Perles de tapioca au lait de coco et bananes

Pour ce dimanche soir, une recette toute simple, rapide, mais riche de souvenirs…
Donnez-moi une cuillerée de ce dessert, et je revois la cuisine de ma grand-mère, celle d’il y a 30 ans.

Les desserts asiatiques et indonésiens en particuliers ne sont pas les plus réputés dans le monde, n’est-ce pas. Ils sont souvent gluants, mous, un peu fades pour les palais européens qui goûtent le sucré du macaron, le croquant de la pâte feuilletée et la douceur de la chantilly. Si j’aime la pâtisserie française (surtout lorsqu’elle est subtile et pas trop sucrée), rien ne pourra cependant remplacer les desserts de ma grand-mère… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Desserts, Desserts d'ailleurs, Indonésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Nems choco-bananes, chantilly coco et fruits de la passion

Hello hello, chers lecteurs !!!
Ahhhh, comme je suis contente de vous retrouver !

Dans ma belle région bordelaise, les vacances sont arrivées, mais surtout, la fin d’une dure année de travail acharné est venue ! Toutes mes épreuves pour devenir maîtresse formatrice sont passées, j’attends maintenant les résultats en croisant les doigts et en espérant ne pas devoir ressortir tous mes livres et articles à la rentrée prochaine… Ou alors, de n’avoir à les ressortir que pour discuter avec un petit stagiaire, par exemple…

Enfin bref, l’important dans tout cela c’est que j’ai du temps libre et que je vais pouvoir de nouveau m’occuper de ce pauvre petit blog qui prenait la poussière (le Bibimbap commençait à être un peu rance ^^)
Ca tombe bien, j’ai des recettes à partager (bien que nous nous soyons beaucoup nourris de pizzas à emporter, pâtes au beurre et sandwichs au pain complet, cette année… :-S), et une envie folle de me remettre à cuisiner et prendre des photos ! Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Calédonie, Cuisine par pays, Desserts, Desserts d'ailleurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Banoffee pie : fondez tout de suite…

 

Ma fille rentre au collège.

Non, attendez…
MA FILLE RENTRE AU COLLEEEEEEEEGE !!!!!
Mon bébé…
Seule dans cet immense monde de béton, de couloirs et de bruit, de brutes de 3ème perfides, cruelles et moqueuses.

Je me rappelle à quel point j’ai aimé le collège, parce que j’ai pu m’y défaire de l’autorité parentale trop stricte, parce que je m’y suis fait des copains que je n’oublierai jamais… Je sens comme elle est prête à y aller, comme elle a besoin de se défaire de mon amour fusionnel trop envahissant. Et je suis heureuse de voir ce changement s’opérer en elle, de voir comme elle grandi et quelle merveilleuse jeune fille elle est en train de devenir.
C’est juste que ça arrive TELLEMENT TÔT !!!
Il n’y a pas si longtemps je versais ma petite larme parce que je l’emmenais vers sa première maîtresse, avec son minuscule cartable Winnie l’Ourson et sa culotte de rechange au cas où elle s’oublie pendant la sieste (elle détesterait que je dise ça mais c’est vrai)… Il y a encore moins longtemps mes yeux s’embuaient lorsqu’à la fin de sa première journée de CP elle sortait fièrement  son premier vrai livre de lecture de son cartable mauve à fleurs.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Cuisine par pays, Desserts, Desserts d'ailleurs, Entremets, Etats-Unis / Mexique, Gâteaux, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Association # 9 – Avocat et vanille: avocats au sucre !

Chez moi en Calédonie, c’est comme ça qu’on le mange.
Je me rappelle de la première fois qu’on m’en a proposé en salé quand je suis arrivée en France. Chose assez rare pour que je le souligne, c’est vers mon père que ce souvenir me renvoie.

-Tu aimes les avocats ?
- … Oui…
- Ca tombe bien, c’est ce qu’on mange aujourd’hui.
-
- Et les tomates tu les aimes ?
- … Oui…
- Bon, c’est bien, j’en mettrai avec les avocats.
- ??? … Des tomates ?? Avec les avocats ?
- Oui, pourquoi ?
- Mais ça se mange avec du sucre, les avocats, c’est un dessert !!
- Pas du tout, les avocats ça se mange avec de la vinaigrette.
- Maman et moi on le mange sucré…
- Et bien pas ici. Sucré c’est dégoûtant.  » Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Desserts d'ailleurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Dessert de mon enfance – Manioc au miel

 

 

Rentrée….

