Tom Kha Kaï – soupe thaï de poulet et lait de coco


On m’a fait ce reproche, il n’y a pas longtemps : « Tu veux toujours trop en faire, tu as trop de projets, c’est épuisant ! » Moi j’ai répondu « Ben si tu te sortais les doigts du » (oh la non, faut pas dire ça, c’est malpoli) j’ai répondu :  » Ben si ça te fait plaisir de croire que c’est de ma faute si toi tu en fais si peu, libre à toi petit minus mon grand. »
Ce n’est pas bien, je sais, d’être si peu patiente.
Figurez-vous que j’aspire à plus de zen que ça !
(Vous avez compris qu’aujourd’hui il allait y avoir une petite digression, alors si vous voulez, passez de suite à la recette ^^)

Bon, cette fois-là c’était une critique un peu gratuite et fort peu intéressante, mais même mes amis me le disent, après quelques verres de vin rouge : « Véro, arrête donc de courir tout le temps après on ne sait quoi, comme ça, et va voir un psy« .
Enfin, à cause de l’alcool ils articulent un peu moins bien que ça, ça donne plutôt « Vé’oooo ! arrrrrrète un peuh de cou’i’ t’l'temps… etc » mais je les comprends  (rapport au vin rouge que je bois aussi).
Bon d’abord, j’ai pas besoin d’un psy, puisque j’ai un blog ! HaHAHAH, la bonne blague… (nan, mais en fait, sérieusement ^^)

Donc c’est vrai, je m’emballe parfois, j’en fais des tonnes. Dans le boulot, comme en cuisine, ou dans mes voyages, ou ma façon d’être avec les gens. Les mesquins pensent, je crois, que je cours après la place de la meilleure élève, mais ce n’est pas sérieux… On n’a plus dix ans !
La vérité c’est que la nuit quand je n’arrive pas à dormir, je me rappelle qu’un jour, l’homme qui dort paisiblement à mes côtés, les enfants dont je peux percevoir la respiration dans les chambres voisines, et moi-même, nous pousserons tous notre dernier soupir et BASTA. Le trou dans la terre, l’éternité, tout le tintouin.
Je vous jure que cette pensée me donne envie de me relever et de tester un truc que je n’ai encore jamais fait, comme apprendre le japonais ou m’inscrire à une compet’ de hoola hoop, ou de réserver un voyage pour un endroit que je n’ai jamais visité ! « Vite, la Corée !!! Singapour !!! Oh non, attendez, ENCORE NEW YOOOOorK !!! » ^^ Le banquier sait qu’après minuit, la carte bleue c’est NIET. Interdikcheunne.

Allez, certains d’entre vous ont forcément vécu ça, non ? Ce désir subit de respirer encore plus, de dévorer encore plus de chocolat, de sandwich au saucisson et de vie, de danser plus fort, de hurler plus haut ! Pardon alors à ceux pour qui je vais parfois trop vite, ceux que j’ai bousculés un jour, interloqués parfois, pardon à ceux à qui je parle parfois sans prendre le temps de réfléchir suffisamment, mais c’est qu’on n’a pas tant de temps que ça devant nous… Et peut-être encore moins que ce qu’on croit !!!

Est-ce que j’aimerais être plus sereine ? Oui, bien sûr. Pour l’instant je cherche encore comment faire… De qui m’entourer pour que ça marche. Ahhh, c’est dur de reconnaître les bonnes personnes, parfois ! Il faut savoir se débarrasser des personnes toxiques (qui a dit « comme en politique » ???).
« But I stiiiiiiiiill … haven’t fouuuuund… what i’m looking fooooooor  » (oh yeah, I’ve got the blues et ça me donne envie de chanter d’une voix rauque ! Vite, une clope, un whisky et une Guinness !!! ^^)

Voilà voilà, maintenant que j’ai bien pourri le moral de tout le monde, je vous le remonte aussi sec avec cette soupe au lait de coco DE LA MORT QUI TUE (au sens figuré). Tout ça pour en venir au fait que quand je pars sur une idée, en l’occurrence la cuisine thaï, et bien il faut que j’aille au bout du concept (ah ouais, tout ça pour ça ? Ben ouais ^^). Et donc encore une recette aux accents d’Asie, toute simple et fantastiche !

