Tartelettes choco-framboises – quand la maîtresse a le blues

Ma dernière kermesse est venue.
Pas ma dernière, de toute ma carrière. Mais ma dernière dans mon école actuelle, où je suis restée pendant neuf ans. Neuf ans !

Vous savez ce qu’a le temps de faire une prof des écoles, en neuf ans dans la même école ? Et bien elle a le temps d’avoir plusieurs enfants de la même fratrie, et ainsi d’entrer un peu dans les familles. Alors à la kermesse, quand la rumeur commence à se répandre que la maîtresse s’en va, les parents m’arrêtent dans la cour, pendant que je cours d’un stand à l’autre pour apporter des boissons à ceux qui sont venus nous aider.
- Mais comment cela, Madame Métisse, vous partez ? Quel dommage, vous n’aurez pas mon petit troisième…
- Vous nous quittez ? Mais pourquoi ? Pour une ZEP en plus ? Mais c’est difficile, ça, non, comme école ?
- Mon Charles va être déçu, il voulait vous avoir… Vu que vous avez eu son frère et sa soeur !
- Vous allez avoir de jeunes stagiaires ? C’est super, ça, mais nous allons vous regretter…
- Comment ça, vous partez ? Alors que ma fille arrive enfin en CM2 ? Moi qui voulais partir en classe de mer avec vous…
- Oui, mon grand va mieux. La chimio est bientôt finie. Vous l’avez vu tout à l’heure ? Oui, il va vraiment bien…  Mais j’ai entendu que vous partiez dans une autre école ? Ahh, vous n’aurez pas le deuxième, alors ?

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Cuisine par pays, Défi Bicuits, Desserts, Douce France, Tartes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Clafoutis pêche-cardamome

Ça y est, la rentrée est venue !
C’est moi qui étais de surveillance au portail lundi matin, et je vous assure que c’était un vrai plaisir de retrouver tout le monde, enfants et parents. Il faut dire que je fais ma huitième rentrée dans la même école… Tout le monde me connaît, maintenant, j’ai ma réputation (sévère mais gentille, rigolote mais on bosse dur !).

Les parents des CP entrent jusqu’à la classe, parfois je me demande jusqu’à quelle heure ils restent derrière les fenêtres à guetter leur petit perdu derrière son bureau de grand, dans un univers dépourvu d’étiquette-prénom et d’atelier de peinture ou de puzzle ! Pas la peine d’essayer d’engager la conversation avec ces enfants-là ni avec leurs parents d’ailleurs, la seule chose qui les intéresse c’est la maîtresse de leur petit. Les plus zens me sourient, me saluent en se demandant qui je suis, mais les plus stressés me passent devant avec un sourire forcé. Comme si la maîtresse des CM2 était au moins aussi terrifiante que ses immenses élèves.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Desserts, Entremets, Tartes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Le défi 2010 – Biscuits 4 : les barquettes au choco

 

DSC_0585

Bon, mon défi 2010 a un peu loupé. Partiellement.
Je n’ai pas réussi à ne faire QUE des pâtisseries maison et à ne plus du tout acheter de biscuits industriels.

MAIS j’ai tout de même réduit de façon drastique la consommation de mes filles en biscuits tout prêts, bourrés d’huile de palme, conservateurs et autres cochonneries. Ainsi que ma consommation de Granolas !! (je n’en ai acheté qu’une fois, dans un instant de faiblesse, sur une aire d’autoroute parce que je conduisais depuis deux heures et que j’avais encore une centaine de kilomètres devant moi… autant dire que je suis toute pardonnée !)
Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tarte au citron meringuée aux graines de pavot

Délicieuse petite tarte au citron, car j’ai vu pas mal de recettes sur les blogs récemment qui parlaient de citron, de meringue, de pavot, et l’envie était trop terrible!!

Pour la recette, j’ai fait la pâte sablée de Gâteaux de Mamie (paru chez Marabout), et une garniture au citron presque identique à celle de Dorian, qui en fait est celle de Marion
Et sinon, je vous expliquerai à la fin du billet comment tout ça est entièrement de la faute de Clairechen.
Une tarte au citron très représentative de la blogosphère culinaire, je trouve! Le délicieux résultat d’une collaboration inconsciente de plusieurs petits cuistots!

J’ai dû faire cette tarte en deux exemplaires (vous avouerez que la vie est dure, parfois…), car premièrement j’avais une boule de pâte qui pouvait garnir deux fois le moule rectangulaire sur la photo, et deuxièmement parce que la première était pour mes collègues, donc il en a fallu une deuxième pour les miens, quand même… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tarte choco- bananes

Il n’ y a pourtant pas si longtemps, elle mesurait 49cm…
Elle me prenait tous mes jours… et toutes mes nuits aussi!
Elle était mon seul souci, mes seules craintes, mes seuls bonheurs, tous mes rires et toutes mes peurs… LE centre du monde…

Ma fille a maintenant huit ans, et mon plus gros boulot de maman, c’est de lui laisser toute la place dont elle a besoin pour grandir…

Pour le gâteau, elle a dit « Je voudrais bien du chocolatAh, mais je voudrais bien aussi de la banane… »

Alors on a fait ça…

Tarte choco-bananes pour les 8 ans de ma grande!!!!
( recette inspirée de la Tarte au chocolat de Tout Chocolat, paru chez Marabout Chef).

