Un curry/un Bolly #4 – Petits curries végétariens pour Florent

Y’a Dorian, y a pas longtemps, qui m’a dit: « Véronique (oui, Dorian dit toujours Véronique, en entier,  jamais Véro, ça me fait bizarre, parce qu’il n’y a guère que ma mère pour m’appeler comme ça…;-))…oui, donc: Véronique, t’es trop sensible pour Bollywood ».
Et ça m’a rappellé qu’il y a quelques années, quand j’étais normale, je trouvais ça nul, les Bollys: surjoué, ringard, prévisible etc…
Et aujourd’hui?
Je pleure devant ma télé, je tremble à l’idée que ça se finisse mal (ça arrive quand même souvent, je trouve!), je remue frénétiquement mes épaules, doigts levés (comme les gosses à l’école, faut vraiment que j’aie perdu la raison!), bref: QUE M’EST-IL ARRIVE???!!!
Je me transforme en greluche… (… non, ne dites rien…j’crois qu’il vaut mieux… Non, non, rien, vraiment!!)

Le fait que j’adore la cuisine indienne n’a rien arrangé…

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Inde, Légumes, Végétarien, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Trilogie de tartines à la bourre (pour Cléa, si elle en veut encore!!)

Encore une fois à la bourre (j’avais pas vu, avec toute cette rentrée,que Cléa voulait manger des tartines!!), je me rends compte en me baladant que tout le monde fait des tartines!
Une chance: ce week-end, j’en ai justement faites (c’est Débo, avec tous ses cheesecakes, qui m’a donné envie de fromage et associés!)
Voici donc mes grignotages dominicaux:

de gauche à droite:
1- Mozzarella, pomme rissolée et roquefort
2- Mozzarella, oignons caramélisés, chèvre cendré de Touraine et sirop d’érable
3- Mozzarella, oignons caramélisés, camembert et pommes rissolées

Le sirop d’érable est venu parce que je n’avais plus de miel, et ma foi je recommencerai, c’était bien bon, ma bonne dame!

Cette entrée a été publiée dans Tartes / Tourtes / Tartines. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Tarte « Qui a eu cette idée folle…???!!! » – Amandine aux mirabelles et pistaches

J’ai enfin compris une chose importante dans ma vie: je suis vraiment faite pour les vacances!!! lol
Adieu grasses matinées, petits dej’ pris à  midi, Bollywoods improvisés, calinous avec les Louloutes quand bon me chante… Adieu liberté, pas d’horaires (de toute façon, ma montre est égarée au fond de mon cartable), petits plats mitonnés à la dernière minute, parce qu’on a tout le temps, lecture (notemment de blogs) jusqu’à 3 heures du matin…

Bonjour septembre, cartables et cahiers neufs, tâches de craies sur mes robes légères… P’tits mecs en sueur qui retrouvent leur ballon et les copains, p’tites filles à rubans qui font du charme aux maîtresses…
Des petits loulous tout neufs, qu’il faut apprendre à connaître, apprendre à comprendre…
Le début d’année, c’est toujours difficile, on ne sait pas par quel bout les prendre, par quels moyens imposer ses règles.
Eux ont perdu toutes leurs habitudes de travail: je suis sûre que certains parents seraient étonnés de voir leurs enfants en classe la première semaine (et peut-être moi la première!)!
 » Alors alors, on prend le cahier du jour, et on écrit la date…
- Sur quelle page?
- Sur quelle ligne?
- A combien de carreaux?
- Avec quel stylo?
- On souligne?
- J’ai pas compris…
- Et maîtresse, on fait quoi si on s’est trompé en faisant la majuscule?
- Et maîtresse, je fais quoi si j’ai plus de place sur ma ligne????
(un grand classique, si si, j’vous jure…)
- Et maîtresse, j’peux écrire au stylo plume?
- Et maîtresse, on a droit d’mettre du blanco? »

Et sans oublier le petit timide, dans le coin au fond, qui lève le doigt depuis 15 minutes et qui vous dit, quand enfin vous le voyez: « C’est quoi, le cahier du jour??... ».
Et dire qu’on voulait juste qu’ils écrivent la date…
A ce moment là de la journée (il est 9h10, donc 10 minutes depuis qu’on est entrés en classe…) il faut IM-PE-RA-TI-VE-MENT respirer profondément, et se souvenir que:
1) ce métier est génial
2) ces gosses sont géniaux (d’ailleurs, y a rien de plus génial qu’un gosse, hein???…!)
3) non, on n’a pas envie de démissionner.

