Les Choco-Coulants de l’Extase: Mon histoire d’amour avec le Mi-Cuit de Manue…

Emotions… Bouleversement des sens…

Même mon appareil photo a compris l’intensité dramatique, regardez un peu les photos « Fire of Love » qu’il m’a faites… Vous savez?? Ces images à la « Fire of Love« , brillantes et floues qui montrent qu’attention!! il y a de l’Amûûûr qui flotte… (je sais que le vrai nom américain des « Feux de l’amour » c’est « The Young and the Restless », mais chez nous ça s’appelle les « Fire of Love »!!)

Un de mes critères de sélection pour les bons restos, c’est les desserts… Je ne suis pas très desserts, mais je trouve que les excellents desserts sont souvent plus rares que les excellents plats (en tout cas dans les restos à portée de ma bourse). Entre les profiteroles tout juste décongelées, les crèmes brûlées froides, les crêpes au chocolat au chocolat direct sorti d’une bouteille… Quant aux coulants, assez rares, qui sont rarement coulants… Bref. En général, je regrette toujours d’avoir voulu finir sur du sucré.
Au fil du temps, j’ai construit une sorte de « coulant fantasme », un coulant comme dans un rêve, que je n’ai jamais pu tester nulle part… Un coulant qui n’existait que dans mon imagination…

Jusqu’à ce jour….
En me baladant sur les blogs, je vois le mi-cuit de Manue… En y repensant, qui d’autre que Manue aurait pu me donner la clé de mes fantasmes chocolatés?? Manue la Reine du Chocolat sous toutes ses formes…

Mi-cuits part 1… la naissance de la passion:
Ainsi donc, je passais avec impatience au premier essai, presque sûre de ne pas trouver LE coulant…
Et pourtant, les deux premiers tests, réalisés dans des moules à muffins, se révèlent à la hauteur de mes espérances!!! Louloute n°2 et moi nous réjouissons de cette incroyable découverte…

Très vite, j’ai voulu réitérer, mais cette fois dans mes nouveaux moules pyramides en silicone, achetés au Caroussel du Louvre pendant le salon Cuisinez! (ben oui, des moules pyramides sous la pyramide… c’était comme une évidence… mais allez dire ça à mon banquier!…)
Problème, ces moules ont une base plus étroite, et les dix minutes sont fatales aux coulants… Ils sont cuits!
Ca fait mal…

Je recommence… La première tentative était trop prometteuse…

Cette fois, j’opte pour 5 minutes de cuisson… Et j’en fais la pièce maîtresse d’un goûter ultra-gourmand, avec un vrai chocolat viennois à la chantilly vanillée et mini-marshmallows ramenés de Londres par ma meilleure amie… Moi qui ne suis pas très sucrée!

Mi-cuits part 2: la folie me guette…

Cette fois, le coulant est vraiment trop coulant! Il expose son coeur brillant tel un volcan indolent…
5 minutes, ce n’est pas assez…
Mon coeur défaille… Je me remets à grands coups de chocolat viennois…
Mais je sens l’Eldorado tout prêt, je récidive illico, du chocolat plein les yeux!!

Mi-cuits part 3: la délivrance…

7
C’est 7 le chiffre magique…
7 minutes, et là c’est la perfection…
Une croûte croustillante…
On y plante la fourchette, et le chocolat s’échappe voluptueusement…

Le Nirvana…

Recette des mi-cuits de Manue, ultra simple et rapide, renommés les Coulants de l’Extase:

(les proportions ne sont pas exactement les mêmes, mais en gros, c’est la même recette) – Pour environ 6 coulants pyramides

- Mettre 180g (ou 200g, hein, les 20g c’est la rangée mangée par Doudou!) de chocolat noir à fondre au micro-ondes avec 120g de beurre (j’ai pris du beurre doux et du chocolat Valrhona Caraïbes à 66% de cacao, j’ai prévu de tester avec du beurre demi-sel)
- Bien mélanger le beurre et le chocolat fondus, puis ajouter 60g de sucre en poudre, puis 5 oeufs entiers et 40g de farine.
- Verser dans les moules, et réserver au frais jusqu’au moment de déguster.

- Préchauffer le four à 220°, puis faire cuire 7 minutes pour un coeur coulant absolument parfait…
- Servir illico et FONDRE…

Et voilà!!!!!

