Shrimp fried noodles – la complainte des nouilles…

 » I have climbed, the highest mountains!!
I have run through the fields!!
But I stiiiiiill, haven’t fouuuuund, what I’m looking for!!!!
« 

Ca, c’était moi il y a quelques temps… Grimpant les montagnes (enfin, pour de faux), cherchant, à travers champs, au fond des lacs et des océans, partout!! Mais ne trouvant toujours pas ce que je cherchais!!!!
Ecoutez ma complainte…

« No I still, haven’t found…. what I’m looking fooooor!!!! »
(et ça me file un méchant blues, yeahhhh…)

Mais enfin, ça y est, j’ai trouvé…

« My dream come true! »
Les nouilles parfaites pour mes fried noodles aux crevettes!!
Yeeeeeessssss!!!!

(U2, Bono, pardon…)

Parfaites je vous dit, ni trop épaisses, ni trop fines, ni trop raides ni trop bouclées, pile poil comme je les aime… 🙂

Alors voilà la chose…

 

Shrimp fried noodles (of my dreams!) Nouilles sautées aux crevettes (de mes rêves!)

– Mettre un paquet de nouilles à gonfler dans de l’eau bouillante additionnée d’un cube de bouillon de volaille chinois (ou pas).
– Laisser gonfler 5 minutes, puis égouter et réserver.
– Préparer les légumes croquants: pois gourmands, mini-maïs. Dans une eau bouillante, les faire blanchir deux minutes (la cuisson ultra-rapide au wok ne suffirait pas et ils resteraient trop croquants).

– Dans un wok et un peu d’huile de sésame, faire sauter 1/2 oignon avec un sucre pour le faire caraméliser.
– Ajouter les pois gourmands, les mini-maïs coupés en deux, une belle poignée de germes de soja, puis quelques feuilles de chou-chine (pak choy).
– Ajouter les crevettes (crues, déveinées et décortiquées en laissant la queue).
– Assaisonner avec de la sauce de soja claire, un soupçon de sauce d’huître.
– Ajouter les nouilles, si besoin rajouter un petit trait d’huile de sésame.

Et voilà!!

C’est aux crevettes que je les préfère, mais bien sûr lamelles de poulet, boeuf, porc, fruits de mer divers sont les bienvenus!!

Yummy yum….


Non, c’est sûr, sur une île déserte il me faudrait AU MOINS un wok et un paquet de ces petites nouilles-là…
« Ah ouais, t’es sûre qu’il ne te manquerait rien d’autre?? »
Hein?
Doudou???
Oui, toi aussi bien sûr mon Doudou d’amour!! …

(Oh la la, si on peut plus rien dire… )

Cette entrée a été publiée dans Chine, Crustacés / Fruits de mer, Pasta. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Homard de Noël – petit drame en cuisine

Je ne sais pas ce qui s’est passé au juste…

Je faisais la queue tranquillement chez mon poissonnier, le 24 décembre sur les coups de 10h (je me suis extirpée du lit comme un zombie pour ne pas arriver après la bagarre, quand y aurait plus rien, d’habitude je suis plutôt la cliente qui arrive en vrac à 12h54 (6 minutes avant la fermeture) et qui dis « Vous n’avez plus de crabes??? Ni de gambas??? Roh, ben z’avez pas grand chose mon bon monsieur!!! »).