Et que dire des évaluations nationales, des réunions pédagogiques interminables, des conseils de maîtres/cycles/ école (c’est pas au choix) , tout ça sous les vivas de ce cher Gilles (enfin un bon moment de poilade dans l’année: la lecture de la lettre du ministre!), de quelques parents qui oublient qu’il y a 26 schtroumphs, 52 parents, et 1 seule maîtresse (non, non, j’donne pas de noms, mais heureusement qu’il y a aussi les sympas!! ceux qui comprennent que la maîtresse, des fois, a une vie qui l’attend, quelque part!! ;-) )…
Allez, je râle, mais rien qu’à vous raconter tout ça, j’ai déjà presque envie d’être jeudi et d’y retourner! …

En tout cas, j’ai remarqué un truc: en vieillissant (eh!! c’ est que j’vais bientôt fêter mes trente ans, mine de rien!!), dans les périodes de stress, j’ai de plus en plus envie de sucré!!
Sucré donc…

J’ai piqué la recette de la pâte sablée dans Gâteaux de Mamie, paru chez Marabout (tout le monde sait que ma grand-mère ne fais pas de gâteaux, mais bon…). Au moment de réaliser la pâte, je me suis rendue compte que je n’avais pas d’oeufs dans mon frigo!
Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de faire sans: c’est l’avantage des nulles en pâtisserie, ils se disent toujours « Ca devrait quand même le faire!!« , et des fois, non, vraiment, ça le fait pas… Cette fois-ci, ça l’a fait… bien, même!

Tarte amandine Mirabelles et pistache, pour maîtresse qui se demande si elle est bien faite pour ce métier…
Pâte sablée (sans oeufs).
- Tamiser 250g de farine.
- La mettre dans votre robot avec 125g de beurre froid coupé en petits dés et 100g de vergeoise (dans la recette il fallait du sucre glace, j’en avais pas non plus…).
- Mélanger à petite vitesse, puis ajouter 1 càs de lait, 1 pincée de sel, et 2 autres càs de lait (en tout cas c’est ce que j’ai mis à la place de 2 jaunes d’oeufs!)
- Travailler la pâte jusqu’à obtenir une texture (à peu près) sableuse.
- Entourer la pâte de cello, et mettre au frais deux heures (minimum).

Crème amandine à la pistache. – Mélanger 120g d’amandes en poudre avec 3 oeufs (du coup, le temps que ma pâte sablée repose, je suis allée faire des courses!), 25g de beurre salé tempéré coupé en dés, 30g de vergeoise, 1càs de rhum et 1 càs de pâte de pistache.
- Bien mélanger (la pâte de pistache n’est pas évidente à bien amalgamer…)

Montage de la tarte: – Froncer un moule à tarte en silicone avec la pâte sablée (beurrer et/ou sulfuriser un moule classique). La pâte sablée ne s’étale pas au rouleau (en tout cas, pas la mienne! ;-) ), je l’ai aplatie doucement avec le plat de la main, directement dans le moule.
- Disposer les mirabelles coupées en deux (mais encore attachées par un côté) en cercles concentriques.
- Verser la crème amandine, sans noyer les fruits (c’est plus joli quand ils débordent joliment en faisant des « piques », mais je suis trop gourmande et j’ai mis toute la crème, donc pas de « piques »…)
- Mettre à cuire au four th.6, pendant environ 20 minutes.

