KKVKVK n°24 – Samosas ind(onés)iens

J’ai loupé le cassoulet de Gracianne
J’ai loupé les bolo de Dorian

Y avait PAS MOYEN que je loupe les samosas de Charline!!!

Pfiou… j’ai eu chaud…
Histoire d’être à l’aise pour goupiller ça vite fait, j’ai décidé de métisser le samosa en l’emplissant de apon (prononcer Ap’honne), une préparation indonésienne à base de boeuf séché et de noix de coco. Normalement, cette viande est prise dans de la macreuse, ou un morceau bien fibreux, on la fait cuire, on l’effiloche et on la cuit à nouveau. J’ai simplifié avec du boeuf haché!
Je triche un peu parce que le thème était le samosa indien, mais il y a quand même de la coriandre dedans!!!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Bœuf / Veau, Inde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mon réveillon en Inde – Raan d’agneau et masoor daal (et un Bolly, tiens!)

Ben puisqu’on peut pas se faire des petits réveillons aux quatre coins du monde (avec les deux mouflettes, hein, je vous dit pas le prix du réveillon! Si c’est en plus pour s’entendre dire « Mais y a pas la magie sur la télé Indienne??« , ben, c’est pas la peine…)…

Voilà, moi je fais venir l’Inde! Non mais…

Par contre, ben non, pas de Bolly pour cette fois, puisque je vous dis qu’on a regardé Patrick Sébastien toute la soirée!! (je suis encore sous le coup de cette épreuve, merci de ne pas enfoncer le clou avec des commentaires un peu moqueurs…). En même temps, je leur devais bien ça, je crois qu’elles auraient préféré un bon chapon avec des marrons et des pommes noisettes… C’est dur, des fois, de m’avoir comme mère…

Raan de souris d’agneau qui a donné un petit coup de sueurs froides à Grande Louloute (« Quoi??? Tu nous fait manger de la souris??? » ;-))
Pour 4 souris (ou un gigot)
– La veille (ou le matin du grand soir, ça suffit), préparer la marinade: mixer 1 oignon, 3 gousses d’ail, 3cm de gingembre pelé, 1 càc de cumin en poudre, 1 càc de coriandre en poudre, sel poivre.
– Ajouter un yaourt au lait entier
– Enduire les souris de la moitié de cette marinade, et mettre au frais. Réserver l’autre moitié de la marinade.

– 2 heures avant de servir, ajouter 50g d’amandes en poudre à la marinade réservée, ainsi que quelques belles branches de coraindre fraîche ciselée.
– Couvrir l’agneau de cette marinade aux amandes, et mettre au four.
– Commencer la cuisson en couvrant d’un papier alu, th.6 pendant 40mn, puis terminer la cuisson en enlevant l’alu pour que l’agneau soit bien doré, pendant 20 minutes (augmenter le temps de cuisson pour un gigot).

Masoor Daal.
-250g de lentilles roses – 5 gousses d’ail hâchées – 1càc de pâte de tamarin – sel – 1 oigon moyen hâché – 3 petites tomates concassées (j’ai mis des tomates en boîte) – 1cm de gingembre frais râpé – 1 càc de coriandre en poudre – 1 càc de cumin en poudre – 1 càs de beurre

– Bien rincer les lentilles et les mettre à tremper pendant 30mn.
– Réserver 1/3 de l’ail hâché.
– Faire bouillir 1,4litre d’eau dans un grand faitout. Jeter les lentilles, ramener à ébulition et saler d’1càc de sel.
– Ajouter l’oignon, les tomates, 2/3 de l’ail, le gingembre, les poudres de coriandre et de cumin (ajouter 2 piments verts écrasés si vous souhaitez quelque chose d’épicé).
– Laisser cuire 30minutes à feu moyen.
– Verser le tamarin, faire cuire 2 minutes.
– Retirer du feu et fouetter pour obtenir une purée.
– Au moment de servir, faire chauffer un peu de beurre dans une louche, y faire revenir l’ail réservé pendant une minute, puis verser ce beurre parfumé sur la purée.

Et voilà!
Savoureux…
L’une des Louloutes a adoré le Toor daal mais pas l’agneau, et la deuxième a fait l’inverse, elle a dévoré l’agneau et laissé le daal…!
J’ai été un peu déçue par la qualité de la viande (de l’agneau qui venait pourtant de Nouvelle Zélande, terre sauvage réputée pour ses lambs!!), j’espérais quelque chose de plus tendre (peut-être faudrait-il essayer avec une cuisson plus douce, et plus lente).
Le daal en revanche était un pur régal, que je prendrai la peine de faire plus souvent avec mes curries.

