Archives mensuelles : février 2010

NEW YORK State of Mind !!!

Alicia Keys – Empire State of mind part II
All right, that’s it. Here we come !
Bon courage à ceux qui bossent. Bonnes vacances aux autres. I’m off, see ya !!!

<

Ooohh New York x2

Grew up in a town that is famous as the place of movie scenes
Noise is always loud, there are sirens all around and the streets are mean
If I can make it here, I can make it anywhere, that’s what they say
Seeing my face in lights or my name in marquees found down on Broadway
Even if it ain’t all it seems, I got a pocketful of dreams
Baby, I’m from New York

J’ai grandi dans une ville qui est célèbre en tant que scène de films
Toujours beaucoup de bruit, des sirènes retentissent partout et les rues sont dangereuses
Si j’y arrive ici, j’y arriverai n’importe où, c’est ce qu’on dit
Je vois déjà mon visage dans les lumières ou mon nom sur les façades le long de Broadway
Même si tout n’est pas comme il paraît, j’ai les poches pleines de rêves
Baby, je viens de New York

Concrete jungle where dreams are made of
There’s nothing you can’t do
Now you’re in New York
These streets will make you feel brand new
Big lights will inspire you
Let’s hear it for New York, New York, New Yoooork!

Une jungle de béton dont sont faits les rêves,
Il n’y a rien que tu ne puisses faire
Maintenant que tu es à New York
Ces rues te feront te sentir neuf
Les lumières t’inspireront
Je veux t’entendre pour New York, New York

On the avenue, there ain’t never a curfew, ladies work so hard
Such a melting pot, on the corner selling rock, preachers pray to God
Hail a gypsy cab, takes me down from Harlem to the Brooklyn Bridge
Someone sleeps tonight with a hunger for more than an empty fridge

Sur les avenues, jamais de couvre-feu, les femmes travaillent si dur
Un tel mélange de cultures, au coin des rues on vend de la cocaïne et les prédicateurs prient le Seigneur
J’appelle un taxi, qui m’emmène de Harlem jusqu’au pont de Brooklyn
Quelqu’un s’endormira ce soir avec une faim telle qu’un frigo vide ne la comblera pas

I’m gonna make it by any means, I got a pocketful of dreams
Baby, I’m from New York
Concrete jungle where dreams are made of
There’s nothing you can’t do
Now you’re in New York
These street will make you feel brand new
Big lights will inspire you
Let’s hear it for New York, New York, New Yoooork!

J’y arriverai par tous les moyens, j’ai des rêves plein les poches
Baby, je viens de New York

One hand in the air for the big city,
Street lights, big dreams all looking pretty
No place in the world that can compare
Put your lighters in the air, everybody say yeah, yeah, yeah, yeah

Levez une main, pour la grande ville,
Les lumières des rues, des rêves plus beaux les uns que les autres
Aucun autre endroit au monde ne peut se comparer
Levez vos briquets, tout le monde dit « Yeah, yeah… »

Pour New York

(Sorry about the translation which could be better…
If you saw the flaws, then it means you’re fluent and you don’t need me to translate !
Anyway, no time for that now. Hey, how ’bout you send me a commentary and we talk about that later ?! :-D )

Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Rempeyèk indonésiens : beignets croustillants aux lentilles ou cacahuètes

 

Les rempeyeks de ma grand-mère…
Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi cette recette n’était pas encore sur Cuisine Métisse ?
Une petite merveille que certainement peu d’entre vous testeront, contrairement au cake au choco apparemment :-)
Je vous comprends, c’est assez étrange, ces espèces de chips à la farine de riz, avec des lentilles en plus ! Et même avec des cacahuètes, la friture, tout ça…
Pourtant… pourtant ! Si vous saviez comme ces petites choses croustillantes sont bonnes et totalement addictives ! Leur délicieux goût de graine de coriandre fraîchement écrasée, et celui de la lentille, si subtil, que j’adore…
Quand les Zoreils y goûtent, ils n’ont plus qu’à manger dans la main de ma grand-mère :-D

