Archives mensuelles : janvier 2007

Gratin au chili et au cheddar… Merci Mitsuko!!

En allant faire un tour chez Mitsu dimanche dernier, enfin pas celui-à mais celui d’avant (y a décidément plein de bonnes idées sur son blog) , je suis tombée nez à nez avec son gratin de pâtes au chili… Elle disait qu’il était tout pas beau et que sa photo était pourrite, moi j’ai réagi avec une seule pensée immédiate: « J’EN VEUX!!! »

Pas de haricots rouges en stock, mais un morceau de cheddar rouge fantastique, des poivrons, alors je ne m’arrête pas à des détails insignifiants, je monte dans ma Titine et je file m’acheter des haricots!!! (en ce jour du Seigneur, remercions les petits commerces de proximité qui restent ouverts le dimanche matin et qui me sauvent la vie plus souvent qu’à leur tour…)
L’opération « Gratin qui fait du bien » était en branle…

J’en avais besoin, en plus, de ce gratin réconfortant, on a fait les galettes avec les mômes en classe… Et vraiment (VRAIMENT), j’adore faire la cuisine avec mes élèves (et eux adorent ça encore plus je pense!!!), mais vraiment (VRAIMENT!!), c’est fa-ti-gant!!!!!
Voilà, je n’en mets pas trois couches sur les tables pleines de beurre et innettoyables vu qu’on n’a pas l’eau chaude dans les classes, sur la pâte feuilletée toute prête du commerce qui se déchire juste parce que les gamins se la disputent (trop nulles, hein, les pâtes du commerce…), les monstres qui se lèchent les doigts et replongent prestement dans la frangipane commune (en pleine période de gastro, les parents devraient me faire un procès!!)… Bref…
Finalement, les galettes étaient belles, bonnes, les photos sont très réussies et y a plus qu’à bosser sur cette recette sur Publisher (pas gagné…) Les parents sont contents, en plus!! Aucun n’a fait le rapprochement quand Paola, puis Samuel, puis Antoine, sont tombés malades… pourvu que ça dure!!…:-S

Bon, et pour recompenser ma témérité, j’ai appris que dorénavant, un lundi sur deux, j’assurerais le service de cantine SEULE!! (notre précieuse aide-éducatrice termine son emploi jeune et est remplacée… par personne!!). Oui, un jour toutes les deux semaines, c’est pas la mort… Mais presque…
J’ai donc activement réfléchi aux actions concrètes qui pourraient régler le problème qui va se poser. Résultat de mes réfléxions:
1- Me laver les cheveux chaque matin du jour fatidique, laisser l’eau emplir mes oreilles et ne surtout pas l’en extraire. On obtient ainsi une semi-surdité qui atténue le bruit.
2- C’est tout.
Enfin, j’ai encore le temps d’y penser…

Voilà, il me semble juste que j’ai bien mérité un petit gratin de chili de derrière les fagots… Bon, évidemment, on ne se refait pas… Mon gratin de pâtes est devenu un gratin de riz (thaï, en plus!), et je m’en suis ré-ga-lée!!! Mitsu, petit message personnel: de la part de tous les profs d’école malmenés par les gnomes porteurs de virus divers, je te dis: « Tu es notre sauveuse!! MERCI!!! »

Gratin au chili polyvalent, pour grand réconfort immédiat et pour éviter les otites. (ben oui, à cause de l’eau dans les oreilles..)

-Préparer le riz (ou les pâtes), pour moi à la marmite à riz.

Pendant la cuisson du riz, préparer le chili:
- Dans une sauteuse, faire revenir un bel oignon rouge émincé dans un peu d’huile d’olive, ainsi que deux gousses d’ail écrasées.
- Ajouter un poivron rouge et un poivron vert coupés en fines lamelles, et une bocal de haricots rouges.
- Ajouter 2OOg de boeuf hâché, réduire en tous petits morceaux.
- Ajouter une petite boîte de tomates pelées (des vraies tomates pendant la saison, celles que j’ai vues au supermarché étaient trop vilaines…), ainsi que le jus contenu dans la boîte.
- Assaisonner de sel, poivre, cumin en poudre, paprika, coriandre en poudre.
- Mouiller d’un petit verre d’eau et laisser mijoter 20 minutes (les haricots et les poivrons doivent être bien fondants).