Que dire…

Cela se passe de tout commentaire superflu…

Merci Manue…

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Boeuf sauté au brocoli et vin chinois

Mon Doudou n’est pas difficile… en général, il aime tout ce que je lui mets dans l’assiette, même si parfois il me fait une ou deux remarques qui me fichent en rogne… Il mange, il lèche son assiette (oui, je sais, sans commentaires…), et il dit:
« Groumphff… Bon… Content… » (en substance…)

Mais en vrai Homme, mon Doudou préfère: le BOEUF!! (et je pense que cela leur vient de leurs ancêtres les Homo Erectus,  fiers comme des paons de ramener de l’aurochs bien musqué au foyer… Pensez, un Homo Erectus qui ramènerait une poule, c’te honte!!)

Alors, parfois, quand je fais mes courses, par acte d’amour, je mets de la viande rouge dans mon chariot.
Et ça se termine comme ça… (oui, je sais ce que vous allez dire, c’est pas d’l'entrecôte/frite, mais l’amour, c’est des compromis, hein!!)

Boeuf sauté au brocoli et vin chinois

Attention! Cuisson au wok! Donc on cuit juste avant de passer à table! Préparer tous les ingrédients avant de passer à la cuisson!!

- Couper une belle poignée de mini-maïs en deux dans le sens de la longueur, et détacher quelques fleurettes de brocoli.
- Dans une eau bouillante, faire blanchir les légumes 10 secondes, puis les sortir de l’eau et les passer sous l’eau froide.

- Emincer un oignon.
- Couper la viande de boeuf en fines lamelles(choisir un bon morceau pour un plat tendre et savoureux, moi j’ai carrément pris du filet, mais 100g par personne suffisent).
- Dans un petit verre, délayer 2 càs de Maïzena dans un peu d’eau.

- Dans un wok, faire chauffer 1càs d’huile d’arachide et 1 càs d’huile de sésame.
- Faire revenir les oignons, ajouter les fleurettes de brocoli et les mini-maïs.
- Ajouter les lamelles de viande, remuer vivement, et immédiatement après verser une belle rasade de sauce de soja (environ 3 ou 4 càs), et une autre de vin chinois.
- Ajouter la Maïzena diluée, et laisser mijoter une dizaine de secondes, le temps que la sauce épaississe.
- La viande est très vite cuite, elle est même meilleure encore rosée, donc ne pas laisser le wok sur le feu, servir illico, parsemé de basilic thaï!!

Et voilà!
Ce boeuf sauté est vraiment l’un de mes préférés…
Le brocoli l’accompagne très bien, et reste assez croquant avec cette cuisson rapide. Le vin chinois donne un petit goût délicieux.
J’ai accompagné avec des nouilles sautées.. miaaam…

Pour le vin chinois, j’utilise du vin de cuisine ShaoXing, mais on peut le remplacer par du vinaigre de riz et une lichette de vin rouge. Le goût nest pas tout à fait le même, mais s’en rapproche…

Doudou en voyant arriver son bout de vache:
« Ah… Mais… Y a des machins verts…. Ce serait pas des légumes???
- C’est bien, Doudou, oui, tu as raison, ce sont des légumes: ça s’appelle des brocolis…
- Ah… Bon, ben je mange, hein… »

Doudou est la honte de tous ses ancêtres Homo Habilis, Erectus et autres Sapionce (;-)), il a adoré ça!!

PS: vous connaissez le sketch de Florence Foresti « J’aime pas les garçons? » A mourir de rire, je pleure à chaque fois que je le revois… Allez, si vous le réclamez en comm’, je me fends d’un extrait plus long la prochaine fois… Et c’est suivi d’un « J’aime pas les filles »!!! Encore plus drôle, je crois…

Cette entrée a été publiée dans Bœuf / Veau, Chine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Et le meilleur réconfort du monde… les pasta! Bucaneve à la crème d’ail et piment d’Espelette

Parce que le lundi , c’est dur… Et avant-hier, ça a été vraiment dur…
La reprise, bien sûr!!! pour toute la famille.
Et LE SERVICE DE CANTINE pour maman!! (dommage qu’il n’y ait pas de police genre Halloween sur canal blog, franchement rien que l’idée me fait trember…)

