Rice noodle stir-fry : nouilles de riz sautées au boeuf, pakchoi, gingembre et herbes fraîches

Eh bien je me tiens une de ces patates, moi, les amis !
Alors OK, je ne cuisine pas autant que je voudrais. Les photos, n’en parlons pas et les billets… ahem, eh bien vous êtes bien placés pour savoir que c’est la MISÈRE.
Apparemment, les vocations de professeur formatrice (en ZEP) et de cuisinière bloggueuse (internacheuneul, pliz) ne sont pas très compatibles.

Alors bon, peut-être, ma vie professionnelle prend une place dingue, mais figurez-vous que grâce à cela, chaque moment vécu devient COMPLÈTEMENT INTENSE !

Chaque seconde que je chaparde pour parler avec mes filles/mon mari/mes ami(e)s est un incroyable moment d’harmonie et de fusion.
Chaque petite sortie où j’ai fait autre chose que donner des conseils à un stagiaire est une pure aventure de malade.
Et surtout chaque petite recette concoctée à la va-vite est un régal  intersidéral qui me cloue le bec (mais à peine, il faut quand même bien enfourner la fourchettée suivante) (oui, j’ai inventé le mot « fourchettée », car il n’existait pas, et c’est un tort).

Par exemple, ces nouilles sautées.
Rien de grandiose me direz-vous.
Elles m’ont parues SUBLIMES.
SUBLIMES, vous entendez ???

Et aujourd’hui, je vous les offre. Pour le plaisir, comme ça, parce que vous êtes des lecteurs sensationnels. SENSATIONNELS, vous entendez ??? ^^

Nouilles de riz sautées, au boeuf mariné, pak choi, gingembre et herbes fraîches (sublimes, donc)
ou « Rice noodle stir-fry, so sublaïme », si on veut le dire en anglais parce que ça fait trop cool et super branché ! Yeah, on the one again !

Pour 4 personnes

200g de nouilles de riz (fraîches de préférence, en épiceries asiatiques, ou alors déshydratées) – 200g de boeuf (tende de tranche, ça suffit, car ça va mariner et cuire en 1 minute) – 3 petits bouquets de pakchoi (chez moi en Calédonie on dit chou de Chine, ou brèdes, ou épinards) – 1 beau morceau de gingembre frais – 1 grosse poignée de coriandre fraîche – 1 grosse poignée de basilic thaï – 1 petit oignon – 1 gousse d’ail – sauce d’huître, sauce nuoc mam (ou nam pla : sauce de poisson) – sauce de soja claire – huile de sésame, huile d’arachide – 2 piments oiseau – 1 belle poignée de cacahuètes (de préférence non salées)

Alors, si vous vous demandez ce que sont les pak choi , eh bien c’est ça :

On les appelle aussi bok choi, et en Calédonie on dit « chou Chine ». Si vous n’en trouvez pas, on peut utiliser des brèdes, des blettes, ou des épinards pourquoi pas.

Comme toujours avec le wok, la recette commence avec la préparation de tous les éléments à « woker » (nouveau verbe que je viens d’inventer, car il veut bien dire ce qu’il veut dire et je le trouve chouette) :

Le boeuf
- Couper le boeuf en petits morceaux. Petits comment ? Facile : petit comme ça vous plaît.
- Le mettre à mariner dans 1 cuillère à soupe d’huile de sésame et 3 cuillères à soupe de sauce de soja claire.
- Poivrer, saler (mais à peine).

Les légumes
- Emincer finement un petit oignon, peler et écraser une gousse d’ail.
- Peler le gingembre, le découper en tout petits morceaux.
- Laver les pak choi et couper la base blanche et très dure. Laver les germes de soja (les puristes feront comme ma grand-mère : ils enlèveront chaque petite « queue » de germes, qui fait comme un cheveu, parce que « ça gratte et ça fait tousser, ma petite fille« . Moi, je le fais pour ma grand-mère, mais sinon, JAMAIS ! ^^)
- Couper les pak choi en morceaux (d’environ 5cm).