La queue, donc.
Je récapitule dans ma tête: une douzaine d’huîtres pour Doudou, des crevettes roses, grises, bigorneaux et trois bulots. Et z’auraient pas du citron, par hasard?
C’est mon tour.
Et là, ma bouche s’ouvre en même temps que mes yeux se posent sur un homard nageant lascivement dans son aquarium.
Et de ma bouche sortent des mots:
« Un homard breton, s’il vous plaît! »

A peine le temps de réfléchir à ce qui vient de se passer (avec le recul, je suspecte Patrick et Alhya d’être responsables), que déjà le poissonier m’en agite un sous le nez, au bout de sa pince articulée que j’ai mentalement nommée « The Lobster Leathal Trap » (le piège mortel des homards).
« Cui-là, ça vous va??
– Hein?? Ma foi, oui!?! »
En fait, j’en sais rien, je n’ose pas regarder le homard en face…

Hop, dans la poche plastique.
« Vous penserez à le sortir de la poche en arrivant, hein, mon petit?
Bien sûr! »
Je prends un air savant. Au fond de moi, je panique: « Le sortir de la poche, quoi, avec mes mains?? Mais je vais en faire quoi jusqu’à ce soir??? »

A la maison, je force Doudou à prendre les opérations en main. J’ai lu chez Patrick que le mieux est de les endormir au froid, dans le noir. Hop, dans un saladier, recouvert d’une assiette, sur la terrasse (il fait -5° depuis trois jours, ça tombe bien… Quoi, un être VIVANT dans mon frigo!!???). J’ai aussi lu chez Alhya que le moins cruel est de les couper direct, schkraaak! moins douloureux que de les cuire à petit feu. Allez, hop, au dodo monsieur Homard.

Quand arrive l’heure fatidique pour les homards (après les huîtres et le foie gras), Doudou va chercher le saladier.
« Bon, il doit bien dormir, là…
Pas du tout, il bouge…
Quoi??? Oh my GOD!!! »
Au moment où je suis de tout coeur avec Nico (c’est à dire au moment où je cours me planquer dans le cellier), mon regard croise le homard, sur le dos, sur la planche à découper. Doudou est devant, avec mon hâchoir chinois (celui qui coupe une pastèque en deux d’un seul coup). En une fraction de seconde, tout bascule.
« Oh mon Dieu, mais on peut pas faire ça!!! (moi, hurlant du cellier)
Ben pourtant, si on veut le manger…
Mais c’est horriiiible!!
Et tu veux en faire quoi??
On n’a qu’à le garder, et l’élever… J’irai lui acheter un petit aquarium, on l’appelera « Survivor », et quand il sera grand, on le rendra à l’océan et… »
Shhhkraaaaak!!  …..
«  Bon, ben c’est réglé. »

Oh my God…

Par respect envers Survivor (qui du coup n’a pas survécu du tout…), je ne vous donne pas la recette (juste vous dire que j’ai fait une bidouille en me rappelant la recette du Pôpa d’Alhya, avec du beurre fondu à la coriandre que j’ai versé avant et pendant la cuisson au four, que j’ai mis les pattes au four 5 minutes avant le reste, ensuite 10 minutes pour le tout, et enfin une lichette d’Armagnac pour flamber tout ça). J’ai servi avec le risotto aux pleurottes des surfeurs,mais sans les langoustines (le comble pour un homard breton, faire son dernier voyage avec des surfeurs Australiens).

Là où j’ai vraiment failli pleurer, c’est quand j’ai vu le nom de l’Armagnac… :-S

Cette entrée a été publiée dans Crustacés / Fruits de mer, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Seafood Noodle Soup – Ôde à mon Wok 2

La suite des aventures de mon wok … Parce que mes souvenirs des chinese foodcourts ont réveillé les démons chinois en moi!!!
Comme Doudou bossait samedi, j’en ai profité pour me faire une méga soupe aux fruits de mer, et du coup j’étais presque contente de passer mon samedi seule!!!! (enfin, aussi seule qu’on puisse l’être avec deux schtroumphettes qui chantent, dansent et jacassent tout le temps, même en mangeant… :-S)

Pour cette soupe j’avais déjà tout dans mon frigo (et congel), mais il me manquait tout de même du chou de chine, que j’aime particulièrement dans ces soupes. J’avais des pois gourmands, mini-épis de maïs et germes de soja… Et pour les fruits de mer, crevettes et noix de st jacques (il m’en restait 3 grosses au congel, une aubaine!). On peut ausi rajouter de la chair de crabe (j’ai eu la flemme d’attaquer mon bloc de chair de crabe, la prochaine fois je lui fais sa fête…)

