Lapin à la provençale, comme celui de Ti Mioune

J’aimais plutôt ça, le lapin. Ma mère le préparait à la moutarde, ou parfois à la provençale. C’était un plat assez exotique pour moi, on ne mange pas de lapin en Nouvelle Calédonie. C’était moelleux et plein de bonnes saveurs, du coup je ne me posais pas trop de questions et évitais de faire le rapport avec la petite bébête trop mignonne de Béatrix Potter.

Mais tout a basculé quand UN JOUR… souvenir de malheur…
Mon maître de CM2 nous a annoncé un beau matin qu’on allait disséquer un lapin dans l’après-midi (à se demander pourquoi j’ai eu envie de devenir maîtresse, et pourquoi je me retrouve à enseigner à des CM2 !!! :) ). Ça aurait pu passer si juste avant la pause de midi, le concierge de l’école n’avait toqué à la porte de la classe.

- Dis donc, ça te va, comme ça ?

Au bout du bras, tenu par les oreilles, un trop beau petit (gros) lapin gris, les pattes toutes recroquevillées, des grands yeux noirs emplis d’effroi.
Nous tous, trop attendris – « Oooooh… il est trop beau ! » (on n’était quand même pas futes-futes, hein…)

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Douce France, Lapin, Plats, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.