Raconte moi un curry… et dire que j’aurais pu ne pas la rencontrer… Véronique ! et ne pas le rencontrer… le curry !

Ça fait bizarre de se retrouver là, dans les meubles de Véronique… c’est pas pareil qu’à la maison y’a plein de choses curieuses sur les étagères… pourquoi, vous ne regardez pas vous, l’air de rien comment c’est fait chez les autres quand vous êtes invités ?

Je dis pas ouvrir les tiroirs et fouiller non, mais juste laisser traîner les yeux… du côté de la télé par exemple pour voir à quoi ressemble les films ? Ici c’est plein de Bollywood… mais alors plein, plein, plein… plein, plein ! tellement que j’ai failli y rester histoire d’en regarder un petit.. et puis je me suis dit qu’un petit ça fait… long !

Et puis du côté de la cuisine, bon là je dis pas que j’ai pas ouvert un placard ou deux… tiens des épices… tiens, et même qu’elles sont indiennes les épices… tiens, même que c’est de celles avec lesquelles on peut faire du curry ! Faut dire que par ici le curry… un bolly, un curry… forcément et du coups je suis allez avec un reste de curry flémarder vers le salon et la sur la bibliothèque des histoires ! plein d’histoires ! des histoires sur l’école, les amis, les currys, la famille, les ballades… des histoires et encore des histoires, de celles que j’aime, des drôles, des tristes, des nostalgiques et des toutes gaites…et c’est d’ailleurs pour ça que je suis là… pour du curry et des histoires puisque nous avons décidé avec Véronique de vous inviter à venir nous raconter une histoire… une histoire…

Avant que je connaisse Krishan K. pour moi les indiens se limitaient à ceux qui couraient derrière John Wayne pendant la première moitié des westerns et dans l’autre sens pendant la deuxième moitié, pour moi les indiens étaient donc américains et joyeusement emplumés… Il faut dire à ma décharge qu’à la maison le mot cinéaste renvoyait beaucoup plus souvent à John Huston qu’à Satyajit Ray et que j’ai été bercé au son de la charge de la 36e de cavalerie. Et un jour Krishan est arrivé et il a détruit toutes mes certitudes indiennes !

Krishan est arrivé dans ma vie alors que j’usais mes fonds de pantalons sur les sièges d’une classe qui normalement devait me conduire à devenir comptable… Malheureusement comme je n’ai jamais été très chiffres et encore moins études, enfin à l’époque, je me transformais gentiment en mollusque dans un coin de la classe, près d’une fenêtre, en attendant des jours meilleurs… Quand un jour un nouvel élève est arrivé et s’est posé à un endroit préservé, presque un sanctuaire, il s’est assis à la place vide à côté de moi ! Et à peine posé là il a lâché… Bonjour je suis Krishan K et je suis enchanté de vous connaître ! J’ai soulevé le sourcil et j’ai détaillé l’OVNI qui venait d’atterrir à mes côtés…

Quelque soit le temps, sous un soleil à griller un asticot sur le goudron ou dans un froid sibérien, je n’ai jamais connu Krishan qu’attifé d’une seule et unique tenue : costume marron, chemise bleue et cravate impeccable ! A l’âge que nous avions à cette époque, même en m’attachant on n’aurait pas pu m’habiller comme ça… alors que notre uniforme se composait de tennis Stan Smith, de tee-shirts Fruit of the Loom et d’étranges blousons à carreaux et col en poil de synthétique que je n’oserais même plus mettre dans la caisse à déguisements des enfants… Quoiqu’il en soit Krishan ne s’habillait pas comme nous, ne parlait pas comme nous et pire encore ne mangeait pas comme nous !

Comme beaucoup d’adolescents à un moment de ma vie je me suis nourri d’un seul aliment, en ce moment pour mon ado c’est le Nutella, moi à l’époque j’avais choisi le pan bagna en considérant qu’il remplissait tous les besoins nécessités par ma croissance… du pain, des œufs durs, du thon et beaucoup de mayonnaise ! éventuellement il y avait aussi quelques légumes mais je les jetais toujours avec dédain, la croissance ne nécessitant pas de légumes ! Et je mangeais donc mon pan bagna voracement tous les midis sur mon banc en face de l’école… un banc sur lequel Krishan est vite venu me rejoindre…

Là, il commençait toujours par déplier sa serviette sur ses genoux, y poser une multitude de petits récipients en plastique et une cuillère, et après m’avoir demandé, vous voulez partager ? et que j’ai levé les yeux au ciel, il dévorait tout avec application ! Et puis de jour en jour nous nous sommes retrouvés sur ce banc et en classe, et j’ai découvert Krishan, fils peu doué pour les études d’une famille de diplomates de second rang, qui parlait déjà anglais, français et disait-il plusieurs dizaines de dialectes indiens, et qui se traînait dans sa vie avec une lassitude masquée par une distinction très travaillée…

Et puis à force de refuser ses propositions de goûter son menu je me suis dit que je devais faire un geste, moi aussi, au moins une fois. Alors un jour ne me suis pas jeté sur mon pan bagna, je l’ai attendu et quand il est arrivé j’ai juste dit, t’en veux un bout ? Il m’a regardé étonné, puis il a scruté ma merveille emmayonnaisée à souhait, et a accepté et il l’a portée à sa bouche… j’ai imaginé la volupté du fleuve de mayonnaise se répendant…

Et là, soudain, je l’ai vu bondir et courir deux arbres plus loin et recracher violemment tout ce que sa bouche contenait en accompagnant le tout de ce que j’ai deviné ne pas être que des compliments… Je crois que si je lui avais fait manger une queue de putois il n’aurait pas réagi autrement… Et puis il est revenu, le front couvert de sueur, et m’a juste dit, je vous remercie de m’avoir fait goûter ce délicieux… il n’a jamais dit quoi et j’ai compris ce jour-là la relativité des goûts… Ensuite nous n’avons plus jamais parlé de nourriture avec Krishan… et maintenant je le regrette bien … mais je me suis rattrapé ici ! 