Seafood Noodle Soup pour épouse délaissée du samedi (ça marche aussi pour tous les autres jours de la semaine)
Pour 1 personne (ben oui): 3 belles crevettes décortiquées (on laisse la queue, et on fend les crevettes le long du dos)- 3 noix de saint jacques – 1 litre de bouillon de volaille chinois type Pho ou Bun (mais du bouillon classique fait l’affaire) – 1 poignée de pois gourmands (coupés en deux) – 4 épis de mini-maïs coupés en deux dans le sens de la longueur – une belle poignée de germes de soja frais – 1 racine de galanga (saveur poivrée et très parfumée) – 1 piment rouge – 2 feuilles de citron kaffir – huile de sésame – sauce de soja – sauce Nuoc Mam (sauce de poisson)

– Dans un wok (ou grande sauteuse à fond épais, ou casserole, hein, la noodle soup n’est pas sectaire), faire sauter les légumes de votre choix dans une càs d’huile de sésame .
– Très vite (10 secondes max), ajouter 1/2 litre de bouillon de volaille chinois
– Plonger les crevettes décortiquées et les saint jacques dans le bouillon, baisser le feu au minimum.
– Ajouter deux feuilles de citron kaffir, un beau piment oiseau rouge et une petite racine de galanga.

– Pendant que les fruits de mer cuisent doucement, réhydrater les nouilles chinoises dans 1/2 litre de bouillon de volaille pendant 5 minutes. Les égoutter. Les assaisonner avec un peu de soja manis (sauce de soja sucrée ou sauce soja + sucre).
Petit plus facultatif mais délicieux: une petite purée pimentée à la cacahuète (produit indonésien qu’on peut facilement refaire, en broyant des cacahuètes avec un peu d’huile et du piment frais).

– Avant de servir, assaisonner la soupe d’1 càs de sauce de soja et d’1 càs de nuoc mam (sauce de poisson).
– Mettre les nouilles dans le plat de service, verser le bouillon et les légumes, disposer les fruits de mer par-dessus.

Et voilà!

Déguster avec des baguettes, et boire le bouillon à même le bol, en faisant de grands bruits avec la bouche!! 😉
Mon plat à moi n’était pas du tout dans le ton (des pommes et des poires bleues… ???… j’vous jure…), mais c’était le seul qui pouvait contenir entièrement mon énorme soupe!!! Ne vous fiez pas à la taille des fruits de mer (ils étaient énormes aussi!!) mais plutôt à la taille des baguettes… impressionnant, hein??
Oui, je me suis bien goinfrée, encore une fois!!

Cette entrée a été publiée dans Chine, Crustacés / Fruits de mer. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Christophines farcies au crabe – suite de mon assiette caribéenne

Christophine aux Antilles, chayotte à la Réunion, chouchoute en Calédonie… J’adore les chouchoutes, qui pourtant ne sont pas renversantes au niveau du goût…
Ma version préférée: le gratin au crabe, que je vous livre ici version light. La même existe en version béchamel, trèèèès bonne et rassénérante, (j’ai cherché dans mon Larousse, cet adjectif n’existait pas, c’est pourquoi je viens de l’inventer…) mais c’est pas comme si j’avais besoin de prendre des kilos, juste avant les fêtes… :-S

Un petit plat comme je les aime, à servir en entrée ou en accompagnement (c’est ce que j’ai fait avec le poulet de la Saint Nicolas, c’est cette manie que j’ai de tout mettre en même temps dans l’assiette, entrée, plat, sauce, tout!). Doudou a adoré, lui qui était très sceptique devant cette version sans crème. Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Antilles / Caraïbes, Crustacés / Fruits de mer, Légumes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Cari de crevettes à la mode caledoche

