Archives mensuelles : mai 2007

Crevettes à la feta

La fête des mères, dans les écoles…
C’est compliqué de nos jours, ce genre de choses… Les histoires familiales douloureuses, il y en a tellement plus qu’on peut le croire…

Je ne me doutais pas, quand j’ai signé il y a quelque années, que j’entrerais parfois de façon aussi significative dans la vie des familles…
Pourtant, on n’est pas sensé y entrer, dans les familles… « Vous n’êtes pas là pour faire du social!! « , qu’ils nous disaient à l’IUFM…
Mais difficile parfois de faire autrement…
Il ne me viendrait pas à l’idée de dire à une maman au bord de la crise de nerf, venue s’épancher et trouver une oreille attentive: « Excusez moi, madame, je connais bien Simon, certes, mais je ne suis pas là pour faire du social!! »

En pratique, bien sûr qu’on entre dans la vie des enfants, un peu comme un référent provisoire au sein des fines équipes de spécialistes…
La grande mode, ça, à croire qu’aujourd’hui pour aller bien un gosse doit obligatoirement avoir son orthophoniste et son pédo-psychiatre… Bon, et si on les laissait juste grandir un peu?

Enfin tout ça pour dire que la fête des mères, ou celle des pères, d’ailleurs, (oui, Dorian, je sais! :-) ), ce n’est pas toujours facile… Pour le coup, j’ai décidé d’inaugurer officiellement cette année la « Fête des parents« , et par parents j’entends: « Toute personne de la famille qu’on aime et qui nous aime, et à qui ça nous ferait plaisir d’offrir un superbe cadre photo en carton ondulé et une boîte d’oeufs transformée en awalé« … Et ce ne sera ni le jour de la fête des pères, ni celui de la fête des mères… Mais pile entre!
Voilà… Ca, c’est dit…

Crevettes feta, piment, ail, à la Grecque
(pour 1 personne, qui serait moi, soyons égoïste)

- Décortiquer trois belles poignées de crevettes en laissant juste le bout de la queue, les fendre tout le long  du dos et ôter l’épine dorsale.
- Mettre une tranche de beurre et 1 càs d’huile d’olive à chauffer dans une sauteuse.
-Ajouter les crevettes, puis 5 gousses d’ail écrasées, 1 belle poignée de persil ciselé et 1/2 càc de piment rouge en poudre.
- Laisser cuire à feu moyen environ 5 minutes.
- Arroser du jus d’un citron, puis ajouter 100g de feta en petits cubes.
- Mélanger.
- Poivrer (je n’ai pas salé car je trouve la feta assez salée comme ça!).

Et voilà!

La recette d’origine est assez différente, je l’ai pas mal simplifiée. A  la base, ce plat est fait dans une grande cocotte, et est en fait une superposition de couches: crevettes, ail, piment,beurre; crevettes, ail, piment, beurre etc… le tout terminé par la feta et le citron.
Le plat est posé directement sur la table et chacun pioche…
Mais comme chez moi je suis la seule à aimer vraiment les crevettes, je n’en fait pas de telles quantités!

J’ai trouvé cette recette dans un de mes coups de coeur « livres culinaires » ces derniers temps, Mon carnet gourmand, par Tessa Kiros , aux éditions Marabout.
L’auteure (si j’ai bien compris, parce que ce n’est pas évident! :-) ), est née à Londres, chypriote par son père, finlandaise par sa mère (elle même russe par sa grand-mère!), et est mariée à un italien. Elle a vécu en Afrique du Sud, mais vit maintenant en Italie!!
Vous comprendrez pourquoi ce livre me plaît tant!!! :-)
Il regorge de recettes toutes plus appétissantes les unes que les autres, d’origines aussi variées que leur auteure. Il est empli d’anecdotes familiales, de photos pleines de nostalgie et de douceur… Je l’adore, et le lis presque comme on lit un album…
Tiens, un beau cadeau pour la « Fête des parents« ! :-)

PS: ceux qui me connaissent diront : « Quoi, décortiquées les crevettes?? Mais et le suçotage de carapaces, alors?? »… Ben oui, des fois, c’est comme ça… Et je dirais qu’avec la feta très salée, c’est peut-être mieux sans carapace… Mais attention, que ça ne devienne pas une habitude! lol

Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Yassa d’espadon – faut bien que la maîtresse se calme!!

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas dans une école..
Après le grand délire du concert de fin d’année, nous revenons à nos moutons, à nos poux, à nos choux, à nos genoux… car il faut (attention phrase pleine de roulements de tambours!!) : « BOUCLER LE PROGRAMME« !!!