En parlant de curries!!!
Oui, je sais,  j’ai dit « pas de Bolly« , mais je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous ce petit-là, que ma Louloute n°2 est en train de regarder derrière moi à l’heure où j’écris… Un monument!! lol
Le préféré de mes filles, et c’est dire, car il fallait du lourd pour réussir à détrôner Kutch kutch Hota Hai!!
Il s’agit de Koi Mil Gaya (dont le titre est aussi celui d’une chanson de Kutch kutch, comme quoi!)…
Bon, on le voit tout de suite, plus de 13 ans s’abstenir (…mais j’ai bien aimé, moi!!!).
Celui-là est un remix Bolly de E.T.,.avec en plus quelques scènes de claquettes sous la pluie digne d’un Fred et Ginger (enfin, à la Bolly, hein!). Un drôle de mix, je vous l’accorde!;-) Bon, quand on a dit ça, on a tout dit du film…
J’ajoute juste que les chansons sont jolies… Le genre que vous chantonnez pendant des jours après, mais celles-là ce n’est pas grave… N’est-ce pas ma Gracianne??;-)
En premiers rôles, le super beau gosse Rhitik Roshan, (celui de Kabhi Khushi Kabhie Gham) et Preity Zinta.
Oui, j’ai bien dit le « super beau gosse« , car n’oubliez jamais mesdames, que Rhitik, c’est ça (Oh MY GOD!!!):

Oui, oui, l’homme le plus photographié de Bollywood (non, vous ne rêvez pas, plus que Shah Rukh!!)
« Mochisé » pour les besoins du film, mais sa nature de beau gosse le rattrape vite, grâce aux pouvoirs magiques de Jaddhu l’extra-terrestre (je vous avais prévenus) et du coup Maman n’a plus du tout envie d’arrêter le film! (« Ah ben c’est drôle, avant tu disais que c’était nul!! » « Tais-toi Mouflette, si ton père t’entends je te prive de chocolat jusqu’à tes 18 ans!!« )
Voilà…  Inutile de me remercier pour vous avoir fait connaître ce film qui est un incontournable du cinéma!!  lol 😉
PS: Shah Rukh, c’est le moment de te manifester, car ma fidélité est mise à rude épreuve… Purée (de daal), mais quel beau gosse!!

Cette entrée a été publiée dans Agneau, Inde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un curry/Un Bolly #10 – Curry tout blanc

Le dixième Curry/Bolly, déjà!

Pour cette occasion, j’ai voulu marquer le coup avec un film à l’esthétique d’une rare beauté, un Bolly vraiment à part, plein de pudeur et de puissance…

Et pour aller avec le film, j’ai choisi une recette très simple, mais dont les saveurs sont relevées à merveille par les feuilles de curry fraîches (merci Alex…).

White curry – Curry de dinde tout blanc

– Dans un pilon, mélanger et écraser légèrement 1 cuillère à café (càc) de curcuma, 1 càc de graines de coriandre, 1 càc de graines de moutarde, et 1 càc de graines de cumin.
– Dans une poêle, faire chauffer 1 cuillère à soupe (càs) de ghee et une lichette d’huile.
– Quand le ghee et l’huile sont bien chauds, verser les épices, et les faire revenir jusqu’à ce qu’elles « sautillent ».
– Ajouter un dé de gingembre frais râpé.
– Ajouter 1/2 oignon émincé finement et 2 gousses d’ail écrasées.
– Ajouter 1 belle poignée de feuilles de curry fraîches, et faire revenir le tout quelques minutes.
– Ajouter 2 escalopes de dindes émincées, faire dorer.
– Dans un bol, mélanger 1 yaourt au lait entier et 2 càs de crème fraîche épaisse.
– Verser la préparation dans la poêle, remuer vivement.
– Saler, laisser mijoter à couvert 5 à 10 minutes (remuer de temps en temps pour éviter que le yaourt ne caille).

Et voilà!