Pâte sablée chocolatée.
- Mettre les ingrédients suivants dans un robot et mélanger: 185g de farine, 25g de cacao en poudre (non sucré type Van Houten, j’ai pris du valrhona), 55g de sucre glace et 150g de beurre salé froid coupé en dés.
- Ajouter petit à petit 2 jaunes d’oeuf et 2 càc d’eau froide, sans cesser de mélanger.
- Pétrir la pâte sur un plan fariné, puis la mettre en boule dans du papier cello et la laisser reposer une petite demi-heure au frigo.
- Garnir votre moule à tarte de la pâte sablée chocolatée: je l’ai étalée  à la main, directement dans le moule.
- Piquer la pâte et la faire cuire 15 minutes à thermostat 6 (180°C). (Je n’ai pas pris la peine de recouvrir la pâte de papier sulfu et de haricots ou de poids à pâtisserie, j’ai simplement piqué la pâte en cours de cuisson pour qu’elle dégonfle… les puristes prendront soin de mettre ce qu’il faut dessus pour qu’elle reste plate, mais franchement, ça marche aussi à ma manière! ;-) )
- Laisser refroidir avant de garnir.

Garniture crème au choco.
- Fouetter 3 jaunes d’oeufs, 2 oeufs entiers et 55g de sucre en poudre jusqu’à ce que le mélange mousse.
- Incorporer 80ml de crème fraîche épaisse (j’ai fais un mélange crème et mascarpone), 300g de chocolat noir fondu, et 1 càc de vanille en poudre.

Montage:
- Garnir le fond de tarte de rondelles de bananes (j’ai mis deux bananes entières, et j’ai trouvé qu’il n’y en avait pas assez!)
- Recouvrir les bananes de la crème au chocolat.
- Faire cuire la tarte 30 minutes à thermostat 5 (160°C)
- Pendant ce temps, faire dorer des rondelles de bananes coupées en biseau dans une belle noisette de beurre. Lorsque les rondelles sont bien dorées, les poser délicatement sur une assiette et réserver.
- Lorsque la tarte est cuite et légèrement refroidie, décorer avec les rondelles de bananes, un peu de sucre glace.

Et voilà!
La tarte est délicieuse tiède, mais très bonne aussi bien froide.
J’aurais bien parsemé l’ensemble de noix de coco râpée, mais ma grande n’est pas très fan de coco sèche (oui, vous avez bien lu, et pourtant, c’est ma fille!!! ;-) ).

Une remarque: j’ai utilisé pour cette recette du caraïbes de chez Valrhona (soit du 66% de cacao), et je crois que j’ai trouvé l’ensemble presque trop chocolaté… Dorénavant, si j’utilise du chocolat fort en cacao, je réduirai d’office les quantités… 200g suffiraient pour cette recette, je pense!
Sinon, pour adoucir le chocolat, rien de telle qu’une bonne chantilly (non sucrée, la tarte l’est assez comme ça!), ou une crème anglaise… Miaaam… Avec en plus des bougies magiques qui ne s’éteignent pas et des paquets cadeaux pleins de trucs à fleurs et paillettes… Succès garanti!

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tarte « Qui a eu cette idée folle…???!!! » – Amandine aux mirabelles et pistaches

J’ai enfin compris une chose importante dans ma vie: je suis vraiment faite pour les vacances!!! lol
Adieu grasses matinées, petits dej’ pris à  midi, Bollywoods improvisés, calinous avec les Louloutes quand bon me chante… Adieu liberté, pas d’horaires (de toute façon, ma montre est égarée au fond de mon cartable), petits plats mitonnés à la dernière minute, parce qu’on a tout le temps, lecture (notemment de blogs) jusqu’à 3 heures du matin…

Bonjour septembre, cartables et cahiers neufs, tâches de craies sur mes robes légères… P’tits mecs en sueur qui retrouvent leur ballon et les copains, p’tites filles à rubans qui font du charme aux maîtresses…
Des petits loulous tout neufs, qu’il faut apprendre à connaître, apprendre à comprendre…
Le début d’année, c’est toujours difficile, on ne sait pas par quel bout les prendre, par quels moyens imposer ses règles.
Eux ont perdu toutes leurs habitudes de travail: je suis sûre que certains parents seraient étonnés de voir leurs enfants en classe la première semaine (et peut-être moi la première!)!
 » Alors alors, on prend le cahier du jour, et on écrit la date…
- Sur quelle page?
- Sur quelle ligne?
- A combien de carreaux?
- Avec quel stylo?
- On souligne?
- J’ai pas compris…
- Et maîtresse, on fait quoi si on s’est trompé en faisant la majuscule?
- Et maîtresse, je fais quoi si j’ai plus de place sur ma ligne????
(un grand classique, si si, j’vous jure…)
- Et maîtresse, j’peux écrire au stylo plume?
- Et maîtresse, on a droit d’mettre du blanco? »