- Mélanger le chili avec le riz, disposer dans un plat à gratin.
- Recouvrir très généreusement de cheddar râpé.
- Mettre au four sous le grill, jusqu’à ce que le cheddar soit bien fondu (je ne le fais pas croustillant car je n’aime pas trop, mais à vous de voir).
- Se servir une très généreuse part, et se régaler…


Et voilà!!

Pour ne pas gâcher l’effet réconfortant, servir avec force Tabasco et Desperado au citron vert…

Quand je serai devenue alcoolique, sourde et obèse, vous serez gentils de vous rappeler que tout ça, c’était à cause du service de cantine…

Michel, je te vois bien en train de rigoler… (j’arrête de râler…)

C’est beau, la solidarité…

 

Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Bœuf / Veau, Etats-Unis / Mexique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Variation autour d’une mousse de foie gras – et diverses activités de bloggueuses Bordelaises

Je trouve que la vie de bloggueuse Bordelaise, c’est dur, très dur… Faudrait demander à Anne, Audrey et Chantal ce qu’elles en pensent, mais moi, pfff, j’ai du mal…

Parfois, elles font des dégustations de vins dans de grandes maisons Bordelaises… C’est vraiment  pas une sinécure d’être reçues comme de vraies princesses…
Une dégustation autour du monde : le Chili, l’Argentine, l’Australie (tout ce qui je déteste, quoi!!). En plus, il faut cracher, c’est vraiment anti-glamour… Surtout, que pardon, mais qui a envie de cracher quand le vin est bon?? (je vous reparlerai en particulier d’un blanc à l’odeur de litchis qui m’a évidemment renversée..). Bon, eh ben non, désolée, il faut cracher, sous peine d’être raide pompette au bout de la quinzième bouteille…
Et ça parlotte sans complexes, et ça goûte sans avoir peur d’être ridicule, et ça donne son avis en gloussant…

Pff, vraiment c’est pas drôle…

Et puis parfois, pour aller avec le vin, elles suivent des cours de cuisine… Et alors évidemment, avec tous les chefs pas top sexy qui doivent exister, eh ben non!!, les bloggueuses Bordelaises en choisissent un tout mimi et charmant, genre Frédéric Shueller de l’Atelier des Chefs, avec l’accent du sud qui chante… Ben tiens, voyons, ça serait pas drôle, hein, sinon…

Jetons un coup d’oeil à l’intitulé du cours, pour voir… Ben voyons, que des trucs hyper délicieux, siphonnés en plus!!
Emulsion de foie gras, émulsion de chataignes, émulsion de caramel salé, émulsion de fruits exotiques, et le pompon des pompons, émulsion de mojito, non mais on croit rêver!!!

Et le pire dans tout ça, c’est que les bloggueuses Bordelaises se marrent, papotent, se prennent en photo pendant qu’elles prennent des photos, une vraie torture, pendant deux heures au moins!!! J’ai cru que je ne survivrais pas à autant de bonne humeur…
Enfin, je dis deux heures, plutôt deux heures et demie… Je ne peux pas comparer puisque je n’ai jamais pris de cours de cuisine ailleurs qu’à l’Atelier des Chefs, mais ce chef-là est super accueillant, il répond aux questions, il prend son temps, et si ça déborde, il s’excuse… Scandaleux!!


Emulsion au foie gras                      Emulsion à la chataigne

Emulsion au caramel salé… un peu ratée…                           Emulsion exotique

Et en plus il me manque une photo, celle de l’émulsion au Mojito… On les a sifflées tellement vite… L’horreur…

C’est quand même malheureux, regardez-les comme elles sont mignonnes, pourtant ces filles sont de grandes malades, et personne ne fait rien pour les sortir de l’engrenage infernal!!!