Ca commence par les petites qui chouinent au réveil…
« MAmaaaaaan…. gnagnagna… mes chausseeeeeettes!! Mais-euuuh……MAmaaaaan??? gnagnagna … mon chocolat chauuuuud!!… Et MAmaaaaan??? Ma soeur et ben elle …gnagnagna… Mais arrêêêête-euh!!!…. »

Et puis mes affaires,  pas prêtes (jamais, surtout, c’est une politique chez nous: toujours au dernier moment!!), et qui ont « mystérieusement disparu »…

Ca continue avec le givre sur le pare-brise, je le savais pourtant, mais anticiper et partir 10 minutes avant… c’est trop me demander… Et ma Twouïngo avec sa soufflerie à 2 euros 50 qui met 1/2 heure à s’en remettre…

Une fois à l’école… Tiens??? Le calme avant l’orage?? Mais qui sont ces élèves super calmes??? Ouah l’aubaine, je profite… Mais ça ne dure pas!!!

Tu penses, c’est reparti comme en septembre, et ça papote, et ça rigole en douce, et ça parle sans lever le doigt… Heureusement, à la pause de 10 heures, j’ai le chinois top du slurpique d’Anne P&P qui m’attend à la salle des maîtres… (aaah.... un  peu de douceur dans ce monde de gosses, je vous en reparlerai bien sûr!!).
Et arrive le moment fatidique: LE SERVICE DE CANTINE!!! Direct à la sortie de classe, je cours au restaurant scolaire…
Les petits CP, qui ont un peu oublié pendant les vacances, et qui pleurent parce qu’ils ne savent plus où est leur place…
Les ouistitis de ma classe, qui trouvent la maîtresse bien plus sympa pendant la cantine, et qui en profite pour faire les kékés: « Eh, maîtresse, regarde!! J’avale du poisson par les narines!! »
Les grandes de CM2, qui font des grimaces de martyres devant le poisson à la sauce moules-champignons qu’on leur sert (délicieux, franchement, ce poisson!!). « Euuurkk!! Mon dieu!!! » De toute façon, c’est grimace tant que ce qu’on leur sert ne ressemble ni à une frite, ni à une coquillette, ni à une glace au chocolat…
Les garçons qui se servent  des pelletées de riz sans se soucier de Ludivine, 6 ans, 1m02, qui lève de grands yeux bleus embués en disant « Mais et moi, alors, ze vais manzer quoi??? Yzont pris tous le riz, les grands!!! »
Et celui qui renverse son verre et se retrouve trempé comme une soupe…
L’autre qui « sans faire exprès », lance du riz dans les cheveux de sa voisine (qui a une voix très aigüe, en plus!!)
Et le « petit pas comme les autres » (y en a toujours deux ou trois, dans les écoles), qui braille parce qu’il n’est pas question qu’il mange une demi-tomate vinaigrette, non mais!!!
« C’est simple, tu manges ce petit bout, sinon tu n’auras rien d’autre… Pense aux enfants qui … blablabla…« 
Il finit par manger.
« Ben tu vois, t’es pas mort!
- Voui, mais zé failli vomir!
- Ah, mais failli seulement, tu n’as pas vomi!!
- Voui, mé cé parce que zé tout ravalé mon vomi!!!!
- Heu… ah?? Eh ben dis donc… Bon, allez, va jouer maintenant…  »
Interloquant, parfois, les gosses…

Bref… Je sors de là deux bras en avant, zombie-style…

L’après-midi, …heureusement!!!! …c’est sport au stade municipal…
« Allez les enfants, on s’échauffe, deux tours du stade en courant!! »
« OOOUUUAAAIIISSS!!!!!! »
C’est beau, un gosse qui court…
Si je pouvais faire comme dans les pubs, et les passer au ralenti, tiens…
Je ne sais pas où ils trouvent l’énergie de courir, sauter, se rouler dans l’herbe, aller chercher les balles, hurler « A-llé! A-llé!! Allé!!! » pendant une heure…. mais ils la trouvent!
Ces gosses sont en titane…
En tout cas, moi, au milieu de mon terrain de foot ensoleillé, je prends l’air, je crie « Fauuuute! » de temps en temps, et je les laisse s’ébrouer… Pardon, les mamans, l’herbe, la terre, tout ça… Mais VRAIMENT, vos enfants sont beaucoup mieux au stade, !!! ;-)

Alors le soir, Pasta bien sûr, y a que ça de vrai après une journée « Service de Cantine »…

