Tarte « Qui a eu cette idée folle…???!!! » – Amandine aux mirabelles et pistaches

J’ai enfin compris une chose importante dans ma vie: je suis vraiment faite pour les vacances!!! lol
Adieu grasses matinées, petits dej’ pris à  midi, Bollywoods improvisés, calinous avec les Louloutes quand bon me chante… Adieu liberté, pas d’horaires (de toute façon, ma montre est égarée au fond de mon cartable), petits plats mitonnés à la dernière minute, parce qu’on a tout le temps, lecture (notemment de blogs) jusqu’à 3 heures du matin…

Bonjour septembre, cartables et cahiers neufs, tâches de craies sur mes robes légères… P’tits mecs en sueur qui retrouvent leur ballon et les copains, p’tites filles à rubans qui font du charme aux maîtresses…
Des petits loulous tout neufs, qu’il faut apprendre à connaître, apprendre à comprendre…
Le début d’année, c’est toujours difficile, on ne sait pas par quel bout les prendre, par quels moyens imposer ses règles.
Eux ont perdu toutes leurs habitudes de travail: je suis sûre que certains parents seraient étonnés de voir leurs enfants en classe la première semaine (et peut-être moi la première!)!
 » Alors alors, on prend le cahier du jour, et on écrit la date…
- Sur quelle page?
- Sur quelle ligne?
- A combien de carreaux?
- Avec quel stylo?
- On souligne?
- J’ai pas compris…
- Et maîtresse, on fait quoi si on s’est trompé en faisant la majuscule?
- Et maîtresse, je fais quoi si j’ai plus de place sur ma ligne????
(un grand classique, si si, j’vous jure…)
- Et maîtresse, j’peux écrire au stylo plume?
- Et maîtresse, on a droit d’mettre du blanco? »

Et sans oublier le petit timide, dans le coin au fond, qui lève le doigt depuis 15 minutes et qui vous dit, quand enfin vous le voyez: « C’est quoi, le cahier du jour??... ».
Et dire qu’on voulait juste qu’ils écrivent la date…
A ce moment là de la journée (il est 9h10, donc 10 minutes depuis qu’on est entrés en classe…) il faut IM-PE-RA-TI-VE-MENT respirer profondément, et se souvenir que:
1) ce métier est génial
2) ces gosses sont géniaux (d’ailleurs, y a rien de plus génial qu’un gosse, hein???…!)
3) non, on n’a pas envie de démissionner.

Et que dire des évaluations nationales, des réunions pédagogiques interminables, des conseils de maîtres/cycles/ école (c’est pas au choix) , tout ça sous les vivas de ce cher Gilles (enfin un bon moment de poilade dans l’année: la lecture de la lettre du ministre!), de quelques parents qui oublient qu’il y a 26 schtroumphs, 52 parents, et 1 seule maîtresse (non, non, j’donne pas de noms, mais heureusement qu’il y a aussi les sympas!! ceux qui comprennent que la maîtresse, des fois, a une vie qui l’attend, quelque part!! ;-) )…
Allez, je râle, mais rien qu’à vous raconter tout ça, j’ai déjà presque envie d’être jeudi et d’y retourner! …

En tout cas, j’ai remarqué un truc: en vieillissant (eh!! c’ est que j’vais bientôt fêter mes trente ans, mine de rien!!), dans les périodes de stress, j’ai de plus en plus envie de sucré!!
Sucré donc…

J’ai piqué la recette de la pâte sablée dans Gâteaux de Mamie, paru chez Marabout (tout le monde sait que ma grand-mère ne fais pas de gâteaux, mais bon…). Au moment de réaliser la pâte, je me suis rendue compte que je n’avais pas d’oeufs dans mon frigo!
Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de faire sans: c’est l’avantage des nulles en pâtisserie, ils se disent toujours « Ca devrait quand même le faire!!« , et des fois, non, vraiment, ça le fait pas… Cette fois-ci, ça l’a fait… bien, même!

Tarte amandine Mirabelles et pistache, pour maîtresse qui se demande si elle est bien faite pour ce métier…
Pâte sablée (sans oeufs).
- Tamiser 250g de farine.
- La mettre dans votre robot avec 125g de beurre froid coupé en petits dés et 100g de vergeoise (dans la recette il fallait du sucre glace, j’en avais pas non plus…).
- Mélanger à petite vitesse, puis ajouter 1 càs de lait, 1 pincée de sel, et 2 autres càs de lait (en tout cas c’est ce que j’ai mis à la place de 2 jaunes d’oeufs!)
- Travailler la pâte jusqu’à obtenir une texture (à peu près) sableuse.
- Entourer la pâte de cello, et mettre au frais deux heures (minimum).

Crème amandine à la pistache. – Mélanger 120g d’amandes en poudre avec 3 oeufs (du coup, le temps que ma pâte sablée repose, je suis allée faire des courses!), 25g de beurre salé tempéré coupé en dés, 30g de vergeoise, 1càs de rhum et 1 càs de pâte de pistache.
- Bien mélanger (la pâte de pistache n’est pas évidente à bien amalgamer…)

Montage de la tarte: – Froncer un moule à tarte en silicone avec la pâte sablée (beurrer et/ou sulfuriser un moule classique). La pâte sablée ne s’étale pas au rouleau (en tout cas, pas la mienne! ;-) ), je l’ai aplatie doucement avec le plat de la main, directement dans le moule.
- Disposer les mirabelles coupées en deux (mais encore attachées par un côté) en cercles concentriques.
- Verser la crème amandine, sans noyer les fruits (c’est plus joli quand ils débordent joliment en faisant des « piques », mais je suis trop gourmande et j’ai mis toute la crème, donc pas de « piques »…)
- Mettre à cuire au four th.6, pendant environ 20 minutes.

Et voilà! Déguster tiède avec de la chantilly, ou bien bien froid, c’est délicieux aussi!

PS: veuillez me pardonner pour cette recette un peu confuse, à la « viens-là-que-j’te-bidouille », un coup sans oeufs, un coup avec… J’ai vraiment la tête « confusionnée » ces derniers temps… Ca peut faire ça, la vie en communauté avec les moins d’1m20…

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>