Là, par exemple, sur la photo, elles font semblant de sourire à mon objectif, alors qu’en fait elles étaient tout bonnement en train de prendre en photo un petit cornet de bois léger qui sert de coupe pour les émulsions… (Chantal l’a vite caché quand elle a vu mon appareil, mais je ne suis pas dupe…)
Alors, hein, qu’est-ce que vous dites de ça???

Moi je dis, vraiment, trop dur…

Alors bon, pour me remettre de ces durs moments, je me remonte le moral comme je peux, hein… Application…

Verrine de mousse de foie gras (recette de base que j’ai ensuite déclinée…)
- Dans une casserole sur feu doux, faire chauffer 20cl de crème liquide entière (surtout pas light, car il faut du gras pour émulsionner).
- Ajouter 200g de foie gras cru coupé en petits cubes (quantités à ajuster selon les goûts, moi je n’ai pas peur!!)
- Laisser cuire sur feu doux pendant une quinzaine de minutes.
- Eteindre le feu, et mixer le mélange avec un mixeur plongeant.
- Filtrer la préparation avec un chinois à grille fine (petite passoire métallique genre passette à thé, ça fait l’affaire…)

A ce stade là, vous obtenez un mélange qui va vous interloquer (enfin, moi j’ai obtenu ça, mais à l’atelier ça ne le faisait pas!! Peut-être parce que j’ai utilisé du surgelé?)

Oui, au cas où on en doutait, le foie gras, c’est VRAIMENT gras… Mais le truc positif, c’est que quand la graisse flotouille comme ça, eh ben on peut l’enlever!! Et du coup, on obtient une crème plus du tout grasse!! (mdr, redis ça qu’on rigole un coup…)

Bon, là l’envie d’avaler la crème de foie gras comme une vulgaire soupe aux poireaux se fait ressentir…

Résister…

 

 

 

 

- Verser la préparation filtrée dans le siphon, fermer le couvercle (après avoir pris bien soin de vérifier que le joint est mis correctement… y a des trucs évidents parfois, qu’il ne faut vraiment pas oublier…)
- Visser la cartouche de gaz sur le siphon, en le mettant tête en bas (cela permet au gaz de bien se répartir dans toute la préparation).
- Shaker le siphon deux ou trois fois (inutile de s’exciter dessus, apparemment… Donc, j’arrête…:-))
- Laisser reposer quelques temps avant de siphonner dans divers jolis petits contenants…

Et voilà!
J’ai parsemé quelques miettes de pain d’épices, car c’est mon association préférée de cet hiver, et.. je me suis régalée!!
La consistance était parfaite, mousseuse, ferme, un délice !

Bon, par contre après j’ai eu envie de conserver ma chantilly, et  c’est là que ça s’est corsé…

Le problème observé à l’atelier est que les émulsions retombent quand même relativement vite…
J’ai donc voulu essayer de mettre un peu de chantifix dans mon engin…J’ai ajouté une petite cuillère à café, j’ai servi mes premières mousses avant que la préparation ne refroidisse (pour voir),  et puis j’ai mis au frigo, (pour voir)…

J’ai vu…

Impossible de faire sortir la mousse divine tant attendue… J’ai mis mon siphon dans un petit bain-marie pour réchauffer un peu la préparation, mais rien à faire (ou alors, je ne l’ai pas assez réchauffée…) Bref… Obligée de faire sortir tout le gaz, de dévisser doucement, millimètre par millimètre, pour éviter le grand geyser dans ma cuisine… Enfin, dans ce cas, il m’aurait suffit de me mettre bouche ouverte sous la pluie!! (:-)) Puis récupérer la mousse, la mettre dans ma vieille poche à douille, et « poche à douiller » mes récipients…
Quelle aventure…
Voilà pourquoi mes mousses suivantes sont un peu plus « compactes » au look, et moins élégantes… Elles étaient quand même drôlement bonnes, mais il faut avouer, moins jolies…
Ma conclusion ? PAS DE CHANTIFIX dans les siphons !!!
Ca ne nous empêche pas d’avoir quelques idées pour décliner cette mousse de foie gras, même si elle est un peu épaisse…

