (ou 1 piment rouge séché et coupé en deux)
- une branche de thym frais
- sel, poivre
- un peu de miel (Véro la gourmande en a bien mis 3càs… en même temps ça colle tellement à la cuillère!!)

Lorsque le barbecue est prêt, placer vos petites pommes de terre amoureusement enveloppées dans du papier alu au milieu des braises (il faut prévoir un beau barbuc, genre de ceux qui peuvent faire cuire un boeuf entier…). Puis placer les ribs sur la grille, et penser à badigeonner avec la marinade régulièrement, pour que la viande soit laquée.
Lorsque les ribs sont cuits, vérifier la cuisson des pommes de terre en piquant une petite fourchette discrète, et servir:
- 1 pomme de terre coupée en deux, servie dans son petit manteau d’alu, recouverte d’une crème faite à base de faisselle, sel, poivre 5 baies, coriandre fraîche et ciboulette ciselées, puis d’un peu de cheddar fraîchement râpé.
- les ribs à manger avec les doigts bien sûr! bien croustillants, laqués à souhait, c’est irrésistible!!
- 1 Despe mas.

Et alors là, faut le voir pour le croire, voilà le Doudou tout fièrot: du cochon, une patate, une bonne binouze, tout ça grâce à SON barbecue…  C’est comme si c’était lui qui avait tout fait! Muy macho, le Doudou irradie de bonheur en se frottant la panse… L’image de l’homme le plus heureux du monde.

« Ben et moi, alors?? Je te rends pas heureux?
- Si, mais la bière, elle ne me dit jamais d’éteindre ma Playstation parce que j’ai passé l’âge! Et elle me laisse regarder la Formule 1 en entier… »

Ben mince alors, je suis une mégère ou quoi? Dépitée, moi aussi j’me bois une p’tite binouze…

* Moi, mon Papa, j’aime bien quand il dit à maman que des fois elle l’embête, parce que après maman elle boit des bières et après elle est saoûle et elle est rigolote!! :-S

** Bonne fête à tous les papas, machos beaucoup, à l’occasion ou pas du tout (mais derrière le barbecue souvent!)!! **

Cette entrée a été publiée dans Etats-Unis / Mexique, Porc. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.