Bombay’s vegetable beignets

Ingrédients : 150g de farine de pois chiches (en épicerie asiatique) – 2càc de curry – 1càc de curcuma – 1càc de paprika – ½ càc de sel – 15cl d’eau – 1 petite courgette – 1 petite aubergine (ce sont des petites aubergines rondes d’une dizaine de centimètres) – 1 oignon – ½ cœur de fenouil – de l’huile pour la friture – sel

Mettez dans un saladier la farine, le curry, le curcuma, le paprika et le sel, mélangez bien, puis ajoutez l’eau et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Taillez l’ensemble des légumes en allumettes et les oignons en rondelles. Faites chauffer dans une poêle à feu moyen 2ou  3cm d’huile. Quand l’huile est bien chaude, mettez 1 ou 2 càs de pâte dans une assiette creuse et ajoutez 5 ou 6 allumettes de légumes, soit d’un seul, soit en les mélangeant tous, à votre goût. Couvrez-les bien de pâte et déposer-les dans l’huile. Faites bien dorer des deux côtés puis réservez sur du papier absorbant et continuer jusqu’à la fin de la pâte. Quand ils sont tous prêts sortez tous les chutneys que vous avez et dégustez en trempant généreusement les beignets. 

Curry de la mer et des écureuils

Ingrédients : 3échalotes – ½ piments rouge – ½ citronnelle (la partie blanche) – 1càc de gingembre frais – 1càc de curcuma en poudre – 1càc de curry en poudre – 2càs d’huile neutre – 10 crevettes – 6noix de saint jacques – 120g de filet de cabillaud en morceaux– 30g de noix de macadamia grossièrement émincées – 10g de cacahuètes grossièrement émincées – 400ml de lait de coco – 1càs de jus de citron vert – 50g de soja blanchit – des feuilles de menthe et de coriandre – du curry en poudre

Mettez dans un mixeur les échalotes, le piments rouge, la citronnelle, le gingembre, le curcuma et le curry et mixer jusqu’à obtenir une pâte homogène, n’hésitez pas à insister. Passez ensuite le tout à travers un tamis pour éliminer le surplus de fibres. Faites chauffer une poêle à feu assez vif et faites-y légèrement griller les noix et les cacahuètes et réservez-les. A feu moyen remettez une poêle, versez-y l’huile, puis la pâte au curry et remuez-la une minute, ajoutez le lait de coco et remuez bien, baissez le feu et toujours en remuant laissez une dizaine de minutes sur le feu afin de réduire le mélange.

Ajoutez alors les crevettes, les noix de saint jacques et les morceaux de poisson, mélangez bien et faites cuire à feu moyen pendant une petite dizaine de minutes, il ne faut pas que ça cuise trop sinon les fruits de mer et le poisson vont durcir. Quand ils sont à point versez le jus de citron, remuez un peu et retirez du feu. Servez dans les assiettes, répartissez le soja, les feuilles de menthe et de coriandre, les noix et les cacahuètes et saupoudrez généreusement de curry en poudre.

Et voilà et donc si vous voulez jouer avec nous à notre petit jeux  » Raconte-moi un curry « .

Le principe, mitonnez-nous un petit plat, un curry ou un autre plat indien et racontez-nous une histoire indienne, que ce soit celle d’une recette, d’une rencontre, d’un film, d’un livre, d’une ville… ou de votre premier rendez-vous manqué avec la cuisine indienne… par exemple ! Et puis comme j’ai très envie de les lire et s’ils le veulent bien j’aimerai lire… Mily, Pascale (Snapulk) et… ‘Tit ! et voir ce que va donner leur  » Raconte-moi un curry  » et j’espère que ça sera aussi bientôt votre tour…mais bien sûr si vous avez envie de vous lancer spontanément n’hésitez pas !

Un dernier mot… merci Véronique pour le plaisir de cet étonnant échange !

Mais pourquoi, pourvu qu’elle range pas chez moi… est-ce que je vous raconte ça… ici !

Juste une petite précision sur notre petit jeu  » Raconte-moi un curry « , il s’agit seulement de préparer un plat indien, un curry ou un autre plat, et quand vous publiez chez vous, vous accompagnez ce plat d’une petite histoire  » indienne « , quelque chose qui raconte votre plat, ou une rencontre, un film, une épice… ce que vous voulez. Voilà le principe de  » Raconte-moi un curry « , Dorian et moi avons décidé d’échanger nos blogs pour lancer le jeu mais c’était juste pour cette occasion… voilà voilà mais je ne suis pas là (non plus) ,-) !

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>