Un curry/un Bolly #4 – Petits curries végétariens pour Florent

Y’a Dorian, y a pas longtemps, qui m’a dit: « Véronique (oui, Dorian dit toujours Véronique, en entier,  jamais Véro, ça me fait bizarre, parce qu’il n’y a guère que ma mère pour m’appeler comme ça…;-))…oui, donc: Véronique, t’es trop sensible pour Bollywood ».
Et ça m’a rappellé qu’il y a quelques années, quand j’étais normale, je trouvais ça nul, les Bollys: surjoué, ringard, prévisible etc…
Et aujourd’hui?
Je pleure devant ma télé, je tremble à l’idée que ça se finisse mal (ça arrive quand même souvent, je trouve!), je remue frénétiquement mes épaules, doigts levés (comme les gosses à l’école, faut vraiment que j’aie perdu la raison!), bref: QUE M’EST-IL ARRIVE???!!!
Je me transforme en greluche… (… non, ne dites rien…j’crois qu’il vaut mieux… Non, non, rien, vraiment!!)

Le fait que j’adore la cuisine indienne n’a rien arrangé…

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Inde, Légumes, Végétarien, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un curry/Un Bolly #3 – Curry de poulet à la mode Parsi de Mumbai

« Bole Chudiyan, Bole Kangana! Haay Main Ho Gayi Teri Saajnaaaaaa!!!!!… »
Ca sent la cardamone, le garam masala; les jupes virevoltent, les bindis brillent… « Hay! Hay! Hay! » On se croirait dans un Bollywood pure tradition…
Pas du tout, vous êtes dans mon salon, les Louloutes chantent, Véro se dandine une poêle à la main, et le Doudou lève les yeux au ciel en soupirant, homme désespérément seul au milieu de toutes ces filles aux yeux qui brillent… Namaste!!

C’était déjà une tradition à la maison…
Ca en sera désormais une sur Cuisine Métisse: Un curry, un Bolly!
Après le curry vert de New York Masala, après le curry rouge de Devdas, voici le curry Parsi de Swades!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Curry, Inde, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Korma vert d’agneau

Allez, je pète la forme aujourd’hui (j’ai cru voir un bout de soleil derrière un gros nuage…), encore un peu de rattrapage (sinon je vais être trop à la bourre, avant même la rentrée, c’est pas bon…)

Rappellez vous… Suite à mon lumbago dû à l’English breakfast avec mes schtroumphs, j’ai du rester un certain temps dans mon canapé, avec un coussin calé et une boîte d’anti-inflammatoire à portée de main.
Et chez moi, qui dit station prolongée et forcée dans le canapé dit…
« Bollywood! » mais c’est bien sûr! Vous commencez à bien me connaître!!

On aurait dit que ça tombait bien, figurez-vous que je venais justement d’agrandir ma collection de DVD from India!
 » Tu l’aurais pas fait exprès, par hasard, de te faire mal au dos?? (regard suspicieux de Doudou)
– Qu’est-ce que c’est que cette question?? Tu plaisantes ou quoi? » (J’ai gémi un peu pour montrer que je souffrais et qu’il était très méchant. Puis j’ai appuyé sur play!)

Et comme à chaque fois que je regarde un Bollywood, même un super triste (et celui là était vraiment top du sadique!), j’ai eu envie d’un bon curry! Et franchement, quand je dis « un bon curry », celui-ci était vraiment top!
Ca ne se voit pas trop sur la photo, mais il était vraiment vert, ce qui était assez sympa, pour changer…

Délicieux Korma vert d’agneau à la noix de coco.
– 1/2 tasse de noix de cajou et amandes mélangées (non salées).
– 2 oignons émincés.
– Une grosse poignée de coriandre fraîche, et une de menthe.
– 1/2 tasse de coco râpée
– 600g d’agneau dégraissé coupé en morceaux
– 2 feuilles de laurier
– 3 cardamones vertes
– 1 petit bâton de cannelle
– 3 gousses d’ail hâchées
– 1 beau morceau de gingembre râpé
– 1 bonne càc de coriandre, cumin en poudre
– 1 càc de sucre
– jus d’1/2 citron vert
– 25 ml de crème
– 1 éclat de macis, ou 1 càc de macis en poudre (facultatif)

– Faire revenir les oignons dans une poêle avec un peu d’huile jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés et croustillants.
– Lorsqu’ils sont prêts, les mettre dans un blender avec les amandes, les noix de cajou, la menthe et la coriandre fraîche, la noix de coco et réduire en purée en ajoutant une petite tasse d’eau.


