Cake aux carambars pour 29 gamins gourmands et 1 maître TRES gourmand

La culpabilité….
C’est ce qu’on ressent quand on dit à sa fille:
« Ecoute, ma Louloute d’amour, pour cette année, pas d’anniversaire à la maison avec les copains, d’accord?? »
« Ah… Bon… Ben tant pis… »
A la limite, elle aurait fait un caprice, tapé du pied, ou même boudé… On aurait pu se dire « Ben alors là, vraiment, je fais bien, elle est vraiment TROP gâtée!! » Notre conscience de mère indigne aurait pu se donner l’illusion de suivre le droit chemin de la bonne éducation…
Mais là, non… Rien, qu’un regard un peu déçu, presqu’un sourire énigmatique, à la Joconde…
Et cette résignation calme, ça broie votre coeur de mère…
Alors, vite, on trouve un moyen de rendre le sourire à notre « orphelin Baudelaire » brisé par la vie:
« Mais tu sais quoi?? Maman va faire  des gâteaux pour toute la classe, et tu les emmèneras, avec des boissons et des bonbons… Hein??? Qu’est-ce que t’en dis???
- … Et on les fera toutes les deux, les gâteaux??
- Ben, évidemment…
- OUUUUAAAAIIIIISSSS!!! »

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cakes / Muffins, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mon coiffeur a franchement abusé!!!! Et c’est comme ça qu’on se retrouve à faire du shopping…


Je suis allée chez le coiffeur hier… Sur le coup, quand il m’a montré le miroir, avec le brush, les cheveux tout beaux après le soin et tout, et tout, j’étais plutôt contente…
Mais ce matin, au réveil…
« Maiiiis!!!! Maiiiis!!!! » (attention, à ce moment là de la journée, ce niveau d’aïgu c’est dangereux pour les cordes vocales…) « Mais il a TROOOOOP COUPE!!!!« 
Franchement?? Au moins dix centimètres se sont évaporés… Et mon dégradé?? Il est passé où mon joli dégradé, si doux, dont j’étais si contente??
Là, je sais, les hommes rient, les femmes compatissent… Merci les copines…
C’est pas parce qu’on pleure devant sa chevelure défunte qu’on est forcément superficielle… Et c’est pas forcément un pêché d’orgeuil, que de regarder le miroir et d’être limite, mais alors limiiite, vé-nère… Si???

Alors du coup, c’est shopping… Et comme je suis dans ma phase prout-prout, je vais dans les épiceries fines, là où en général je trouve des trucs supers qui ne servent à… rien!
Et je claque 70 euros!

Et voilà…

Mais franchement, qui pourrait résister à:

-du vinaigre de cidre fermier
- du sirop de vanille bourbon
- du thé de chez Gault et Millau (Rooibos vanille)
- du confit de violettes
- du sucre cristaux fuschia
- du piment d’espelette (ah, ça, j’avoue, c’est quand même pas trop futile…)
- du sel de Hawaï (y a marqué: « Alaea rouge, sel naturel de l’océan Pacifique, argile volcanique purifiée à chaud. Cette argile sacrée de l’archipel et de Molokaï confère au sel un goût délicat de noisette grillée ». Donc, je craque…)
- des plaquettes de Valhrona Caraïbes et Guanaja
- de la moutarde à l’estragon.

Aaaah, ben ça va mieux…

Petite adresse pour changer un peu,  pour les Bordelais:
Côté Saveurs – Epicerie Fine
Allée des Borges – 33520 Bruges
05 56 28 67 63

On trouve les même produits ou presque que Place des Grands Hommes, mais le monsieur très gentil se la joue un peu moins que ses confrères du Triangle Bordelais… Par contre, pas de thé « Mariage frères » ni du « Palais des thés » (désolée Audrey!! ;-) ) Et sinon, le rayon épicerie fine du Monop’, c’est génial… (J’adore aller cher Monop’! J’ai l’impression de me gâter à chaque fois, sans me ruiner…))

J’aviserai en rentrant de Paris, pour l’instant tout ça va sagement dormir au placard…
En parlant de Paris, je pars dans quelques heures… et mes valises ne sont pas faites!!!! L’éternelle « A-la-bourre, nan-mais-c’est-pas-possible-elle-le-fait-exprès!!« , vous connaissez??  On parlera du gâteau d’anniv’ de ma grande Louloute quand on rentrera…
Elle a huit ans!!! Vous vous rendez compte??? (Vous vous rencomptez?, comme dirait sa copine Mathilde! ;-) )

Allez, excellent week-end à vous les amis, je monte à la gran’ville!!!

