Poulet balinais au chou chine

Et voici une petite recette d’inspiration indonésienne. Oui, comme j’ai la tête encore toute pleine de mon chez moi de l’autre bout du monde, ça va être comme ça un petit bout de temps par ici… Pardon d’avance…

Je disais donc « d’inspiration » parce que j’y ai un peu mis ma patte…
Tout d’abord, les baguettes. J’entends la voix de ma grand-mère « Dji! La fourchette!! C’est bien avec les doigts« . A la javanaise! (mais par contre, chacun son assiette!).
Ensuite, les petits morceaux. Ca, c’est vraiment pas indonésien, plutôt chinois ou thaï…
Enfin, la sauce. Pour ma mémé, quand il y a de la sauce, alors c’est « indian ».
On utilise beaucoup les cacahuètes dans la cuisine indonésienne, que ce soit entières, broyées ou en pâte.
Dans la recette originale (c’était à la base la recette d’une sauce pour brochette), il faut broyer les cacahuètes avec un peu d’huile jusqu’à obtenir une sorte de beurre… J’ai simplifié en utilisant du beurre de cacahuète du commerce (mais du avec des morceaux, hein! pas du smooth…)

Dernière chose, les choux chine. En tout cas, c’est comme ça qu’on les appelle en Calédonie, mais ils sont plus connus sous le nom de « brèdes » ou « pak choî » (les inconditionnelles de Jamie Oliver font tout de suite « Aaah!! d’accooord! »)
Il en existe plusieurs variétés, celles que je connais sont la verte (légèrement sucrée ) et la blanche (plus amère). En général, c’est un légume qui donne tout de même une légère amertume aux plats.
Toujours en général, c’est la verte qu’on trouve dans les épiceries asiatiques, et ça tombe bien!
On mange les feuilles mais aussi la tige, qui est d’ailleurs bien plus intéressante, croquante et sucrée…

Recette donc!

Poulet balinais au chou chine (et à la cacahuète, n’en déplaise à Doudou).
1- Préparer le poulet: couper les escalopes de poulet en morceaux très fins (mon astuce pour faire fin, c’est de couper encore un peu congelé, voire de passer les escalopes quelques temps au freezer si c’est de la viande fraîche).
2- Laver les feuilles de chou chine, les couper en deux dans le sens de la longueur (en prenant soin de couper les tiges en deux), puis les recouper à l’horizontale en laissant tout de même de beaux morceaux.
3- Préparer tout ce qui est nécessaire à la recette: 3 càs de beurre de cacahuètes crunchy, du soyo manis (sinon, de la sauce soyo classique et 2 càs de sucre), une gousse d’ail hâchée, un morceau de gingembre râpé, 1 tige de citronnelle (ou 2 feuilles de combava), 1 grand verre de lait de coco (j’ai utilisé mon lait fait maison, oeuf course, mais comme je l’ai déjà dit, le en boîte c’est pareil!), du sel. Attention, il est important de tout préparer à l’avance, car cuisson au wok = cuisson rapide! (tiens, ça c’est vraiment pas indonésien, en général il faut des heures pour cuire la moindre viande…)
4- Dans la poêle chaude, délayer le beurre de cacahuète dans une bonne rasade de soyo (je dirais environ 2càs). Faire revenir en ajoutant le gingembre, l’ail et la citronnelle.
5- Ajouter le lait de coco, saler légèrement.
6- Ajouter les lamelles de viande, puis le chou chine. Bien mélanger, jusqu’à ce que le poulet soit cuit (soit très vite, pas plus de deux minutes).

Et voilà!
C’est prêt en 5 minutes!
J’adore cette recette! Pour une première, c’était vraiment une réussite, à refaire souvent!
Le chou cuit ainsi reste croquant sous la dent, l’amertume est couverte par la douceur du lait de coco.Le poulet est tendre comme tout, et le goût de la cacahuète est très doux, très suave.
Doudou avait « des a priori » quand je lui ai annoncé « Poulet à la cacahuète »… il m’énerve d’ailleurs quand il me dit des trucs comme ça…!!
« J’avais des a priori… » Comme si j’avais pour habitude de lui servir des trucs pas bons… 12 ans de petits plats et d’inventions culinaires en tout genre pour qu’il me sorte encore:
« A la cacahuète… Mmmm, t’es sûre? »
« Mmmm, à la cacahuète, oui, j’suis sûre, et change de mine tout de suite parce que je te le met dans la gu…, mon poulet! »
Enfin bref… Tout ça pour dire qu’il s’est régalé (comme d’habitude, j’ai envie de dire! …M’éneerve!!).
Les louloutes aussi d’ailleurs, et elles ont même clamé:
« Mmm! super bon le chou, là! ».
Miracle du lait de coco, car le soir, re-recette avec du chou, mais sans sauce et là…
« Ah… j’aime pas trop le chou, là... ».
😉

Cette entrée a été publiée dans Indonésie, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Pastilla de poulet aux amandes et citron confit… Et merci les Bleus!!