Et voilà! Déguster tiède avec de la chantilly, ou bien bien froid, c’est délicieux aussi!

PS: veuillez me pardonner pour cette recette un peu confuse, à la « viens-là-que-j’te-bidouille », un coup sans oeufs, un coup avec… J’ai vraiment la tête « confusionnée » ces derniers temps… Ca peut faire ça, la vie en communauté avec les moins d’1m20…

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Tartes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un curry/Un Bolly #3 – Curry de poulet à la mode Parsi de Mumbai

« Bole Chudiyan, Bole Kangana! Haay Main Ho Gayi Teri Saajnaaaaaa!!!!!… »
Ca sent la cardamone, le garam masala; les jupes virevoltent, les bindis brillent… « Hay! Hay! Hay! » On se croirait dans un Bollywood pure tradition…
Pas du tout, vous êtes dans mon salon, les Louloutes chantent, Véro se dandine une poêle à la main, et le Doudou lève les yeux au ciel en soupirant, homme désespérément seul au milieu de toutes ces filles aux yeux qui brillent… Namaste!!

C’était déjà une tradition à la maison…
Ca en sera désormais une sur Cuisine Métisse: Un curry, un Bolly!
Après le curry vert de New York Masala, après le curry rouge de Devdas, voici le curry Parsi de Swades!

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Curry, Inde, Poulet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

KKVKVK #12 – Le Spice’n Toffee Cheesecake – épices, caramel et beurre aux pépites de sel

« Bon, alors, les fournitures de Louloute n°1, c’est bon… La serviette de cantine de Louloute n°2, OK… Ahhh! J’ai oublié les boîtes de Kleenex pour la maîtresse! …  Heu, mes progressions pour la première période… Pas trop OK, ouh la, faut que j’me mette au boulot… Hein??? Mais pourquoi je me retrouve avec 38 cahiers de travaux pratiques grands formats, moi? C’est des petits qu’il me fallait… Bon… Purée, qu’il fait chaud alors qu’on a eu mauvais temps jusqu’à la reprise!!! *£%$%£µ!! Ok, du calme…  Doudou, j’oublie un truc, c’est quoi?? … Alors, mes cahiers du jour sont prêts… Le chèque pour la cantine, c’est bon, faut qu’j'en fasse un pour la garderie… Mais qu’est-ce que j’oublie, Marie, tu vois pas ce que Maman a pu oublier de faire??? Heu, tes pantalons sont trop courts??? Oui, promis, on va aller faire du shopping… Avec ta petite soeur, on va bien se poiler… Y a plus rien à manger? Bon, j’irai faire des courses dès que j’aurai un peu avancé le repassage… Tiens, faut pas que j’oublie d’acheter …combien d’étiquettes, déjà? 26 élèves fois 4 cahiers… Mais bon sang de bois, j’suis sûre qu’y un truc que j’ou… SABRE DE BOIS!!!!! Le KIKIIIIII!!!!!!!! »

Je vous passe les détails de la fièvreuse revue d’idées (revue très fièvreuse… Le cheesecake, pour moi c’est du sérieux!!). En me concentrant plus qu’un tube de tomate, l’idée a jailli: « Epices« , ça ne pouvait pas être autre chose… Hmmm, gingembre, cannelle, anis étoilé… Et là-dessus, du caramel, une douceur bien sucrée pour compléter les épices…  Et pourquoi pas une pointe d’amande? Hmmm, je l’ai dégusté avant même de l’avoir fait, ce Spice’n Toffee Cheesecake…

