Mon poké bowl (vegan)

Mon premier poke bowl c’était à Barcelona, près de la mer, et je l’avais choisi chez Poke Maoli (j’en veux un à Bordeaux !!!).

Le poke n’est pas vraiment une recette, plutôt un assemblage parfait pour l’été quand il fait bien chaud. C’est une grosse grosse tendance que vous n’avez pas pu louper depuis deux ans, qui nous est venue d’Hawaii, et à l’origine c’est un bol qui contient comme base du poisson cru et du riz assaisonné à la sauce de soja. Une version hawaïenne du chirashisushi, le bol de riz assaisonné au poisson japonais.
Vous me connaissez : la tendance ce n’est pas ce qui guide mon estomac, donc si je vous envoie du pokée c’est parce que c’est délicieux ! D’autre part je ne vois aucune bonne raison de ne pas véganiser la chose en n’y mettant pas de poisson cru mais en y glissant à la place plein de crudités et autres délices bien frais. Le truc c’est qu’il faut avoir  plein, plein, plein de bonnes choses à glisser dans son bol (ou son assiette, mais le bol c’est plus pratique si on veut manger avec les baguettes), d’avoir le plein de couleurs, de fraicheur, de régalade. Alors, c’est vrai que ça fait pas mal de préparatifs, en plus chez Maoli il y a aussi les sauces, les condiments : tellement de choix que c’est vraiment cornélien de se créer son bol…

Mais quand on a préparé assez de garnitures pour faire un bol, on peut faire plein de bols dans la foulée, et ça c’est quand même génial ^^

Mon poke dégusté à la plage de Barceloneta. OK, la vue ça donne une petite touche supplémentaire… mais la vue c’est une disposition de l’esprit avant tout (on va dire ça, hein ^^). Il y avait du tofu dedans, du quinoa, du radis japonais mariné, un mélange d’herbe (coriandre, ciboule), des oignons frits… et d’autres bricoles que j’ai oubliées !

Bon, on peut manger ça ailleurs qu’à la plage fort heureusement, en tout cas on essaie de :
– glisser une base : du riz (brun ou blanc, ou le top : du riz japonais à grains très ronds et un peu gluants à la cuisson), ou du quinoa, de la semoule de blé
– penser aux protéines : quinoa (qui fait double emploi !), pois chiches, edamame, graines diverses (lin, courge etc) mais aussi tofu ou bien entendu poisson cru ou cuit pour ceux qui mangent des protéines animales !),
– varier les légumes pour avoir plein de couleurs et de vitamines différentes,
– penser aux fruits (pastèque, melon, pêche, fraises même pourquoi pas, en été c’est le bonheur !)
– parfumer avec des herbes,
– assaisonner (sauce soja, vinaigre de riz, citron)
– et de ne pas oublier l’élément qui rend complètement poke pour moi : le gingembre mariné ! Ok je vous ai dit au dernier billet qu’en ce moment j’en mettais partout… mais vraiment c’est la touche finale que je préfère (avec la coriandre fraîche, dont je manquais pour ce bol là !!! Parfois la vie, c’est dur comme ça…)

Pokebowl  (presque) sans cuisson

Dans ce pokebowl, j’ai glissé, de gauche à droite :

  • avocat, chou rouge (assaisonné avec un peu d’huile d’olive, sel, poivre et vinaigre balsamique), melon
  • carottes râpées (assaisonnées avec jus de citron et ail), gingembre mariné, concombre
  • quinoa (seul élément cuit de la recette !), pois chiches (en boîte !), pastèque
  • pas sur la photo : des graines d’édamame (que j’adoooooore).

J’ai pressé un demi-citron vert sur le tout, ajouté une cuillère à soupe de sauce de soja clair, glissé quelques feuilles de menthe, et parsemé des graines de sésame noir.

On dispose tout ça bien joli, et on déguste avec des baguettes !
Un régal, un peu comme de manger un arc-en-ciel  🌈

 

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Japon, Légumes, Salades, Vegan, Végétarien, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *