Déjeuner à l’Oiseau Bleu – mai 2011, Bdx

Des amis nous ont offert un joli cadeau : un coffret pour un repas dans le resto de mon choix (enfin, je veux dire de NOTRE choix, mais personne n’est dupe, hein ! ^^). C’était la première fois qu’on m’offrait un cadeau comme celui-là, et je l’ai trouvé bien chouette ! :)  
Mon choix s’est vite porté sur une adresse bordelaise que nous connaissons  et apprécions beaucoup, l’Oiseau Bleu (leur site est bien fait et mis à jour !).

Ca ressemble à des tacos, c’était plutôt une fine chips en pâte brisée, parfumée avec du piment et des graines de pavot. Très bon !

Petit amuse-bouche absolument délicieux : brunoise de légumes croquants (j’ai reconnu des carottes et des mini-maïs), dés de fromage à pâte dure (quelque chose comme du conté, ou peut-être du brebis ?), graines de coriandre entières, petits morceaux de gingembre (très peu), lanières de chorizo, mousse au foie gras et éclats de pistaches.

Mon entrée : tartare de Limousine, chutney d’airelles gélifié (qui contenait pas mal de petites graines de coriandre), capuccino de petit pois avec une mousse au Beaufort fumé.
J’ai voulu goûter cette entrée parce que je ne suis pas fan de tartare. Je me suis donc dit « Voyons si on peut me le faire aimer ! » La viande allait très bien avec le petit chutney épicé, même si je ne peux toujours pas dire que je raffole de boeuf cru ! La verrine en revanche m’a énormément plu, bien crémeuse et goûteuse. C’était un vrai régal !

L’entrée de Doudou : Compression d’asperges blanches du Blayais, tranches de lomo Ibaïona grillées, asperges sauvages crues.
Ca, c’était vraiment bon ! Le tube était fait de crème d’asperge légèrement gélifiée pour bien se tenir. Il y avait des petites pépites de sel, qui réveillaient agréablement le goût de l’asperge. Une vraie réussite !

Mon plat : agneau en deux cuissons. La première pièce d’agneau était une côtelette rôtie (en fait 2 côtelettes !) à l’ail rose, bien que je n’aie pas vraiment senti le goût de l’ail. Deuxième pièce : de l’agneau cuit pendant 7 heures, effilé et roulé dans une pâte, le tout frit comme un nem. Accompagné de polenta aux poivrons frite, et d’une sauce aux épices douces et au thym. La tuile parsemée de sésame et pavot était légèrement sucrée, et allait parfaitement bien avec la polenta, un peu de sauce et un bout de nem ou de viande. Un plat bien étudié !

Avec ça, on m’a servi un Château de Rey, côtes du Roussillon, assez long en bouche, qui se mariait joliment avec le goût légèrement épicé de la sauce et la saveur de l’agneau.

Le plat de Doudou : canard sans sa graisse, rôti à basse température, avec un jus miellé. Servi avec une gaufre aux épinards (dissimulée sous le canard), des jeunes pousses d’épinard frites, et une petite mousse qui allait bien avec le canard, servie dans le petit ramequin qu’on aperçoit en haut à droire de la photo, mais dont je ne me rappelle pas du tout du nom (et le goût était assez peu marqué, ce qui fait que je ne l’ai pas reconnu).

Le seul petit bémol de ce repas, Nico a trouvé ce plat assez banal. C’est vrai que la gaufre était toute ramollie par le jus du canard, un peu bourrative, et surtout elle n’avait pas vraiment le goût de l’épinard.  Pour le coup, Doudou dit qu’il aurait préféré des petites pommes sautées, classiques mais bien bonnes. Ou des épinards, sans la gaufre !
Le canard était bien entendu parfaitement cuit et très tendre, m’enfin un canard au miel, c’est un canard au miel ! (je sais, comme d’hab, je ne manque pas d’air !!! ^^)

Servi avec ce plat en revanche, un vin qui a franchement bien mis en valeur l’ensemble, un côte de Bergerac 2004  velouté et très agréable.

Après le plateau de fromages (inutile de dire que c’était de bons fromages, bien affinés et pleins de goût, surtout le coulommiers hyper crémeux qui m’a ravie !!!), avec lequel je termine avec délices mon vin rouge (et celui de Doudou aussi un peu), arrivent les desserts.