Des saveurs que j’ai volontairement voulu garder simples, pour mieux profiter des feuilles de curry, qui lient les épices entre elles et leur donnent beaucoup de caractère, ce côté poivré et tonique… Une sauce onctueuse… Un petit plat vite fait, à servir avec du riz chaud bien sûr…:-)
Pour celles et ceux que ça intéresse, j’ai comparé avec les feuilles de curry séchées, je dois dire que la saveur est assez semblable, et qu’on ne perd pas trop au change, même si évidemment, les feuilles fraîches restent meilleures!

Et avec ça, donc, je vous sers le magnifique film de Deepa Mehta, Water

Que vous dire de ce film, si ce n’est qu’il est somptueux.
Ses couleurs, ses tableaux, chaque scène est une oeuvre d’art…
Il est à la fois sombre et chatoyant, comme les eaux du Gange, omniprésentes.

Découvrez l’histoire de Chuiya, petite fille de sept ans, qui devient veuve, et va découvrir la vie des « half-dead women« , ces « femmes à moitié mortes » qu’étaient (et sont toujours pour beaucoup encore) les veuves indiennes…

Parmi ces femmes se trouve Kalyani, jeune femme veuve et rebelle, qui souhaite refaire sa vie avec Narayan, jeune homme beau et cultivé né d’une puissante famille… Sur fond de libération du  Mahatma Gandhi, et de sa montée au pouvoir, les secrets les plus lourds se révèlent…

Celui-là ne vous fera pas danser, ni chanter, ni même pleurer, mais croyez-moi, il fera bien plus, et laissera sa marque…
Les acteurs Lisa Ray et John Abraham sont d’une magnifique pudeur… ce qui est assez rare à Bollywood pour être relevé!

Cette entrée a été publiée dans Inde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un curry – Un Bolly # 9: Palak Gosht (curry d’agneau aux épinards)

Ca faisait trop longtemps…
Il fallait bien que ça arrive!
Ca sent enfin les épices dans ma cuisine qui dépérissait!

Juste parce que j’ai vraiment besoin de réconfort…
Que je vous raconte: figurez-vous que cette année, j’ai un stagiaire!
Oui, oui, un petit stagiaire tout mignon, qui arrive de l’IUFM avec son petit sac à dos et son petit air d’avoir… quoi? douze ans?? et qui s’installe à mon bureau, tout cool…
Le problème n’est pas le stagiaire, tout à fait adorable… (qui ne restera d’ailleurs pas longtemps tout cool derrière le bureau, nyark nyark nyark!!).
Mais c’est juste que, en prenant le temps de me retourner et de regarder la situation, je me suis rendue compte qu’à l’école… j’étais devenue une vieille!!!
La preuve en est: j’ai réussi à avoir un cours simple!
Un vétéran, je vous dis, la Véro…

Ben faut s’y faire, je ne suis plus la petite nouvelle, fraîchement formée, toute ingénue et assoiffée de savoirs pédagogiques, ce qui est aussi très confortable à beaucoup de points de vue… mais…
Ca n’a pas râté, en regardant dans mon miroir en rentrant de l’école ce soir, j’ai vu… des rides nouvelles!!!

« Mais non, t’es jeune…
– Ben j’suis plus vieille que les vrais jeunes, quand même!
– Ben voilà, disons que t’es une vieille jeune, ça va encore..
. »

Voilà, voilà… Ca va encore, qu’il dit… J’ai juste envie de pleurer un peu…
Alors vite un Bolly, et ne me dérangez pas, mon masque anti-âge pose! 🙂

Palak gosht – Curry d’agneau aux épinards
Extrait de mon livre chouchou de Camélia Panjabi

Ingrédients
700g d’agneau (j’ai pris de l’épaule), 200g d’épinards, 100ml de yaourt, un morceau de gingembre de 2cm, 2 grosses gousses d’ail, 2 gros oignons hachés, 2 tomates concassées, 1 càs de purée de tomates, 50ml d’huile

Epices:
2 petits piments verts (ou plus si affinités!)
1 cuillère à café de cumin en poudre
1 feuille de laurier
1 graine de cardamone (noire de préférence)
2 clous de girofle
1 cuillère à café de coriandre en poudre
1 pincée de muscade en poudre
1 noix de ghee

– Mixer ensemble l’ail, le gingembre et le piment.
– Fouetter cette purée avec le yaourt,  et la moitié de la cuillère de cumin.
– Faire mariner l’agneau en coupé en morceaux dans cette sauce 1 heure minimum.

