Mes premières cornes de gazelle!! et essai de panacotta au parfum d’Orient

Depuis le temps que j’avais envie de pâtisser à la marocaine…
Quand je vais dans mon resto marocain préféré, je mange toujours plus qu’à ma faim, me régale de pastilla et de couscous, et malgré ça, je ne pars jamais sans avoir craqué sur une ou deux (voire trois :-S) pâtisseries servies avec un thé à la menthe…

Alors voilà, pour le dessert de mon repas marocain, my first cornes of the gazelle!!
Même si je suis autant marocaine qu’un pingouin, elles étaient vraiment bonnes, bien croustillantes, et relativement légères (oui, tout est relatif…).

Recette en photos.

Cornes de gazelle
Pour une vingtaine de cornes.
Farce à l’amande: 300g d’amandes, 50g de beurre, 1 jaune d’oeuf, 1/2 càc de thym, 2 càs d’eau de fleur d’oranger, 100g de sucre glace + du sucre glace pour l’enrobage.
Pâte: 150g de farine de blé, 1 blanc d’oeuf, 1 càs d’huile de tournesol, 1 càs d’eau de fleur d’oranger, 50g de sucre glace, 1 pincée de sel.

Préparation de la farce.
- Faire fondre le beurre dans une casserole à feu doux et y ajouter le thym.
- Laisser cuire 2 à 3 minutes sans faire brûler le beurre, puis filtrer et réserver.
- Mélanger le jaune d’oeuf aux amandes et ajouter la moitié du sucre glace.
- Mouiller avec l’eau de fleur d’oranger, verser le beurre au thym et ajouter le reste du sucre glace.
- Malaxer pour que la pâte devienne bien homogène, réserver.

Préparation de la pâte.
- Mélanger la farine avec le blanc d’oeuf, le sucre glace, le sel, l’huile et l’eau de fleur d’oranger.
- Pétrir énergiquement la pâte sur un plan de travail fariné, en l’écrasant plusieurs fois.
- Former un boudin avec cette pâte, et laisser reposer le temps de former les cigares de pâte d’amande.

- Préparer des petits cigares avec la farce à l’amande: les former dans le creux de la main, les miens pesaient 15 g (précis, hein?:-))

Montage:
- Prélever un petit morceau de pâte dans le boudin, et l’étaler finement (je n’ai pas de rouleau à pâtisserie, j’ai utilisé un vieux pilon en bois). Ne pas fomer les disques de pâte à l’avance, ils se déssècheraient et se casseraient.
- Poser un cigare au milieu du disque, puis replier la pâte par-dessus.
- Souder et donner la forme d’une demi-lune incurvée (comme un sabot plutôt que comme une corne!). Couper l’excédent de pâte avec une roulette à raviolis.

- Laisser les cornes reposer 12 heures à température ambiante pour que les pâtisseries soient bien croquantes (les miennes ont reposé un peu plus longtemps, elles étaient en effet bien croquantes!!)
- Au moment de faire cuire, percer les extrémités de part et d’autres avec un pique en bois (je ne sais pas pourquoi??? j’imagine que sans ça les cornes gonflent et se déforment…)
- Faire cuire 10 à 15 minutes dans un four préchauffé à 180° (th.6).
- Les cornes ne doivent pas dorer, baisser le thermostat ou couvrir avec de l’alu si nécessaire.
- Sortir du four et laisser refroidir avant d’enrober de sucre glace.

Et voilà!!

J’avoue, c’est long… Mais c’est booooon….

J’ai servi avec une petite panacotta au miel et à la fleur d’oranger dont je vous livre la recette rapido:
- Faire cuire pendant 5 minutes à petit feu: 25cl de lait, 25 cl de crème liquide entière, 1g d’agar-agar (1/2 càc).
- Parfumer avec deux grosses càs de miel et 2 càs de fleur d’oranger.
- Verser dans des petits verres, et laisser refroidir avant de mettre au frigo.
- Laisser prendre au frais toute une nuit.

L’association n’était pas mauvaise, mais j’ai utilisé un miel de chataignier que j’ai trouvé beaucoup trop fort, à essayer avec un miel moins brut de décoffrage!

Un petit thé à la menthe (non sucré pour moi, au grand damne d’Igor! ;-) ), et voiloù!!

Les cornes de gazelle n’étaient ni trop grasses, ni trop sucrées, et le beurre au thym apporte un parfum subtil et assez indéfinissable mais délicieux!
Bon, alors les photos sont pas possibles, toutes jaunes, c’est ça aussi d’être écolo et de n’avoir que des ampoules à économie d’énergie… Impossible d’avoir une lumière blanche!! (la photo des 6 survivantes tout en haut est prise le lendemain en plein jour, bien sûr…).

Ah, et dernière chose, le bouquin d’où j’ai tiré la recette: une petite merveille sur laquelle j’ai craqué récemment, absolument superbe avec de magnifiques photos, un vrai voyage (très girlie en plus dans sa présentation, avec une belle écriture, de belles couleurs et de magnifiques plats… bref, impossible de résister):
Les Carnets de Cuisine marocaine de Bouchra, par Bouchra Derraqui et Valérie Lhomme, paru chez Solar… Un vrai bijou, un coup de coeur, vraiment, dans lequel j’ai aussi péché une recette de pain marocain, à venir très vite…

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Algérie / Maroc, Grignotages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>