Il n’a pas été facile de choisir entre les multitudes de version qui existent: cuisson ou pas? Blancs battus ou pas? 2 oeufs ou 5? Ricotta ou St Morêt? Plutôt cheese ou plutôt cake?
Et finalement, c’est San ma meilleure amie qui m’a fait choisir cette version très « cake », chargée en oeufs (j’le dis tout de suite, comme ça personne ne fera « HHHaaan!! Tout ça?? » ), du cheesecake qui restera célèbre pour les hauteurs époustouflantes qu’il a atteintes (pas de « Plofff » désespérant à la sortie du four!) et pour sa promotion au rang de « THE » cheesecake par San. Quant à moi, je lui donne le noble titre de « Best Cheesecake plutôt cake », en attendant de trouver le »Best Cheesecake plutôt cheese »… Les cheesecakes addicts me comprendront… ;-) .
J’ai choisi le Kiri plutôt que le St Morêt ou les Carrés Frais, parce qu’après avoir fait ma cure de Philadelphia, j’ai décrété que c’était le Kiri le plus proche… (mais je sais que la polémique fait rage à ce sujet!)

Spice’n Toffee Cheesecake – épices, caramel et beurre aux pépites de sel
- 500g de Kiri (ça fait 27 portions à déballer, merci M. Kiri de bien vouloir créer un format plus adapté…)
- 3 belles càs de Mascarpone pour l’onctuosité
- 150g de sucre + 50g pour serrer les blancs d’oeufs.
- 7 oeufs (j’vous avais prévenus…)
- 2 càs rases de farine
- 2 càs rases de fécule de pomme de terre
- 1 belle càs d’extrait d’amande amère
- de la cannelle en poudre
- du gingembre en poudre
- de la confiture de lait (toute prête ou faite soit même) et 1 ou 2 càs de crème liquide

Pour la base: -quelques tranches de pain d’épices au miel (j’ai pris 6 tranches d’un pain d’épices du commerce… On peut pousser le vice jusqu’à faire son pain soit même, j’imagine!)
- environ 70 g de beurre demi-sel avec gros grains de sel (ou beurre doux + pépites de sel de guérande)

Préparer la base: – émietter à la main les tranches de pain d épices dont on aura ôté les bords (j’aime pas le petit goût cramé)
- Faire fondre le beurre au micro-ondes et le verser sur les miettes de pain d’épices.
- Tapisser le fond d’un moule à charnières à bords hauts avec cette préparation (j’ai pris un moule de  22cm de diamètre)
- Faire cuire cette base dans le four préchauffé à 180° pendant 5 mn. Sortir du four et laisser refroidir.

Pour la crème – Battre le kiri et le mascarpone au batteur électrique jusqu’à ce que les deux soient bien mélangés et bien lisses.
- Ajouter les jaunes d’oeufs, les 150g de sucre, l’amande amère et le gingembre en poudre, continuer de battre.
- Ajouter la fécule et la farine et mélanger au fouet (pas au batteur électrique, mais ne me demandez pas pourquoi!).
- Battre les blancs en neige ferme, en ajoutant à la fin les 50g de sucre (les blancs seront bien lisses et brillants, bien serrés).
- Ajouter les blancs à l’appareil à la maryse, en soulevant bien la pâte.
- Verser l’appareil sur la base refroidie, et enfourner  pendant 45 mn à 140°.
- Laisser le cheesecake refroidir avant de le mettre au frigo, et le laisser reposer quelques heures (à vous de voir en fonction de votre niveau de gourmandise et de patience… ;-) )

Pour le caramel. Délayer la confiture de lait avec un peu de crème liquide, et la parfumer avec de la cannelle. C’est tout!

Et voilà!

Impressions??? Haaa…..
Les pépites de sel dans la croûte de pain d’épices sont ma petite « Bonne idée du mois », c’est tout simplement fantastique de tomber sur ces petites pépites qui croquent sous la dent, et qui relèvent le goût de l’ensemble à merveille…
La texture est très aérée, légère, et on en mangerait sans faim, sans fin…
Le gingembre ne se sent pas trop de prime abord, mais se rappelle à nos papilles en fin de bouchées, en laissant une agréable petite piqûre sur la langue… La prochaine fois, j’en mettrai peut être un peu plus (je n’ai mis qu’1 càs), ou peut-être même oserai-je le gingembre frais râpé… Pour les amateurs…
L’amande ne se sentait pas trop, doses à doubler!