Bucaneve à la crème d’ail, poitrine croustillante et piment d’Espelette, parce que c’est la nourriture des vrais sportifs…
- Faire cuire les pasta al dente (incapable de vous donner un temps de cuisson, je plonge une fourchette et teste régulièrement du bout des dents). Par contre, les bucaneve sont assez épaisses… donc cuisson assez longue.
- Dans une poêle anti-adhésive, faire revenir de la poitrine fumée coupée en tranches fines sans ajouter de matière grasse. Elle devient croustillante sur les bords… Egoutter sur du sopalin, et réserver.
- Lorsque les pâtes vont être presque prêtes (… précis, hein??…) préparer la crème d’ail: faire revenir deux belles gousses d’ail écrasées dans une lichounette de beurre (vous comprendrez après pourquoi j’insiste sur la lichounette), attention de ne pas les laisser roussir!
- Verser 20 cl de crème liquide entière, assaisonner de sel et piment d’Espelette, et laisser cuire à petit feu.
- Au bout de quelques minutes (quand la crème fait un petit bouillon), ajouter une belle tranche de beurre bien froid coupé en parcelles (environ 50g), et émulsionner (j’ai ressorti mon touilleur à lait! je ne ferai plus mes crèmes de pasta autrement!!).

- Dresser les assiettes: bucaneve égouttées (mais pas trop), crème d’ail, poitrine croustillante, ciboulette et piment d’Espelette par-dessus tout ça…
- Passer très vite à table, c’est délicieux fumant!!!

Et voilà!!!
Franchement, une de mes sauces à pasta maison préférées à ce jour! (je soupçonne la crème émulsionnée avec le beurre froid d’être responsable!!)
Avec l’ajout de beurre froid, ça forme une belle crème bien mousseuse et très goûtue… C’est vrai que c’est pas très light :-S… mais comme je ne mets pas de beurre dans les pâtes…
…et celles qui font attention à leur ligne peuvent sauter cette étape!

J’ai bien aimé les bucaneve, trouvées chez Auchan pendant la quinzaine Italienne… leur forme rigolote en toque de chef,  et leur texture « grosse pâte ».
Avec du parmesan râpé, et le piment d’espelette… MMMmmm, un vrai délice, du réconfort plein l’assiette…

« Et si ça se trouve, demain, ils auront retrouvé toutes leurs bonnes habitudes de travail??? »
De la crème d’ail plein la bouche, on y croirait presque!!

Cette entrée a été publiée dans Italie, Pasta. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tarte choco- bananes

Il n’ y a pourtant pas si longtemps, elle mesurait 49cm…
Elle me prenait tous mes jours… et toutes mes nuits aussi!
Elle était mon seul souci, mes seules craintes, mes seuls bonheurs, tous mes rires et toutes mes peurs… LE centre du monde…

Ma fille a maintenant huit ans, et mon plus gros boulot de maman, c’est de lui laisser toute la place dont elle a besoin pour grandir…

Pour le gâteau, elle a dit « Je voudrais bien du chocolatAh, mais je voudrais bien aussi de la banane… »

Alors on a fait ça…

Tarte choco-bananes pour les 8 ans de ma grande!!!!
( recette inspirée de la Tarte au chocolat de Tout Chocolat, paru chez Marabout Chef).

Pâte sablée chocolatée.
- Mettre les ingrédients suivants dans un robot et mélanger: 185g de farine, 25g de cacao en poudre (non sucré type Van Houten, j’ai pris du valrhona), 55g de sucre glace et 150g de beurre salé froid coupé en dés.
- Ajouter petit à petit 2 jaunes d’oeuf et 2 càc d’eau froide, sans cesser de mélanger.
- Pétrir la pâte sur un plan fariné, puis la mettre en boule dans du papier cello et la laisser reposer une petite demi-heure au frigo.
- Garnir votre moule à tarte de la pâte sablée chocolatée: je l’ai étalée  à la main, directement dans le moule.
- Piquer la pâte et la faire cuire 15 minutes à thermostat 6 (180°C). (Je n’ai pas pris la peine de recouvrir la pâte de papier sulfu et de haricots ou de poids à pâtisserie, j’ai simplement piqué la pâte en cours de cuisson pour qu’elle dégonfle… les puristes prendront soin de mettre ce qu’il faut dessus pour qu’elle reste plate, mais franchement, ça marche aussi à ma manière! ;-) )
- Laisser refroidir avant de garnir.