– Faire blanchir les épinards quelques minutes dans de l’eau bouillante salée, les égoutter puis les hacher.
– Faire chauffer l’huile dans une sauteuse, ajouter le laurier, la cardamone et les clous de girofle: laisser rôtir les épices afin qu’elles dégagent bien leur parfum.
– Ajouter les oignons, laisser rissoler une dizaine de minutes, jusqu’à ce que les oignons soient joliment dorés.
– Ajouter la coriandre et le reste de cumin, mouiller d’un petit verre d’eau, et laisser frémir quelques minutes (afin que les épices soient bien diluées).
– Ajouter la viande et la marinade, laisser cuire sans cesser de mélanger pour que le yaourt ne grumelle pas.
– Ajouter les tomates et la purée de tomates, bien mélanger et laisser cuire quelques minutes.
– Mouiller d’un verre d’eau et d’un peu de sel, couvrir et laisser mijoter à feu doux une dizaine de minutes.
– Quand la viande est presque cuite, ajouter les épinards, et bien mélanger.
– Rectifier l’assaisonnement si besoin.
– Laisser s’évaporer un éventuel surplus d’eau en augmentant la flamme et en laissant à découvert.
– Au moment de servir, ajouter la muscade et la noix de beurre.

Et voilà!

Comme je ne peux pas forcer sur le piment à cause de mes louloutes (qui en plus adorent les épinards), je rajoute par dessus une belle tombée de purée de piment, et l’affaire est dans le sac!

Pour accompagner ce petit plat, un petit Bolly, bien sûr!

Pour aujourd’hui, on s’éloigne des incontournables Shah Rukh, Aishwarya (qui a toujours l’air aussi jeune, ELLE), Amir et autres Kajol, pour découvrir trois acteurs qui jusque là étaient pour moi totalement inconnus au bataillon! Attention, v’la le titre: « Humko Tumse Pyaar Hay »
Ca me paraissait gnan-gnan à souhait, et puis finalement, j’ai bien accroché!

Celui-là a tout ce qu’il faut: une jolie jeune fille aveugle (Amisha Patel), un beau jeune premier qui devient son amoureux (Arjun Rampal).
Il meurt, elle retrouve la vue, et tombe dans les bras d’un deuxième (Bobby Deol), qui tenez-vous bien! n’est autre que le meilleur ami du défunt beau gosse!! Mais elle ne le sait pas, puisqu’elle n’avait pas encore recouvré la vue lorsqu’il est mort!!
Ha!! Qu’est-ce que vous dites de ça!! lol

Bien sûr, c’est Bollywood, ça danse, ça chante, ça nous broie le coeur… et je ne vous raconte pas la fin, car à Bollywood, tout peut merveilleusement finir, ou alors vous laisser en larmes pendant des jours et des jours!

Malgré mon grand amour pour Shah Rukh et Amir Khan, j’ai beaucoup aimé voir jouer de nouvelles têtes, et cet Arjun Rampal (en haut à droite sur l’affiche) n’a rien à envier aux dieux du Bolly! (= miam miam, si vous vooyez ce que je veux dire mesdames!)

Et voilà pour aujourd’hui…
Très vite un nouveau Curry/Bolly, car je n’ai pas vraiment le choix, n’est-ce pas Alex? 🙂

Un autre Palak Gosht chez Vivi, parue avant l’été, et qui m’avait fait bien envie!
(je viens de me rendre compte en créant le lien qu’elle aussi avait choisi la recette de Camélia Panjabi! Les gourmandes sont d’accord! :-))

Cette entrée a été publiée dans Agneau, Inde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Raïta de tomates, chutney bananes… et Aishwarya Raï

 

Ra_ta_de_tomatesLes parfaits petits compléments pour déguster vos parathas bien chaudes… Le raïta estparfait pour apaiser le feu des curries épicés, et le chutney de bananes est l’un de mes préférés… Association sucré/salé, doux/épicé: un seul mot me vient: plénitude!!

Raïta de tomates

– Battre un yaourt au lait entier.
– Couper en tout petits dés une belle tomate bien mûre.
– Ajouter les tomates débarassées le plus possible de leur jus au yaourt.
– Ajouter 2 cuillères à soupe de menthe ciselée (fraîche ou surgelée).
– Saler légèrement, puis laisser reposer une heure le temps que toutes les saveurs se mêlent.

Et voilà!

Le raïta servi le plus couramment est le raïta de concombre, qui est délicieux.