Cornets mousse de foie gras et pomme braisée à la fève Tonka.
- Fabriquer des petits cornets avec des 1/4 de feuilles de brick badigeonnés de jaune d’oeuf, et les laire cuire 5min à 180°.
- Couper une demi-pomme en petits dés, les faire cuire dans une noisette de beurre etsaupoudrer de Tonka râpée.
- Emplir les petits cornets de quelques morceaux de pommes, ajouter la mousse de foie gras, et décorer de quelques morceaux de pommes.
Et voilà!
Ma préférée des trois variations, avec le bon goût de la Tonka et de la pomme braisée… Miaaam…

Canapés pain d’épices, foie gras et pomme croquante.
- Faire griller dans le four des petits toasts de  pain d’épices.
- Couper une demie-pomme en petites tranches, les citronner.
- Dresser: toast, pomme croquante et mousse de foie gras.

Et voilà! Simple comme bonjour et ultra-rapide, moi j’ai adoré le goût de la pomme avec le foie et le pain d’épices, et le contraste des textures… J’ai utilisé une Pink Lady, l’idéal aurait été une belle Granny.

Verrine foie gras et pomme acidulée (la grande soeur du toast juste avant, pour ceux que le foiegras n’écoeure pas… Genre moi!! :-P )
- Utiliser les restes de pomme citronnée, les couper en petits dés.
- Emplir le fond de la verrine de ces cubes, puis siphonner la mousse par-dessus.
- Déguster à la petite cuillère…

Et voilà!!

Edit du 20 décembre 2009: des petites verrines plus abouties, très inspirées de ces premiers essais à la pomme : les verrines à la chantilly de foie gras, pomme granny et croutons de pain d’épices… ici, clic !

Bon, pour ne rien gâcher, pour mes 30 ans je m’étais payé une petite bouteille de derrière les fagots…

Alors, pour que la dégustation soit moins dure, ben je l’ai ouverte… (y a pas de mal à se faire du bien…)

Et j’ai bien fait, parce que c’était plutôt pas mal, ensemble!!
Oui, je sais, j’invente rien, le foie gras et le moelleux, c’est (un peu) connu!! (lol)
J’ajouterais tout de même qu’avec la pomme et le pain d’épices, ce petit mignon-là était particulièrement sympathique!! :-)

 

Oui, vous l’avez déjà vue chez les copines Bordelaises, cette bouteille-là…

Il s’agit du fameux vin Sicilien débusqué par Carole Bouquet, le Sangue del Oro (bouteille de 2002).
Un vrai vin de filles, moelleux, rond,sucré, avec une pointe de miel qui me fait l’aimer particulièrement…
Une couleur chatoyante, un réel plaisir des sens…

Je ne résiste pas à la petite photo avec le rayon de soleil, pourtant je suis consciente que ce post est bien assez long comme ça… M’enfin, il faut ce qu’il faut ma bonne dame…

Rien qu’à le regarder, on devine à quel point il est gourmand…

Merci Dorothée! Grâce à vous je viens pour la première fois de dépenser 35€ pour une bouteille, pour mon pur plaisir!! Vous pouvez être fière, tiens!! :-)

Avec un verre de Sangue dans la main, se perdre dans la contemplation de la neige qui tient bon (5 jours, un vrai bonheur!!)…

Trop dur, je vous dis…

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Mises en bouches. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Cheesecake de fille à la framboise (sous la neige et sans cuisson)

Z’avez vu un peu ce joli décor???
La photo ci-contre n’est pas un montage, c’est bel et bien mon jardin que vous voyez derrière le Cheesecake de fille pour Ellie… (un cheesecake concocté pour Ellie de Tambouille et Pistouille).