PS: Gracianne, je penserai fort à toi! xxx

Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Saumon à l’émulsion vanillée et risotto mascarponé aux pleurottes et écrevisses

Je vous le concède, mon titre est un peu à rallonge et « Pompeux de la prout-prout », mais je me suis acheté deux magazines de grands chefs hier, alors je m’y crois un peu…. et ça fait d’mal à personne!!

Bon, je n’en suis pas encore au point au je vais pouvoir passer au stade pratique en feuilletant mon « Thuriès » ou mon « Saveur des chefs » (comme une certaine Chantal qu’on connaît tous…), mais je peux quand même rêver, non???

Alors voilà, une envie de saumon m’a prise ce week-end, dûe sûrement au fait que je n’avais pas pu assouvir mon envie de sushis.
D’autre part, mes deux Australian Cooks préférés de « Surfing the Menu » mitonnaient ce dimanche midi un risotto aux pois et écrevisses…

Vous ne connaissez pas « Surfing the Menu »???? Mesdaaaames!!!! Précipitez vous sur Escale le dimanche midi (vers midi justement), ou bien là si vous n’avez pas les chaînes cablées, et vous aurez deux (enfin, surtout une en la personne de Curtis « Yummy » Stone, le beau gosse de la deuxième photo…) preuves vivantes que les hommes qui tiennent les casseroles sont super sexy, et n’ont pas tous la tête de Joël Robuchon!!!! (j’entends déjà les Dorian et autres Patrick marmonner « Ben on n’avait pas besoin de ces deux là pour prouver que les hommes qui cuisinent sont sexy! » )
:-D Ben oui, mais Curtis et Ben, eux, en même temps qu’ils décortiquent les homards, ils surfent! Et pas sur le web, hein, sur la vraie mer!!! Groaaar!!! Trop forts, ces Australiens!!!)

Alors voilà, aussitôt vu, aussitôt envie…! (je parle du risotto, pas des surfers australiens… quoi que???)

Et donc….

Saumon grillé à l’émulsion vanillée et risotto pleurottes et écrevisses (j’ai oublié mascarponné… si j’oublie mascarponé ça fait plus aussi prout-prout…)
Attention, recette OR-GA-NI-SA-TION…
(avec 12 000 étapes 1/2)…

Le risotto. (pour 4 personnes)
L’idéal est de le préparer à l’avance, pour pouvoir se détendre pendant la préparation du saumon, et de le réchauffer au dernier moment au micro-ondes, pour qu’il reste bien moellleux.
- Dans une sauteuse à couvercle, faire rissoler 1/2 oignon dans une noisette de beurre et une lichette d’huile d’olive.
- Ajouter 2 feuilles de laurier et 1 branche de thym, remuer.
- Ajouter 250g de riz rond, laisser rissoler quelques instants.
- Verser un verre de vin blanc, et compléter avec 250 ml de bouillon de volaille (j’ai utilisé les cubes avec des « coeurs aux fines herbes »).
- Couvrir, et laisser cuire jusqu’à ce que le riz soit cuit, plus du tout croquant. S’il manque de l’eau, rajouter du bouillon de volaille.
- Lorsque le riz est cuit, ajouter deux belles càs de mascarpone. Réserver.

-Dans une poêle à part, faire sauter les écrevisses dans une noisette de beurre, saupoudrer de sel, poivre, curry, et déglacer avec un trait de vin blanc.

- Dans (encore) une poêle à part, faire sauter les pleurottes dans une noisette de beurre, bien saler et poivrer.

- Au moment de servir, verser les écrevisses et les pleurottes dans le risotto, bien mélanger.