Et sans oublier le petit timide, dans le coin au fond, qui lève le doigt depuis 15 minutes et qui vous dit, quand enfin vous le voyez: « C’est quoi, le cahier du jour??... ».
Et dire qu’on voulait juste qu’ils écrivent la date…
A ce moment là de la journée (il est 9h10, donc 10 minutes depuis qu’on est entrés en classe…) il faut IM-PE-RA-TI-VE-MENT respirer profondément, et se souvenir que:
1) ce métier est génial
2) ces gosses sont géniaux (d’ailleurs, y a rien de plus génial qu’un gosse, hein???…!)
3) non, on n’a pas envie de démissionner.

Et que dire des évaluations nationales, des réunions pédagogiques interminables, des conseils de maîtres/cycles/ école (c’est pas au choix) , tout ça sous les vivas de ce cher Gilles (enfin un bon moment de poilade dans l’année: la lecture de la lettre du ministre!), de quelques parents qui oublient qu’il y a 26 schtroumphs, 52 parents, et 1 seule maîtresse (non, non, j’donne pas de noms, mais heureusement qu’il y a aussi les sympas!! ceux qui comprennent que la maîtresse, des fois, a une vie qui l’attend, quelque part!! ;-) )…
Allez, je râle, mais rien qu’à vous raconter tout ça, j’ai déjà presque envie d’être jeudi et d’y retourner! …

En tout cas, j’ai remarqué un truc: en vieillissant (eh!! c’ est que j’vais bientôt fêter mes trente ans, mine de rien!!), dans les périodes de stress, j’ai de plus en plus envie de sucré!!
Sucré donc…

J’ai piqué la recette de la pâte sablée dans Gâteaux de Mamie, paru chez Marabout (tout le monde sait que ma grand-mère ne fais pas de gâteaux, mais bon…). Au moment de réaliser la pâte, je me suis rendue compte que je n’avais pas d’oeufs dans mon frigo!
Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de faire sans: c’est l’avantage des nulles en pâtisserie, ils se disent toujours « Ca devrait quand même le faire!!« , et des fois, non, vraiment, ça le fait pas… Cette fois-ci, ça l’a fait… bien, même!

Tarte amandine Mirabelles et pistache, pour maîtresse qui se demande si elle est bien faite pour ce métier…
Pâte sablée (sans oeufs).
- Tamiser 250g de farine.
- La mettre dans votre robot avec 125g de beurre froid coupé en petits dés et 100g de vergeoise (dans la recette il fallait du sucre glace, j’en avais pas non plus…).
- Mélanger à petite vitesse, puis ajouter 1 càs de lait, 1 pincée de sel, et 2 autres càs de lait (en tout cas c’est ce que j’ai mis à la place de 2 jaunes d’oeufs!)
- Travailler la pâte jusqu’à obtenir une texture (à peu près) sableuse.
- Entourer la pâte de cello, et mettre au frais deux heures (minimum).

Crème amandine à la pistache. – Mélanger 120g d’amandes en poudre avec 3 oeufs (du coup, le temps que ma pâte sablée repose, je suis allée faire des courses!), 25g de beurre salé tempéré coupé en dés, 30g de vergeoise, 1càs de rhum et 1 càs de pâte de pistache.
- Bien mélanger (la pâte de pistache n’est pas évidente à bien amalgamer…)

Montage de la tarte: – Froncer un moule à tarte en silicone avec la pâte sablée (beurrer et/ou sulfuriser un moule classique). La pâte sablée ne s’étale pas au rouleau (en tout cas, pas la mienne! ;-) ), je l’ai aplatie doucement avec le plat de la main, directement dans le moule.
- Disposer les mirabelles coupées en deux (mais encore attachées par un côté) en cercles concentriques.
- Verser la crème amandine, sans noyer les fruits (c’est plus joli quand ils débordent joliment en faisant des « piques », mais je suis trop gourmande et j’ai mis toute la crème, donc pas de « piques »…)
- Mettre à cuire au four th.6, pendant environ 20 minutes.

Et voilà! Déguster tiède avec de la chantilly, ou bien bien froid, c’est délicieux aussi!

PS: veuillez me pardonner pour cette recette un peu confuse, à la « viens-là-que-j’te-bidouille », un coup sans oeufs, un coup avec… J’ai vraiment la tête « confusionnée » ces derniers temps… Ca peut faire ça, la vie en communauté avec les moins d’1m20…

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.