- Bon, je vous préviens tout de suite, les enfants, ceux qui se croient en vacances vont souffrir!! Ceux qui rêvassent à leurs journées à Arcachon vont tomber de haut!!! C’est bien simple, dorénavant, ne m’appelez plus Maîtresse, mais « Oui, Sergent Instructeur!!! » Est-ce que c’est CLAIR??!!
- Oui, maîtreeeeesse!
OK, pour le nom, on verra plus tard…

Evidemment, l’avantage de bosser avec des enfants, c’est que quand vous êtes speedés, ils vous obligent à vous despeeder, de la manière la plus efficade et radicale qui soit:
- ALors, alors, allez hop hop, hop!! La date, le titre, sauter deux lignes, trois carreaux, allez, hop, on met les verbes au futur, facile, ça, hein? On prend le radical, pour le futur c’est…?
- L’infinitiiiff!!! (y en a que 9 qui répondent qur 26, mais c’est déjà ça…)
- Et puis on n’a plus qu’à rajouter…??
- La terminaisoooon!!! (ah, j’en ai déjà perdu un, plus que 8…)
- Voilà, on pense à sortir son Mémo-Français si on a oublié ses terminaisons… On ne reste pas le nez en l’air à chercher les terminaisons au plafond, elles n’y sont pas! Allez, hein, on doit BOUCLER LE PROGRAMME!!!
Je passe entre les tables, je regarde par-dessus les épaules, j’enlève les petits avant-bras qui cachent les cahiers (« Eh bien, qu’est-ce que c’est que toutes ces ratures?? Recommence proprement… »),et là, j’arrive, au bout de dix bonnes minutes, à celui par lequel j’aurais bien évidemment dû commencer (je le sais, en plus, mais parfois, on a envie d’essayer des choses nouvelles, allez savoir pourquoi)…
- Ah… Dix minutes depuis qu’on a commencé, et toi tu n’as écrit que… quoi? … « Lu »?? Qu’est-ce que c’est, ça, « Lu »?
- Ben, « Lundi »!!
- Ah, d’accord, la date…
- Oui…
- Mais…  on est jeudi, Tristan!!
- Ah, oui….

Bon, je crois que je vais arrêter le café, et me mettre aux tisanes, moi…
Un petit Valium pour aller mieux??
Don’t worry, j’ai beaucoup mieux: un yassa de poisson!!!

Je ne m’y connais pas beaucoup en cuisine Africaine (Sénégalaise en l’occurence), en général je vais plutôt dans les petits restos près du cours Victor Hugo pour me régaler de Mafé, Tie Bou dien et autres…
Mais là j’avais vu une petite recette chez Snapulk et ses Idées Vagues, alors…

La recette est !!

J’ai utilisé de l’espadon au lieu du poulet de Pascale, ce poisson était parfait, tendre et assez ferme pour supporter la cuisson. Commentaire du Doudou:
- C’est comme le thon, ca ressemble à de la viande! J’aime!!! (soupir…)

J’ai fait une toute petite modification: j’ai laissé le poisson mariner dans le mélange de citron, moutarde, oignons, vinaigre, sel et poivre… avant la cuisson. Ensuite, au grill comme le dit Pascale, les oignons dans une sauteuse, la sauce, le poisson pré-grillé…
Hmmm, les odeurs qui s’échappent de là!!

J’ai servi avec du riz blanc, du citron vert, du piment et du achard de légumes parce que j’adore ça…
C’était un vrai régal, merci beaucoup Pascale pour cette délicieuse recette que je referai!!

Bon, allez, je vous laisse, faut que je prépare mes cours, sinon j’aurai jamais BOUCLE MON PROGRAMME!!!
(et pis la fête des mères qui approche!!! St patron des maîtresses à la bourre, ayez pitié de moi!!!)

Cette entrée a été publiée dans Sénégal. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Carrot cake de Scally – et week-end 100% suisse

 

Je crois que ce n’est plus un scoop, le week-end dernier a eu lieu une nouvelle rencontre des Merveilles, autour d’un goûter au petit Suisse.
Encore un délicieux moment, plein de rires et de détente, vous le savez déjà si vous avez été faire un tour chez Chantal, chez Cess, ou bien chez Auntie Joe

Pour l’occasion, j’ai choisi  j’ai choisi le délicieux carrot cake, de Pascale Weeks, pioché dans « C’est moi qui l’ai fait », et je n’ai pas été déçue !
Avec un glaçage pas trop sucré au mascarpone, miom !
Recette devenue un grand classique chez nous !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Angleterre, Gâteaux. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Macarons au caramel et choco-passion

Mes amis, quel pied, mais quel pied…
Pourtant, j’y suis allée la peur au ventre.