Je continue mon ménage par le vide… Cette fois-ci, c’est VIDAGE DE FRIGO!! Et petite dédicace à Miss Tiny des Goûts et des Couleurs, qui ne sait pas comme ça peut réchauffer le coeur de voir un porc au sucre et des mots du caillou sur son site… 🙂

Attention, recette à classer dans la catégorie  « léchages de doigts à mort », où figure déjà le poulet qui tue…

C’est marrant, mais dès que j’ai un petit cari comme celui-là qui frétille et embaume la maison dans mon wok, j’ai l’accent du caillou qui revient… Les manières aussi…
« Awa, tu connais, fourchettes, à kwa bân??? » (Oui, les caledoches enlèvent souvent les articles, à quoi ça sert après tout? ;-))
J’accueille mon Doudou d’un claironnant:
« Eh mon Dawa, il est bân ou quoi??? Boulette?? «  (= Eh bien , mon cher et tendre, comment vas-tu aujourd’hui? As-tu la forme?)
Et Doudou me regarde d’un air neuf… eh oui, parfois il oublie que je suis une caledoche du fin fân de la Baie des Citrâns.
« Ahou, y croit quoi, lui?? Gad’ ça, il feinte le kéké ou kwa?!! » (= Par mon sabre, que lui passe-t-il donc par la tête? Non mais regardez-le prendre ses airs hautains!!)
« Ben les nouzôte du caillou on fait des caris fin bâns, y en a pou’ toi, alors!! » (= les jeunes calédoniennes comme moi cuisinent à merveille les crevettes au curry, tu es drôlement gâté par la vie!!) 😀

Allez, mon Doudou, c’est qu’un mauvais moment à passer… En attendant, comme il n’aime pas les crevettes (eh, yossipane! tu connais, fin bizarre le Zoreil …) je me ré-ga-le… Non, non, vous n’avez pas mal compris, j’ai tout mangé toute seule!!! (en deux fois, tout de^même…)

Quoi ça?? Recette caledoche trop facile, à manger impérativement avec les doigts, même le riz!

– crevettes crues congelées (à volonté selon les appétits, à mon avis deux grosses poignéees minimum!!! par personne)
– 1 oignon émincé finement
– 1 boîte de lait de coco
– sel, poivre, curry (à volonté, un mélange chinois tout près style curry Impérial)
– 1 bâton de citronnelle, 1 ou 2 feuilles de citron kaffir
– 1 lichette d’huile (de tournesol ou d’arachide)

– Dans le wok, faire chauffer l’huile .
– Y faire sauter l’oignon émincé.
– Ajouter les crevettes, la citronnelle et les feuilles de citron.
– Saler, poivrer et saupoudrer de curry (moi j’aime quand il y en a beaucoup, environ 2 càs). Bien mélanger.
– Ajouter la boîte de lait de coco, et ajouter un peu d’eau pour que les crevettes soient bien à l’aise dans leur sauce (je mets l’eau tiède dans la boîte de lait de coco pour récupérer tout le lait).
– Facultatif: parsemer de coriandre fraîche ou de persil hâché, et servir avec du riz (gluant pour moi ce jour-là, ou parfumé au jasmin en général).
– Se régaler…

Et voilà!

J’avoue, le spectacle de Véro en train de manger le cari et le riz avec les doigts…
« Eh, t’es colère après moi ou kwa??
– Arrête de parler comme ça, purée Véro, tu m’énerves!!!

– Ahou, tu faisais pas le Zoreille comme ça, hein, chez les tantines… Tu vas woir quand on te fera mônger un ver de Bancoul.. Profite qu’on est en Frônce, tiens… …Eh, si on barrait sur le Caillou l’été prochain? »

C’est bien la peine de vider ses placards et son congel pour essayer de faire des économies… :-S

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Crustacés / Fruits de mer. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Saint Jacques et Gambas au poivre du Sichuan

P’tit plat improvisé bien sympa: Poêlée de crevettes et Saint Jacques au miel et poivre du Sichuan.