Une tempête de neige, mesdames et messieurs, pour le jour de mes trente ans… rien que ça !
Deux jours un peu hors du temps, presque coupés du monde…
24 heures sans électricité, c’est à dire sans chauffage (:-S), sans télé, sans ordi, sans bouilloire (la buveuse de thé a souffert…). De quoi se prendre pour une héroïne de Barjavel!! Ca n’a duré que le temps d’une journée (heureusement, parce que 17° dans la maison, ça commence à être vraiment limite pour une frileuse comme moi…).

C’est toujours une surprise incroyable pour moi la neige… Surtout les bruits si différents qui l’accompagne… La neige rend tout mat, sans écho, les sons étouffés de nos voix, le crissement que fait la neige sous nos pas, le silence inhabituel de la maison (pas de bruits de frigo, ni de musique..)
Etrange univers!

Et à l’école (quand enfin j’y arrive!), une vingtaine de gamins éberlués par la grande cour vide et blanche… Quelle aubaine incroyable, l’école rien que pour jouer et faire des batailles de neige!!

Enfin voilà, un petit cheesecake aux framboises, et je file jouer dans la neige !

Cheesecake de fille à la framboise
(sans cuisson)

- 200g de biscuits Digestives
- 100g de beurre salé
- 300g de fromage frais type Philadelphia (ou Saint Morêt)
- 250g de Mascarpone
- 20 cl de crème fleurette liquide entière (pas de light, hein, hé, ho!!)
- 2 g d’agar agar en poudre (1 càc bien pleine)
- 70 g de sucre en poudre
- framboises à profusion (fraîches ou surgelées)
- petites billes en chocolat pour frimer

La base :
- Ecraser les biscuits avec un petit pilon et réduire en miettes (pas en poudre).
- Faire fondre le beurre, et l’ajouter aux miettes.

- Tapisser le fond d’un moule à charnières de ces miettes (tapisser le moule de papier sulfu avant si vous êtes prévoyante, sinon faites comme moi, ne faites rien…)
- Laisser refroidir au frigo le temps de préparer l’appareil.

L’appareil :

Dans un saladier, mélanger le mascarpone, le fromage frais et le sucre.
Fouetter la crème liquide pour qu’elle monte, puis l’ajouter aux fromages.
Dans une petite casserole, faire chauffer un petit fond d’eau, ajouter l’agar agar et laisser épaissir.
Lorsque le mélange a épaissi, éteindre le feu et laisser refroidir en remuant.
Ajouter l’agar agar refroidi à la préparation et bien mélanger.

Montage :
Verser la moitié de l’appareil sur la base de biscuits durcie.
- Disposer des framboises sur cette première moitié (j’ai entièrement recouvert de fruits, pour qu’il y en ait bien partout)
- Verser le reste de l’appareil, lisser à la spatule et mettre au frais plusieurs heures (toute la nuit).

- Le lendemain, démouler délicatement (au besoin, passer une lame de couteau tout autour avant d’ouvrir les charnières.
- Décorer en utilisant des petites perles en chocolat brillant.
- Disposer de jolies framboises tout autour, c’est beau, c’est rose, c’est pulpeux

Et voilà !


PS: vous allez dire que je suis une utopiste avec mes chartes, mais je préfèrerais qu’ils se battent réellement contre des moulins… La charte du canal Saint Martin, des Enfants de Don Quichotte est là…

Cette entrée a été publiée dans Angleterre, Gâteaux, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mon top ten – autour du monde

J’ai un super problème dans la vie, c’est que j’hésite…
Pas pour les grandes décisions comme « Homme de ma vie?? » « Avoir un bébé? » « Prof des écoles? » « Avoir deux bébés? » …
Non, moi j’hésite pour les petits trucs, les trucs de tous les jours: ce que je veux porter, ce que je veux manger, la jupe que je veux acheter…
Alors ce qui m’arrange bien, c’est quand j’ai un coup de foudre… Ca m’arrive très (trop) souvent, heureusement…
Alors pour le top ten que m’ont fait passer mes copines Gracianne, Charline et Emilie, j’ai fait au coup de foudre… Sinon, on y serait encore… :-)
Petit voyage…