Vous voulez que je vous dise? (question purement rhétorique, bien entendu…) Savez-vous pourquoi les Bleus m’ont tant fait vibrer mardi soir?
Certes, c’est sympathique de beugler « Et où y sont… et où y sont… et où y sont les Espa… » (même si en tant que maîtresse, je dirais à mes mômes que cette attitude peu fairplay est à déconseiller).
Evidemment cela fait plaisir de voir ces footeux trentenaires se jeter les uns sur les autres comme des petits chiots fous (et d’admirer au passage leurs forts jolies cuisses, ne niez pas mesdames…)
Cela va de soi, la perspective d’un match contre la superbe équipe brésilienne est un enjeu que même moi, inculte du foot, j’arrive à percevoir.

Mais la raison pour laquelle je suis si heureuse d’avoir vu ces Bleus gagner mardi, c’est que grâce à eux, un miracle s’est produit, le même que celui d’il y a huit ans: tout à coup, il n’existe plus qu’une France, celle qui supporte les Bleus. Tout à coup, toutes couleurs de peau confondues, nous nous rallions derrière eux, pour crier « Allez la France! »
Et que je la trouve belle, cette France enthousiaste, cette France qui porte Zidane, Henry ou Vieira aux nues, en oubliant sa peur de l’étranger, sa peur du différent…

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Poulet, Tartes / Tourtes / Tartines, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Poulet BBQ à ma façon – Poulet qui tue !

Cette recette est celle que je nomme familièrement: « L’Ultime Poulet! Le BBQ Fatal! »
Lorsque je m’attable devant ce plat, je commence toujours par me sustanter très dignement: fourchette en main gauche, couteau en main droite, avant-bras posés légèrement sur le bord de la table.
Mais, inévitablement, la volupté m’envahit, et m’arrache alors à mes bonnes manières:  me voilà saisissant mes morceaux de poulet à pleins doigts, attrapant les boulettes de riz à pleines mains (comme on fait en Indonésie), léchant mes doigts de manière très peu élégante.
« … m’aimes quand même, hein, Doudou?? »
« Ben, j’sais pas trop, là… »

J’ai classé cette recette dans la catégorie Indonésie, mais elle est en fait une version assez personnelle des grillades de mon enfance.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Indonésie, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tajine de poulet aux poires, miel et cannelle

 

Il était un peu fainéant ce mois de Mai, n’est-il pas? Travaille, travaille pas? On ne sait plus trop où on en est, un week-end de 3 jours par-ci, un  de 4 par-là… et je ne sais pas vous, mais moins je bosse, et moins j’ai envie de bosser! (C’est ça, aussi, les filles des îles…).
Il faut pourtant bien se remettre (un peu) au boulot, parce que les multiplications à 2 chiffres, c’est quand même du sérieux, et ne pas confondre « é » et « er », c’est primordial…
Pour garder le moral en attendant le week-end, rien de tel qu’une petite recette pour faire honneur au soleil en rentrant de l’école.

Tajine de poulet aux poires rôties au miel et cannelle (sans plat à Tajine!)
(recette pour à peu près 3: 2 adultes et 2 enfants, tirée du déjà cité La cuisine de Momo, chez Marabout)
– Découper 1/2 poulet en morceaux. Les mettre à dorer dans une cocotte, dans un fond d’huile d’olive.
– Lorsque tous les morceaux sont bien dorés, ajouter deux oignons émincés, une belle pincée de curcuma, du sel, du poivre, un bâtonnet de cannelle, 1 petit bouquet de coriandre fraîche ciselée, et 1 dé de gingembre râpé.
– Laisser revenir 5 mn, puis ajouter un verre d’eau, mélanger et couvrir.


