Les Choco-Coulants de l’Extase: Mon histoire d’amour avec le Mi-Cuit de Manue…

Emotions… Bouleversement des sens…

Même mon appareil photo a compris l’intensité dramatique, regardez un peu les photos « Fire of Love » qu’il m’a faites… Vous savez?? Ces images à la « Fire of Love« , brillantes et floues qui montrent qu’attention!! il y a de l’Amûûûr qui flotte… (je sais que le vrai nom américain des « Feux de l’amour » c’est « The Young and the Restless », mais chez nous ça s’appelle les « Fire of Love »!!)

Un de mes critères de sélection pour les bons restos, c’est les desserts… Je ne suis pas très desserts, mais je trouve que les excellents desserts sont souvent plus rares que les excellents plats (en tout cas dans les restos à portée de ma bourse). Entre les profiteroles tout juste décongelées, les crèmes brûlées froides, les crêpes au chocolat au chocolat direct sorti d’une bouteille… Quant aux coulants, assez rares, qui sont rarement coulants… Bref. En général, je regrette toujours d’avoir voulu finir sur du sucré.
Au fil du temps, j’ai construit une sorte de « coulant fantasme », un coulant comme dans un rêve, que je n’ai jamais pu tester nulle part… Un coulant qui n’existait que dans mon imagination…

Jusqu’à ce jour….
En me baladant sur les blogs, je vois le mi-cuit de Manue… En y repensant, qui d’autre que Manue aurait pu me donner la clé de mes fantasmes chocolatés?? Manue la Reine du Chocolat sous toutes ses formes…

Mi-cuits part 1… la naissance de la passion:
Ainsi donc, je passais avec impatience au premier essai, presque sûre de ne pas trouver LE coulant…
Et pourtant, les deux premiers tests, réalisés dans des moules à muffins, se révèlent à la hauteur de mes espérances!!! Louloute n°2 et moi nous réjouissons de cette incroyable découverte…

Très vite, j’ai voulu réitérer, mais cette fois dans mes nouveaux moules pyramides en silicone, achetés au Caroussel du Louvre pendant le salon Cuisinez! (ben oui, des moules pyramides sous la pyramide… c’était comme une évidence… mais allez dire ça à mon banquier!…)
Problème, ces moules ont une base plus étroite, et les dix minutes sont fatales aux coulants… Ils sont cuits!
Ca fait mal…

Je recommence… La première tentative était trop prometteuse…

Cette fois, j’opte pour 5 minutes de cuisson… Et j’en fais la pièce maîtresse d’un goûter ultra-gourmand, avec un vrai chocolat viennois à la chantilly vanillée et mini-marshmallows ramenés de Londres par ma meilleure amie… Moi qui ne suis pas très sucrée!

Mi-cuits part 2: la folie me guette…

Cette fois, le coulant est vraiment trop coulant! Il expose son coeur brillant tel un volcan indolent…
5 minutes, ce n’est pas assez…
Mon coeur défaille… Je me remets à grands coups de chocolat viennois…
Mais je sens l’Eldorado tout prêt, je récidive illico, du chocolat plein les yeux!!

Mi-cuits part 3: la délivrance…

7
C’est 7 le chiffre magique…
7 minutes, et là c’est la perfection…
Une croûte croustillante…
On y plante la fourchette, et le chocolat s’échappe voluptueusement…

Le Nirvana…

Recette des mi-cuits de Manue, ultra simple et rapide, renommés les Coulants de l’Extase:

(les proportions ne sont pas exactement les mêmes, mais en gros, c’est la même recette) – Pour environ 6 coulants pyramides

- Mettre 180g (ou 200g, hein, les 20g c’est la rangée mangée par Doudou!) de chocolat noir à fondre au micro-ondes avec 120g de beurre (j’ai pris du beurre doux et du chocolat Valrhona Caraïbes à 66% de cacao, j’ai prévu de tester avec du beurre demi-sel)
- Bien mélanger le beurre et le chocolat fondus, puis ajouter 60g de sucre en poudre, puis 5 oeufs entiers et 40g de farine.
- Verser dans les moules, et réserver au frais jusqu’au moment de déguster.

- Préchauffer le four à 220°, puis faire cuire 7 minutes pour un coeur coulant absolument parfait…
- Servir illico et FONDRE…

Et voilà!!!!!

Que dire…

Cela se passe de tout commentaire superflu…

Merci Manue…

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les Choco-Coulants de l’Extase: Mon histoire d’amour avec le Mi-Cuit de Manue…

  1. Michel dit :

    trop bon les coulants de l’extase qui méritent leur nom, je surveille leur cuisson à l’oeil pour qu’ils ne soient pas trop cuits et j’ajoute de une fève de tonka rapée à la pâte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>