Porc sauté aux brocolis et coriandre fraîche


Bonjour à tous chers lecteurs ! (ou du moins ceux qui sont encore là :-) )
Il est encore temps pour moi de vous souhaiter une excellente année 2013, alors j’en profite ! Qu’elle soit gourmande en toutes circonstances, pleine de rires. Qu’elle vous préserve du chagrin et des soucis, qu’elle protège ceux que vous aimez.

2013 en ce qui me concerne est et sera, tout comme 2012, une année très studieuse, qui me garde éloignée du blog, malgré mon attachement toujours inconditionnel à la cuisine et aux petites recettes vites goupillées.   Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Chine, Cuisine par pays, Plats, Porc, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Entrecôte sauce foie gras, truffe du Périgord, girolles sautées et pommes de terre à la sarladaise

Que c’est bête, de vieillir, mais que c’est bête.
Prenez mon appétit, par exemple.

Il y a dix ans, à Noël, je préparais un apéro, une entrée de poisson, une entrée de foie gras, un plat, un plateau de fromages et un dessert. Normal, quoi, Noël ! Et faites-moi confiance, ça nous prenait toute la soirée, mais je ne loupais aucune étape au moment de déguster ! Je me resservais, je sauçais, ce qui impliquait qu’en plus je mangeais du pain ! Une fois toutes ces victuailles englouties il m’arrivait même d’avoir une petite faim de chocolat au moment du café. Doudou disait « Mais non, t’as pas faim, c’est de la gourmandise. » Mais moi, je savais : j’avais encore une petite faim.
Un gouffre sans fond, une santé d’enfer.  Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Bœuf / Veau, Cuisine par pays, Douce France, Plats, Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Découper un canard gras – petite méthode pour les nuls

Une fois n’est pas coutume, en ce dimanche je ne vous envoie pas de Billet pour Ailleurs. Bien au contraire, ce sera un Billet pour Ici, le beau Sud Ouest de la France dans lequel je vis depuis plus de 10 ans maintenant, et où je me sens bien (la plupart du temps… Une fille des îles reste une fille des îles :-) )

Les végétariens de passage vont défaillir, les associations de protection des canards vont m’assaillir. Mais tant qu’à manger du foie gras, j’ai décidé d’en manger du bon, en l’achetant chez un petit producteur bien du Sud Ouest, et surtout de faire honneur à ce brave animal en l’utilisant à 100%. Longtemps j’ai été trop chochotte pour oser ne serait-ce que couper un crabe en deux, mais j’ai 35 ans, alors j’ai fini de faire la fifille. Si je suis cap de le manger, alors je suis cap de le couper !

Toute cette aventure a commencé quand ma copine Do a dit « Je vais à la foire de la Brède, tu veux un canard gras ? » L’année dernière, j’avais adoré me promener dans les stands de cette petite foire gourmande, j’y avais acheté ma première truffe fraîche. Cette année, submergée de boulot, j’ai eu la chance d’avoir une super collègue qui m’a fait les commissions :) C’est ainsi que Gaspard et Bernard les canards sont entrés dans nos vies. Je n’y serais pas arrivée toute seule, je n’aurais pas eu le coeur assez accroché ! Merci Do, donc, pour ce petit atelier bien sympathique !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Canard, Mon labo, Plats, Techniques, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Billet pour ailleurs #16 – la Freiduria Puerta de la Carne, Sevilla, España

Je vous ai délaissés longtemps, chers petits lecteurs. Veuillez m’en excuser, surtout si vous avez eu la patience de rester parmi nous malgré la newsletter un peu à côté de ses pompes qui vous a envoyé du bouillon quatre fois, au dernier billet. Cette année le maître mot pour moi sera décidément « travail », en toutes circonstances, jusqu’à pas d’heures, et peut-être pour un résultat négatif au bout. Dès que l’occasion se présente, je ne boude donc pas mon plaisir, avec un gros besoin d’affection et d’évasion.

C’est pour cela, et pour oublier toute cette eau qui ne cesse de tomber, que j’ai choisi un dimanche pour vous retrouver, et m’évader avec vous en Espagne, à Séville. Une ville somptueuse qui nous a littéralement mis dans sa poche, Doudou, les filles et moi. Tout à Séville nous a plu, tout nous a régalés, nous nous y sommes sentis tellement bien, que je souhaitais vous faire partager une des plus belles soirées que nous ayons jamais passée tous les quatre. Je sais, nous sommes chanceux, nous en avons vécues beaucoup, des belles soirées ensemble…
Venez, nous allons Puerta de la Carne, dans le quartier piéton de Santa Cruz, au coeur de Séville.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Adresses gourmandes, Cuisine Metisse, Cuisine par pays, Espagne, España, Mes voyages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Technique de grand-mère : recette du bouillon de volaille, pour ne rien gaspiller !

En ce moment je ne sors plus la tête de mes fiches de prep, de mes fiches de cahier journal, de mes progressions à l’année. Ou alors, quand je les sors, c’est pour mieux chercher des documents sur la monarchie absolue et ce gros mégalo de Louis pour que mes élèves s’en servent pour créer de mini-exposés.
Il était donc logique que je vous ponde une technique, là tout de suite. Et vu que je suis dans le jus en ce moment… hahaha…
Ne vous méprenez pas : j’utilise encore, souvent, du bouillon cube ! Je sais que ça a été une polémique sur le web : « Quoi ?? Mais je suis choqué(e) !!! Comment peut-on prétendre être cuisinier(e) et utiliser des bouillons cubes ??? »
Mais je vais vous le dire : on n’a pas que ça à foutre non plus, hein. Cuisiner n’empêche pas d’avoir un job, des gosses, des loisirs, une vie sociale. La preuve, c’est que ces derniers temps, si je n’ai pas d’invités, à la maison on mange des pâtes. Ou des sandwichs. Ou des sandwichs aux pâtes (je bosse comme un bourrin, mais je n’ai pas perdu mon sens de l’humour, comme vous pouvez le constater).
Alors le bouillon cube, c’est génial, et ça existe en bio, faut arrêter deux minutes.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Technique de mémé, Techniques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un restaurant coréen à Bordeaux : le Mokoji

Avis à tous les Bordelais : cet été a ouvert à Bordeaux centre un restaurant coréen ! Le Mokoji est dans une des rues juste à côté de Camille Julian (Ca Ju pour les intimes ^^), un de mes quartiers préférés de Bordeaux.

La nouvelle ne pouvait pas me laisser de marbre, aussitôt la news entendue (grâce à ma copine Emeline, cette gourmande qui était là le soir de l’ouverture !), aussitôt testé ! Nous y sommes allés en famille, parfait pour goûter un maximum de choses !
Une adresse très sympa, le service est aux petits oignons, le chef passe entre les tables pour savoir si nous passons un bon moment. Je repars en lui faisant un « pouce en l’air », et en leur souhaitant de rester longtemps aussi bons et authentiques !
Ça vous dit ? Je vous emmène…

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Adresses gourmandes, Bordeaux, Cuisine Metisse, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Love Story with my Jamón : mon ibérico de bellota de Jabugo

Depuis que je suis toute petite, je chipote avec le gras.
Le gras de la viande.
Même dans les morceaux de saucisson, parfois, j’enlevais (et d’ailleurs je le fais encore parfois), les morceaux de gras un peu trop gros. Ça mettait mon beau-père en rage, mais je le faisais quand même, et le bord de mon assiette était longé de petits morceaux ronds et blancs. Salami, même combat. Mortadelle, n’en parlons pas !

Je le sais bien pourtant, surtout que j’ai fait un régime protéiné et sans graisses : le gras, c’est le goût. Manger un fromage blanc 0%, c’est crado, c’est sec, acide, râpeux.
Mais bon, on est d’accord, y a « gras » et « gras ». Par exemple je ne chipotais pas avec le gras du Nutella…

Ce n’est pas une question de goût, c’est une question de consistance. C’est mou et un peu gluant, si on essaie de le mâcher ça fait une boule infâme, parfois même avec un peu de chance ça s’enfile dans votre gorge et vous ne pouvez rien faire d’autre que vous étouffer (et vomir).

MAIS CET ÉTÉ, UN BEAU JOUR…
Un des plus beaux jours de ma vie…

Ma route a croisé celle du jamón ibérico de bellota.

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Apéro, Cuisine par pays, Espagne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.