Idée cadeau pour les fêtes – déjeuner à la table de Montesquieu, la Brède

Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas déjeuné tous les deux en amoureux.

Souvent, c’est à moi de prendre l’initiative : je prends une baby-sitter, je choisis un restau, et je dis « Tu t’occupes de réserver, par contre ? »

Pourtant, quand il me dit : « Midi trente, ma douce, tiens-toi prête à midi« ,  j’ai l’impression que c’est lui qui a fait tout le boulot, et j’adore. ^^

La Table de Montesquieu, donc, à la Brède. Des amis, assez fins gastronomes, m’ont dit un jour l’année dernière que c’était la meilleure table de Gironde (Claudia et Jean-Louis, si vous me lisez…). Ils connaissaient aussi le St James et la Cape, que j’aime beaucoup, et étaient catégoriques.
C’est quand même fort, non, comme affirmation ?!
Le meilleur moyen de se faire sa propre idée est de tester ! C’est parti, votre reporter gourmande part en investigation !!!

La Brède, c’est à une demi-heure de Bordeaux centre. Pas tout à fait la porte à côté, mais si on y mange vraiment bien, ce n’est pas un problème (j’ai déjà fait pire ^^).
L’accueil est sympa, un peu raide peut-être…
On nous tend un iPad pour commander, c’est rigolo. Ca n’influera pas sur mon objectivité, je vous préviens tout de suite !
Nos menus commandés, la première mise en bouche arrive avec notre apéritif.

Très sympa : des bricelets aux épices douces. Graines de moutarde, graines de cumin, curcuma et épices tandoori. Très très bon! Posés dans un gros caillou scié, marrant.
Nico boit un Gaillac, un blanc moelleux du Sud Ouest (très bon, avec des notes de miel et de figues, j’ai trouvé…). Moi, à défaut du vin de noix qui me faisait envie, je choisis un porto blanc.

Le beurre : au piment d’Espelette, et aux algues.
Miam. Difficile de ne pas grignoter entre les plats…

Les deuxièmes mises en bouche arrivent, et je ne sais pas ce qui se passe, mais j’oublie de les prendre en photo ! Incroyable. Elles étaient pourtant bien jolies et bonnes… Une déclinaison de quatre bouchées autour du poireau :
- poireau grillé en vinaigrette, avec une chips de jambon cru
- mousse de vert de poireau servie avec un morceau d’anguille fumée, dans un tube fait d’une feuille de poireau
-cuillère de poireau en salade grecque (avec des petits raisins secs et graines d’anis et coriandre)
- espuma de poireau parfumé au thym.


Photo de l’endroit pour me faire pardonner l’oubli de photo de mises-en bouches. Joli, non ? Très belle pièce avec charpente apparente, une belle harmonie de couleurs. Les toilettes sont superbes également, assortis en terme de couleur. On n’en parle jamais, mais c’est agréable, aussi, d’aller se laver les mains dans une jolie pièce d’eau, non ? ^^
Mais passons aux choses sérieuses…


L’entrée – assiette de la mer, mouillette aux saveurs iodées

Mouillette très croustillante, surmontée de King crabe, huître et saint jacques crues. Un tube de concombre rempli d’un tartare d’huître en gelée et de cubes de granny smith, mousse d’huître à la ciboulette caviar de Gironde et petite tuile fine. Petit trait de crème de persil.