Excusez-moi pour les quantités, mais le cocktail était passé par là, et j’ai fait au feeling…

– Préparer les St jacques. J’ai utilisé des st jacques surgelées (2 grosses par personne), que j’ai mises à décongeler le matin dans du lait (pour qu’elles restent bien tendres). Les mettre à mariner dans un peu d’huile d’olive et du curry en poudre.

– Dans un wok (ou sauteuse), faire chauffer 1 càc d’huile d’arachide et 1 càc d’huile de sésame.
– Faire rissoler un oignon coupé en petits morceaux.
– Ajouter les crevettes crues (2 grosses par personne, étêtées, « épattées » et fendues dans la longueur pour ôter la carapce facilement).
– Arroser de sauce d’huître, sauce soja, sauce ketchap manis (facultatif), 1 lichette de vinaigre de riz.
– Bien remuer, puis ajouter 1 belle càs de miel, et 1 càs de poivre du Sichuan.

– A côté, inciser légèrement les st jacques (faire un petit quadrillage), et les mettre à griller dans une poêle anti-adhésive, sans graisse supplémentaire. Les miennes ont cuit à peine 1 minute sur chaque face, mais elle étaient énormes (merci M. Picard!!)

– Quand les st jacques vont être cuites, parsemer les crevettes de coriandre fraîche ciselée (encore une fois, la surgelée va bien!). Si les crevettes n’ont pas assez de sauce, saupoudrer d’un peu de fécule de pomme de terre (ou de Maïzena), et délayer avec un peu d’eau. Vérifier l’assaisonnement (normalement, pas besoin de saler avec la sauce d’huîtres et le soja).

– Dresser: les crevettes avec de la sauce, les st jacques, une pyramide de riz au coco (façonnée avec un verre à thé, huilé si besoin, mais le lait de coco est assez gras…). Parsemer un peu de ciboulette ciselée.

Et voilà!
Verdict: délicieux, surtout si on considère le fait que 10 minutes avant, je ne savais pas encore ce que j’allais faire exactement avec tout ça!
Mais note pour plus tard: les cosses du poivre du Sichuan étaient toutes croquantes sous la dent, et j’ai pas trop aimé… Prévoir de les moudre, ou de passer la sauce au chinois (en écrasant bien si besoin pour garder le jus des oignons caramélisés).

Cette entrée a été publiée dans Chine, Crustacés / Fruits de mer, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Curry rouge de gambas (la faute à Dorian et Devdas)

Régulièrement, je fais une petite poussée de Bollywoodite, toujours accompagnée d’une envie très impérative de cardamone, garam masala et autres gingembre râpé.
Cette fois, ma Bollywoodite a vécu ses premiers symptômes chez Dorian, qui parlait de manière tout à fait inconsciente de boulettes d’agneau très lascives, de saris et de moules à Kulfi.
Hier soir, la Bollywoodite a frappé: en zappant de manière morne et vitreuse vers minuit et demi, j’ai par hasard échoué sur France 4, où… NON MAIS PINCEZ MOI JE RÊVE!! sévissait l’indien le plus « j’ai-fait-une-bourde-dans-ma-vie-et-je-mourrai-comme-un-chien-galeux-à-cause-de-ça« , j’ai nommé… DEVDAS! (alias le dieu vivant Shah-Rukh Khan! Tom Cruise peut aller se rhabiller…).
Pas de chance, j’arrive et c’est presque la fin… Enfin, c’est à dire qu’il reste encore 1 bonne heure et demie de film (ben oui, tradition Bollywood). Et moi, qui ai vu le film je ne sais combien de fois, je ne peux m’empêcher de rester scotchée à mon écran… Non, même pas mal aux yeux… Non, ai pas sommeil!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Crustacés / Fruits de mer, Curry, Inde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.