J’ai déjà en tête une autre version de ce délice, avec à la place de la confiture de lait des cerises cuites dans un peu de marsala ou d’amaretto… Ca devrait être pas mal, ça, nan?? :-P

PS: pour la photo du Kiki, qu’est-ce que vous en dites??
PS2: Merci ma San! (oui, oui, vous pouvez lui dire merci, aussi…)
PS3: Bon anniversaire ma Ti Mioune!!!

Cette entrée a été publiée dans Angleterre, Gâteaux, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Après les churros, les mascottes!

Là, je suis bien énervée… Le billet original devait vous parler de ma grande morosité dûe à la grisaille environnante, et au fait que je retourne à l’école dans 2 jours, et que bien sûr rien n’est prêt, etc etc…
Cette recette est un peu longue à taper, je souffle d’aise en arrivant à la fin du billet, je clique sur « poster et publier »… et là on me répond « Serveur introuvable ».
Bien sûr, je rouvre mon post et TOUT A DISPARU!!!
Et là, j’ai envie de péter un câble, de rouer ce b… de m… de s….. d’ordinateur à la %%§§###!!! de coups de pieds jusqu’à ce que mon post réapparaisse sur mon écran… Mais je sais que cela ne servira à rien…
Cet ordinateur porte le mal en son disque dur… Il me regarde en coin d’un air narquois en ayant l’air de dire… « Hé hé hé, si tu fais ça, je recommence!! ».
L’oeil vert de son voyant webcam clignote, comme autant de clins d’oeil fourbes!! JE LE HAIS!!

Je recommence mon billet… d’un calme olympien… ça ne m’atteint pas…
Si jamais vous n’avez plus jamais de mes nouvelles, sachez que je ne vous abandonne pas, simplement, mon ordinateur est habité par un esprit sournois qui m’a prise en grippe… (OUI, j’ai dit sournois!! On est en démocratie, quand même! j’ai le droit de dire ce que je pense de toi, engin de malheur!!)

Voilà voilà, donc, une recette merveilleuse, dans la veine des chichis-sur-la-serviette-de-plage, pour oublier le gris, pour se croire à la plage (on a la bouche bien grasse, on peut faire semblant que c’est de l’huile solaire…), pour retrouver le moral en croquant dans ces petites choses moelleuses et pour prendre les quelques kilos qui nous rendent tellement plus voluptueuses et irrésistibles (d’t'façon, on ne remettra pas nos maillots de bain avant 360 jours au moins, autant en profiter!!). PS pour les gens du Nord (ceux qui ont dans le coeur la chaleur qu’il n’y a pas dehors…), les mascottes, dans le sud-ouest, c’est tout simplement les beignets délicieux dont on se gave aux retours de plage… Ceux dont le chocolat s’échappe de manière inéluctable, pour tâcher votre T.Shirt et vous dévoiler au monde telle que vous êtes: un(e) gourmand(e) invétéré(e)!

J’ai trouvé cette recette dans Pâtisseries maison, de Florence Edelmann, paru chez Marabout, qui est au passage un petit livre plein de très belles photos, très complet, et vendu à petit-prix… Très bon investissement que je vous recommande!

Renversantes mini-mascottes de la preuve par 2 (2 jours de préparation, 2 minutes d’engloutissement, 2 mois d’élimination des hanches de ces dames, voire 2 ans selon les tempéraments, et 2 rédactions de billet à cause d’un ordinateur hargneux!!)

* 75 g de beurre, 12g de levure de boulanger, 23cl de lait (j’ai mis 1/4 de litre, non mais sans blague, 23 cl ça n’existe sur aucun verre doseur!!), 450g de farine, 75g de sucre en poudre, 1 sachet de sucre vanillé, 1 càc de sel, 1 oeuf, huile de friture.

