Coulant au chocolat noir, bananes flambées, caramel au combava et chantilly au rhum

Alors, je sais, pour la photo, ne dites rien… Ca dégouline, ça a l’air répugnant… Et vous verrez avec la recette, c’est encore plus chargé en calories que ça en a l’air…
Mais ce genre de recette, c’est le minimum vital quand on bosse dans une école de ZEP, croyez-moi. La ZEP, c’est la Zone d’Education Prioritaire, le cauchemar de tout jeune professeur débutant dans le métier et n’ayant pas trop le choix quant à ses mutations éventuelles. Aujourd’hui on dit RRS, « Réseau Réussite Scolaire ». Mais enfin, quelque soit le nom qu’on lui donne, c’est l’endroit où on va quand on n’a pas assez de points, l’endroit où personne ne veut aller.

Pourtant, j’ai fait le choix d’y aller.

Pour me sentir vraiment utile et avoir l’impression de faire un boulot important. Pour me tester en tant qu’enseignante et être sûre que les réussites dans ma classe étaient bien dûes à mon enseignement et pas à l’action des parents cadres ou profs eux-mêmes. Pour voir si j’en étais capable, tout simplement.

Je peux vous dire que je suis heureuse de mon choix car certes, trop d’enfants ont un comportement d’une violence inouïe, certes on est confronté tous les jours à la dureté du milieu social qui s’infiltre dans l’école dès qu’on ouvre une porte ou une fenêtre, et certes, on se demande parfois si ce n’est pas peine perdue. Mais en plus de ce que les enfants peuvent donner quand ils comprennent que vous allez tenir bon et rester auprès d’eux,  j’ai trouvé une équipe enseignante incroyable, soudée face aux difficultés. Plus que jamais, je suis fière du job que je fais, que nous faisons, au quotidien et sans lâcher prise.

J’avais besoin de le dire, et que vous l’entendiez, mes chers petits lecteurs chouchous : les enseignants autour de moi font un travail difficile, et formidable. Je suis fière, fière, FIERE d’être l’une d’entre eux.

Voilà.

Bon, en revanche, j’ai du développer une stratégie pointue : quand les problèmes s’accumulent, quand les enfants dysfonctionnement, quand c’est trop dur et qu’on croit qu’on ne peut plus tenir le coup… je fais des trucs à manger !!! ^^ Oui, j’ai pris 3 kilos depuis que je suis en ZEP, et je suis fière de chacun d’eux :-) Vous voyez la quantité de chantilly ? Maintenant, vous savez pourquoi…

Du coup, quand est venue l’heure de créer ma recette pour Faces B, le journal pour lequel j’écris une recette trimestrielle depuis un an maintenant, la gourmandise se devait d’être le maître mot. Ce trimestre, le thème était l’infini, et j’ai choisi pour cela une recette où les saveurs sont infiniment bonnes, ou les goûts sont infiniment délicieux, et où les associations sont infiniment parfaites… Pour créer un dessert autour duquel tout le monde est infiniment heureux, repu et riche de partage, de solidarité et de calories ^^

Le magazine est gratuit, et il est en ligne ici… Bonne lecture à tous !

Le coulant au chocolat des gourmands : bananes braisées, caramel au beurre salé et combava, chantilly au rhum

Pour 6 personnes

Pour les coulants : 5 œufs entiers – 200g de chocolat noir – 120g de beurre – 60g de sucre en poudre – 40g de farine  - 3 bananes – une grosse noix de beurre
Pour le caramel : 150g de sucre en poudre – 50g de beurre salé – 20cl de crème liquide – le zeste d’un demi-combava (ou citron vert) (c’est quoi le combava ? Cliquez ici !)
Pour la chantilly : 40cl de crème liquide entière – 2 cuillère à soupe de sucre glace – 15 cl de rhum vanille (ou rhum ambré).

Commencer par préparer le caramel au combava :
- Dans une casserole à fond épais, faire fondre le sucre (sans rien y ajouter).
- Lorsqu’il a fondu et a pris une belle couleur ambrée, ajouter le beurre bien froid coupé en cubes, en une seule fois.
- Bien mélanger : le contraste de température va créer une grosse ébullition, c’est normal.
- Lorsque le beurre est bien mélangé, éteindre le feu et ajouter la crème liquide, mélanger.

- Ajouter le zeste de combava (en garder juste un peu pour la déco). Réserver.

Préparer la chantilly :
- Verser la crème liquide dans un siphon, ajouter le sucre glace puis le rhum vanille. Gazez avec deux cartouches, siphon tête en bas, et agitez bien. Laisser reposer au frais au minimum 1/2 heure.
Préparer les bananes :
- Les couper en belles rondelles biseautées, puis les faire dorer à la poêle dans une grosse noix de beurre (procéder en plusieurs fois si la poêle est trop petite). Réserver.

- Au bain marie, faire fondre le beurre avec le chocolat. Verser le mélange dans un saladier.
- Bien remuer, puis ajouter progressivement le sucre en poudre, la farine, et enfin les œufs en les ajoutant bien un par un.