Je n’aime pas les huîtres en général, j’ai pourtant été heureuse de voir arriver cette très belle assiette. Fine et délicate, un délice pour la vue. La mouillette était extra-beurrée, délicieuse, et accompagnait à merveille les trois crustacés proposés. Les saveurs et les textures du tube de concombre étaient parfaites, le caviar très salé était bien mis en valeur par le concombre plus fade, la petite crème était douce et parfumée (j’ai cru y déceler un petit parfum de truffe).
La feuille d’or n’apporte rien si ce n’est la petite touche colorée et raffinée, personnellement j’aurais préféré un autre morceau de crabe ^^

Le plat de poisson : homard bleu de Bretagne, légumes sautés aux saveurs d’Asie, tartare de homard et bisque de homard au lait de coco et curry vert.
Un vrai coup de foudre pour ce plat, aussi bien pour moi que pour Doudou ! Le tartare de homard au fond de l’assiette est assaisonné avec de l’huile de sésame et cela lui va à merveille. Il y a aussi deux beaux morceaux de homard poêlé sous les petites pousses, et une jolie pince. La chair est parfaitement cuite, à peine nacrée, un délice.
Les petits légumes sont encore tout juste croquants (pois, mini-courgettes rondes, cèpes, carottes). La saveur fine du homard est délicieuse avec le curry et l’huile de sésame. Une sublime réussite ! On n’en a pas laissé une seule goutte…

Le plat de viande : déclinaison autour du porc du Sud-Ouest.
J’avoue avoir été surprise… Je m’attendais à tout sauf à du porc ! Mon petit pépé qui est au ciel, amet amet…
Il y avait de la poitrine confite pendant 24h, surmontée de quelques pistaches et cachuètes torréfiées et passées à la peinture dorée. Une part de boudin maison enrobé d’une croûte croustillante, et surmontée d’une petite pomme braisée. Un cromesqui de pied de porc, décidément après celui de Vincent Arnould, les chefs ont décidé de me faire manger du pied ! Bon, ben j’aime toujours pas.
En revanche ce qui était délicieux, c’est la petite terrine de légume : tranches d’aubergine et mousse de poivrons rouges. Fondante, bien goûteuse, je garde l’idée pour des accompagnements futurs !
Le boudin était aussi très bon, associé sans surprise à une petite pomme un peu acidulée du meilleur effet. La croûte croustillante est très sympa, avec le moelleux du boudin à l’intérieur.
La poitrine bien sûr était très fondante, bien confite. Il lui aurait fallu un peu plus de légumes, à mon goût ! Plus de terrine de poivrons, moins de pied, s’il vous plaît !!!

Gros plan sur les cromesquis de pied de porc. C’est quand même un abat, non, le pied ?Ca a l’air bien cuisiné, mais ça a quand même ce goût et cette texture… gélatineux, croquant, un peu fort.
J’aime pas, j’aime pas, c’est tout !


Le dessert : boulimie de mangue. A manger dans un ordre bien précis, et même si on a eu envie de ne pas le respecter, rien que pour désobéir, c’était quand même bien réfléchi et il est donc plus sage, pour une régalade maximum, de suivre les conseils ! Dans l’ordre donc :
- mangue comme une pomme d’amour (mangue chaude, coque de caramel, menthe),
- glace à la mangue,
- mangue nature (pas franchement bonne, un peu dure et pas très sucrée…)
- mousse de mangue glacée enrobée d’un coulis,
- bille de beurre de cacao emplie de mangue liquide.
La dernière proposition est à mettre direct dans la bouche, ça éclate sous la langue, c’est génial :-)
L’ensemble était très bon, avec une petite feuille de caramel et sous chaque boule de mangue un petit sablé dans lequel il m’a semblé sentir une pointe de gingembre. Un dessert ludique et très agréable !

Nico bien sûr a éclaté sa bille dans l’assiette, pour voir. On dirait du jaune d’oeuf, ce n’est pas fantastique à la vue. C’est pour ça qu’on lui avait dit de tout mettre dans la bouche, aussi !!! ^^

Encore la petite feuille d’or, jolie mais qui ne sert pas à grand-chose, à mon sens…


Les mignardises pour accompagner le café : baba au rhum dans le petit bocal, macaron au pamplemousse, cannelé parfumé à la fleur d’oranger, guimauve à la mandarine, pâte de fruit au lychee, nougat maison.
Une façon bien bonne et gourmande de finir le repas. Le nougat était particulièrement bon, bien tendre, presque fondant.

