Mafé boeuf – boeuf mijoté aux cacahuètes

 

 

Ici, on ne manque de rien.
Célébrons la chance que nous avons d’être nés dans un pays sans guerres, sans famines, sans catastrophes naturelles, sans despotisme. Protégeons nos acquis, pour que jamais la marche en arrière ne nous ôte les droits élémentaires de liberté, de dignité, d’éducation, d’expression.

Merci beaucoup à N’dé, avec qui j’ai adoré cuisiner, pour cette recette fantastique… N’dé ne lira pas ces mots, car elle ne sait pas lire. Elle n’a pas eu la chance de bénéficier d’une éducation gratuite. Mais c’est un honneur pour moi de propager son immense savoir faire, au delà des limites de son petit village.
Diéré fief, N’dé !

Remarques :

- pour la quantité de pâte de cacahuète, à vous de la doser selon vos goûts. A l’origine la cuisinière qui m’a préparé ce plat en mettait beaucoup plus, pas loin de 300g je pense. Le goût de la cacahuète est plus subtil en en mettant moins, bien entendu, mais reste présent tout de même, sans être écoeurant. A vous de voir !
Par contre, veillez à bien utiliser de la pâte non sucrée !

- Un petit mémo sur les produits africains, comme la diakhatou ou les combos, se trouve ici (clic !)

Mafé de boeuf sénégalais, recette de N’dé qui réchauffe le coeur

Pour 6 personnes.

800 g de boeuf (gîte) – 150g de beurre de cacahuètes non sucré (la marque « Ethicable » en fait un très bon) – 150g de concentré de tomates – 3 bouillons cubes – 2 carottes – 1 morceau de manioc – 1 ou 2 patates douces – 2 petites aubergines africaines (diakhatous, clic !) – une dizaine de combos (kagnes, clic !) – poivre noir en grains – 1 bel oignon – 3 grosses gousses d’ail – 1 ou 2 piments rouges – 1 piment antillais

- Dans une cocotte, faire chauffer un fond d’huile d’arachide
- Quand elle est chaude, y saisir les morceaux de bœufs.

- Quand les morceaux sont bien dorés, ajouter le concentré de tomates dilué dans un litre d’eau.
- Laisser mijoter quelques minutes, le temps de préparer les légumes.
- Couper les carottes, le manioc, les patates douces, en morceaux pas trop petits.
- Couper les extrémités des gombos, et réserver.
- Au bout de 5 minutes, ajouter dans la cocotte le beurre de cacahuètes, et bien remuer.
- Rajouter les légumes en morceaux, rajouter un peu d’eau si besoin, jusqu’à hauteur.
- Ajouter le piment antillais bien entier : attention de ne pas l’éclater en remuant la sauce, toute la force du piment est dans les graines, et si elles entraient en contact avec la sauce tout deviendrait immangeable !! (enfin, vous faites comme vous voulez, mais bon… :-) ). En laissant le piment bien entier, il parfumera le plat sans le rendre trop piquant.
- Dans un mortier, écraser les gombos au pilon jusqu’à obtenir une pâte, puis ajouter dans la cocotte et bien remuer.


- Couvrir et laisser mijoter.
- Préparer l’assaisonnement : dans le mortier, bien écraser les bouillons cubes, les grains de poivre et le piment rouge. Ajouter l’ail dégermé et l’oignon coupés en petits morceaux. Bien écraser jusqu’à obtention d’une pâte qui sentira merveilleusement bon…


- Ajouter cette pâte dans la cocotte.
- Ajouter la touche finale : 1 bouchon de vinaigre de vin.
- Poursuivre la cuisson à feu doux jusqu’à ce que la viande soit bien tendre, soit une bonne heure. Si besoin, rajouter un peu d’eau et remuer de temps en temps afin que ça n’attache pas au fond.
- Servir avec un bon riz chaud et du piment en plus pour les palais moins sensibles.

Et voilà !!!

Oh miam… vous voyez comme la sauce est onctueuse et riche ?

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Ce blog suit mes aventures culinaires depuis 2006. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Bœuf / Veau, Plats, Sénégal, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Mafé boeuf – boeuf mijoté aux cacahuètes

  1. Gaby dit :

    J’adore le mafé! j’en prépare assez régulièrement. très original pour une soirée entre amis. Peut être diététique si on y met plei de légume et sans riz.

    J’utilise la même recette, excepté le piment (il y a des palais sensibles à la maison! ) dommage selon moi.

  2. Michel dit :

    Quelques voyages, mon Amie béninoise, quelques expériences gustatives de la cuisine africaine (Ouest) mais là, il n’est que 10h du matin à la lecture de la recette j’en salive.
    Demain je reçois mes enfants, j’avais prévu un Mafé, je vais tenter cette recette. En vrai Yovo que je suis il y aura peut-être le piment en moins, mais je vais essayer de suivre scrupuleusement . . .
    Quelque que soit le résultat . . . merci N’dé
    A Toi Véro de lui transmettre à l’occasion.
    Michel

  3. Yvan dit :

    Un vrai délice!
    Recette pas compliqué à réalisé.
    J’ai juste remplacé le piment par un poivron rouge car j’avais peur que les enfants n’apprécie pas le coté pimenté.
    Merci encore pour cette recette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>