C’est une impression que j’ai où ils ont grandi pendant les 10 jours des vacances??
La moitié est passée chez le coiffeur… Peut-être une conséquence de l’épidemie de poux d’avant-Toussaint (pou,  hibou, chou, genou, bijou, joujou, caillou).

Ca sent les bonnes résolutions, les trousses sont à nouveau pleines de stylos tout neufs, même pas mâchés, et tout le monde a un tube de colle…
Après le bonjour, les premières minutes sont pleines d’un silence solennel… Très vite, les chuchotis reprennent le dessus, mais ils ont raison d’en profiter, la maîtresse a l’air de bonne humeur!

C’est drôle, à chaque rentrée ça me surprend toujours…
Je suis tellement bien là où je suis, en classe avec mes 28, que je ne regrette (presque) pas mon lit douillet! Je me sens… à ma place!

Petite douceur d’enfance… pour ce sentiment doux et étrange que ces gosses font naître en moi… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Cuisine par pays, Desserts d'ailleurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Kelepon : boules coco réconfortantes – recette indonésienne

Après toute cette histoire de pilules que j’ai eue du mal à avaler, un gros besoin de réconfort m’envahit…
Je ne peux pas me requinquer le moral à grands coups de boules coco (parce que depuis le temps que je les ai faites, y en a plus l’ombre d’une miette dans ma cuisine), mais je peux au moins vous poster la recette…

Je la tiens bien sûr de ma mémé, et en Indonésie on les appelle les Kelepon (prononcer k’leuponne). Mais chez ma Mémé, on disait « Mémé, tu nous fait des boules-boules?? » Marrant, comme nom, hein… Recette de mon enfance par excellence !

Pour cette recette, les Indonésiens utilisent souvent du colorant vert à base de pandan (je crois que les chinois l’appelle le « bayteuil », ou un truc comme ça…). Pour celles qui n’aiment pas les arômes, extraits additionnés de conservateurs ou autres, il existe la solution naturelle.
Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Desserts, Desserts d'ailleurs, Indonésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Ustensile étrange et conséquences: mon Poé Tahitien

Laissez-moi tout d’abord vous présenter l’une des premières choses que j’ai achetées en arrivant en Calédonie…
Mon plan originel était de piquer celle de ma mémé, mais pas moyen de la lui piquer discrètement, elle s’en sert trop souvent! Damned… Direction centre ville, mais surtout pas les belles boutiques design pour cuistot branché… Je mets le cap sur Chinatown et ses boutiques fourre-tout… Il faut en faire plusieurs, je ne trouve pas tout de suite, je m’énerve, je commence à jurer avec les mots de là-bas (« Lôngin de lôngin, awa cé pa possib’!« ) Et tout à coup, ça y est… Bingo!! Elle est là!

Inutile de vous dire qu’elle m’a causé quelques petits soucis à l’aéroport…
« Mais qu’est-ce qu’elle a donc dans ces valises, cette souillon? (oui, au retour c’est encore moins bien rangé qu’à l’aller). Elle a pas une tête de terroriste! Bon sang de bois, mais c’est un instrument de torture ou quoi?? Qu’est qu’on fait, on appelle le chef?? »
Messieurs les douaniers du monde entier, nul besoin d’appeler Interpol, parfois les filles qui ramènent des choses à dents pointues dans leurs valises ne sont que des cuisinières à qui il manquait vraiment…
UNE RÂPE à COCO!!
Ben oui, z’avez déjà essayé de râper une coco ronde avec une râpe plate, vous??

Bon, alors ça marche comme ça:

On s’asseoit sur le manche, on casse la coco en deux (important, ça, faut pas oublier! ;-) ) et c’est parti!
(Le premier qui rigole parce que j’ai gardé mes chaussettes avec mes claquettes sort tout de suite!! Mince, c’était l’hiver, à Nouméa…)


Et voilà! Avec un effort minime, des bouts de doigts intacts et aucun bout de peau brune dans le saladier, voilà le résultat!