- Verser la pâte dans des moules à muffins individuels.
- Préchauffer le four à 220° (th. 7), enfourner et cuire pendant 7 mn (le temps de cuisson est prévu pour un four à chaleur tournante… Il peut varier selon votre four, alors surveiller la cuisson la première fois !) Les coulants gonflent, la croûte du dessus doit à peine se former, pour qu’ils restent intacts au démoulage mais coulants à cœur. Si ça rate la première fois, ne vous découragez pas et recommencez jusqu’à trouver votre température parfaite !

- Démouler délicatement : le plus facile et sûr est de poser une assiette sur le moule à muffin, de retourner délicatement le moule, puis de prendre les coulants délicatement à la spatule pour dresser.

- Dresser : un coulant, du caramel, des bananes, de la chantilly. Terminer par un zeste finement râpé de combava.

 

OK, c’est complètement décadent…
Mais ça fait tellement de bien…

Se régaler… trouver qu’il n’y en avait pas assez… et recommencer !!!

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Chocolat, Desserts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Coulant au chocolat noir, bananes flambées, caramel au combava et chantilly au rhum

  1. Je salive devant ton coulant !

  2. Une tuerie ce dessert!

  3. Stéphanie dit :

    CLAP CLAP CLAP ! J’applaudis ce message que tu nous transmets et ce témoignage de ton métier, en tant que parent et en tant que citoyenne ! Depuis que je suis salariée et plus free lance, je « souffre » et suis avide de communication entre parents-enseignants-atsem et compagnie. Pour l’avoir vécu, je sais à quel point ça peut fonctionner et à quel point c’est moteur pour tous… Mais dans chaque école, les situations sont tellement différentes… Dans tous les cas, ton énergie est un cadeau (comme d’hab). Je repars au « combat », motivée et joyeuse !

  4. Véro dit :

    @ Ahahah, lady Milonguera, moi aussi figure-toi… Parce qu’il n’y a plus ni coulant, ni caramel, ni chantilly, et que j’en mangerais bien un peu plus ^^
    @Pauline, merci. Une tuerie pour moi, oui, j’ai mis tous ce que j’aime dans un seul dessert !
    @Stéphanie, tu as tout compris, comme d’habitude… Nous militons pour plus de lien, du lien et toujours du lien. Dans ces milieux beaucoup de parents fuient l’école car elle leur rappelle trop de mauvais souvenirs, ou qu’elle est symbole d’exclusion pour eux. Mon énergie est surtout un miracle, après une année aussi mouvementée ! Miracle dû à l’équipe qui m’accompagne, sans nul doute :’-)

  5. Nathamiam dit :

    Voilà, ça y est, je viens enfin de comprendre d’où viennent mes kilos en trop, venus au fil des années scolaires…

  6. Caro(line) dit :

    Bravo d’exercer ce métier, cet extrait publié aujourd’hui sur France Inter tombe à pic :

    http://www.dailymotion.com/video/x1xlrb9_ariane-mnouchkine-les-profs-sont-les-heros-des-temps-modernes_news?start=1

    Quant à ces petits coulants, j’ai pris 2 kg rien qu’à les regarder tellement ça a l’air cochon comme on dit au Québec…

  7. gracianne dit :

    Vero j’avais peur que tu abandonnes, apres certains messages desabuses, et fatigues. Alors bravo, tu peux etre fiere de toi.

  8. katoo dit :

    Je crois que je ne te l’ai jamais dit (ou trop peu) : J’adore te lire.
    tu es une passionnée de la vie et ça j’aime beaucoup.
    Bises !

  9. MlleJeanne dit :

    Moi aussi je suis fière de vous ! Le fait que je vienne d’une famille de prof doit jouer, mais n’empêche, l’éducation vaincraaaaaaaaaaaaaaaaa !

  10. Véro dit :

    @Nathamiam, une collègue ! Bon, si on faisait un autre job on compenserait de la même façon, je pense. Autant rester instits, faire ce qu’on aime, et tant pis pour les kilos ^^
    @ Caro(line), une femme bien, cette Ariane ! ;-) « Ça a l’air cochon » ??! J’adoOOre cette expression ! Quel belle langue, le français du Québec, toujours fleurie et imagée.
    @ Gracianne, ah, pourvu que la flamme brûle toujours. Mais depuis quelques temps c’est vrai, je ne présage plus rien, j’attends de voir… une année après l’autre…
    @ Katoo merci beaucoup ! On n’écrit pas toujours pour être lu, mais quand ça arrive et que les gens y prennent du plaisir, quel bonheur ! Merci encore…
    @ Mlle Jeanne, famille de profs ? Tu es quelqu’un de bien, alors ^^ Je ne sais pas si l’éducation vaincra, on fait tout pour, en espérant qu’elle vienne à bout des obscurantistes de tous bords…

  11. Oulala alerte rouge crise de boulimie en approche ! Bravo et merci pour cette recette elle a l’air génialisime :) Elisa

  12. Pour un dessert répugnant ça me donne plutôt l’eau à la bouche personnellement ! :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 6 = null

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>