Garniture crème au choco.
- Fouetter 3 jaunes d’oeufs, 2 oeufs entiers et 55g de sucre en poudre jusqu’à ce que le mélange mousse.
- Incorporer 80ml de crème fraîche épaisse (j’ai fais un mélange crème et mascarpone), 300g de chocolat noir fondu, et 1 càc de vanille en poudre.

Montage:
- Garnir le fond de tarte de rondelles de bananes (j’ai mis deux bananes entières, et j’ai trouvé qu’il n’y en avait pas assez!)
- Recouvrir les bananes de la crème au chocolat.
- Faire cuire la tarte 30 minutes à thermostat 5 (160°C)
- Pendant ce temps, faire dorer des rondelles de bananes coupées en biseau dans une belle noisette de beurre. Lorsque les rondelles sont bien dorées, les poser délicatement sur une assiette et réserver.
- Lorsque la tarte est cuite et légèrement refroidie, décorer avec les rondelles de bananes, un peu de sucre glace.

Et voilà!
La tarte est délicieuse tiède, mais très bonne aussi bien froide.
J’aurais bien parsemé l’ensemble de noix de coco râpée, mais ma grande n’est pas très fan de coco sèche (oui, vous avez bien lu, et pourtant, c’est ma fille!!! ;-) ).

Une remarque: j’ai utilisé pour cette recette du caraïbes de chez Valrhona (soit du 66% de cacao), et je crois que j’ai trouvé l’ensemble presque trop chocolaté… Dorénavant, si j’utilise du chocolat fort en cacao, je réduirai d’office les quantités… 200g suffiraient pour cette recette, je pense!
Sinon, pour adoucir le chocolat, rien de telle qu’une bonne chantilly (non sucrée, la tarte l’est assez comme ça!), ou une crème anglaise… Miaaam… Avec en plus des bougies magiques qui ne s’éteignent pas et des paquets cadeaux pleins de trucs à fleurs et paillettes… Succès garanti!

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Cake aux carambars pour 29 gamins gourmands et 1 maître TRES gourmand

La culpabilité….
C’est ce qu’on ressent quand on dit à sa fille:
« Ecoute, ma Louloute d’amour, pour cette année, pas d’anniversaire à la maison avec les copains, d’accord?? »
« Ah… Bon… Ben tant pis… »
A la limite, elle aurait fait un caprice, tapé du pied, ou même boudé… On aurait pu se dire « Ben alors là, vraiment, je fais bien, elle est vraiment TROP gâtée!! » Notre conscience de mère indigne aurait pu se donner l’illusion de suivre le droit chemin de la bonne éducation…
Mais là, non… Rien, qu’un regard un peu déçu, presqu’un sourire énigmatique, à la Joconde…
Et cette résignation calme, ça broie votre coeur de mère…
Alors, vite, on trouve un moyen de rendre le sourire à notre « orphelin Baudelaire » brisé par la vie:
« Mais tu sais quoi?? Maman va faire  des gâteaux pour toute la classe, et tu les emmèneras, avec des boissons et des bonbons… Hein??? Qu’est-ce que t’en dis???
- … Et on les fera toutes les deux, les gâteaux??
- Ben, évidemment…
- OUUUUAAAAIIIIISSSS!!! »

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Cakes / Muffins, Douce France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Mon coiffeur a franchement abusé!!!! Et c’est comme ça qu’on se retrouve à faire du shopping…


Je suis allée chez le coiffeur hier… Sur le coup, quand il m’a montré le miroir, avec le brush, les cheveux tout beaux après le soin et tout, et tout, j’étais plutôt contente…
Mais ce matin, au réveil…
« Maiiiis!!!! Maiiiis!!!! » (attention, à ce moment là de la journée, ce niveau d’aïgu c’est dangereux pour les cordes vocales…) « Mais il a TROOOOOP COUPE!!!!« 
Franchement?? Au moins dix centimètres se sont évaporés… Et mon dégradé?? Il est passé où mon joli dégradé, si doux, dont j’étais si contente??
Là, je sais, les hommes rient, les femmes compatissent… Merci les copines…
C’est pas parce qu’on pleure devant sa chevelure défunte qu’on est forcément superficielle… Et c’est pas forcément un pêché d’orgeuil, que de regarder le miroir et d’être limite, mais alors limiiite, vé-nère… Si???

