New York City : Day Two – Zabar’s, EJ’s Luncheonette and Magnolia Bakery

Je me rends compte en préparant ce post que le deuxième jour a été très riche, et ultra gourmand aussi !

Encore un beau soleil sur New York au réveil, ce matin.

La vue est toujours aussi géniale, mais attention les bureaux en face sont déjà plein d’employés à cravates. A force de voir ces bureaux éclairés (et vides) la nuit, je commençais à oublier qu’ils servaient vraiment de lieux de travail, la journée.

Il y a un Europa Café à l’angle de Broadway et de la 53rd street, c’est là qu’on prendra presque tous nos petits dejs dans les jours à venir. A part quelques photos de villages italiens et de Montmartre, pas grand chose d’Européen à manger dans ce café…
Il y a trop de choses qui nous font envie, il faut revenir pour tout goûter. Pour ce matin, des énormes sandwich avec eggs, bacon and cheddar. Je ne sais pas comment ils appellent ce gros pain ultra moelleux, mais ce que je sais c’est que c’est fabuleux de croquer dedans.

Et puis un poppy seed bagel with cream cheese (bagel aux graines de pavot et fromage frais). Je demande aux filles si elles ne préféreraient pas des pancakes, mais non, elles se jettent sur le salé comme des virus sur un gosse aux joues roses. Ma grande se prend carrément la grande assiette avec deux « sunny side up eggs », potatoes, bacon and toasts. On est calés pour un bout de temps…

On est partis pour une folle journée.

On croise Petrossian, à l’angle de la 58ème et de la 7ème avenue, qui parait-il sert un brunch délicieux. Mais avec nos vêtements de pouilleux qui n’ont pas reçu leur valise, on ne s’y aventure pas. L’immeuble est splendide, entièrement sculpté de minuscules détails, et encore une fois on se dit que tout est vraiment trop ici : trop beau, trop somptueux, trop gothique, trop … TROP !

J’ai toujours rêvé d’y emmener mes filles, une petite marche vivifiante et voilà qui est fait : elles jouent un petit morceaux sur le Big Piano de FAO Schwartz, angle of 58th and 5th Avenue. Vous vous rappelez de ce Big Piano ? Tom Hanks s’éclate dessus avec son futur patron dans le film « Big ». Mythique scène, d’ailleurs il faut que les filles voient ce film !


 

A FAO, un portier déguisé nous ouvre la porte du Royaume des Jouets avec un grand sourire et un « G’Morning ! » retentissant. Oui, à New York, les gens se disent bonjour, ce qui devrait inspirer les anti-Américains de base qui trouvent les français plus classes et moins vulgaires.
Bon, énorme ce magasin de jouet, pas de manège à l’intérieur comme au Toyz’R Us de Times Square, mais un espace Légo et Barbie à me faire regretter d’être adulte. Louloute n°2 se choisit une Barbie Rockstar, qui ressemble beaucoup à celle que moi-même j’adorais à son âge. Coiffure un peu moins kitch pour la version 2010, peut-être.  Je tombe sur la Barbie Peach que j’avais à 8 ans. 50$, trop chère, mais coup d’émotion, mon coeur d’enfant se rappelle à ma mémoire, c’est toujours bon à prendre.
A la sortie, Central Park nous tend les bras.

 

On se perd dans les allées, on savoure le relatif silence, grâce à la neige qui étouffe le bruit des voitures. Les écureuils rendent un peu de vie aux branches dénudées des arbres. Ils ne sont pas farouches pour un sou, les filles rêvent d’en ramener un à Bordeaux. Ils ont l’air trop bien, à courir partout sur les arbres, finalement on les laisse là.

Le soleil brille, on a presque chaud. On traverse le park et on se retrouve face au Westside. Le National Museum of Natural History est à quelques blocks away, parfait !