Chutney de bananes.Chutney_de_bananes

– Dans une petite casserole anti-adhésive et 1 petite càs de ghee, faire revenir 1 échalotte ciselée.
– Laisser l’échalotte cuire à petit feu, pour qu’elle commence à confire.
– Ajouter 1 poignée de raisins secs réhydratés, puis 1 banane coupée en rondelles.
– Assaisonner d’une pincée de sel, d’une pincée de cumin en poudre.
– Saupoudrer 1 càs de sucre (roux ou cassonade).
– Laisser compoter et dorer les fruits, sortir du feu et réserver.
– Servir avec paratha ou naan, raïta, et compléter d’une touche bien pimentée…

Et voilà!

Ahhhhh…..
Bonheur…..
Pour être belle comme ça, vous croyez qu’Ashwarya Raï se goinfre de paratha comme moi???
Mouaifff….

aishwarya_rai___Paro
Regardez-la… C’est scandaleux d’être belle à ce point…
Pour la petite histoire, la chanson et la photo sont extraites de Devdas.
Dans ce passage, Paro danse avec sa bougie, qu’elle a allumée dix ans auparavant, et qu’elle a juré de ne jamais laissé s’éteindre tant que son Dev chéri ne reviendrait pas… Culte…

Cette entrée a été publiée dans À grignoter, À tartiner, Cuisine par pays, Entrées, Inde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Presqu’un curry / un Bolly #7 – Allumettes de poulet épicé et 2 bollys parce que la maîtresse est trop gentille

Bon ben ça y est, là on peut pas dire, on est en plein d’dans!!!
Ma classe, mon bureau, mon coin bibliothèque, mes élèves (et leur maîtresse) sont recouverts de paillettes…
Quelle vacherie, ces trucs là, trop joli sur les boîtes à bijoux/camembert, les  photophores/pots de yaourts, les coquilles st jacques/porte-bidules, mais alors… ça vous colle à la peau pendant des semaines entières!!!

Du coup, j’ai 25 monstres qui brillent de mille feux!!

Vous avez compris, ces dernières semaines, c’était arts plastiques intensifs, en prévision du marché de Noël. Et… comment dire… on dirait que mes morpions sont comme qui dirait… légèrement… énervés? surexcités? intenables?
On dira juste: trèèèèès joyeux et impatients du Grand Jour… Malades, aussi, et fatigués, comme les grands… Alors, qui est-ce qui va se faire plaisir demain à 16h15, et qui va être la plus gentille maîtresse du monde en annonçant:
« Sortez vos cahiers de textes pour demain…
On a des devoirs???
… On sera le 22 décembre…

Ah non, pas des devoirs maîtreeeeeesse!!!
… Pas la peine de supplier, je suis insensible à la prière…

Oooohhh, s’teuplé, maîtreeeseeesse!!! C’est le dernier jour!!!!
Attention ceux qui ne font pas le travail resteront en classe au lieu d’aller au goûter de Noël…
HHHaaannn!!!!
… et ils feront des lignes au lieu d’aller voir le spectacle….
Roh la laaaa…..!!! (mines éplorées… j’adore les faire marcher…!! ;-))
… Alors, pour demain… N’oubliez pas…. et on écrit proprement Lucas!!! … d’apporter des jeux!!!!
… ??? … OOOOUUUAAAAAIIIISSS!!!!!!! »
Je peux vous dire que ces soirs-là (et il y en peu dans une année scolaire!!), pas besoin de vérifier qu’ils ont bien écrit tous les devoirs au bon jour… (« Regarde, maman, c’est marqué dans le cahier de textes, c’est la maîtresse qu’ a dit que sinon on serait punis!!! »)

Ca fait du bien de se détendre… Du coup,je m’octroie un Bolly/curry (depuis le temps!!)

Allumettes de poulet épicées et lights en prévision de ce qui est à venir… (recette tirée du magnifique Inde- Saveurs du monde que je présente )
Marinade (pour 600g de poulet coupé en lanières):
3 càs de graines de coriandre – 2 càc de graines de cumin – 1 bâton de cannelle – 3 graines de cardamone verte – 1 oignon mixé – 6 gousses d’ail réduites en purée – 1 petit morceau de gingembre frais râpé – 2 càs de coulis de tomates – 3 càs d’huile – 3 càs de vinaigre blanc – 1 càc de sel.