Moi, j’aime bien quand il y a des gros morceaux qui restent croquants, en plus des feuilles bien tendres… Ca fait de beaux contrastes dans l’assiette, comme ça :

- Mettre de l’eau à bouillir dans une grande casserole, et préparer un saladier rempli d’eau bien froide.
- Pocher le pak choi dans l’eau bouillante pendant 1 minute, puis ramasser les légumes à l’écumoire et les plonger tout de suite dans l’eau bien froide. Cela leur permet de ne pas continuer de cuire, de rester bien croquants et de garder une belle couleur bien verte.
- Garder l’eau bouillante dans la casserole, à feu doux (pour la cuisson des nouilles).
- Préparer les herbes : les rincer, les équeuter.
- Préparer les piments : les ouvrir, les vider de leurs graines et les émincer très finement.
- Concasser les cacahuètes.

Attention : on allume le wok !!! Une belle flamme puissante qu’on gardera tout le long de la recette.
- Verser 1 cuillère à soupe d’huile de sésame, 1 d’huile d’arachide dans le wok.
- Y faire revenir l’ail, l’oignon, le gingembre.
- Lorsqu’ils sont dorés, ajouter la viande et la sauce de la marinade, bien mélanger.
- Ajouter le pal choi, les germes de soja, bien mélanger.
- Assaisonner de 3 cuillères à soupe de sauce d’huître, et d’1 cuillère à soupe de sauce nuoc mam.
- Ajouter les 3/4 des herbes (en garder un peu pour la présentation).

- Plonger les nouilles de riz dans l’eau bouillante quelques secondes (un peu plus si ce sont des nouilles déshydratées), il faut vraiment juste les ramollir, pour ne pas qu’elles soient trop cuites.

Photo des nouilles que j’utilise (il en existe de largeurs différentes, j’aime bien aussi celles qui ressemblent à des tagliatelles) :

- Bien égoutter, ajouter les nouilles au wok.
- Bien mélanger, touiller, y aller avec deux cuillères et toute sa force.
- Servir, et parsemer le reste des herbes, les cacahuètes, le piment.

Et voilà !

Passer à table, et se REGALER. Toutes ces saveurs, j’en suis dingue… Gingembre frais et tonique, coriandre puissante, sauce d’huître suave, piment qui réveille le palais.

Et BIM ! Je vous balance la photo de la fourchettée des baguettes qui tuent :

 

 

À propos de Véro

Maman, maîtresse et cuisinière. Bordeaux, Java, Nouméa, tout ça dans ma cuisine ! Cuisine du monde, cuisine de grand-mère, cuisine du coeur... Bienvenue !
Cette entrée a été publiée dans Bœuf / Veau, Cuisine par pays, Pasta, Plats, Thailande, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Rice noodle stir-fry : nouilles de riz sautées au boeuf, pakchoi, gingembre et herbes fraîches

  1. Claire dit :

    mais quelle énergie ! mazette ça fait du bien par les temps qui courent MERCI !
    merci aussi de m’apprendre que fourchettée n’existait pas -à la bonne heure ! bon moi je dis fourchetée c’est peut-être ce qui fait la différence… et c’est pourquoi je n’ai pas toute cette énergie !
    pis ça me donne faim tout ça !
    MERCI MERCI MERCI

  2. Véro dit :

    @ Avec plaisir Claire ! En fait, apparemment, ça existe, la fourchetée (avec un ou deux « t ») !!! Décidément, la vie est très belle en ce beau mois de novembre ^^

  3. Marie dit :

    Tu fais des livraisons à domicile?????? Miaaaam

  4. C’est exactement ce que je mange le plus souvent depuis que j’ai entrepris de n’avoir plus que la peau et les os, les nouilles en moins hélas, sinon je retrouve tous mes ingrédients, légumes verts, ail, gingembre, sauce d’huître, je suis content de faire dans l’équiwok avec toi (y’a pas de raison, on peut aussi inventer des mots dans les comm., non ?)

    Sauf que je rajoute l’huile de sésame seulement en fin de cuisson, quelques gouttes suffisent alors, tandis qu’elle perd pas mal de saveur en cuisant, je trouve.

  5. Carole dit :

    C’est un vrai plaisir de recevoir vos recettes! Et encore merci.

  6. Claire B dit :

    Effectivement, on te voit pas souvent, mais ça fait toujours hyper plaisir! Tu sais que je te lis toujours depuis des années? On s’était croisé à une soirée blogueuse quartier notre dame, j’avais un blog « de rien » et j’adorais déjà tes recettes. Même si c’est pas souvent, continue de nous faire saliver :-) bisous!

  7. gracianne dit :

    Et toi, t’es une blogueuse formidable :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 × = deux

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>