Le dessert de Nico : crunchy au café, glace praliné, petite tuile sablée aux noisettes et bulles de sauce caramel.
Moi je ne raffole pas de praliné, mais la glace était très bonne. La bonne surprise venait du « crunchy » lui même, dont la saveur de café était très douce, et qui était saupoudré de noisettes et de sucre pétillant (toujours très sympa ce petit effet « feu d’artifice dans la bouche ») :)

Mon dessert : crème brûlée pistache, croustillant aux fruits secs et céréales, compotine de fruits rouges et fraise (là encore, gélifiée pour que le tout tienne bien) et petite tuile de chocolat (que j’ai laissée à Nico, donc pas possible de vous dire si elle avait une saveur particulière !).
Alors ça, c’était vraiment GENIAL !!!  D’abord j’ai adoré la présentation assez atypique pour une crème brûlée. Les différentes saveurs s’alliaient à merveille (ce n’est pas une surprise, les fruits rouges et la pistache forment une harmonie fantastique !), les textures fondant, gelé et croustillant étaient parfaites. Un vrai coup de coeur pour ce dessert !

Avec le café, bien entendu : les mignardises !
Alors franchement, après ce repas je n’en pouvais plus… J’ai quand même craqué sur la guimauve qui était légère, douce, excellente, et sur le canelé parce que quand même, je ne peux pas laisser un canelé. Nico s’est chargé des deux pâtes de fruits à la fraise, qui étaient vraiment bonnes, fines, malgré le fait que je n’aime pas les pâtes de fruits.

Et voilà !

J’ai vraiment passé un moment agréable à l’Oiseau Bleu. Ils ont vraiment gagné au change à venir s’installer avenue Thiers : les lieux sont plus clairs, plus classes. La terrasse est très agréable et calme.
Le service était très sympathique, pas compassé. L’hôtesse n’a même pas fait de drôle de tête quand j’ai renversé la moitié de mon déca sur la nappe blanche (j’ai des problèmes de tremblements en ce moment, d’où le déca !!! ^^).

Les couleurs toute douces des sucres…
Et la bonne idée d’inclure un blister de sucre de canne bio ! :-)

En bref, toujours une adresse que j’aime beaucoup, avec des menus qui changent à chaque fois (bon, je n’y vais pas non plus toutes les semaines !), de bons produits, des choix originaux la plupart du temps.

Je vous mets en photo la carte du menu du jour, et celle du menu carte (les prix sont dessus !). Il y a aussi un « menu confiance », que j’aimerais assez testé un de ces quatre ! Un menu déjeuner entrée/plat/dessert à 22euros, franchement, ça m’est arrivé de payer autant pour une gargotte infâme !

L’Oiseau Bleu
127 avenue Thiers, Bordeaux – 05 56 81 09 39
Horaires : 12h-13h30 et 19h45-21h30
Fermeture les dimanche et lundi

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Bordelaise, Calédonienne et Indonésienne. Cuisinière en 3G : "Gourmande, gourmet, goinfre". Bienvenue dans ma cuisine !
Cette entrée a été publiée dans Adresses gourmandes, Cuisine Metisse, Cuisine par pays, Douce France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Déjeuner à l’Oiseau Bleu – mai 2011, Bdx

  1. flocon de sel dit :

    HMMM des restaurants comme j’aime….si au détour de ma vie je me retrouve un petit jour à Bordeaux, c’est noté!!
    A défaut de m’y rendre je vais déjà m’en inspirer…joli projet en vu….l’idée des sucres colorés un petit plus charmant;
    merci pour cette gourmande parenthèse

  2. Olala quel délicieux menu … je suis conquise, bravo à cet endroit et à toi pour nous le faire découvrir
    Je te souhaite une belle soirée

    Valéri€

  3. Véro dit :

    @Flocon de sel : ah ? Une bonne nouvelle ? Bon courage alors ! :)

  4. patrice dit :

    hello
    pas encore testé et pourtant j’y passe tous les jours devant ..
    Très belle adresse …

    bises

  5. am dit :

    Merci de nous montrer ces celles réalisations de chef! ça donne envie d’aller à Bordeaux!
    Et Bonnes vacances!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = onze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>