– Faire griller les graines dans une poêle à sec afin de révéler tout leur arôme, puis les mixer finement ainsi que tous les autres ingrédients afin d’obtenir une marinade très homogène.
– Laisser le poulet mariner dedans plusieurs heures (toute une nuit).
–  Griller les allumettes sur une plaque grill, ou sous le grill de votre four (on se garde le barbecue pour des jours moins glaciaires…).

Et voilà!

J’ai servi avec du riz basmati parfumé au curcuma et aux feuilles de curry, des rondelles frites de banane plantain verte (bien salées, miam…) et les incontournables piments et chutney de mangues… Un régal!!

Et comme c’est Noël, enfin bientôt, ce sera deux Bolly pour le prix d’un!!

Tout d’abord un vrai cadeau, une merveille qui date de 1951, de et avec le grand Raj Kapoor: Awara (The Vagabond).
Moi qui ne suis pas très vieux films, je n’ai pas loupé une miette de celui-ci.
Raj est un vagabond accusé d’avoir voulu tuer un éminent juge… Rita est son avocate… mais plus que ça bien sûr…
Le film retrace leur histoire mais aussi celle des parents de Raj, à travers les classes, des grands manoirs des juges aux rues pauvres des voleurs, soulevant au passage le voile sur une dure loi sociale d’un autre temps (du moins je l’espère), celle qui pesait sur les femmes victimes d’agressions.
Plein de lyrisme, de décors sombres et incroyables (l’enfer vu par Raj Kapoor), mais avec une fin douce (je n’aurais pas pu le supporter autrement!!!), ce film est devenu l’un de mes préférés!!!

Et grand écart ensuite avec ce film tout récent, Fanaa, sorti cette année en Inde.
Mon premier film avec Aamir Khan, que j’ai adoré… Mais alors là, pour la gaieté de Noël, il vaut mieux repasser plus tard …
Tout commence comme une belle petite bluette entre Zooni (la belle Kajol rendue aveugle pour l’occasion) et Rehan, « guide » pour touristes bohème et un peu lascar…
Tout bascule au bout de deux heures (non, ne dites rien…), et là vraiment j’ai été prise au creux de l’estomac.
Un Bollywood teinté de terrorisme et d’espionnage, mais surtout de profonde déchirure dans le coeur d’un homme…
Ca marche. Vraiment bien.
J’ai fini en laaaarmes, la boule au ventre pendant deux jours. C’est dur, mais c’est beauuuuu….
Mesdames, oubliez la désastreuse coupe de cheveux d’Aamir pendant toute la première partie du film, ce gars a un truc d’absolument bouleversant (effrayant et sexy à la fois…. GROARRR!!!).

Bientôt 30 ans… je suis une vraie midinette.

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un curry / un bolly #5 – Curry d’agneau aux 10 épices

Bon, avec toute cette agitation automnale, les Bollywoods sont devenus denrée rare à la maison… L’humeur est au grisou, et même pas trois heures trente de dispos pour me remonter le moral à grands coups de chants Hindis!!
Non mais, où va le monde, ma bonne dame, si on peut même plus rester vautrés sur son canapé pendant toute une matinée, à chantonner et agiter vaguement ses orteils au son de la musique…??

Heureusement, lors de mon dernier Curry/bolly, quelqu’un m’avait laissé un commentaire en disant « Je vais me déhancher sur le Mariage des Moussons »…
– Nom d’une sctroumphette, mais il durerait pas à peine deux heures, celui là???
Vérification faite, il dure: …. OUIIIIIIII!!! 1h 59!!!!
Je mets mon petit Bolly dans le lecteur DVD, avec même pas mauvaise conscience, vu qu’il est hyper court…

– Je te signale quand même que le fer à repasser commence à rouiller… (vous l’avez reconnue, cette voix perfide, c’est celle de Doudou)… et que t’as pas fini tes bilans individuels pour les évaluations des CE2 (… moui, moui, j’entends bien…), … et qu’il y a un nouveau massif montagneux qui est en train de prendre vie au beau milieu de notre salon, à l’endroit de ton bureau, ou du moins ce qui reste de ton bureau sous les amoncellements de livres, dossiers et photocopies à trier…. (… mais où veut-il en venir???…)… Tu crois vraiment que tu as le temps de regarder un Bollywood????? Même un court?
Ah…. C’était donc ça? Fastoche:
– Bon, ben je fais un petit plat, et on mange devant, comme ça on gagne du temps, dakodac?
-… (suspicion du Doudou)… Tu fais à manger Indien?
– Quelle question!! (ne pas prendre un ton supérieur, j’amadoue la bête…)… Enfin, si ça te fait envie, hein…
-… (grosse suspicion…) OK, ça le fait…
YEEEEEEEESSSSS!(ça devient trop facile, c’est même plus drôle…)

