Filets de maigre aux saveurs italiennes : coppa, pecorino et tomates confites

Ma qué ? Qu’écé qui m’arrive ??

En ce moment j’ai envie d’Italie… On dirait que c’est l’arrivée des beaux jours qui me fait ça, tous les ans. Ces herbes bien vertes, ces tomates bien rouges, les couleurs de l’Italie qui me donnent envie de la mettre dans mon assiette !

Petite recette goupillée après une virée au marché avec une copine . Ooh, les belles tomates confites… Aaaah, les beaux poissons… HAnnnnn, le magnifique pecorino italien au poivre …. Houu les choux verts pas chers… Huuu, le gâteau basque !!! 

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Italie, Poisson, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Croq’o’pesto

Vacances attitudes encore…

J’adore les croque-messieurs (rappelez-vous des croq’o’poulet et des croque-mesdames…)
Le plus génial, en plus du fait qu’ils représentent un petit repas très rapide et à la fois très gourmand, c’est le succès garanti qu’on remporte auprès des membres de la famille.

L’homme est content : il mange du pain; les Louloutes aussi : elles mangent avec les doigts; et moi aussi : presque pas de vaisselle !!

L’idée au départ était de refaire des petits sandwichs gourmands, dont je vous reparlerai à la rentrée, qui étaient garnis de jambon cru et de morceaux de truffe blanche.
Evidemment, pas de truffe blanche chez moi, du coup la chose s’est transformée en croque italien.

Croq’o’pesto – che bella è la vita !!

– Badigeonner une tranche de pain de mie de pesto.
– Garnir le pain d’une tranche de jambon cru (j’ai choisi du serrano espagnol), de tranches fines de tomates, et de tranches de mozzarella (de buflonne si possible).
– Donner un tour de moulin à poivre.
– Mettre une lichette de beurre à fondre dans une poêle, y faire dorer les croques.
– Ajouter une lichette de beurre si besoin au moment de retourner les croques, les laisser dorer 5 minutes sur chaque face.

Et voilà !
Miam, delicioso…
Pour avoir plusieurs croques chauds en même temps sur la table, je les garde dans mon four assez doux, en plus cela permet à la mozza d’être vraiment fondante.

Je profite de ce billet flemassou pour mettre ce blog officiellement en vacances…
Profitez bien du soleil les chouchous, je vous retrouve à la rentrée !!!
Bisous à tous !!


Flemassou Attitude… 🙂

Cette entrée a été publiée dans À grignoter, Apéro, Italie, sandwichs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tagliatelles al Arrabiata et aux crevettes pour un dîner romantique avec Ella et Louis

En ce premier jour d’été, fête de la musique (et anniversaire de mon Michel !! ;-)) Gracianne et Estèbe nous demandent de faire groover nos marmites

S’il n’y avait  qu’UNE chanson, sans aucune hésitation…

La plus grande dame de tous les temps, accompagnée du plus grand sourire que le jazz ait jamais offert… (Ella Fitzgerald et Louis Armstrong, donc, et non pas le nom fantasque donné au début de la vidéo… :-D)

Longtemps, j’ai écouté cette chanson en m’imaginant la terrasse en bois sombre de mes rêves, encore gorgée du soleil de fin d’après midi… 
Mon amoureux et moi tendrement étendus côte à côte sur une balancelle, un  punch à la main…
Le soleil se couche à l’horizon, et donne des couleurs chatoyantes au paysage luxuriant et tropical qui nous entoure… Les ombres effilées des lambrequins blancs dessinent des arabesques sur notre peau. Le chant des insectes, si doux et caractéristique de la chaude tombée de la nuit, nous berce pendant qu’Ella et Louis chantent leurs tendres jeux amoureux… Un petit plat romantique nous attend sur la table basse, et nous mangeons yeux dans les yeux…

Aujourd’hui, j’ai la terrasse, j’ai l’amoureux. Il ne manquait que le petit plat. Pour le paysage luxuriant et tropical, il faudra user d’imagination. Mais il ne tient qu’à nous de le faire vivre, et la nuit nous appartient…

Tagliatelles al arrabiata et aux crevettes, pour un dîner à deux

250g de tagliatelles fraîches – 1 bel oignon – 3 gousses d’ail écrasées – 1 petite brique de coulis de tomates (20cl) – 2 tomates bien mûres – thym, laurier – 2 piments rouges – sel, poivre, huile d’olive