Alors du coup, c’est shopping… Et comme je suis dans ma phase prout-prout, je vais dans les épiceries fines, là où en général je trouve des trucs supers qui ne servent à… rien!
Et je claque 70 euros!

Et voilà…

Mais franchement, qui pourrait résister à:

-du vinaigre de cidre fermier
- du sirop de vanille bourbon
- du thé de chez Gault et Millau (Rooibos vanille)
- du confit de violettes
- du sucre cristaux fuschia
- du piment d’espelette (ah, ça, j’avoue, c’est quand même pas trop futile…)
- du sel de Hawaï (y a marqué: « Alaea rouge, sel naturel de l’océan Pacifique, argile volcanique purifiée à chaud. Cette argile sacrée de l’archipel et de Molokaï confère au sel un goût délicat de noisette grillée ». Donc, je craque…)
- des plaquettes de Valhrona Caraïbes et Guanaja
- de la moutarde à l’estragon.

Aaaah, ben ça va mieux…

Petite adresse pour changer un peu,  pour les Bordelais:
Côté Saveurs – Epicerie Fine
Allée des Borges – 33520 Bruges
05 56 28 67 63

On trouve les même produits ou presque que Place des Grands Hommes, mais le monsieur très gentil se la joue un peu moins que ses confrères du Triangle Bordelais… Par contre, pas de thé « Mariage frères » ni du « Palais des thés » (désolée Audrey!! ;-) ) Et sinon, le rayon épicerie fine du Monop’, c’est génial… (J’adore aller cher Monop’! J’ai l’impression de me gâter à chaque fois, sans me ruiner…))

J’aviserai en rentrant de Paris, pour l’instant tout ça va sagement dormir au placard…
En parlant de Paris, je pars dans quelques heures… et mes valises ne sont pas faites!!!! L’éternelle « A-la-bourre, nan-mais-c’est-pas-possible-elle-le-fait-exprès!!« , vous connaissez??  On parlera du gâteau d’anniv’ de ma grande Louloute quand on rentrera…
Elle a huit ans!!! Vous vous rendez compte??? (Vous vous rencomptez?, comme dirait sa copine Mathilde! ;-) )

Allez, excellent week-end à vous les amis, je monte à la gran’ville!!!

PS: Gracianne, je penserai fort à toi! xxx

Cette entrée a été publiée dans Autres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Saumon à l’émulsion vanillée et risotto mascarponé aux pleurottes et écrevisses

Je vous le concède, mon titre est un peu à rallonge et « Pompeux de la prout-prout », mais je me suis acheté deux magazines de grands chefs hier, alors je m’y crois un peu…. et ça fait d’mal à personne!!

Bon, je n’en suis pas encore au point au je vais pouvoir passer au stade pratique en feuilletant mon « Thuriès » ou mon « Saveur des chefs » (comme une certaine Chantal qu’on connaît tous…), mais je peux quand même rêver, non???

Alors voilà, une envie de saumon m’a prise ce week-end, dûe sûrement au fait que je n’avais pas pu assouvir mon envie de sushis.
D’autre part, mes deux Australian Cooks préférés de « Surfing the Menu » mitonnaient ce dimanche midi un risotto aux pois et écrevisses…

Vous ne connaissez pas « Surfing the Menu »???? Mesdaaaames!!!! Précipitez vous sur Escale le dimanche midi (vers midi justement), ou bien là si vous n’avez pas les chaînes cablées, et vous aurez deux (enfin, surtout une en la personne de Curtis « Yummy » Stone, le beau gosse de la deuxième photo…) preuves vivantes que les hommes qui tiennent les casseroles sont super sexy, et n’ont pas tous la tête de Joël Robuchon!!!! (j’entends déjà les Dorian et autres Patrick marmonner « Ben on n’avait pas besoin de ces deux là pour prouver que les hommes qui cuisinent sont sexy! » )
:-D Ben oui, mais Curtis et Ben, eux, en même temps qu’ils décortiquent les homards, ils surfent! Et pas sur le web, hein, sur la vraie mer!!! Groaaar!!! Trop forts, ces Australiens!!!)

Alors voilà, aussitôt vu, aussitôt envie…! (je parle du risotto, pas des surfers australiens… quoi que???)

Et donc….