Un petit tour pour dire bonjour aux dinosaures ! Coup de chance, on arrive pile poil on time pour assister au Space Show au Hayden Planetarium. A ne pas louper si vous passez par là, le spectacle a lieu deux fois par jour. Dans la bulle énorme, la voix de Whoopie Goldberg nous raconte la naissance du soleil, de the Milky Way et de notre planète. On ressort en se sentant comme d’insignifiantes petites crottes de moustiques, surtout nous car les filles n’ont pas tout compris, malgré mes traductions sommaires. Comme prévu, les dinosaures sont géniaux, ainsi que les superbes vitrines reconstituant les habitats de tous les animaux possibles et imaginables. Nico est aux anges, c’est le paradis des anciens « petits-garçons-à-lunettes-fan-de-gros-monstres-préhistoriques« . Les filles se demandent si Ben Stiller travaille toujours au musée. Je ne dis rien, je laisse la magie de New York les habiter.

Quand on ressort du musée, je réalise que l’épicerie qu’on m’a conseillée n’est vraiment plus très loin. Nous avons encore quelques heures avant la tombée de la nuit, alors c’est parti !
Loin des buildings surdimensionnés, le Westside nous plaît bien, avec ses petites maisons de briques typiques, coquettes et cosy. On joue à choisir celle qu’on va s’acheter.
Bon, heu… nous on aurait un conteneur pour les poubelles, par contre…

Avant d’entrer chez Zabars, un petit détour par la Amsterdam Avenue, angle of 81st. Malgré l’énorme petit déjeuner, notre estomac commence à se rappeler à notre souvenir, et l’air de rien il est l’heure de goûter !


EJ’s Luncheonette a un sympathique look d’American Diner Wagon. Les banquettes en moleskine turquoise et la déco rétro-kitsh nous plaît tout de suite, on entre.
La carte est énooooorme… Recto-verso ! On se décide pour des Mac’n Cheese, un very juicy Cheeseburger, une Chicken Caesar Salad et un Garden Club. Simple, classique, mais efficace.

Le Garden Club: avocat, concombre, champignons grillés, germes, tomates, cheddar. Servi avec la coleslaw et de la sauce tartare. Yum. Frais, sain et délicieux !

Visez un peu la taille des chopines de Diet Pepsi et celle de ma Caesar !!!

Après ça, rien de tel pour digérer qu’une balade dans les rayons incroyables de Zabar’s. GDetou et Mora réunis, en beaucoup plus gros. Comme ça, vous êtes prévenus. Au moins, je n’ai pas faim, idéal quand on entre dans un Food Temple pour ne pas craquer à tout bout de rayon.

Cette boutique est un truc de malade…


Je ne suis pas du genre à acheter ce truc, mais il faut reconnaître que ce castle shaped mould est DINGUE !!
Je craque de façon très raisonnable sur des Christmas Tree shaped cutter, et des « pinch bowls », que je rebaptise immédiatement « bento cups ».


Et celui-là !!! Le gâteau de la Belle au Bois Dormant, en un coup de cuillère à pot !
Moi, naïve, qui pensais qu’on fabriquait trois gâteaux qu’on superposait !

Côté épicerie, ça ne s’arrange pas…

Les fameux pains moelleux…


Le rayon des preserves est incroyable… Vous avez vu la courbe de l’étagère du fond ?
Je ramènerais bien quelques confitures de mûres de l’Oregon, moi…


Le rayon des cookies me laisse songeuse. Certains ont l’air délicieux, mais d’autres…
L’emballage surtout me fait frémir, et en repensant à mon petit défi, tout prend une dimension inutile et ridicule. Si des millions de New Yorkais consomment des biscuits dans des barquettes en plastique, à quoi bon me priver de Granola ???

Bon, bon, on repart avec un sac bien rempli (je vous dirai avec quoi plus tard, héhéhé…)
Première rencontre avec le métro new yorkais. On se bat avec les portes-tourniquet, on gaspille même une fare par manque de synchronisation. Les gens nous regardent comme si on était des touristes un peu débiles.
Mouhahaha.