-Préparer les poires rôties: faire fondre une belle noisette de beurre dans une poêle, ajouter 2 belles càs de miel (à choisir en fonction des goûts) et mélanger. Déposer les poires pelées et coupées en quartier dans la poêle, et les laisser rôtir 5 mn sur chaque tranche. Lorsque les poires sont bien dorées, éteindre le feu.
– Lorsque le poulet est cuit (environ 40 mn à feu doux), ajouter 1 càs de fleur d’oranger dans la cocotte, puis les poires et leurs sucs au miel. Laisser les saveurs se mélanger un petit temps… Et profiter des parfums exquis qui se dégagent de la cocotte!


– Dresser les assiettes, et  à table!

Et voilà! Cette recette se passe d’accompagnement, les poires sont divines avec la viande: fondantes et fermes à la fois, leur goût suave est réhaussé par la cannelle et la coriandre. Leur texture est un vrai bonheur! Même les enfants adorent!

 

Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Inde – Poulet makhani de Delhi

Evidemment, après avoir lu le mot « Bollywood » sur le site de Dorian, me revoilà plongée dans ma fièvre Bollywood (et grippale aussi, parce que je ne fais pas les choses à moitié…) Du coup, qui a profité de son congé maladie pour s’offrir l’imprononçable « Kuch Kuch Hota Hai », chef d’oeuvre dans la plus pure tradition Bollywood, avec l’incontournable Shah-Rukh Khan, des chansons géniales que vous baragouinerez ensuite pendant trois jours, et qui dure (tout de même!) 3h30? Ben c’est Bibi! « Doudou, tu me donnerais pas un 2ème Doliprane s’il te plaît? Non, j’éteins pas le film, Rahul et Anjali vont enfin se retrouver après 10 ans (et 2h45) de séparation! »
Du coup ce soir, c’est indien pour toute la famille! Yeeesss! Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Chapon aux raisins et farce fine au foie gras

Indispensable (mais fastidieux, j’avoue): peler les raisins.
La farce est un mélange de veau, de foie gras frais et de porc hâché fin, avec des abricots secs mis à réhydrater dans de l’Armagnac (mis à réArmagnaquer, donc). J’ai aussi ajouté une tranche de pain de mie trempée dans du lait, pour rendre la volaille bien tendre.
Les raisins pelés sont ajoutés au moment de découper la volaille: pendant que la viande repose un peu, mettre le plat directement sur le feu de la gazinière et y faire revenir les fruits. Ils s’enrobent de jus et des sucs de cuisson, c’est fantastique!
J’ai servi avec une poêlée de pommes de terre aux girolles (le bocal de girolles était un cadeau de la grand-mère de San).
Hummm… C’est quand, le prochain Noël?

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Korma blanc de poulet

Pour cette recette, on utilise normalement autant de noix de cajou que d’amandes, mais San et moi, on la préfère avec un peu plus d’amandes et moins de cajou.
Pour 3 belles escalopes de poulet émincé, j’ai donc utilisé 70g d’amandes et 30g de cajous (à la place des 50/50 qu’on trouve usuellement dans les recettes).
Cette recette se fait en deux étapes: d’abord, faire revenir les amandes et cajou dans du beurre clarifié (clarifié, on a dit, sinon ça brûle et ça devient marron…et le nom de la recette n’est plus!). Ajouter des oignons émincés, un peu de cardamone verte (j’en mets peu, 1 graine ou 2, car je n’aime pas trop son goût très fort), 1 ou 2 piments verts. Après avoir laissé revenir tranquillement, ajouter une tasse d’eau et laisser réduire. Lorsque la préparation a un peu refroidi, la mettre dans un blender et réduire en purée.

2ème partie: faire sauter dans du beurre clarifié (voir plus haut) quelques gousses d’ail écrasées, un clou de girofle. Ajouter le poulet émincé, puis, quand il est doré, 2 yaourts natures. Il faut vite mélanger, sans arrêter, pour qu’il n’y ait pas de grumeaux. Ensuite, ajouter la pâte aux amandes, saler, et laisser sur feu doux jusqu’à ce que le poulet soit cuit (soit très peu de temps si vous avez choisi comme moi du poulet émincé). Et voilà! Servir avec du riz blanc (basmati pour ceux qui aiment aller au bout des choses!).

Je ne suis pas une pro de la cuisine indienne, alors si vous avez des suggestions, n’hésitez pas! (Sandra, elle, agrémente son korma avec des fruits, secs ou même frais…)

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.