- Délayer la levure dans le lait légèrement tièdi.
- Dans une terrine, tamiser la farine, ajouter les sucres et le sel. Mélanger.
- Creuser un puits, verser l’oeuf. Verser progressivement le lait additionné de levure. Mélanger.
- Lorsque la pâte commence à se détacher de la terrine, incorporer le beurre ramolli, coupé en petits morceaux, et pétrir jusqu’à ce qu’elle devienne bien homogène.
- Faire entrer de l’air en soulevant plusieurs fois. Recouvrir d’un linge, et laisser reposer pendant 1h30 dans un endroit tiède.

- Rompre la pâte, puis la laisser lever 2h au réfrigérateur.
- Rompre la pâte à nouveau, puis laisser lever toute une nuit au réfrigérateur, dans du papier cello.

- Le lendemain, pétrir la pâte quelques instants pour expulser l’air, puis abaisser la pâte sur environ 1/2 cm, sur un plan de travail fariné.
- Découper des petits disques de la taille souhaitée, puis les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
- Laisser les disques recouverts d’un linge propre reposer 30 minutes, dans un endroit tiède.
- Faire chauffer l’huile de friture à 180 ° (moi j’ai utilisé une manière précise et utilisée par les pros: j’ai attendu de vois des petites bulles! ;-) )
- Faire frire les beignets en les retournant, pour qu’ils soient bien dorés partout.
- Egoutter sur du papier absorbant (changer le papier plusieurs fois si besoin, et y a besoin!!).
- Saupoudrer de sucre glace ou en poudre, et enfin, laisser les fauves se jeter dessus (non sans en avoir pris quelques poignées pour vous auparavant!!)

Et voilà!!
Verdict: moelleuzissime!! Régressif à souhait, encore tout chauds et croustillants, et si on pousse la gourmandise un pleu plus loin, on tartine de nutella ou de crème de marron… UNE TUERIE!!!

Le livre propose une version grands beignets fourrés (des disques de pâtes d’environ 7 cm de diamètre, au centre desquels on dépose le nutella ou la confiture etc… Ensuite on recouvre d’un autre disque, dont on humecte les bords afin de les coller).
Moi, les mascottes, je les aime natures ou à la rigueur nappées de sauce chocolat (de la vraie!) et de chantilly (mais alors, à l’ultime rigueur, hein!! ;o).
Miam miam… Fermez les yeux, concentrez vous…
Le type qui hurle »Chichiiiis!! Mascooottes!! Boissons fraîîîches!!! ». Oui, celui-là, vous le connaissez? Ben là, dans votre salon, il n’y est pas! Mais vous pouvez quand même vous régaler!
Et si vous vous mettez du chocolat partout, c’est pas grave, aucune blonde sculpturale et bronzée qui vous regarde du bout de son string en croquant une demi-branche de céleri sans sauce, et qui vous donne l’impression d’être une incorrigible (très grosse) gourmande…
Ca a du bon, le mauvais temps, moi j’vous l’dis!!

PS: bon anniversaire, ma San!! T’oublies pas la recette du carrot cake, hein??

Cette entrée a été publiée dans Douce France, Grignotages. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Bounia de l’Île des Pins

Bougna_poulet___cocotte

… Enfin, presque de l’île des Pins…
Le bounia est une spécialité Mélanésienne, à base de légumes du pays (ignames, maniocs, patates douces, bananes, taros), auquels on ajoute dans l’idéal une belle langouste (:-P), ou un poulet, du poisson…
Ce plat est préparé dans un paquet fait de feuilles de bananiers (encore elles), et est cuit à l’étouffée dans un four creusé dans le sol, tapissé de pierres brûlantes.

Ce plat prend un grand temps de préparation (c’est pour ça que si on veut déguster un bon bounia dans un gîte, il faut réserver à l’avance, surtout pour un bounia de langoustes!!! car elles sont pêchées à la demande…).

C’est pourquoi la recette que je vous livre aujourd’hui ne nécessite pas de creuser un énorme trou dans son jardin, ni de dépouiller les arbres de son jardin de toutes leurs branches pour en couvrir le feu… (je pense à vous, sympa, non??)