Saumon grillé à l’émulsion vanillée et risotto pleurottes et écrevisses (j’ai oublié mascarponné… si j’oublie mascarponé ça fait plus aussi prout-prout…)
Attention, recette OR-GA-NI-SA-TION…
(avec 12 000 étapes 1/2)…

Le risotto. (pour 4 personnes)
L’idéal est de le préparer à l’avance, pour pouvoir se détendre pendant la préparation du saumon, et de le réchauffer au dernier moment au micro-ondes, pour qu’il reste bien moellleux.
- Dans une sauteuse à couvercle, faire rissoler 1/2 oignon dans une noisette de beurre et une lichette d’huile d’olive.
- Ajouter 2 feuilles de laurier et 1 branche de thym, remuer.
- Ajouter 250g de riz rond, laisser rissoler quelques instants.
- Verser un verre de vin blanc, et compléter avec 250 ml de bouillon de volaille (j’ai utilisé les cubes avec des « coeurs aux fines herbes »).
- Couvrir, et laisser cuire jusqu’à ce que le riz soit cuit, plus du tout croquant. S’il manque de l’eau, rajouter du bouillon de volaille.
- Lorsque le riz est cuit, ajouter deux belles càs de mascarpone. Réserver.

-Dans une poêle à part, faire sauter les écrevisses dans une noisette de beurre, saupoudrer de sel, poivre, curry, et déglacer avec un trait de vin blanc.

- Dans (encore) une poêle à part, faire sauter les pleurottes dans une noisette de beurre, bien saler et poivrer.

- Au moment de servir, verser les écrevisses et les pleurottes dans le risotto, bien mélanger.

Saumon à l’émulsion vanillée.
Alors là, pour le saumon, j’ai besoin de deux minutes pour remercier Patrick Cuisine de la Mer… (encore lui).
Car c’est chez lui que j’ai découvert la technique de cuisson à la feuille de papier sulfurisé (aussitôt renommée la cuisson « A la Patrick » par mes soins, et juste géniale pour les poissons si fragiles). Attention mesdames: aucune graisse pour poeler mon saumon!!! Il est resté super beau, pas tout déchiqueté, tout doré et je dirais même plus: croustillant!! Génial, donc, en plus la poêle reste quasiment propre, toute la saleté est jetée à la poubelle en même temps que le papier sulfu…

Alors, c’est pas beau, ça?
…et comme j’avais déjà prévu de faire une sauce à la crème, disons que ça tombait bien… ;-)

- Cuire les pavés à la Patrick (donc), saler et poivrer.
- Dans une petite casserole, verser 10 cl de crème liquide.
- Ajouter le jus d’un demi-citron vert, et 1/2 càc de vanille en poudre.
- Faire chauffer le mélange, puis émulsionner avec « un petit touilleur à lait » (ce truc avec un fil de fer entortillé, moi j’en ai un très pratique avec une pile, qui touille tout seul…)

Dresser les assiettes:
Pour cette grande occasion (mon premier risotto, quand même!), j’ai fait chauffer mes assiettes sur ma plaque coup de feu, et j’ai pu prendre tout mon temps pour dresser, puisque mes assiettes étaient doucement gardées au chaud… Ah, quel confort! Sûr que Curtis et Ben ne peuvent pas faire ça, avec leurs cuisines improvisées sur un bout de plage. Résultat, ils doivent manger froid! Qui a envie de manger froid, même sur une plage australienne??? (…… MOIIIIII!!!………)
Bref…

Un petit galet de risotto façonné avec un ramequin à crème brûlée, quelques écrevisses réservées, le pavé de saumon, l’émulsion vanillée, un peu de ciboulette ciselée, et une rondelle de citron vert.
Nota Bene pour plus tard:ne pas oublier de garder des pleurottes pour la déco…

Et voilà!!!

L’ensemble était délicieux, et le risotto était franchement un pur régal… Je mettrai juste un peu plus de pleurottes, la prochaine fois… Et pour l’émulsion, il faudra que je trouve le moyen de faire plus de bulles…

Bien sûr, les filles ont trié toutes les écrevisses et les pleurottes, mais elles ont boulotté tout le saumon, et ont trouvé le riz « bizarre, mais très bon! »… (eh oui, ça change du riz thaï cuit à la marmite, hein les Misstouflettes…)

Cette entrée a été publiée dans Italie, Poisson. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.