Pakora de légumes contre RnB

Ou « Comment faire manger des poivrons et des oignons en rondelles à mes Schtroumphettes ».

Fossé des générations – Quand j’annonce à la ronde: « Ce soir, c’est pakora de légumes! », ma fille aînée (7 ans et 3/4) me répond « Matt Pokora aime les légumes?? ».  « Mais non, une pakora, un truc à base de légumes… » « Ah, bon… » Air déçu de ma grande, prunelle de mes yeux…
J’ai pourtant tout fait pour éviter ça: M. Pokora et Lorie sont interdits de séjour chez moi, je saupoudre mes filles de paillettes tous les trois jours, je les déguise en princesses et autres fées magiques chaque week-end, je les parfume à l’eau de rose et de muguet… Hélas!!, hélas, rien n’y fait…
Grâce à ma position d’agent-double, instit/maman, j’assiste d’un oeil impuissant à la lente transformation de ma jolie chenille: du coin de l’oeil, je la vois baragouiner les chansons de Madonna dans la langue de Shakespeare mixée au yaourt, je l’entends dire à ses copines « Naann, tu rigoles, moi non plus je joue plus aux Barbies » (et j’ai envie de sauter et de crier « Menteuse! Tu m’as réclamé Barbie Fairytopia pour ton passage en CE2!!« ), je vois son regard embarrassé quand je lui dis:
« Tu pourras toujours changer tes autocollants Charlotte aux fraises avec tes copines? »
« Mais Maman, je crois pas que mes copines elles aiment encore Charlotte aux Fraises… »
« …?… Mais toi, oui, PAS VRAI MON BEBE?!!? »
Je dois m’y résoudre: je suis toujours son modèle inconditionnel, mais il est clair que mon statut est en grand danger. Ma fille est dans sa phase « Attention, je suis pas une pré-ado, mais ça va pas tarder, tu vas voir… »

Du coup, je développe une antipathie incontrôlable contre ce Pokora et sa stupide casquette, et je me lance le défi: La Pakora vaincra!!
C’est pas gagné , vu les mines circonspectes au ras de la gazinière:
« Tu vas nous faire des piments?? »
« Non, chérie, c’est des poivrons… »
« Ah… Et des oignons aussi?? Avec des courgettes?… Ah bon… »
Finalement, une fois trempouillé dans la pâte, frit, et tout croustillant dans le ramequin, le poivron tant redouté devient presque sympathique… C’est là que j’abats ma dernière carte: « Et ce soir, on peut manger AVEC LES DOIGTS!! ». S’ensuit mon quart d’heure de gloire, durant lequel oignons, poivrons et autres légumes disparaissent sous les doigts gourmands de ma progéniture… Et voilà le travail!!

 

Recette pour damner le pion aux chanteurs de R’nB’ arrogants:
-Mélanger 200g de farine de lentilles, 50g de Maïzena et 1 pincée de sel.
-Mélanger 1 oeuf entier à 20 cl d’eau glacée (je ne sais plus où j’ai lu ça, mais apparemment le fait que l’eau soit très froide est important…).
-Ajouter l’eau et l’oeuf à la farine, et battre (pas trop).
-Tremper les rondelles de légumes dans la pâte, et les faire frire dans un bain bouillant d’huile d’arachide (ou autre pour les allergiques). Egoutter sur du papier absorbant.
Et voilà! Grignoter avec les doigts…
NB: En suivant cette recette, on obtient une pâte très épaisse, dans laquelle il n’est pas facile de tremper les légumes (il faut un peu patouiller). Du coup, les légumes ne sont pas entièrement recouverts de pâte, et on profite mieux de leur goût…
NB2: recette pour faire 3 kg de légumes!!

Cette entrée a été publiée dans Inde, Légumes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Flan de patates douces

Cette recette a fait un tabac auprès de ma louloute n°2 (presque 4 ans), ce qui m’a rendue bien sûr super fièrotte (c’est bien la fille à sa maman, qui aime les recettes du caillou, etc…).
La raison de ce succès: c’est tellement sucré qu’il suffit d’y rajouter une cuillère de sucre vanillé et hop! C’est un dessert! (C’est le cas de la plupart des légumes là-bas, que ce soit la papaye, le manioc, taro ou autres…)
J’ai fait cuire mes patates douces dix minutes à la vapeur, puis je les ai mixées encore chaudes avec 2 càs de lait de coco, 1 de crème fleurette, 2 oeufs entiers, sel/poivre. Ensuite, j’ai enfourné à 180° pour un bon quart d’heure et… voilà!
Il ne me restait plus qu’à aviser d’un air inquiet l’air dubitatif de mes filles, puis me regaler de la mine gourmande de ma cadette: « Moi zaim les patates douss' ». Le bonheur? C’est ma gosse qui parle la bouche pleine!

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Légumes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.