Une petite halte au Maroc pour commencer avec ce Tajine de poulet à la poire et au miel… Comme ça, sans rien d’autre… Une merveille de douceur, un concentré de parfums…
Le soleil dans l’assiette, ce n’est pas un effet d’optique, ce plat rayonne, réellement!! (hein, Mitsu!!)

Direction l’Italie ensuite, avec le Saumon à l’émulsion vanillée et son risotto aux langoustines et aux pleurottes… Une recette riche de premières fois: première cuisson du poisson sur feuille de papier sulfu (de Vous-Savez -Qui…. Mais non, pas Voldemort!!!), premier risotto, première utilisation du touilleur à lait pour émulsionner ma sauce… Pour un résultat qui me fait me lécher les babines encore aujourd’hui… (et pas seulement à cause des surfers!!! ;-) )

Aaahhhh, nous voilà en Inde, bien sûr!! Un peu d’épices, beaucoup de Bollywood, un sourire de Shah Rukh, je suis HEU-REU-SE!!!
Une de mes premières recettes indiennes, le Butter Chicken … La première bouchée, celle où tous les parfums envahissent votre palais, où toutes les épices explosent suavement avec ce bon goût de beurre… vous savez, la bouchée qui vous laisse pantois: « Oh mais c’est pas vrai, mais qu’est-ce que c’est BON!!! »

Impossible de ne pas s’arrêter en Indonésie… Voilà mon coup de coeur de toujours… Et quand je dis toujours, c’est vraiment que je ne me rappelle pas ma vie avant ce poulet!!
Vous l’avez reconnu: le poulet qui tue, le barbecue fatal, l’Ultime Poulet… Et je me rends compte que ce poulet n’a pas d’autre nom!! Qu’à cela ne tienne…
A manger avec les doigts, en morceaux ou en brochettes, mais toujours avec reconnaissance: ce poulet vous dit que la vie vaut la peine d’être vécue (oui, je sais, j’en fais des tonnes…)

Un petit tour en Thaïlande, pour un Pavé de thon à la crème de coco, coriandre et vanille (oui, la vanille c’est ce que je préfère avec le poisson, définitivement…). Une recette douce, douce, douce…
Et oui car chez moi la cuisine Thaï est adaptée aux petits palais, c’est à dire toujours avec le piment à part… Oui, je sais, sans piment ce n’est pas thaï, mais attendez-voir que mes filles aient grandi…

Pour les amateurs de poisson cru, arrêt au Japon obligatoire… J’ai l’impression d’avoir toujours aimé les sushis, et c’est très faux!! Cela ne fait que quelques années que j’en mange, et mes premiers faits maison, c’était en 2006! J’étais fière comme un nabab!
Mais alors par contre, maintenant je me rattrape, et j’ingurgite!!! Makis et sushis de saumon et thon rouge, merveilles des merveilles à mes papilles…

Plus qu’à traverser l’océan Pacifique, et je vous accueille sur mon île… Au sud, sur la côte Ouest, à Nouméa bien sûr… Ce Dos de cabillaud à la mangue et au confit d’oignons rouges n’est rien, ni Calédonien, ni Français, ni Indonésien, mais pourtant il est tout ça à la fois… Il me fait penser à Nouméa pour le mélange des cultures qu’il représente: la mangue de l’île bien sûr, le Soyo von Jowo, le confit Zoreil…
Quand je pense que ces mangues devaient devenir un bavarois, elles avaient bien fait de sortir du lit ce matin-là!! :-)
Evidemment, toutes les recettes du caillou me sont particulièrement chères… mais elles datent souvent de bien avant 2006!