– Décortiquer  une dizaine de belles crevettes crues (eh oui, décortiquées cette fois, car romantique ! donc les doigts qui sentent la crevette ne passent pas… Je laisse juste le bout de la queue, pour la déco mais surtout pour faire des effets de dégustation très sensuels :-)).
– Les fendre légèrement tout le long du dos: à la cuisson elles se recourberont vers l’extérieur et c’est très joli. 
– Dans une sauteuse, faire chauffer un beau trait d’huile d’olive.
– Y faire revenir les oignons et l’ail.
– Ajouter les tomates coupées en dés, puis le coulis de tomates.
– Ajouter les crevettes décortiquées et fendues, ainsi que le laurier, le thym, sel et poivre.
– Couvrir et laisser mijoter 5 minutes.
– Ouvrir les piments en deux dans la longueur, et les égrainer (attention aux yeux si on se les gratte !! Utiliser des gants ou être prudent !). Puis couper les piments en petits tronçons.
– Les ajouter à la sauce, et poursuivre le mijotage encore 10 minutes.

– Pendant ces 10 dernières minutes, faire cuire les tagliatelles (3 à 5 minutes pas plus, al dente!).
– Pour servir, verser la sauce sans les crevettes sur les tagliatelles, mélanger, puis disposer les crevettes.
– Décorer d’un bout d’herbe (ou pas), et servir avec une coupelle de parmesan fraîchement rapé sur le côté.

Et voilà !

Une assiette pour deux, comme quand on était jeunes…
Pourquoi les pasta ? Mais comme dans le dîner de « La Belle et le Clochard« , bien entendu, le dîner le plus romantique du cinéma… Arrabiata pour le piment et ses effets très bénéfiques sur l’humeur des amoureux… Et les crevettes car elles sont si sensuelles à déguster, quand on se regarde dans les yeux… Presque indécentes ! 🙂

Cette chanson, pour mon homme bien sûr… 14 ans et le rêve est toujours aussi joli…

Stars shining bright above you
Night breezes seem to whisper « I love you »
Birds singin’ in the sycamore trees
Dream a little dream of me

Les étoiles brillent dans le ciel
Les brises nocturnes semblent murmurer des « Je t’aime »
Les oiseaux chantent dans le sycomore
Rêve de moi

Say nighty-night and kiss me
Just hold me tight and tell me you’ll miss me
While I’m alone and blue as can be
Dream a little dream of me

Dis-moi bonne nuit et embrasse moi
Contente toi de me serrer fort et de me dire que je vais te manquer
Quand je serai seule et que j’aurai le blues
Rêve de moi

Stars fading but I linger on dear
(oh, how you linger on)
Still craving your kiss
(How you crave my kiss)
I’m longin’ to linger till dawn dear
Just saying this
(Give me a little kiss)

Les étoiles s’effacent mais je m’attarde ma chère
(Oh comme tu t’arrardes)
J’ai encore envie de tes baisers
(Comme tu as envie de mes baisers)
Je voudrais rester jusqu’à l’aube ma chère
Juste à te dire ceci…
(Donne moi un petit baiser)

Sweet dreams till sunbeams find you
Sweet dreams that leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
Dream a little dream of me

De doux rêves, jusqu’à ce que les premiers rayons du soleil te trouvent
De doux rêves qui laissent tous les soucis derrière toi
Mais dans tes rêves, quels qu’ils soient
Rêve de moi


Sweet dreams till sunbeams find you, keep dreaming,
Leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
You gotta make me a promise
Promise to me you’ll dream
Dream a little dream of me

De doux rêves, jusqu’à ce que les premiers rayons du soleil te trouvent, continue de rêver
Laisse tous les soucis derrière toi
Mais dans tes rêves, quels qu’ils soient
Tu dois me faire une promesse
Promets-moi
Que tu rêveras
Que tu rêveras de moi

Cette entrée a été publiée dans Italie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Association # 7 – Chocolat, café et amandes: Tiramisu à l’amaretto

Ce qu’il y a de bien dans mon boulot, c’est que nous aussi les adultes on apprend des tas de choses tous les jours. Tiens, par exemple moi je n’avais jamais rien compris aux différents âges de la préhistoire, paléo, néolithique, bronze, fer et compagnie (il faut dire que j’étais très bavarde et je n’écoutais pas toujours en classe… chuuut, ne le dites pas à mes élèves !)