Curry d’agneau mariné aux dix épices, qui va parfumer votre maison pendant trois jours (et ça le fait…)

Pour cette recette, j’ai choisi de la selle d’agneau (ne faisons pas les choses à moitié), qui est déjà un morceau tendre… Mais alors mariné dans le yaourt…. J’vous dis pas… Si j’vous dis: c’est mortel!!!

-Découper l’agneau en morceaux, et les mettre à mariner dans 2 yaourts natures assaisonés de coriandre fraîche et de deux piments rouges séchés, coupés en petits morceaux (piment facultatif, et, vous commencez à me connaître, moi je fais « piment à part » à cause de mes Louloutes… Sans piment, c’est bon aussi…). Laisser la viande mariner pendant quelques heures, une heure minimum.

– Faire revenir dans une poêle, dans 1 càs d’huile d’arachide: un bâton de cannelle, 3 graines de cardamone verte, 1 càc de graines de moutarde, 1 càc de graines de fenugrec, 1 càc de graines de cumin, 3 clous de girofle).
– Ajouter deux oignons mixés en tout petits morceaux, et les laisser revenir quelques instants.
– Ajouter la viande et sa marinade, bien mélanger.
– Saupoudrer d’ 1 càs de cumin en poudre, 1 càc de coriandre en poudre.
– Ajouter deux tomates réduites en purée, du sel.
– laisser mijoter.
– Cette étape est facultative, mais donne un goût génial: dans une cuillère à soupe ou une louche, au dessus de la flamme, faire revenir 1/2 càc de macis en poudre dans un peu d’huile d’arachide, pendant 10 à 15 secondes, puis verser cette huile arômatisée dans le curry.
– Arroser d’un beau trait de crème fleurette, et laisser sur feu doux jusqu’à ce que l’agneau soit cuit. Servir avec du basmati, un cheese naan et une sauce à la menthe… et fondre de bonheur!!
Et voilà!!!
Si vous préparez vos épices à l’avance, vous serez assez rapide pour que l’agneau soit encore à peine rosé à la fin de toutes ces opérations… Et là, c’est vraiment le très grand pied!!!
Cette recette est très satisfaisante pour les mordus d’épices: je l’ai faite un peu à la « va comme je te pousse« , en mélangeant tout ce que je pouvais trouver de vaguement indien dans mes tiroirs à épices et… ça marche!
L’idée de la crème pour lier tout ça me vient de la recette du Butter Chicken, et me permet de confirmer que Indian cooking et crème font fort bon ménage!

Je mettrai dans un prochain post la recette de mes Cheese Naans (je me suis enfin lancée!) et de ma sauce à la menthe… ce qui nous donnera une bonne excuse pour un curry/ bolly #6! 😉

En attendant, Mariage des moussons, donc!

Ceux qui ne supportent pas les coups de tonnerre assortis de visages composés à mort trouveront leur bonheur ici…

Car celui-là a un goût de vrai… une odeur de gens de tous les jours, ni beaux gosses, ni chanteurs à voix de velours…
On se retrouve en famille à Delhi, autour d’un mariage arrangé certes, mais loin des stéréotypes de la femme indienne chaste et soumise, ou du mari un brin macho (on est loin de Kabhie Kushi…)
On découvre une Inde à la fois belle de ses traditions, et forte de mentalités changeant au gré du nouveau siècle.
… un père de famille, déchiré entre ses émotions et ses obligations sociales…
… une jeune mariée pas du tout vierge effarouchée malgré son visage d’ange…
… un organisateur de mariages vieux garçon qui se transforme en coeur d’artichaut…

Une galerie de personnages tous attachants et plus vrais que vos voisins (ou presque…)
Et c’est beau, et c’est drôle, et ça fait du bien…
Pas de longues chansons, mais c’est même pas grave, c’est pour dire!

.. et il dure que 1h59!!! 😉

Cette entrée a été publiée dans Agneau, Inde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.