Enfin voilà, il faut rentrer… Pour se remettre du décalage horaire, une recette bien gourmande, mes Millefeuilles de saumon aux poireaux et à la vanille.
Encore du saumon avec encore de la vanille vous allez me dire, oui, et avec du poireau en prime, et du Riesling!! ( et du mascarpone, j’avais bien dit que c’était gourmand…)
Une recette faite je me rappelle juste pour changer des tartes aux poireaux… et la voilà dans mon top ten! C’est comme ça, la vie…

Alors voilà…
« Comment voilà??? A pas de desserts???« 

Oui, oui, les desserts… Alors ça va peut-être vous paraître bizarre, mais pas de millefeuilles (malgré ma grande fierté du moment!!), ni de bavarois, ni même de première charlotte aux fraises émue
Mes coups de coeurs sucrés, c’est d’abord…

Les Mascottes du sud-ouest (simples beignets partout ailleurs en France!)… indissociables à mon avis des chichis mais je ne veux pas tricher, alors dix c’est dix, hein, c’est pas onze!! (enfin, sachez qu’en allant voir les mascottes, vous trouverez les chichis!! tuyau de grosse gourmande…;-))
On ne hurle pas, oui, c’est gras, oui, c’est frit, et oui: C’EST TROP BON!!!
A manger nature pour limiter les dégâts, ou A L’EXTRÊME RIGUEUR, avec du Nutella et de la chantilly!! ;-)

… et ensuite: ma Tarte Amandine aux Mirabelles et à la pâte de pistaches… Une recette alambiquée, avec un coup pas d’oeufs, puis finalement des oeufs, enfin tout ça pour un résultat vraiment délicieux…

Et voilà…
Si je regarde tout ça, ça nous fait du poisson, du poulet, et encore du poisson, et encore du poulet…

Y a plein de recettes qui doivent râler en ce moment: « Ben pourtant, quand elle m’a mangé, elle disait qu’elle m’adorait!!! Et voilà, même pas une petite photo de rien!! »
Hé ho, « T’arrête de g***ler, René?? » :-)

Pour ce qui est du passage de flambeau, je crois que ce top ten a déjà pas mal tourné, alors je vais dire comme ça: Calou (du caillou), Tiny (des Couleurs) et Pauline (de Prawn).
En vrai, hein, tous ceux qui veulent se servent, bah oui!!

Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

HAPPY BIRTHDAY VERO !!! Pudding moelleux d’anniversaire (par Ellie)

 

(Billet rédigé par Ellie, du blog Tambouille et Pistouille) Je pense qu’on est (très très) beaucoup à l’aimer, notre caldoche, qui nous concocte toujours des plats aux saveurs variées, épicées et terriblement dépaysantes !

30 ans, ce n’est pas un cap, c’est au contraire l’âge où on n’est plus « jeune » mais où l’on est pas vieux, celui où on profite de plein de choses car beaucoup de rêves se sont déjà réalisés et tout autant sont encore à concrétiser, c’est l’âge où on admire sa famille du coin de l’oeil, le sourire de satisfaction jusqu’aux oreilles, celui où le travail apporte encore des joies et des bonnes parties de plaisir, celui où l’on est belle et en jambes, pleine de gaieté devant cette vie qui passe et qui nous plaît toujours plus, c’est l’âge où on se dit : je prends un coup dans l’aile, et pourtant je ne souhaite pas retourner en arrières car c’est maintenant que je me sens bien et accomplie…

 

En tout cas, c’est tout ce que je souhaite à notre Véro pour ses trente ans : que du bonheur…
Et parce que sa vie, c’est sa cuisine, ses plaisirs de tous les jours, sa famille et son amour pour Doudou , je vous propose des moments choisis… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Desserts, Gâteaux, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mes premières cornes de gazelle!! et essai de panacotta au parfum d’Orient

Depuis le temps que j’avais envie de pâtisser à la marocaine…
Quand je vais dans mon resto marocain préféré, je mange toujours plus qu’à ma faim, me régale de pastilla et de couscous, et malgré ça, je ne pars jamais sans avoir craqué sur une ou deux (voire trois :-S) pâtisseries servies avec un thé à la menthe…

Alors voilà, pour le dessert de mon repas marocain, my first cornes of the gazelle!!
Même si je suis autant marocaine qu’un pingouin, elles étaient vraiment bonnes, bien croustillantes, et relativement légères (oui, tout est relatif…).

