Tarte fine aux oignons caramélisés qui m’a rendue incrédule

Pour que vous compreniez quel exploit cette tarte représente à mes yeux, il faut que vous sachiez que Louloute n°1 est (comme beaucoup d’enfants il est vrai), tout à fait hostile à la présence d’oignons dans un périmètre de 10cm autour de sa bouche. Cette bourrique les trie absolument partout: currys divers, poulet dans tous ses états, spaguettis bolognaises, elle est même capable de plonger dans ses lasagnes pour retirer un morceau d’ennemi que j’aurais eu le malheur de ne pas hâcher assez finement (« Non mais tu veux pas un casque de spéléo, par hasard? »). Même si en grandissant elle commence à être fatiguée de chounailler et finit par en manger plus qu’elle n’en laisse, je finis toujours par trouver, tiens comme c’est bizarre!, quelques oignons sur le bords de l’assiette.
Mais un jour, avec cette tarte pourtant née uniquement d’un « vidage de frigo », le petit miracle se produit (oui, d’accord, miracle est un grand mot, mais quand même)…
« Hmmm… Elle est bonne cette tarte, maman. Qu’est-ce qu’il y a dedans? »
(Gloups) « Eh ben, de la tomate, de la poitrine, du basilic-et-des-oignons » (dernier élément de la recette dit très vite).
« Eh ben dis donc… » (suspense insoutenable…) « C’est bizarre, d’habitude j’aime pas les oignons, mais là, oui! »
Incroyabilissimo!
Alleluiah!!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes / Tourtes / Tartines, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Fête des mères – Charlotte aux fraises facile

 


Qu’on pourrait aussi bien nommer « Charlotte pour les nulles de la pâtisserie comme Véro« .

Fête des Mères – un vieux complexe remonte à la surface: je revois les gâteaux merveilleux de ma propre maman, pleins de crème, d’étages, de fruits colorés, de couches superposées, et je repense à l’émerveillement que cela causait en moi: « Quand je serai grande, je ferai comme toi, maman… »

Bilan des gâteaux que j’ai fait jusqu’à présent pour mes filles: cakes, gâteaux au yaourt (oui, mais à pleins de parfums!), moëlleux au chocolat pour les grandes occasions (toujours le même de toute façon…). Bref, la honte… « Je ne suis pas une maman à la hauteur!! Mes filles finiront chez le psy à force de ne jamais mettre de ganache dans mes gâteaux!! » Alors je décide de me prendre en main, et comme en ce moment c’est la saison des fraises (elles se balladent partout avec des asperges, allez savoir pourquoi?? ;-)), je me lance!! Une recherche sur le web plus tard, je goupille ma petite recette, pleine d’espoir, d’angoisse et d’excitation… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Gâteaux, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Visite chez le chocolatier Antoine – et conséquences

En fin de semaine dernière, je suis allée faire un petit tour chez le chocolatier Antoine, et j’ai rapporté un véritable petit trésor à la maison (comment entrer dans cette boutique sans en ressortir avec des gourmandises pleins les yeux , et plein les sacs?).

Mon butin, donc: quelques tablettes Antoine (Caraïbes, Guanaja et Araguani), quelques tablettes du Noir Gastronomie de Valrhona et une boîte de cacao en poudre de Valrhona également. Et pour me recompenser de ne pas avoir craqué sur les pâtisseries totalement affolifiantes!, je me suis offert une petite boîte d’amandes caramélisées au chocolat! (ben comme je dis toujours, y a pas de mal à se faire du bien!). Et je jure que presque 5 jours plus tard, elle n’est toujours pas finie! Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Desserts, Desserts d'ailleurs, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

J’suis encore un peu malade

Mais ça va mieux quand même… Alors je me remets à mes fourneaux, mais tranquillement. J’ai envie d’un truc chaud, fondant, onctueux, et surtout prêt en deux coups de cuillères à miel (j’en ai vidé un pot en deux jours…). Inventaire des placards et du frigo: pas des merveilles, mais un joli pot de crème fraîche d’Isigny au frigo, un morceau de Gorgonzola, et du Serrano. Ce sera: collerettes au Gorgonzola et Serrano (elle est pas simple la vie?). Pour ceux qui surveillent leur ligne, j’avoue, je n’ai pas cherché la teneur en matière grasse sur mon pot de crème (elle est tellement onctueuse que ça devait être tout à fait scandaleux!!) Une crème fleurette allégée doit bien faire l’affaire…J’ai juste fait fondre mon Gorgonzola  mélangé à ma crème sur feu doux, ajouté les pasta al dente dans la sauce, mélangé, et …voilà! Et pour les 6000 calories que cela m’a valu, je ne m’en fais pas, quand on est malade on perd du poids, non?(non??)

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Pasta. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Brioche dorée aux fruits exotiques et glace mangue passion

Tout simplement un bon vieux pain perdu!
Dessert délicieux et simplissime…

La brioche est trempée dans un mélange d’oeuf battu et de lait, puis je la fais dorer gentiment dans du beurre, à la poêle.

Les fruits doivent être préparés un peu à l’avance: j’ai choisi la mangue et l’ananas (mangue très suave et sucrée, ananas acidulé) mais à vous d’imaginer d’autres combinaisons, pas forcément exotiques). Ces fruits sont rôtis à la poêle, avec en fin de cuisson un trait de crème fleurette, voire de sucre de canne si l’ensemble est un peu trop acide. Ne laissez pas les fruits cuire trop longtemps, sinon effet compote pas très esthétique…

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Chapon aux raisins et farce fine au foie gras

Indispensable (mais fastidieux, j’avoue): peler les raisins.
La farce est un mélange de veau, de foie gras frais et de porc hâché fin, avec des abricots secs mis à réhydrater dans de l’Armagnac (mis à réArmagnaquer, donc). J’ai aussi ajouté une tranche de pain de mie trempée dans du lait, pour rendre la volaille bien tendre.
Les raisins pelés sont ajoutés au moment de découper la volaille: pendant que la viande repose un peu, mettre le plat directement sur le feu de la gazinière et y faire revenir les fruits. Ils s’enrobent de jus et des sucs de cuisson, c’est fantastique!
J’ai servi avec une poêlée de pommes de terre aux girolles (le bocal de girolles était un cadeau de la grand-mère de San).
Hummm… C’est quand, le prochain Noël?

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Papillotes de noix de St Jacques au coco

1) Dans une papillotte en alu, disposer les noix de st Jacques (2 si c’est une entrée), + une crevette pour donner un peu de couleur.
2) Ajouter quelques légumes: j’y ai mis des rouelles de poireaux, de la carotte râpée, quelques dés de tomates et des échalottes, le tout agrémenté d’une rondelle de citron (vert, c’est bien…).
3) Arroser (généreusement) de lait de coco, une pincée de curry, une autre de sel et hop, c’est parti…
4) Refermer les papillottes et les mettre un cour dans le four préchauffé à 180°. La cuisson est assez rapide, les noix de St Jacques doivent rester tendres. En dix minutes, c’est prêt!

Et voilà!

Recette rapide et savoureuse, elle est devenue un classique chez nous dès que l’occasion se rpésente de sortir les St Jacques!

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Crustacés / Fruits de mer, Douce France, Poisson. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.