Miam… Avec ça, on peut se pamoiser d’aise en accomodant de toutes les manières imaginables (ou ne pas se pamoiser d’aise si on s’appelle Mamina ou Alhya! ;-)
Mais on peut aussi se confectionner soit même un lait de coco du tonnerre!
Etapes fastoches à suivre:
1- Mouiller la coco râpée avec de l’eau chaude.
2- Laisser trempouiller un peu.
3- Presser la coco et récupérer le lait.
Les mélanésiennes qui font leur lait pour le bounia ne s’embêtent pas et pressent tout ça au dessus du plat, sans se soucier des petits morceaux qui tombent, mais si on veut un lait sans morceaux du tout, voilà une manière facile de procéder:

1-Tapisser un saladier d’un torchon fin bien propre.
2- Verser la coco imbibée d’eau chaude.
3- relever les coins du torchon et bien presser pour extraire tout le lait.

Si vous vous demandez quelle quantité d’eau mettre exactement, et bien en fait le mieux est de commencer avec peu d’eau (un grand verre pour une demi-coco), et d’en rajouter un peu au fur et à mesure, jusqu’à ce que le lait ne soit plus très blanc, mais légèrement translucide.

Et voilà le résultat!
Miam…
PS: lorsqu’on presse très fort la coco dans le torchon, on extrait une sorte de crème très épaisse et très grasse (oui, quand on fait son lait soi-même, on se rend compte que le lait de coco, c’est gras, c’est très gras!!)… On peut la garder, en refroidissant elle se solidifie et devient une sorte de beurre… Et hop! une lichette sur les lèvres pour faire comme les vahinés!
PS 2: si on laisse « reposer » un peu, une crème assez épaisse remonte à la surface: c’est ça qu’on appelle la crème de coco, nécessaire dans certaines recettes (moi j’utilise toujours le lait en entier…)

Bon, c’est pas tout, mais il est l’heure de la recette, et je commencerai par une recette tahitienne dont les calédoniens sont très friands (…a jamais mis les pieds à Tahiti, en fait…), et que je promets à Persillade depuis des mois… (et qui devrait convenir à Belleblé aussi!)

Recette du Poé tahitien à la papaye
1- Evider puis éplucher une belle papaye bien mûre.
2- La couper en dés, et la faire cuire avec une lichette de sucre et une larme d’eau. Il faut qu’elle commence à « compoter » un peu.
3- Lorsque la papaye est cuite, ajouter de la farine de manioc (deux fois moins que de fruits), 3 càs de sucre de canne, bien mélanger en écrasant les morceaux de fruits qui pourraient rester.
4- Ajouter une goutte de rhum (vieux agricole de Martinique, c’est le top) et les graines d’1/2 gousse de vanille.
5- Mettre cette purée dans un plat beurré (ou huilé) allant au four (on peut si on le souhaite parsemer des petits morceaux de beurre dessus).
6- Faire cuire à 180° pendant au moins 15-20minutes.
7- Lorsque le poé est cuit, on peut soit le verser cuillère par cuillère dans un bol de lait de coco, soit verser directement le lait dans le plat (c’est l’option que j’ai choisie).
Et voilà! déguster bien chaud!

Le poé se conserve bien 1 jour ou 2 au réfrigérateur, recouvert d’alu ou de cello. On peut le réchauffer quelques secondes au micro-ondes. Les tahitiens le mangent comme dessert mais aussi comme accompagnement avec tous les plats, dont la salade tahitienne.

J’ai fait cette version à la papaye car c’est la version traditionnelle, mais à vrai dire je ne raffole pas de la papaye! (ben alors, c’est quoi cette fille des îles??). On peut aussi faire cette recette avec de la banane (délicieuzissime, mais sucrer un peu moins!), ou avec de la citrouille (ma version préférée!).
Evidemment, on n’est pas obligé de faire son lait soi même!! Le lait de coco de cuisine en boîte est parfait!! (qui a fait « ouff!! »??)

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Desserts d'ailleurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.