Allez, oserai-je le dire ? Il y a quand même deux ou trois détails qui ne m’ont pas trop plu. Il faut bien dire aussi quand il y a des choses qui déplaisent, non ? A force de tester de belles tables, on devient exigeant…

Au moment de choisir notre menu, on n’a aucune information sur ce qui compose le menu « surprise ». Alors vous allez me dire, si on dit ce qu’il y a dedans, ce n’est plus une surprise ! On m’a demandé si on avait des dégoûts alimentaires : pour moi c’est simple, il n’y a que les abats que je ne peux pas manger. C’est assez réduit, vous comprendrez ma déception de trouver des pieds de porc dans mon assiette ! Et puis entre le dégoût et le produit qu’on mange juste parce qu’il est dans l’assiette, il y a quand même une marge !
Ben moi j’aurais bien mangé autre chose que du porc… et encore pire pour le pied ! (vous l’avez compris, je l’ai en travers de la gorge ^^)

Une autre chose bien dommage : à la commande, on nous précise que toute la table doit prendre le même menu, sous prétexte d’avoir le même nombre de plats et de ne pas être en décalé.
Or nous on adore prendre deux menus différents, pour avoir un aperçu assez complet de ce qui est proposé. On goûte dans l’assiette de l’autre, on compare, ça fait partie du plaisir de la table. Là, on nous dit « niet ». Sauf que 10 minutes après qu’on ait commandé, on  remarque que la table de sexagénaires à côté de nous insiste un peu, et finit par commander des menus différents ! Il aurait donc suffit d’insister, pour nous aussi, mais c’est désagréable d’avoir à le faire.
J’ai eu l’impression de devoir faire de mon mieux pour faciliter la tâche en cuisine. Alors je suis peut-être une peste, mais quand je vais au resto (et que je laisse 150 euros à la fin du repas !!! Un gastro, certes, mais quand même une somme énorme!),  j’aime avoir l’impression que ce sont les cuisines qui se plient en deux pour moi. Un petit effort là-dessus, et ce serait parfait.

Voilà, ça c’est dit.
Ceci-dit, la sublimité de l’assiette de homard nous a radoucis, on était prêts à pardonner. :-D

(Cliquer sur l’image pour voir les menus : 40 euros le midi, 60 euros pour le menu quatre plats et 75 euros pour le menu six plats)

LA meilleure table de Gironde ? Non, pas à mes yeux, mais une des meilleures au niveau gustatif, c’est certain. Le rapport qualité/prix n’est pas le meilleur (pas de fromage dans le menu à 60 euros, pas de pré-dessert), mais il faut avouer qu’on mange vraiment bien.
De beaux produits, des associations bien trouvées. On y retournera volontiers, mais cette fois on boira avant pour se détendre un peu (et détendre aussi le maître d’hôtel un peu coinços quand même), et on tapera du poing sur la table sans scrupule  ! ^^

La table de Montesquieu
9 Place Saint-Jean d’Etampes  33650 La Brède
05 56 78 52 91

Et le blog du chef Christophe Girardot, plein d’assiettes magnifiques !

 

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Adresses gourmandes, Cuisine Metisse, Cuisine par pays, Douce France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Idée cadeau pour les fêtes – déjeuner à la table de Montesquieu, la Brède

  1. Olala toit ça est superbe, aérien et structural, belle prestation. Merci pour le partage
    Je te souhaite une belle soirée
    Valérie.

  2. Josselyne beziade dit :

    Tout cela risque de decliner car le chef aurait quitte l etablissement depuis 15 jours . Bravo pour votre article .

  3. Véro dit :

    @Josselyne, ah ? Merci de l’information… On verra bien, selon qui le remplacera, ce que ça donnera ! A suivre.

  4. matteo dit :

    les macarons et la cannlets macarons mon l aire super bon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>