Saumon à l’émulsion vanillée.
Alors là, pour le saumon, j’ai besoin de deux minutes pour remercier Patrick Cuisine de la Mer… (encore lui).
Car c’est chez lui que j’ai découvert la technique de cuisson à la feuille de papier sulfurisé (aussitôt renommée la cuisson « A la Patrick » par mes soins, et juste géniale pour les poissons si fragiles). Attention mesdames: aucune graisse pour poeler mon saumon!!! Il est resté super beau, pas tout déchiqueté, tout doré et je dirais même plus: croustillant!! Génial, donc, en plus la poêle reste quasiment propre, toute la saleté est jetée à la poubelle en même temps que le papier sulfu…

Alors, c’est pas beau, ça?
…et comme j’avais déjà prévu de faire une sauce à la crème, disons que ça tombait bien… ;-)

- Cuire les pavés à la Patrick (donc), saler et poivrer.
- Dans une petite casserole, verser 10 cl de crème liquide.
- Ajouter le jus d’un demi-citron vert, et 1/2 càc de vanille en poudre.
- Faire chauffer le mélange, puis émulsionner avec « un petit touilleur à lait » (ce truc avec un fil de fer entortillé, moi j’en ai un très pratique avec une pile, qui touille tout seul…)

Dresser les assiettes:
Pour cette grande occasion (mon premier risotto, quand même!), j’ai fait chauffer mes assiettes sur ma plaque coup de feu, et j’ai pu prendre tout mon temps pour dresser, puisque mes assiettes étaient doucement gardées au chaud… Ah, quel confort! Sûr que Curtis et Ben ne peuvent pas faire ça, avec leurs cuisines improvisées sur un bout de plage. Résultat, ils doivent manger froid! Qui a envie de manger froid, même sur une plage australienne??? (…… MOIIIIII!!!………)
Bref…

Un petit galet de risotto façonné avec un ramequin à crème brûlée, quelques écrevisses réservées, le pavé de saumon, l’émulsion vanillée, un peu de ciboulette ciselée, et une rondelle de citron vert.
Nota Bene pour plus tard:ne pas oublier de garder des pleurottes pour la déco…

Et voilà!!!

L’ensemble était délicieux, et le risotto était franchement un pur régal… Je mettrai juste un peu plus de pleurottes, la prochaine fois… Et pour l’émulsion, il faudra que je trouve le moyen de faire plus de bulles…

Bien sûr, les filles ont trié toutes les écrevisses et les pleurottes, mais elles ont boulotté tout le saumon, et ont trouvé le riz « bizarre, mais très bon! »… (eh oui, ça change du riz thaï cuit à la marmite, hein les Misstouflettes…)

Cette entrée a été publiée dans Italie, Poisson. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

J’ai envie de Japonais!!!! Et quand j’ai envie…

DE Japonais!
… et pas d’UN japonais, hein, je suis une femme mariée!
Dans l’idéal, je me serais goinfrée de suhis et de makis, mais mon poissonnier n’avait que deux vieilles darnes de saumon en stock et pas la moindre petite longe de thon en vue. Nom d’un p’tit moussaillon!!!

J’ai donc fourragé dans mon petit stock « from Japan », et j’ai quand même trouvé mon bonheur!
Ce que j’adore chez les Japonais (et les asiatiques en général), c’est les tas de petits plats où on a un grand choix de saveurs et de textures… Alors ni une ni deux, j’ai mis ma cuisine sans dessus-dessous pour faire ça…

Nous avons donc:
* le liquide réconfortant de la soupe Miso aux champignons et tofu
* le moelleux régréssif des nouilles Soba vertes sautées aux poivrons
* le croustillant jouissif du poulet Tonka (je pèse mes mots…)
* le fondant sucré de la sauce Worcester japonaise
* et une Véro comblée qui occulte l’amoncellement de plats, wok et sauteuse pleine d’huile de friture pour profiter de la dégustation (ZEN!!, ça fait partie de l’envie de Japonais!!)