Récupérer les enfants, rassurer les parents, sourire aux schtroumphs, calmer leurs angoisses…
« Oh lala, maîtresse, je suis trop stressé! J’ai encore envie de faire pipi!
- Encore??? Samuel, ça fait trois fois depuis que tu es arrivé!!
- Je SAIS! mais j’ai trop peur. »
Je l’accompagne, et il me prend la main, lui qui d’habitude n’aime pas trop ça.
On croirait voir une maîtresse qui rassure son élève. En vérité, c’est tout l’inverse.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Desserts, Douce France, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Desserts roses #2 -panacotta à la Tonka et coulis framboises-tomates

En allant faire un tour au Dock des Epices avec Auntie Jo, après la fameuse rencontre des Merveilles, nous avons eu l’occasion de goûter à deux petites recettes à base de fève tonka. La première était des empanadas de porc absolument succulentes (et là j’ai pensé à Elvira! :-) ), la deuxième une délicieuse panacotta, servie avec un coulis de framboises et tomates. Et cétait tellement délicieux (hein Jo?:-)) que ni une ni deux et sans scrupules, j’ai copié comme j’ai pu…
(edit du 13 mai: j’ai trouvé la recette de la jeune femme qui animait l’atelier au Dock, elle est!)

En reprenant ma recette de panacotta habituelle, avec une pointe de colorant rouge, et du fructose bien sûr, mon nouvel ami…
Voilà un dessert de filles tout rose, en signe de solidarité pour celles qui affrontent courageusement le cancer du sein.

Panacotta rose à la fève Tonka et au coulis framboises-tomates

Panacotta.
- Dans une casserole, verser 25cl de lait, 25cl de crème liquide entière et 25g de fructose.
- Ajouter une petite càc d’agar-agar (environ 2g: ça paraît peu, mais c’est bien assez, sinon la texture est trop dure).
- Remuer, et ajouter 1 pointe de colorant alimentaire rouge (en poudre pour le mien).
- Ajouter 1/4 de fève Tonka râpée finement, et bien mélanger.
- Laisser chauffer 5 minutes sur feu doux.
- Verser dans des verrines (ou verres) et laisser refroidir à température ambiante.

Coulis framboises-tomates.
- Dans une petite casserole, verser 80g de framboises, 80 g de tomates (inutile de peler ou épépiner), et 25g de fructose.
- Faire chaufer sur feu doux en écrasant, jusqu’à ce que l’ensemble forme une compote liquide assez homogène.
- Passer la préparation au chinois, et réserver.

Dressage.
- Lorsque les panacottas ne sont plus chaudes, verser 1 càs de coulis tomates- framboises, et mettre au frais.
- Décorer d’une ou deux framboises.

Et voilà!

C’était délicieux, le coulis de framboises que je trouve trop acide en général était très bien équilibré par la tomate… A refaire sans modération! (pis hop, ça fait deux fruits et légumes d’un coup!! :-) )

Et pour les Bordelais (encore, je sais, je suis pas chauvine, simplement je ne connais pas les autres villes! :-) ), n’hésitez pas à aller faire un tour au Dock des Epices, rue St James (tout près de chez Lili, justement), ils ont un très joli choix d’épices, et surtout ils vendent la fameuse Tonka (que j’avais débusquée moi en allant, rien que ça, jusqu’à Paris et la caverne magique de Detou…
C’est agréable de penser que je pourrai me réapprovisionner sans avoir besoin de faire 600 bornes!!).

En plus, le monsieur qui vous accueille est très gentil et près à vous renseigner, sans vous faire pour autant de la vente forcée, ce qui est toujours très agréable!

Et dans d’autres contenants… Version dessert individuel ou verrines pour des assortiments de douceurs…

Et d’autres panacottas roses…
… chez Mitsuko, à la pulpe de fruits et à l’agar agar aussi

Cette entrée a été publiée dans Entremets, Italie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Desserts roses #1 – glace à la fraise

Saveurs Nomades Rose est un projet de livre de recettes en ligne, qui sera mis en vente et dont les bénéfices iront à la lutte contre le cancer du sein… Requia a relayé l’info sur les blogs, et de nombreuses roses fleurissent sur les blogs ces derniers jours… Une première recette pour celles qui se battent…

Glace à la fraise
- Laver 250g de fraises (gariguettes de préférence).
- Les réduire en purée avec 1 càs de jus de citron, et 17 cl de lait entier.
- Battre 1 jaune d’oeuf avec 40g de fructose (ou 80g de sucre).
- Fouetter 5cl de crème liquide entière.
- Bien mélanger le tout.
- Verser la préparation dans la sorbetière, et laisser tourner environ 35 minutes.

Et voilà!

Enfin une glace à la fraise qui n’ait pas un goût de chewing-gum…  Rien à voir vraiment avec les glaces en bacs du commerce!

D’autres glaces roses…
.. celle de Gracianne
… celle d’Hélène, aux loukoums

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Glaces. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.