Archives mensuelles : novembre 2009

A recipe for my Doudou n°1 – Tarte poireaux, thon et ricotta

Doudou s’est mis à la cuisine !!!
Sans blague !

Perte de moral dû au manque de luminosité, manque de temps, je délaisse un peu mes fourneaux. En plus cuisiner, à quoi bon ? La lumière est tellement moche que les photos sont immondes…
Les soirées pâtes devaient commencer à lui peser… Il a remonté ses manches, et s’est mis derrière les fourneaux !
Je vous laisse deviner où il a cherché sa recette ?
Ouaip, en plein dans le mille, dans le blog de votre serviteuse bien entendu…

Il a choisi THE recette, celle du famous poulet au coco (clic !). Et bien laissez-moi vous dire qu’il le réussit presque mieux que moi, ce chameau !! Bon, faut dire qu’il utilise quand même la « cocotte qui sait presque faire le poulet au coco toute seule« , mais quand même ! A quoi je lui sers, moi, après ??

Enfin bon, une grande satisfaction tout de même, mon blog remplit sa fonction pédagogique… et comme je suis quand même prof avant tout… je suis HEU-REU-SE !!

J’ai donc décidé d’inaugurer une nouvelle mention qui figurera sur mes recettes, celle des recettes estampillées « testées par Doudou », autrement dit « Doudou’s Recipes« . Et pour lui fournir de la matière, il y aura aussi les « A recipe for my Doudou« , garanties tip-top trop faciles, rapides ET délicieuses ! Plus aucune excuse pour mettre les pieds sous la table les soirs de semaine où tout le monde est crevé en beuglant « Homme avoir faiiiim, qu’est-ce qu’on mange  femme ???« 

Que voulez-vous, c’est ça l’amour… Hein Doudou, que t’es content ???
:o D

A recipe for my Doudou: Tarte à la ricotta, poireau et thon

une pâte feuilletée pur beurre ronde – 2 blancs de poireaux émincé en rondelles fines – une boîte de 150g de thon (acheté en biocoop, thon pêché à la ligne !) – 1 pot de ricotta de 250g – 10 cl de crème liquide – 3 oeufs + 1 blanc d’oeuf – 1 cuillère à soupe de curry – 1 cuillère à soupe de moutarde – 2 belles poignées de fromage râpé

- Foncer un moule à manquer avec la pâte feuilletée. Piquer le fond à la fourchette. Badigeonner le fond de tarte du blanc d’oeuf supplémentaire, cela évitera à la pâte de s’imbiber d’eau pendant la cuisson.
- Dans une poêle, faire fondre une belle tranche de beurre. Y faire revenir les poireaux en rondelles jusqu’à ce qu’ils deviennent légèrement dorés.
- Dans un saladier, mélanger la ricotta, la crème liquide, les 3 oeufs.
- Ajouter les miettes de thon bien égouttées et émiettées, les rouelles de poireaux.
- Assaisonner avec le curry, la moutarde, sel et poivre (pas trop de sel à cause du thon !).
- Bien mélanger.
- Verser cet appareil sur le fond de tarte, parsemer le fromage râpé par dessus.
- Mettre à cuire à 180° pendant 30 minutes. Surveiller la cuisson : si le dessus dore trop, couvrir la tarte d’une feuille d’aluminium.

Et voilà !

C’est pas difficile de se régaler…
Je vous conseille fortement de laisser votre ordi allumé, pile sur cette recette. Y aura bien quelqu’un qui passera par-là et qui se lancera pour relayer un peu la cuisinière de rêve que vous êtes !

PS: ceux qui connaissent Doudou savent qu’il ne se permettrait jamais de beugler de façon aussi macho… Et ceux qui me connaissent savent que s’il osait, il se prendrait le plat dans les narines… :-)

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Douce France, Plats, Tartes / Tourtes / Tartines, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Bouchée fraîcheur – miettes de poulet à la mode thaï, sur toast de concombre

Et voilà le dernier volet de la trilogie: « Bouchées d’Asie », réalisées pour Conforexpo 2009. Une petite bouchée alliant moelleux et croquant, douceur du concombre et caractère de la cacahuète.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Asiatiques, Cuisine par pays, Entrées, Mises en bouches, Thailande, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Croustillant de crevettes au gingembre

Conforexpo, un an de plus !

C’est toujours autant de stress juste avant… ou peut-être un peu moins quand même ?
En tout cas il y a toujours un moment où je me dis « Mais pourquoi est-ce que tu ne t’évites pas ce genre de situations qui te font tant flipper ??? »
Et puis finalement…
La gentillesse des lectrices venues, le plaisir de cuisiner à plusieurs mains et de faire découvrir de nouvelles saveurs, les copines venues jouer les groupies (Nath et Valou !!!!), le sourire des Merveilles… Elles étaient toutes là, même si je n’ai pas vu tout le monde vu que je suis arrivée comme d’habitude après le boulot.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Vietnam, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Palets sablés au citron

« Qui c’est la plus belle ? Qui c’est la plus belle ??? Oui c’est toi… Mais oui c’est toi ! Tu fais un câlin ? Tu fais un câlin ??? Ohoh, mais c’est un gros câlin, ça, oui, parce que c’est toi la plus douce et la plus câline, mais oui ! C’est qui la Mamounet’Cha à sa maman ? Qui c’est la Mamounet’Cha à sa maman ???« 

La Mamounet’Cha en question me regarde d’un oeil vide.
Ou plutôt, d’un oeil qui semble dire :
« Débile cette meuf« 
Au bout de ma quinzième question restée sans réponse, elle daigne enfin me gratifier d’un clignement de l’oeil droit et d’un rauque petit « Miaaa » (oui, juste un « Miaaa« , même pas un « Miaaouu » qui la fatiguerait trop, apparemment). Clairement, en langage humain : « Allez, le voilà ton miaulement, c’est bon, tu m’as saoûlée. »