Enfin, toute simple… évidemment, il y a toujours moyen de se compliquer la tâche, alors il se trouve qu’aujourd’hui cette soupe est faite avec du bouillon maison, parfumé avec une belle carcasse de poulet, de la citronnelle, du combava, un oignon, sel et poivre. Tout à fait superflu si on n’a pas le temps. Mais là, j’avais une carcasse, et du temps, justement (1h30 du mat’ et rien d’autre à faire, rendez-vous compte) (hahaha, non là c’est vraiment une blague). :-)

Soupe Tom Kha Kaï au lait de coco et poulet

Cette recette je l’ai copiée sur le site de Trip gourmand, un site absolument magique pour moi, tenu par deux amoureux qui sont partis en road (et surtout food !) trip en Asie il y a quelques années. Tout est sous forme de petits films, alors pour la quantité d’ingrédients il faut faire « comme ça », mais c’est le principe de la cuisine asiatique, à la fois. :-)

Ingrédients pour 4 personnes (dans l’ordre des aiguilles d’une montre, sur la photo, à part le bouillon et les champignons – ben vous en avez déjà vu je pense) :
1 litre de bouillon de poulet -  deux belles poignées de champignons émincés - 1 petite boîte de lait de coco - 2 escalopes de poulet émincées - quelques fines tranches de galanga – 1 bâton de citronnelle - le jus et le zeste d’un citron vert – 3 ou 4 feuilles de combava (ou le zeste d’un fruit) – 1 petit oignon émincé - 1 cuillère à soupe de nam pla (sauce de poisson, ou nuoc mam) - 1 cuillère à soupe de sucre en poudre – poivre, glutamate (ou un peu de sel)
Pour le service : ciboule, coriandre fraîche, piment rouge

Comme toujours dans la cuisine au wok, asiatique en général, assurez-vous d’avoir tous les ingrédients à portée de main, parce qu’une fois qu’on commence la cuisson, pas le temps de farfouiller trois heures dans le congélo !

- Dans un wok, faire chauffer le bouillon de poulet.
- Y verser le galanga, la citronnelle.
- Ajouter les champignons et le poulet. Remuer.
- Ajouter  les feuilles de combava déchirées (c’est en les déchirant qu’on en tire le plus de saveurs), le lait de coco, le poivre, le sucre, le glutamate. La soupe doit alors être bien chaude, fumante.


- Éteindre le feu, ajouter le jus et le zeste de citron vert, assaisonner de nam pla à votre convenance (environ 1 belle cuillère à soupe mais tout dépend de vos goûts).
- Laisser les saveurs se mêler une bonne minute, en mélangeant.
- Servir et parsemer de la coriandre fraîche, de la ciboule ainsi qu’un peu de piment rouge en rondelles fines (débarrassez-vous des graines si vous voulez du piquant tout en douceur ! ^^)

Et voilà…

Woh woh woh…. Là, y a pas à dire… Douceur, parfums, chaleur, légèreté… Toute la subtilité et la puissance gustative de la cuisine thaï dans une assiette.

Vous savez quoi ?
Avez mes enfants, on mange cette soupe, à grand renfort de bruits (les cuillères asiatiques sont tellement creuses, impossible de ne pas faire des « slurp-slurps » à tout va).
Je vois mes filles agrandir leurs yeux de plaisir et faire des « hmmmmm » approbateurs, je sens le galanga et le combava sur mes papilles, et j’admire Doudou à côté qui avale sa soupe comme un goret et en redemande.
Je me demande si elle n’est pas juste là, dans mon assiette, devant mes yeux et sous mon nez, ma sérénité.
(question purement rhétorique, je crois connaître la réponse :-) )

Allez, bon weekend électoral petits lecteurs !

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Asiatiques, Cuisine par pays, Entrées, Thailande, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Tom Kha Kaï – soupe thaï de poulet et lait de coco

  1. sÉCO dit :

    Rien que de lire l’article, elle émoustille les papilles cette recette. Je vais la tester absolument

  2. Cette soupe est très appétissante et parfumée
    Je te souhaite une belle journée
    Valérie.

  3. bergeou dit :

    Ah ma Véro si tu veux vraiment un psy je te prête mon mari mais je crois surtout que ton appétit de vivre c’est ce qui fait ta force et c’est ce que j’aime chez toi. Plein de bisous et dès que je trouve du galanga j’essaye cette soupe.

  4. Je crois que je suis (mal?)heureusement un peu comme toi et j’entends souvent « Marion arrête tu veux toujours en faire trop » mais en te lisant (et ça commence à faire un bail!), j’ai plus envie de te connaître que de te critiquer… et en plus, ça ne gâche rien, j’adore la soupe tom kha kaï, cette recette a l’air parfaite, elle sera dans nos assiettes ce week-end!! Merci à toi pour ton blog et tes billets pleins d’énergie, de joie de vivre, de bonne humeur!!!!!