Soupe Miso de riz aux champignons et tofu (quantités à peu près pour deux :-S)
- Faire revenir dans un peu d’huile de sésame quelques rouelles d’oignon et de poireaux (une poignée des deux mélangés). Ajouter 5 ou 6 champignons coupés en deux.
- Couper quelques cubes de tofu et les ajouter délicatement. Les laisser dorer un peu sans trop mélanger pour ne pas qu’ils s’émiettent. (On peut aussi les faire frire avant pour qu’ils soient dorés et croustillants, et alors on les ajoute dans la soupe au dernier moment… mais bon, côté friture ça allait comme ça avec le poulet Tonka!!)
- Ajouter 1 belle cuillère à soupe de pâte Miso (ma préférée est la bio au riz, c’est celle que j’ai utilisée) et mélanger. Saler légèrement
- Mouiller avec 1 grand verre d’eau (ou du bouillon de poulet).
- Laisser mijoter quelques instants, et… c’est prêt!

Nouilles Soba sarrasin et thé vert (Itsuki Inaka Chasoba)… sautées aux poivrons
- Faire cuire les nouilles dans un grand volume d’eau bouillante, jusqu’à ce qu’elles soient à peine cuites. Egoutter.
- Préparer la sauce: 3 càs de mirin (vinaigre de riz), 2 càs de saké pour la cuisine, 3 càs de Kikkoman (ou n’importe quelle sauce de soja) et 1càs de sucre.
- Dans un wok, faire chauffer de l’huile de sésame, et y faire sauter un demi oignon en lamelles et quelques lanières de poivron rouge.
- Ajouter les nouilles égouttées ainsi que la sauce au Mirin.
- Faire sauter quelques instants et …c’est prêt!

Poulet Tonka ( (merveille croustillante!)
- Couper 1 escalope par personne en deux dans le sens de l’épaisseur, afin d’obtenir de beaux filets assez fins.
- Assaisonner de sel et poivre, puis tremper les filets dans de l’oeuf battu.
- Envelopper les filets de la chapelure japonaise.
- Faire frire dans une huile d’arachide bien chaude (ou autre pour les allergiques).
- Egoutter sur du sopalin, et… c’est prêt!!
(Je sais que certains vont penser « Bon, c’est du poulet pané, quoi… » Mais non, c’est vraiment pas qu’un simple poulet pané!!!)

Sauce Tonkatsu
- Mélanger dans une casserole: 2 càs de sauce Worcestershire japonaise (je pense que l’anglaise peut faire l’affaire..), 1 càs de Kikkoman, 2 càs de saké de cuisine, 3 càs de concentré de tomates, 1càc de moutarde japonaise (j’en avais pas, j’ai rien mis…)
- Porter le mélange à ébulition, remuer et… c’est prêt!

Et voilà!!

Miaaam… ça valait le coup de mettre la cuisine dans tous les sens…
Il manquait juste une petite salade de chou comme j’aime…

 

Bon, et pour ceux qui ne comprennent goutte à ce billet, laissez-moi vous présenter mes petits produits du Japon (je les aiiiiime…):

Alors, dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du Kikkoman:
Kikkoman (sauce soja), mirin (vinaigre de riz, indispensable pour les sushis), saké pour la cuisine (moins bonne qualité que ceux à boire), sauce Worcestershire, pâte de Miso au riz (achetée en biocoop, ils font le même à l’orge), tofu frais délicieux et crèmeux, nouilles soba au thé vert, chapelure.

Et voilà!
Bon,  par contre, pour celles qui vivent loin des grandes villes bien achalandées en produits du monde, ça risque d’être difficile… Mais l’avantage, c’est qu’à part le tofu, ces produits se conservent très bien.

PS: Clairechen, tu peux aller dévaliser le magasin en face de ton boulot!! ;-)

 

 

Cette entrée a été publiée dans Japon, Pasta, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Macarons pas encore comme chez Baillardran, mais je garde la foi…

Bon, le macaron de mes (nos) rêves, c’est pas encore tout à fait pour ce coup là…
Alors cette fois, j’ai voulu essayer de ne pas trop battre les blancs en neige (cette histoire de bec d’oiseau, vous savez?), mais j’ai vraiment pas dû les battre assez…

Résultat, lorsque j’ai commencé à faire joujou avec ma poche à douille, j’ai vite compris que j’avais loupé pour cette fois!

