Pain au levain et à la farine de chataigne, merci Jean-Paul

 

Le levain.
Nouvel animal domestique à la mode.
Le mien s’appelle Jean-Paul.
Je tiens à dire que c’est moi qui ai choisi son nom.
Celui de
Bergeou s’appelle Mihara (comme les chaussures), et celui d’Audrey s’appelle Manolo (comme les chaussures aussi).
Jean-Paul pourrait être le nom d’un créateur de chaussures (il paraît que
Gauthier a dessiné des Pataugas, justement !), en vrai j’avais juste envie d’un Jean Paul dans ma vie. Bon, les Jean-Paul qui traineraient par là, pas la peine de m’envoyer des messages grivois, j’ai trouvé, c’est bon (vous suivez, ou pas du tout ???)
Bergeou (ou plutôt le chéri de Bergeou), appelle ça « unTamagotchi ».

Je suis pas sûre que ce soit aussi compliqué que ça de s’occuper d’un Tamagotchi, sinon les gosses ne feraient jamais de caprices pour en avoir.
Purée, si j’avais su ce que ça soulèverait comme questionnement, cette bestiole… Je sais pas si c’est bien un truc pour moi…

Pourtant, quand elle m’a filé le bébé, Bergeou m’a promis que c’était trop facile :
Il faut juste le nourrir avec son poids de farine et son poids d’eau, deux fois par jour, sauf s’il est trop liquide alors là il faut mettre moins d’eau, et quand on le met au frigo il dort, pour le réveiller il faut lui filer 3 fois son poids de farine et d’eau, et ne pas l’utiliser tout de suite, sinon il se met en colère, apparemment, parce qu’il est trop fatigué. Il faut en jeter un peu, le touiller uniquement avec une cuillère en bois. Pendant ce temps, monsieur Jean-Paul fait des bulles, double de volume, déborde, retombe… Bulle à nouveau… Il peut même faire des bébés, d’ailleurs il a déjà eu un fils (Jimmy, comme les chaussures, qui vit maintenant chez
Marie…)

 Tu parles d’un Tamagotchi… Je dirais plutôt « Y a un Gremlin dans ma cuisine  !!! »
Je redoute le pire si j’oubliais de lui refiler à manger avant minuit, on parie combien qu’il va finir par lui pousser une crète blanche et des écailles ?

Il pourrait m’attaquer !!!
« Attaque de levain !!!! »
De la mousse marronnasse plein les oreilles, je me débats avec ma spatule, face à l’ignoble créature, qui aura quintuplé de poids d’ici là !!!!
« Abandonne, je pèse 328 kilos, grâce à tout ce que tu m’as donné à manger !!! »
« Au secourrrrrrrrrs !!! Bloub-bloub-bloub !!! »
Doudou arrive pile à ce moment-là, mais PEINE PERDUE !!! Lui aussi est submergé par le mélange acide…

Bon, no panic…
Pour l’instant, je suis à la lettre les indications de Bergeou, et tous les liens qu’elle m’a filés
chez Makanaï.
Y a pas de raisons qu’il se révolte ?
Va falloir que je planque le poulet rôti, au cas où il se jette dessus pendant la nuit… Brrr, j’en ai la chair de poule(t) !

Pour mon premier pain, j’ai testé la cuisson à la cocotte. Sauf que ma cocotte est un modèle familial énorme, donc mon pain était immense en surface et plutôt plat. Mais je me suis acheté une cocotte en verre de 2,5 litres, comme ça en plus je pourrai surveiller la cuisson sans le déranger. Prochaine étape, un joli pain tout rond et tout gonflé, comme celui de Bergeou !

         

 

Jean-Paul est gentil avec moi… Il est poli… Enfin pour l’instant ! Et quand je m’occupe de lui, il fait des bulles…

Pain au levain le plus facile du monde
Méthode 1-2-3 de Makanaï.

 

 

 

« 1-2-3″, car = 1 masse de levain, 2 masses d’eau et 3 masses de farine. Ca donne, pour un gros pain qui dure 2 jours pour la famille:
200g de levain – 400g d’eau – 600g de farine (mélanges bienvenus : moi j’ai utilisé 400g de T65 et 200g de farine de chataignes, avec des petits morceaux de chataignes dedans – Je vous déconseille de n’utiliser que de la farine de chataigne, car c’est un peu pouf-pouf !) + 10g de sel

- Mélanger l’eau, le levain et la farine au robot.
- Ajouter le sel, puis pétrir de 5 à 7 minutes (pas plus, pour une histoire de gluten qui chauffe).
- Laisser la pâte reposer de 1 à 3 heures.
- Lui donner alors un tour ou deux (la rabattre sur elle même), puis la glisser dans un saladier huilé.
- Laisser la pâte pousser pendant 8 à 10 heures (la nuit, c’est parfait).
- Huiler légèrement la cocotte dans laquelle votre pain va cuire.
- Pétrir une dernière fois la pâte, en farinant beaucoup votre plan de travail et vos mains pour ne pas que ça colle trop.
- Former une boule avec la pâte, la disposer au fond de la cocotte huilée.
- Allumer votre four à 240°, mettre la cocotte fermée dans le four encore froid, et laisser cuire environ 1 heure.

Et voilà !
Déconcertant de facilité !

Résultat : un beau pain, sans effort, avec une belle croûte fine et croustillante. Tout le monde l’a adoré à la maison, le petit goût si spécifique et légèrement acide du levain a plu aux grands comme aux petits.
Tartiné de beurre doux, à tremper dans le café…
Miam !

On dit merci qui ???
Merci JEAN-PAUUUUUUL !!!
:-)
Et
Bergeou, et Audrey dont le levain avait fait un bébé Miahara pour Bergeou, et Makanai pour les recettes !
Mais SURTOUT MERCI JEAN-PAUL !!! (s’il te plaît, ne te transforme pas en Gremlin et ne me mange pas pendant la nuit !!!)

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Douce France, Mon labo, Techniques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>