Après nous être un peu délassés à l’hotel, on ressort pour profiter de la nuit new yorkaise. Sur un coup de tête, nous dirigeons nos pas vers le Rockefeller Center, et nous ne le regretterons pas ! Il y a des gens qui patinent, de la musique, des guirlandes lumineuses. Un endroit à découvrir de nuit, pour la magie qui s’en dégage. J’imaginais le ice ring beaucoup plus grand. On ne s’y aventure pas, surtout que certains skaters se la jouent vraiment ambiance JO de Vancouver. On ferait tache, je pense…

 

A deux pas de là se trouve le NBC building, qui fait partie du complexe de bâtiments formant le Rockefeller Center (plus d’une quinzaine de bâtiments en tout, si j’ai bien compris). Tout en haut de cet immeuble se trouve la terrasse nommée « Top of the Rocks« , qui offre une vue imprenable sur tout New York. Nous sommes déjà allés tout en haut de l’Empire State, mais de jour. De nuit, avec un ciel dégagé, ça peut valoir le coup. Une vingtaine de dollars par adulte, gratuit pour les mômes.
Allez hop, on monte…
Une fois en haut, on n’est pas mécontents que des panneaux de verre nous protègent du vent, contrairement à l’Empire State.
Je reste bouche bée devant le panorama qui s’offre à nous. Pourtant, je n’ai pas encore regardé du bon côté. Soudain, je tourne la tête et je le vois : l’Empire State Building, sublime, avec son toit illuminé. Ca me coupe la chique. Je prends des photos en n’y croyant décidément pas. Si ça continue, je vais commencer à manquer de vocabulaire. Trop de superlatifs, cette ville.

 

Petite attraction marrante : l’ascenceur  de l’immeuble a un plafond transparent. Des lumières bleues ont été fixées tout le long de la cage d’ascenceur, on les voit défiler à toute vitesse. Des images du temps où l’immeuble fut construit défilent sur le plafond de verre. Des ouvriers, une lunchbox sur les genoux, en train de déjeuner à des centaines de mètres d’altitude, au-dessus du vide.

Pour clore cette journée (je vous avais dit qu’elle avait été très riche et ultra gourmande !), on s’arrête chez Magnolia Bakery, LA pâtisserie dont Carrie Bradshaw et ses copines sont fan dans Sex and the City.
Il y a plusieurs boutiques dans Manhattan, la nôtre est à côté du Radio City Music Hall, à l’angle de la 49th street et de la 6th Avenue.
La boutique est à mourir, le choix est cornélien.
Je manque de craquer sur le bouquin « Magnolia’s recipes« , mais il me paraît un peu cher (30$). En plus le mec au comptoir est relativement désagréable, je repose le bouquin. Grand bien me prend, puisque je trouverai ce livre 10$ moins cher chez Barnes and Noble deux jours plus tard.

Et notre quarté gagnant est :

Vanilla bean cheesecake

Lemon cupcake

Toffee and pecan cheesecake


Peanut butter and chocolate munchies Pie

Verdict : à part le Peanut Butter Pie, qui est vraiment TROP peanut butter et trop sucré, tout est un désastre. Fondant, crémeux, délicat et délicieux.

Il y a des mots qu’on ne prononce pas, à New York. Régime. 5 fruits et légumes. Economies. Silence. Ennui.
Ca va qu’on ne reste qu’une semaine.
:-)

 

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Mes voyages, New York City, New York City, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à New York City : Day Two – Zabar’s, EJ’s Luncheonette and Magnolia Bakery

  1. anso35 dit :

    Moi aussi je reviens de NYC et j’ai craqué pour le cheesecake vanila bean de Magnolia Bakery…

    Je cherche depuis désespérément la recette sur la toile.

    L’aurais-tu par hasard ?

    A+
    anso d’It-cake!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>