« Oh, ben c’est bizarre que ça soit tout liquide et plat, comme ça… Ca gonfle à la cuisson?? (le Doudou, toujours derrière mon épaule quand je loupe un truc…)
- Bon, n’en rajoute pas, tu vois bien que j’ai loupé…
- T’avais qu’à faire la recette de l’atelier des chefs, aussi, au lieu de faire ta maline!! »

!! … MAIS-EUHHHH!!!!!
Alors là, c’était un coup bas…
J’avais dit que je les avais trouvé bons mais sans plus, ceux du chef… Je reviendrai pas dessus sous prétexte que j’ai fait des macarons raplaplas!!

Mais OK… OK, la prochaine fois je fais comme le chef a dit, et je serre mes blancs à mort!!


Toujours est-il que je retiens les points positifs: ils avaient une belle collerette! (Ahh! quand même!!)
Ils étaient croquants dehors, moelleux dedans!
Ils avaient un bon goût (j’ai parfumé les clairs avec de l’arôme de framboise qu’Audrey m’avait ramené de G Detou, et les marron avec de la poudre de chocolat Valrhona), et la crème au beurre à l’intérieur était parfaite! (j’adOOOre la crème au beurre, surtout dans les macarons… Et puis ce qu’il y a de bien, c’est que c’est pas calorique… je crois!)

Je ne me décourage pas… j’en viendrai à bout!

Je vous rassure: on a quand même tout mangé, mais Louloute n° 2, chair de ma chair, sang de mon sang, n’a pas pu s’empêcher de rajouter:
« Mais ze préfère ceux du magasin, quand même!! » Vous savez ce qu’on dit sur la vérité…;-)

Pour ceux qui ne connaissent pas Baillardran, voilà ce que je voudrais un jour voir sortir de ma propre cuisine:

Mes préférés: violette/cassis, caramel à la fleur de sel, et chocolat… Argh!!!

Cette entrée a été publiée dans Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Wok de poulet au basilic thaï

J’aurais pas dû sortir de chez moi samedi… Ou alors j’aurais peut-être du laisser ma carte bleue (et mon chèquier, et ma monnaie) à la maison…

Comment expliquer à mon banquier, maintenant, que:
1) j’avais AB-SO-LU-MENT besoin d’une floppée de moules à gâteaux en fibres de verre et silicone? (ou alors, lui dire que j’ai été prise en otage par Audrey??? J’sais pas s’il me croirait…)
2) il est tout simplement IM-PO-SSI-BLE d’acheter une paire de bottes pour l’hiver à ma Louloute n°1 sans que Louloute n°2 ne me fasse le sketch des yeux mouillés, genre « Mais alors, tu l’aimes plus que moi?? », et que donc, très vite, la note chez le vendeur de chaussures a très vite été multipliée par deux?
3) quand on voit LA jupe de ses rêves, mode hiver MAIS avec les froufrous qu’on aime, et qu’en plus on l’essaye et ELLE NOUS VA!!! (ce qui est un vrai miracle vu que c’est la première jupe du premier magasin qu’on vient de croiser), et bien on est FORCEE de se l’offrir??
4) voyant les yeux de mes Louloutes luire comme des perles sous la lune devant ma magnifique jupe, je n’ai pu faire autrement que d’aller dévaliser les rayons « moins de 10 ans » riches en fanfreluches parmes, fuschia, vert amande, rose bonbon, jupettes et autres blouses fleuries??

J’ai perdu pied.
Ca arrive à tout le monde!
J’ai donc prévu un cycle « patates » à venir sur ce blog (bouillies, sautées, en purée, frites, mais sans sauce, sans beurre, sans viande, … bref sans tout!!), en attendant que mon banquier me parle à nouveau sans froncer les sourcils (je suis maîtresse, c’est moi la pro’ du fronçage de sourcils… j’aime pas qu’on me le fasse…).
Mais heureusement, j’avais plein de recettes en retard!! (à moins que vous n’ayez besoin de recettes de patates bouillies?? Si oui, n’hésitez pas à les demander en commentaires! ;-) ).