Recette du fantastique Bounia Marmite, qui est presqu’aussi bon que si on le dégustait au bord de l’eau sous les palmiers…

Pour 4/6 personnes, il vous faut: 2 belles feuilles de bananier, 1 bel igname,1 beau manioc, 1 ou 2 taros, 1 ou 2 patates douces, 2 belles bananes plantains mûres (attention, pas vertes), 1 poulet coupé en morceaux, 1 ou 2 boîtes de lait de coco (les courageux feront leur lait eux-mêmes!), du sel, du poivre,  quelques oignons verts, de la poudre de curry,une tige de citronnelle (ces deux derniers ingrédients sont des rajouts de votre serviteuse).
L_gumes_du_bounia

De gauche à droite: des feuilles de bananier, 1 manioc, 2 patates douces, 1 taro, 1 banane plantain mûre, 1 noix de coco pour le lait… (je vous épargne la photo de la boîte de lait si vous choisissez cette option…;-))

Oui, bien remarqué, je n’ai pas mis d’ignames car il n’y en avait pas…

Tous ces légumes sont à éplucher (prenez un couteau bien costaud, pas un économe de ménagère, car le manioc a le caractère bien trempé des gens des îles… y s’laisse pas faire comme ça!), et à couper en rondelles pas trop fines.

Allons-y à présent pour une recette super fastoche:Bougna_poulet___pr_paration_1
1- Tapisser une cocotte allant au four des feuilles de bananier, en prenant soin de laisser les feuilles bien déborder tout autour pour pouvoir les replier et fermer le bounia.
2- Déposer au fond les légumes les plus durs: manioc, taro, igname, patate douce (dans cet ordre).
3- Déposer les morceaux de poulet, recouverts des rondelles de bananes, de quelques oignons verts, et de la tige de citronnelle.
4- Assaisonner le lait de coco (sel, poivre, curry… ne pas hésiter sur le sel, le lait de coco est fade sinon), puis le verser sur le poulet.
5- Refermer le bounia.
6- Enfourner dans le four préchauffé à 180° et laisser cuire une petite heure.
7- Si besoin au cours de la cuisson, baisser la température (si le lait de coco qui a un peu suinté commence à brûler).

Et voilà!
Bougna_poulet___pr_paration_2 Bougna_poulet___pr_paration_3

Les odeurs qui s’échappent du bounia lorsqu’on l’ouvre sont tout simplement divines…
Le mieux est de servir tel quel, en posant la marmite sur la table, mais on peut évidemment faire une jolie présentation à l’assiette, en découpant délicatement des morceaux de feuilles de bananier pour en tapisser les assiettes.

Bougna_poulet___cocotte_2 ou Bougna_poulet___assiette_2 ?
Grâce à la cuisson à l’étouffée dans les feuilles de bananier, tout ça est merveilleusement onctueux, parfumé et moëlleux…
J’ai servi accompagné de frites de manioc (quelques rondelles gardées de côté, passées 1 minutes à l’eau bouillante, puis frites et bien salées…. Maman, qu’est-ce que c’est bon!!)
Cela donne donc: des légumes doux, imbibés de lait de coco, fondants, des bananes subtilement sucrées, un poulet tendre à souhait, et des frites de manioc croustillantes et bien salées…

6456371LE BONHEUR…. Les îles qui viennent à vous!!
On dit merci qui??
En plus, on trouve de plus en plus facilement tous ces ingrédients en hypermarchés… A part peut-être les feuilles de bananiers… Je pense que cette recette peut se réaliser sans, directement dans la cocotte… Le parfum et la saveur seront légèrement différents, et il faudra bien surveiller la cuisson afin que le lait de coco ne brûle pas, mais le régal sera tout de même au rendez-vous!

Pour celles et ceux qui veulent voir un vrai bounia sortir du four (;-), faites un tour sur mon blog du Caillou.
PS: Celat, si ton Doudou rêve du pays, emmène le faire un tour, et faites comme chez vous!

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.