  5. fujiia dit :

    Bonjour, je suis de celles qui lisent discrétos et laissent rarement des commentaires, mais là ce billet m’a vraiment réchauffé le cœur (c’est sûrement les rondelles de piment^^)! Ça peut paraître un peu con, mais ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir des rêves, des désirs et quand on en a, il faut foncer… les autres sont peut-être jaloux?
    PS: le bouillon maison n’est pas du tout superflu (à condition d’avoir du temps et une belle carcasse!!)

  6. Marie Lepage dit :

    Tu peux continuer à courir, Véro et laisser sur le côté ceux que cela embête …moi j’aime la pêche qui ressort de tes billets gourmands….et cet appétit…de vivre!

  7. Sandrine dit :

    HUMMM m’a soupe préférée ! j’ai aussi découvert il y a qql mois le site trip gourmand et c vrai qu’il est top ! bon et bien sûre (comme dab mais sans lassitude hein) un réel plaisir de te lire …et si cela te rassure je fais aussi partie des gens qui courent sans arrêt ! biz

  8. Pomme dit :

    oh, quelle belle recette ! c’est le voyage assuré là !

  9. je suis fan
    bisous

  10. Val dit :

    Souvenirs, souvenirs !
    La fille du film cuisine comme ma belle-soeur, sauf qu’elle est cuisine au sol sur sa terrasse !

    Suis toute nostalgique du coup ! Une seule solution ! en préparer une ! :-D

  11. Stéphanie dit :

    Une citation que j’aime beaucoup aimé dans « Seul le silence », tes mots m’y ont fait penser : « Vis ta vie le coeur intrépide, Joseph Vaughan, comme si la vie était trop petite pour toi… »

  12. Mariposa dit :

    Je suis comme toi, je vis beaucoup la nuit ! C’est mon moment préféré de la journée ! Et c’est vrai que je pense souvent non seulement au fait qu’on n’est pas éternels mais aussi qu’arrive un âge où on ne peut pas forcément se permettre de faire ce que l’énergie de nos 30 ans nous permet de faire ! (Déjà qu’à 30 ans on a beaucoup moins d’énergie qu’à 20 !!!)
    Et sinon, merci pour cette recette que je viens d’imprimer ! Pour les champignons, tu prends quoi, champignons noirs, champignons de paris ?

  13. Maïlys dit :

    ahhhhh, mais je veux de la soupe moi!! je viens de regarder la vidéo et j’en encore PLUS envie!
    c’est vrai que dans nos contrées, on veut que tout soit parfaitement calculé alors que héhé, les recettes préférées de chez nos grands-mères, c’est du « un peu d’ci et un peu d’ça » qu’on a perdu (et les secrets qui vont avec).
    bisous

  14. Babali dit :

    J’adore cette soupe … ma préférée !! tu t’en doutes ! Bon quant à ta digression sur le temps qui passe et qui s’échappe …. je te (me) ressers un rhum et on en parle après

  15. Stéphanie dit :

    Ben tiens, je me relis et je suis ravie, j’adore tellement laisser de belles fautes en commentaire !

  16. Sarafa dit :

    Moi quand je parle de toutes ces choses qu’il faut s’empresser de faire maintenant tant qu’on peut, parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend demain, mes interlocuteurs sont mal à l’aise et me disent d’arrêter de parler comme ça. Ils ont cette peur de la mort (on l’a tous) mais en même temps ils restent dans cette illusion d’éternité. Et ils entendent ça uniquement de manière négative alors que moi c’est justement le contraire, j’évoque cette fin pour pousser à agir et réaliser ce qui nous tient à coeur sans attendre, sans reporter.

    Et puis, il n’y a pas que la mort qui pourrait nous arrêter, ça pourrait être une maladie, un handicap, un problème financier qui dure, un changement dans la famille, qui pourrait empêcher de faire telle ou telle chose.

    Je me dis toujours que je n’aurai jamais assez d’une vie pour faire tout ce que j’ai envie de faire, voir tous ces coins que je veux voir. Et j’ai déjà 30 ans, j’ai pas encore réalisé le tiers de ce que je veux.

    Et non, tu as pas pourri le moral de tout le monde, au contraire. Ça fait du bien d’entendre des gens passionnés comme toi, ça nous renvoie à nos propres rêves qu’ on oublie malheureusement trop vite dans ce train-train quotidien. Et ça réveille, comme ta soupe réveille le palais; ça booste!

  17. gracianne dit :

    Alors la Vero, on s’attable avec une biere et des clopes quand tu veux pour discuter de la vie. Mais non t’en fais pas trop. Des gens passionnes comme toi c’est ca qui manque plutot.

  18. Moukda dit :

    Bonjour,

    Je viens de faire un gros panier sur le site de pimentrouge, juste pour ta recette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 1 = quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>