Wok de poulet au basilic thaï et pois gourmands pour mère de famille fauchée
(recette pour 4)

Préparer tous les ingrédients à l’avance: cuisson au wok très rapide!
- Emincer un oignon finement.
- Couper trois (ou 4) escalopes de poulet en fines lamelles.
- Laver deux grosses poignées de germes de soja fraîches, et les faire blanchir 10 secondes dans une casserole d’eau bouillante. Les passer sous l’eau froide afin de stopper la cuisson. (si vous utilisez des germes en boîte ou en bocal, les blanchir n’est pas utile, égouttez-les simplement).
- Laver les pois gourmands, les couper en 2 dans le sens de la longueur,  en biseau. Comme les germes de soja, les faire blanchir quelques secondes puis les rincer à l’eau froide (ils resteront bien croquants, et garderont leur couleur verte bien vive).
- Laver quelques feuilles de chou chine sucré (aussi appelé pak choy ou brède, je le présente dans cette recette), et les couper en morceaux assez gros (feuilles et tiges).
-Préparer les ingrédients nécessaires pour la sauce: 1 càs de maïzena, de la sauce d’huître (environ 2 càs), de la sauce soja claire (environ 3 càs), de l’huile de sésame (1 càs), 1 tasse de bouillon de volaille chaud(l’idéal est un bouillon cube chinois genre « Pho », mais un bouillon de volaille classique peut faire l’affaire).
- Ciseler deux belles branches de basilic thaï (garder quelques feuilles attachées pour la présentation), préparer du poivre du sichuan (1/2 càc à broyer au pilon).

Attention, ça chauffe!!
- Sur une flamme très forte, faire chauffer l’huile de sésame dans un wok.
- Y faire revenir les oignons émincés.
- Ajouter le poulet, faire sauter tout en mélangeant.
- Ajouter les pois gourmands, le chou chine et les germes de soja, laisser revenir une trentaine de secondes.
- Assaisonner avec la sauce d’huître, la sauce soja.
- Diluer la maïzena dans le bouillon bien chaud, puis verser le tout dans le wok. Ajouter le basilic émincé, et le poivre du Sichuan.
- Laisser la sauce épaissir, et servir de suite! (la viande est tout juste cuite, très tendre).
- Servir avec des nouilles chinoises mises à cuire dans de l’eau bouillante ôtée du feu, puis sautées rapidement dans un peu d’huile de sésame, et assaisonnées de sauce soja et 2 càs de bouillon « Pho ».

Et voilà!

Avec cette recette, vous pouvez bien sûr jouer avec différents légumes: petits épis de maïs, fleurettes de brocolis, julienne de carottes…
La saveur du basilic thaï est fantastique, elle a ce petit goût d’anis bien frais qui relève agréablement le plat, sans être trop forte. J’ai mis du temps à l’apprécier, (un peu comme la coriandre fraîche), mais maintenant je suis fAAAn!!
Tiens, là tout de suite, pendant que je mange mes patates bouillies, j’en sens presque la délicate saveur sur ma langue!! ;-)

PS: pas trop de temps pour les lectures de blog en ce moment… vais essayer de rattraper mon retard ce week-end…

Cette entrée a été publiée dans Poulet, Thailande. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Kelepon : boules coco réconfortantes – recette indonésienne

Après toute cette histoire de pilules que j’ai eue du mal à avaler, un gros besoin de réconfort m’envahit…
Je ne peux pas me requinquer le moral à grands coups de boules coco (parce que depuis le temps que je les ai faites, y en a plus l’ombre d’une miette dans ma cuisine), mais je peux au moins vous poster la recette…

Je la tiens bien sûr de ma mémé, et en Indonésie on les appelle les Kelepon (prononcer k’leuponne). Mais chez ma Mémé, on disait « Mémé, tu nous fait des boules-boules?? » Marrant, comme nom, hein… Recette de mon enfance par excellence !

Pour cette recette, les Indonésiens utilisent souvent du colorant vert à base de pandan (je crois que les chinois l’appelle le « bayteuil », ou un truc comme ça…). Pour celles qui n’aiment pas les arômes, extraits additionnés de conservateurs ou autres, il existe la solution naturelle.
Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Desserts, Desserts d'ailleurs, Indonésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.