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Desserts, Douce France, Gâteaux, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Poulet « façon Mongole » – Poulet sauté au Xao Tsing et petits légumes

« Maîtresse, y a pas de peinture mauve…
- Ah non, en effet… Mais ce n’est pas grave, tu peux le faire toi-même, le mauve c’est du rouge et du bleu (j’ai des CM cette année, quand même. Je peux me permettre d’aller plus vite).
- Du rouge et du bleu ?
- Mais oui ! Ça fait du mauve !
- Ah…
« 

Je circule dans la classe. Tranquille.  C’est bien les CM, ça ne met presque pas de peinture partout.
Par contre…

« Mais, Manon, qu’est-ce que tu as fait, là ? Pourquoi as-tu fais ton fond avec deux couleurs différentes ?
- J’ai peint avec du rouge et du bleu… c’est toi qui m’as dit que ça faisait du mauve !
-  Mais enfin… ça fait du mauve… si TU MÉLANGES la peinture avant de peindre ! »

Soupir… Quand même… J’ai des CM cette année !

 

Je ne sais pas si c’est à force de bosser avec des gosses, mais moi aussi parfois je m’embrouille un peu.
Voici une recette top délicieuse, souvenirs d’une recette vue à la télé, mais je ne sais plus si elle était faite par Kylie Kwong ou par les deux gars qui essaient vainement de remplacer Curtis Yummy Stone et son acolyte surfeur (groaaaarrrr, Curtis, still love you !!!). Je sais que Kylie Kwong et ces deux mecs ne se ressemblent pas du tout (héhéhé), mais c’est comme ça, j’ai oublié.
En tout cas je me rappelle que quelqu’un observait un chef chinois goupiller un petit plat d’origine mongole, et je m’en suis inspirée pour ce poulet. J’ai fait avec les légumes que j’avais, et voilà ce que ça a donné.
Un vrai régal, plein de légumes encore un peu croquants, comme j’aime !
A vos baguettes !!!

 

Poulet façon Mongole
Pour 4 personnes

300g de poulet (en escalopes ou des cuisses désossées et débarassées de leur peau) – 3 beaux champignons de Paris – 1/2 poivron rouge en julienne – 1 petite carotte en julienne – 1 oignon ciselé – 1 dé de gingembre frais d’environ 2cm sur 2cm, pelé et rapé – 1 poignée de coriandre fraîche – 2 poignées d’oignons verts ciselés (ou ciboule, ou ciboulette fraîche)
huile d’arachide, huile de sésame – sauce d’huître – sauce de soja claire, sauce de soja foncée (infos ici, clic !) - Shao Xing (vin de cuisine chinois, à base d’alcool de riz) – 2 cuillères à soupe de fécule de maïs – 20cl de bouillon de boeuf

- Couper le poulet en fines lamelles.
- Mettre ces lamelles à mariner dans un petit verre de Shao Xing et 2 cuillère à soupe de fécule de maïs.
- Couper les champignons de Paris en fines lamelles.
- Préparer tous les légumes et herbes: ils doivent être nettoyés, émincés, juliennés (:-)).
- Lorsque tous les ingrédients sont prêts, disposés dans des petits bols, passer à la cuisson.

- Sur un feu très fort, mettre à chauffer 2 cuillères à soupe d’huile d’arachide dans un wok (ou sauteuse).
- Verser l’oignon émincé, le gingembre frais râpé.
- Ajouter le poulet mariné, sans le jus de la marinade.
- Laisser bien saisir, puis remuer.
- Ajouter la julienne de carotte, puis les poivrons, puis les champignons, la coriandre fraîche et enfin l’oignon vert ciselé.
- Bien remuer.
- Ajouter un beau trait de sauce de soja claire, un peu moins de sauce de soja foncée. Verser également 1 cuillère à soupe de sauce d’huître et une cuillère à café d’huile de sésame.
- Ajouter le bouillon de boeuf, bien remuer et laisser la sauce épaissir pendant 5 minutes, tout en remuant de temps en temps.
- Servir avec du bon riz chaud.

Et voilà !

Miam… Le poulet est tout moelleux grâce à la fécule de maïs qui crée un manteau protecteur, qui permet de bien garder le jus.
Les saveurs du vin chinois et de la sauce d’huître donne un goût superbe à l’ensemble… Vous trouverez facilement ces ingrédients dans les épiceries chinoises.

Cette entrée a été publiée dans Chine, Cuisine par pays, Plats, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Ravioli aux tomates séchées, pesto et roquette

 

J’avais neuf ans quand j’ai commencé à m’intéresser à ce qui se passait dans la cuisine.
Ma mère cuisinait beaucoup. La cuisine était son fief, comme pour beaucoup de femmes au foyer j’imagine.

Je me collais à côté d’elle, le nez à peine au-dessus du plan de travail, et je la regardais faire.  Parfois, je la voyais hocher la tête, froncer les sourcils, claquer la langue avec satisfaction. Dans ma tête d’enfant, la cuisine était avant tout une émotion sur le visage de ma mère. Je n’avais qu’une hâte : vite grandir pour lui ressembler, pouvoir moi aussi couper, ciseler, saisir, hacher, goûter. Pouvoir moi aussi tremper mes lèvres dans une cuillère de sauce et claquer ma langue d’un air gourmand.

Aujourd’hui, c’est moi qui lui apprends mes petits tours de magie. Vraiment parce qu’elle me l’a demandé, je n’aurais jamais osé. Je croyais que ma mère savait tout faire.
:-)

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Italie, Pasta, Végétarien, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.