Maintenant, no souçaï, Julien Lepers pourrait y aller, je suis calée…

Ou genre, quand on me dit « 8×8 » je hurle « 64 !!! » dans la demi-seconde.
Je suis tellement entraînée au calcul mental qu’une fois, à l’entraînement cérébrale sur Nintendo DS, j’ai eu 20 du premier coup ! Cool, hein. Nicole Kidman peut rentrer chez elle… J’ai crâné pendant des jours, ensuite (jusqu’à ce que je me fasse un lumbago… no comment…) Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Entremets, Italie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Association #6 – tomates confites et basilic: Focaccia moellissima de Jamie Oliver

Bizarrement un des noms de chefs cuistots qui me vient à l’esprit quand je pense « cuisine italienne » est celui de Jamie Oliver. Un chef que j’adore, qui cuisine comme si de rien n’était, pif paf pouf, comme j’aime… Qui cuisine de bons et beaux produits, et qui en fait toujours des plats colorés, pleins de saveurs et de parfums.
Voici donc une focaccia bien italienne, mais basée sur la recette d’un chef anglais !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Cuisine par pays, Italie, Plats, sandwichs, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Poulet Italiano moellissimo – tomates confites, olives, mozza et pesto

Il y a un moment à l’école que j’aime particulièrement.
Quand la cloche sonne le matin, que les nuées de bambins se mettent à courir en tous sens pour rejoindre le rang, désertant la cour et la vidant de leurs cris et de leurs jeux.
Ils se rangent deux par deux, disent « Bonjour maîtreeeesse » en passant, s’entremêlent les roulettes de cartables en gloussant.
Pendant ces minutes précieuses, je revêts mon costume de maîtresse: celle qui ne dit pas de gros mots, celle qui se tient bien droite, qui fronce les yeux devant les tâches d’encre, et qui se fâche si on se moque des copains et qu’on n’écoute pas les consignes.
Le temps qu’ils accrochent leur manteau dans le couloir, j’attends le silence. Ils discutent un peu, me voient attendre bras croisés, et du coup arrêtent de piailler. J’attends encore un peu, pour la forme, et je leur dis « Entrez les enfants« … La journée peut commencer.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Italie, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Penne crème saumon, Tonka et ciboulette

Besoin de réconfort (encore)…

Dialogue:
L’inspecteur: « Comment, mademoiselle, mais ce n’est pas votre classe? »
Moi: « Non monsieur, vous savez, c’est un échange pour les langues, je récupère les CM2 pour leur faire anglais … »
L’inspecteur: « Ah mais c’est embêtant, je préfèrerais vous voir sur votre classe, c’est plus intéressant… »
Moi: »Bien sûr, c’est certain… »
L’inspecteur: « Qu’à cela ne tienne, je vous observe en anglais, et puis je reviendrai! »
Moi, tout sourire: « Très bien, fixons une date! »

A l’intérieur: « AAAARRRGGGHHHHH!!!!!…  »
🙂
Alors vite, des pastaaaaa!!!

Penne à la crème saumon, Tonka et ciboulette
pour 2 personnes

– Faire cuire vos penne dans une grosse casserole d’eau bouillante.
– Détailler deux darnes de saumon en jolies lanières (comme des gros lardons)
– Dans une casserole, faire chauffer 20cl de crème liquide (entière).
– Ajouter à la crème 1 poignée de rouelles de poireaux, 1 grosse cuillère à soupe de ciboulette ciselée, du sel, du poivre, et 1/2 fève Tonka râpée.
– Lorsque la crème produit un petit bouillon, ajouter les lanières de saumon, et laisser cuire à couvert, sur feu très doux, pendant 5 minutes.
– Juste avant de servir, ajouter à la crème le jus d’un demi-citron vert (le citron ferait cailler la crème si ajouté trop tôt).
– Servir les pâtes, arroser de crème au saumon (et j’ai bien dit arroser, c’est le minimum vital), puis parsemer d’une pointe de piment d’Espelette, et de ciboulette ciselée.

Et voilà!

Mmm, réconfort immédiat…
Un vrai régal, nous avons adoré le petit goût de la Tonka avec le poisson, bien réhaussé par le citron vert et l’Espelette (sans le citron, je pense que le goût serait un peu trop douceâtre…).

Pour toujours avoir du poireau pour mes sauces, je coupe deux ou trois poireaux en fines rouelles, et hop, au congel dans un petit sac bien hermétique! Quand vient le moment de m’en servir, je broye un petit morceau du bout des doigts, et le tour est joué!

Je dédie ces pasta et « l’espèce de vomi dessus » à mon Vence préféré, qui va bien me manquer… 🙁

Cette entrée a été publiée dans Italie, Pasta. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.