Recette en photos.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Poulet au beurre de coriandre et épices douces

La suite de mon repas marocain…
La version poulet de l’excellent Méchoui d’agneau aux herbes du très beau livre La cuisine de Momo (paru chez Marabout).
Presqu’aucun changement par rapport à la recette de départ mais ça ne ressemble plus du tout à un méchoui, d’où le nouveau nom!
Les parfums et les saveurs en bouche sont tellement à tomber, ce plat c’est simple, je l’adore!! Il valait bien un nouveau post…
Même Doudou qui pourtant ne jurait que par la version agneau a admis que c’était vraiment délicieux, le poulet reste super tendre et  est merveilleusement parfumé. Rien que d’y penser, hmmmm….

Poulet merveilleusement parfumé et confit d’oignons aux raisins.

Préparation du confit d’oignons.
- Dans un petit bol, mettre deux poignées de raisins secs à tremper dans un peu d’eau bouillante.
- Emincer deux beaux oignons rouges en fines lamelles.
- Mettre à cuire les oignons dans une casserole sur feu très doux, à couvert, avec un fond d’eau.
- Laisser mijoter et cuire doucement jusqu’à ce que les oignons deviennent translucides. Veiller à ce qu’il y ait toujours un peu d’eau au fond.
- Ajouter les raisins secs égouttés et 1 càs de sucre de canne brut.
- Continuer la cuisson en ajoutant un fond d’eau régulièrement jusqu’à ce que le confit soit bien caramélisé.
- Laisser alors le fond d’eau s’évaporer en ôtant le couvercle.

Préparation de la marinade.
- Emincer un beau bouquet de coriandre fraîche et 1/2 bouquet de persil plat.
-Mettre 100g de beurre mou dans un petit saladier, ajouter les herbes ainsi que: 1 càs de cumin, 1càc de paprika, 1 càc de thym séché, 2 gousses d’ail en purée, sel et poivre.
- Malaxer pour obtenir une pommade parfumée.

Préparation du poulet.
- Ôter la peau des cuisses de poulet (1 entière par personne, soit le pilon et le haut de cuisse), et faire des entailles assez profindes.
- Enduire les morceaux du beurre à la coriandre et mettre du beurre dans les entailles pour. Les disposer dans un plat allant au four.
- Laisser reposer deux heures au réfrigérateur, recouvert de papier alu.

- 45mn avant de passer à table, sortir le plat du frigo, et préchauffer le four à 200° (thermostat 7).
- Verser un petit verre d’eau dans le plat, et enfourner.
- Faire cuire les cuisses de poulet pendant environ 30mn (la cuisson est assez rapide grâce aux entailles dans la viande). Penser à arroser de temps en temps avec la sauce.
- Délayer une càs de mâïzena dans un demi-verre d’eau.
- Lorsque le poulet est cuit, le sortir du feu et mettre le plat sur feu très doux.
- Ajouter la maïzena, bien mélanger, et dresser!

Servir nappé de sauce à la coriandre, de la semoule fine, du confit d’oignon et de la sauce harissa.

Et voilà!!

Hmmm, un vrai délice, vraiment un des plats les plus savoureux à la maison…
J’ai voulu essayer de faire cuire ma semoule « comme là-bas, dit!!« , mais bon sang de bois, j’ai pas encore les doigts en Teflon nécessaire à l’opération… Ma semoule avait donc quelques « boulettes » disgracieuses, mais enfin…

Et demain… cornes de gazelle!

Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.