– Dans la poêle des oignons, faire chauffer 2 càs d’huile et y faire revenir les feuilles de laurier, la cardamone, la cannelle, l’ail et le gingembre. Ajouter l’agneau, et le faire dorer 5 minutes.
– Ajouter les poudres de coriandre et cumin, et faire sauter le tout en remuant pour empêcher la viande d’attacher.
– Ajouter la purée d’herbes et faire revenir encore 2 minutes.
– Assaisonner avec sel, poivre, sucre et jus de citron vert, puis mouiller avec un petit verre d’eau.
– Quand l’agneau est cuit, verser la crème et bien mélanger.
– Juste avant de servir, on peut rajouter le macis: faire chauffer une louche avec un peu d’huile ou de beurre et y mettre l’éclat de macis. Laisser rôtir 20 secondes, retirer l’éclat  puis verser l’huile parfumée sur la viande (si on utilise de la poudre de macis, on verse tout).

Et voilà! Servir avec un bon riz basmati, ou des naans!

Hmmm, un vrai délice, onctueux, doux et parfumé… Quand mes filles auront déserté la cantine familiale (soit, j’espère, pas avant une bonne quinzaine d’années, quand même…), j’y rajouterai 2 ou 3 piments verts… Mais pour l’instant, on se la fait soft, surtout que les morpionnes se sont régalées avec ce petit plat!

PS: Pour les curieux et les amateurs de Bollywood, le film le plus triste de l’année (voire de la décennie à mon avis…) responsable d’une Véro arc-boutée sur sa cuisinière, une main crispée sur la cuillère en bois et l’autre massant douloureusement ses lombaires, c’est New-York Masala, avec mon irrésistible Shah-Rukh!! (oui, je sais, je deviens prévisible, mais je l’A-DO-RE!).


Rien que le titre, une merveille non? Et pour ceux que les chants haut-perchés en Hindi rebutent, et bien là, point! Les chansons sont américanisées et les personnages définitivement à la mode occidentale. Un peu décevant pour moi qui aime tant les saris pleins de perles, les danses fantastiques, les chansons auxquelles je ne comprends goutte…  mais l’histoire m’a vraiment mise dans un état pas possible!…
Pire que Devdas!!
Ben là, au moins, vous pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu(e)s…

Cette entrée a été publiée dans Agneau, Curry, Inde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Curry rouge de gambas (la faute à Dorian et Devdas)

Régulièrement, je fais une petite poussée de Bollywoodite, toujours accompagnée d’une envie très impérative de cardamone, garam masala et autres gingembre râpé.
Cette fois, ma Bollywoodite a vécu ses premiers symptômes chez Dorian, qui parlait de manière tout à fait inconsciente de boulettes d’agneau très lascives, de saris et de moules à Kulfi.
Hier soir, la Bollywoodite a frappé: en zappant de manière morne et vitreuse vers minuit et demi, j’ai par hasard échoué sur France 4, où… NON MAIS PINCEZ MOI JE RÊVE!! sévissait l’indien le plus « j’ai-fait-une-bourde-dans-ma-vie-et-je-mourrai-comme-un-chien-galeux-à-cause-de-ça« , j’ai nommé… DEVDAS! (alias le dieu vivant Shah-Rukh Khan! Tom Cruise peut aller se rhabiller…).
Pas de chance, j’arrive et c’est presque la fin… Enfin, c’est à dire qu’il reste encore 1 bonne heure et demie de film (ben oui, tradition Bollywood). Et moi, qui ai vu le film je ne sais combien de fois, je ne peux m’empêcher de rester scotchée à mon écran… Non, même pas mal aux yeux… Non, ai pas sommeil!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Crustacés / Fruits de mer, Curry, Inde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Pakora de légumes contre RnB

Ou « Comment faire manger des poivrons et des oignons en rondelles à mes Schtroumphettes ».

Fossé des générations – Quand j’annonce à la ronde: « Ce soir, c’est pakora de légumes! », ma fille aînée (7 ans et 3/4) me répond « Matt Pokora aime les légumes?? ».  « Mais non, une pakora, un truc à base de légumes… » « Ah, bon… » Air déçu de ma grande, prunelle de mes yeux…
J’ai pourtant tout fait pour éviter ça: M. Pokora et Lorie sont interdits de séjour chez moi, je saupoudre mes filles de paillettes tous les trois jours, je les déguise en princesses et autres fées magiques chaque week-end, je les parfume à l’eau de rose et de muguet… Hélas!!, hélas, rien n’y fait…
Grâce à ma position d’agent-double, instit/maman, j’assiste d’un oeil impuissant à la lente transformation de ma jolie chenille: du coin de l’oeil, je la vois baragouiner les chansons de Madonna dans la langue de Shakespeare mixée au yaourt, je l’entends dire à ses copines « Naann, tu rigoles, moi non plus je joue plus aux Barbies » (et j’ai envie de sauter et de crier « Menteuse! Tu m’as réclamé Barbie Fairytopia pour ton passage en CE2!!« ), je vois son regard embarrassé quand je lui dis:
« Tu pourras toujours changer tes autocollants Charlotte aux fraises avec tes copines? »
« Mais Maman, je crois pas que mes copines elles aiment encore Charlotte aux Fraises… »
« …?… Mais toi, oui, PAS VRAI MON BEBE?!!? »
Je dois m’y résoudre: je suis toujours son modèle inconditionnel, mais il est clair que mon statut est en grand danger. Ma fille est dans sa phase « Attention, je suis pas une pré-ado, mais ça va pas tarder, tu vas voir… »

