Pour Esprit Métis n°8 : Fish’n chips !

 

 

 

Le numéro 8 d’Esprit Métis est là !!!
Avec l’arrivée de l’été, la fête de la musique, la fête des pères, l’anniversaire de Michel (bisous mon Michel !), il ne manquait plus que le huitième opus du petit mag qui fait le lien entre les cultures !
Direction : le Royaume-Uni !!! Avouez que c’était difficile de ne pas choisir de faire un fish’n chips pour l’occasion :-)

Pas de sortie papier pour l’instant. Mais, grand virage dans l’histoire de l’asso, le magazine entier est en ligne sur le site, consultable et téléchargeable (clic par ici !). Une page se tourne… une nouvelle ère s’annonce !
Et pour rencontrer l’asso, aujourd’hui ils seront place St Projet jusqu’à 18h, avis aux Bordelais !

 

Fish’n Chips light ! (si, si, c’est possible…)
(enfin, c’est relatif :-) )

Pour 4 personnes

Pour faire honneur à ce mag, fish’n chips !!
Version un peu corrigée, car celles des fish’n chip shops sont tout de même un peu trop graillou, souvent. On fait ce qu’on peut pour alléger : frites au four mais yummy all the same, pâte à beignet toute légère (avec de la bière, UK or not ??). Même pas (trop) besoin de culpabiliser… Awesome…

Pour les frites

: 8 grosses pommes de terre (variété monalisa) – 2 càs d’huile d’olive – 2 càs d’herbes de Provence – 2 càs de ras-el-hanout (mélange de cumin, paprika, coriandre…) – sel, poivre

 

- Peler les pommes de terre, et les couper en fins bâtonnets. Les faire tremper dans un grand saladier d’eau froide : cela permet d’éliminer l’amidon qu’elles contiennent, et les rend bien croustillantes.
- Faire bouillir une grande marmite d’eau, y faire cuire les pommes de terre pendant une dizaine de minutes. Elles doivent être à peine tendres.
- Egoutter les pommes de terre, les tamponner avec un torchon propre pour les sécher.
- Etaler les pommes de terre sur une grande plaque allant au four, les arroser de l’huile d’olive, des épices, de sel et de poivre.
- Faire cuire une dizaine des minutes sous le grill du four.


Pour le poisson: 60g de farine – 60g de fécule de maïs (Maïzena) – 1 cuillère à soupe de levure – ½ càs de curcuma – 60ml d’eau bien froide – 60 ml de bière brune – 4 beaux filets de colin ou de merlu (oubliez un peu le cabillaud…), coupés en deux dans la longueur

- Rincer les filets, puis bien les sécher avec le torchon.
- Dans un saladier, mélanger la farine, la levure et le curcuma.
- Ajouter petit à petit l’eau puis la bière, en mélangeant bien et en remuant pour obtenir un mélange homogène, sans grumeaux.
- Saler et poivrer la préparation.
- Faire chauffer l’huile d’arachide dans une grande sauteuse. Des petites bulles se forment à la surface, et si vous y plongez une toute petite boule de pâte, elle doit frire immédiatement.
- Plonger les filets de poissons dans la pâte au curcuma, puis les disposer délicatement dans l’huile chaude.
- Laisser frire de 5 à 7 minutes, en retournant les filets pour qu’ils soient bien dorés des deux côtés.
- Retirer de l’huile, et bien égoutter sur plusieurs feuilles de sopalin (tamponner le dessus des filets avec le sopalin pour éliminer le plus possible l’huile).


Et voilà !

 

Un vrai régal, le poisson est croustillant à l’extérieur, moelleux à l’intérieur. Servir avec les frites bien chaudes et une sauce tartare.

Et un Big Up à toute la Team Métisse qui ne s’en laisse pas raconter !!!


À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Angleterre, Poisson, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>