Mon Doudou, comme tous les grands Zoreils de la famille (eh oui, nous avons toutes épousé des métro !!! :-) ), ne fait pas exception à la règle. A Nouméa, la scène est devenu presqu’un rituel.
Alors qu’il a bien vu que le bocal de rempeyek est vide, il demande d’un air innocent « Mémé, il reste des rempeyek ? »
Et le plus grand plaisir de ma grand-mère, c’est de lui dire « Mais oui, bien sûr ! Regarde, mon petit fils, prend la place dans le canapé, là, la télécommande est là, mémé t’emmène des rempeyek. Tu veux une bière, aussi ? »

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Apéro, Cuisine par pays, Indonésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Le Défi 2010 – Biscuits 3 : le cake au chocolat super moelleux

 

47ème jour sans Granola.
C’est dur.
Il y a des jours où je me dis que ce n’est plus supportable, où je sens que je vais craquer.Chaque minute, chaque café, chaque tasse de thé est un combat.
Mes « amis » ne m’aident pas. L’une d’elles (qui se reconnaîtra), me nargue avec des Mc Vities soit disant « sans additifs ni colorants », qui ont une couche de caramel fondant sous le chocolat.
C’est dans les moments difficiles qu’on se rend compte qu’on est seul.
L’amitié ?
Je suis seule face à la désintox’. That’s rehab, yeah baby.

J’y pense sans arrêt.
Seule ma fierté m’empêche d’attraper Doudou par le bas du pantalon (c’est la seule partie de ses fringues que je peux attraper quand je rampe au sol) et de l’implorer « Il m’en faut, pitié, il m’en faut, donne moi les clés de la voiture. Il me faut mes Grano, je t’en priiiiiiie ».
Il FAUT que je sois forte. Il faut que je m’en sorte !
Mais c’est dur, quand on a perdu toute fierté…

Heureusement, j’ai découvert ce cake au chocolat.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cakes / Muffins, Desserts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Velouté potimarron, chataigne, chantilly au lard façon carbonara

 

Il y a des jours je vous jure où la mauvaise foi des mecs me rend diiiiiiiingue !!!
Ca fait des années qu’on vit ensemble, des années qu’il a eu l’occasion de découvrir mes petites manies, si elles étaient trop pénibles pour lui il m’aurait déjà quittée, non ?
Alors pourquoi, bon sang de bois mais POURQUOI, est-ce qu’il continue de tout faire pour m’énerver ???

Exemple type 1:
Je n’aime que le dessus du pain. Si je suis toute seule à manger, bien sûr, je mange tout, mais il se trouve que je préfère le dessus, et lui s’en fout. Alors POURQUOI est-ce que SYSTEMATIQUEMENT, quand on partage nos tartines, il mange le dessus et me laisse la croûte du dessous ???

Exemple type 2:
Impossible de lui faire comprendre qu’une chaussette mise à l’envers dans la machine n’a aucune chance d’être bien lavée. Non seulement je dois les ramasser partout dans la maison, les mettre dans le panier de linge, puis les mettre à laver, mais en plus je dois mettre ma petite main enduite de crème à la cerise de chez l’Occitane à l’intérieur, attraper le bout tout humide, marronnasse et puant, et retourner la chose sans défaillir. Il est capable de me répondre : » Mais laisse-la donc retournée, ça m’est égal si elle est encore sale« .
Arf. C’est bon cette fois je défaille. Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Douce France, Soupes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Le défi 2010 – Biscuits 2 : sablés au chocolat

 

Je n’arrive plus à me concentrer !!! La tête vide, ou plutôt trop pleine de paillettes.
Je devrais poster tous les deux jours voire plus pour être à jour dans mes recettes, mais impossible, depuis une semaine je reste devant mon clavier les yeux dans le vague, ou pire, j’ouvre une deuxième fenêtre Explorer et là, laisse tomber, le blog passe à la trappe.


Décollage pour New York, J-22 !!!!
I can’t wait !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Autres, Desserts, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.