Du coup, je développe une antipathie incontrôlable contre ce Pokora et sa stupide casquette, et je me lance le défi: La Pakora vaincra!!
C’est pas gagné , vu les mines circonspectes au ras de la gazinière:
« Tu vas nous faire des piments?? »
« Non, chérie, c’est des poivrons… »
« Ah… Et des oignons aussi?? Avec des courgettes?… Ah bon… »
Finalement, une fois trempouillé dans la pâte, frit, et tout croustillant dans le ramequin, le poivron tant redouté devient presque sympathique… C’est là que j’abats ma dernière carte: « Et ce soir, on peut manger AVEC LES DOIGTS!! ». S’ensuit mon quart d’heure de gloire, durant lequel oignons, poivrons et autres légumes disparaissent sous les doigts gourmands de ma progéniture… Et voilà le travail!!

 

Recette pour damner le pion aux chanteurs de R’nB’ arrogants:
-Mélanger 200g de farine de lentilles, 50g de Maïzena et 1 pincée de sel.
-Mélanger 1 oeuf entier à 20 cl d’eau glacée (je ne sais plus où j’ai lu ça, mais apparemment le fait que l’eau soit très froide est important…).
-Ajouter l’eau et l’oeuf à la farine, et battre (pas trop).
-Tremper les rondelles de légumes dans la pâte, et les faire frire dans un bain bouillant d’huile d’arachide (ou autre pour les allergiques). Egoutter sur du papier absorbant.
Et voilà! Grignoter avec les doigts…
NB: En suivant cette recette, on obtient une pâte très épaisse, dans laquelle il n’est pas facile de tremper les légumes (il faut un peu patouiller). Du coup, les légumes ne sont pas entièrement recouverts de pâte, et on profite mieux de leur goût…
NB2: recette pour faire 3 kg de légumes!!

Cette entrée a été publiée dans Inde, Légumes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Inde – Poulet makhani de Delhi

Evidemment, après avoir lu le mot « Bollywood » sur le site de Dorian, me revoilà plongée dans ma fièvre Bollywood (et grippale aussi, parce que je ne fais pas les choses à moitié…) Du coup, qui a profité de son congé maladie pour s’offrir l’imprononçable « Kuch Kuch Hota Hai », chef d’oeuvre dans la plus pure tradition Bollywood, avec l’incontournable Shah-Rukh Khan, des chansons géniales que vous baragouinerez ensuite pendant trois jours, et qui dure (tout de même!) 3h30? Ben c’est Bibi! « Doudou, tu me donnerais pas un 2ème Doliprane s’il te plaît? Non, j’éteins pas le film, Rahul et Anjali vont enfin se retrouver après 10 ans (et 2h45) de séparation! »
Du coup ce soir, c’est indien pour toute la famille! Yeeesss! Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Korma blanc de poulet

Pour cette recette, on utilise normalement autant de noix de cajou que d’amandes, mais San et moi, on la préfère avec un peu plus d’amandes et moins de cajou.
Pour 3 belles escalopes de poulet émincé, j’ai donc utilisé 70g d’amandes et 30g de cajous (à la place des 50/50 qu’on trouve usuellement dans les recettes).
Cette recette se fait en deux étapes: d’abord, faire revenir les amandes et cajou dans du beurre clarifié (clarifié, on a dit, sinon ça brûle et ça devient marron…et le nom de la recette n’est plus!). Ajouter des oignons émincés, un peu de cardamone verte (j’en mets peu, 1 graine ou 2, car je n’aime pas trop son goût très fort), 1 ou 2 piments verts. Après avoir laissé revenir tranquillement, ajouter une tasse d’eau et laisser réduire. Lorsque la préparation a un peu refroidi, la mettre dans un blender et réduire en purée.

2ème partie: faire sauter dans du beurre clarifié (voir plus haut) quelques gousses d’ail écrasées, un clou de girofle. Ajouter le poulet émincé, puis, quand il est doré, 2 yaourts natures. Il faut vite mélanger, sans arrêter, pour qu’il n’y ait pas de grumeaux. Ensuite, ajouter la pâte aux amandes, saler, et laisser sur feu doux jusqu’à ce que le poulet soit cuit (soit très peu de temps si vous avez choisi comme moi du poulet émincé). Et voilà! Servir avec du riz blanc (basmati pour ceux qui aiment aller au bout des choses!).

Je ne suis pas une pro de la cuisine indienne, alors si vous avez des suggestions, n’hésitez pas! (Sandra, elle, agrémente son korma avec des fruits, secs ou même frais…)

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.