Archives par mot-clef : fêtes

Spaetzles grillés à la crème de champignons et langoustines


Bonne année à tous chers petits lecteurs !

Comme toujours je vous la souhaite gourmande, pleine de rires, de partage, de la présence des êtres que vous aimez. Pleine de bons petits plats, simples et délicieux comme celui que je vous présente aujourd’hui !

Alors au départ, ce plat devait être carrément modeste, juste des spaetzles : j’ai eu l’idée de cuisiner ces sortes de petites pâtes alsaciennes en feuilletant mon magazine « Saveurs » de décembre. La recette de base, c’était juste des spaetzles avec une sauce et des champis, que je voulais agrémenter avec quelques lamelles de parmesan, max. Mais en passant chez le poissonnier le matin du 24 décembre, voilà-t-y pas que je tombe sur ces magnifiques langoustines !!! C’était Noël, on ne mangeait ni foie gras, ni chapon, ni dinde, ni… (bref vous avez compris), c’était l’occasion parfaite pour rendre un peu festif ce plat ultra-réconfortant.

Une recette qui reste assez économique avec des langoustines de taille « normale » (les miennes étaient genre… mais vraiment énooooormes !), mais qui fait son petit effet ! J’ai transformé les champis en les mixant pour créer une crème, ai glissé une poignée de girolles sautées sur le tout… et ça l’a fait grave. En tout cas j’ai beaucoup aimé la texture croustillante des spaetzles alliée à la crème de champignons. Leur côté rustique allié à la finesse des langoustines. Régalade et réconfort, que demander de plus !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Crustacés / Fruits de mer, Douce France, Repas de fêtes, Sans viande, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Quelques idées pour les fêtes

Quelques idées pour les fêtes… c’est plutôt de circonstances, non ? Alors comme d’habitude, je suis le vilain petit canard de la blogo (et le petit Caliméro aussi ^^) : je n’ai rien préparé pour mon repas du réveillon demain soir. RIEN. Je ne sais pas du tout ce que je vais faire : pasta fraîches, champignons divers, châtaignes, risotto…
Evidemment nous ne sommes que quatre à la maison, pas de grands repas de famille au cours duquel il faut impressionner la grand-tante Bidule. Mais là, quand même, je commence à me dire qu’il faudrait que je mette un coup de turbo pour trouver la formule :
1) délectable
2) confortable
3) formidable
4) familiable
5) extra-ordinairable

Alors je ne sais pas si certains d’entre vous se sont fourrés dans la même situation que moi (à défaut d’avoir fourré leur dinde), mais au cas où, voici mon index des petites idées pour les fêtes mis à jour !

Quant aux cadeaux (là non plus, pas prête la fille !!!), je ne peux rien pour vous à part vous dire : « COURAGE. Tout ça est bientôt fini ! » ^^
Des gros becs pour tous, et joyeux marathon de Noël !

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Charlotte poire-caramel

Encore un billet ! Trois en trois jours quand même… Vous vous dites « Mais elle est malade ? » No baby, I’m ON FiRE !!!

Encore une recette de fêtes ! Ca peut toujours vous servir pour le réveillon du 31… pour l’année prochaine… pour l’anniversaire de belle-maman (si avec ça elle ne pense pas que vous êtes la nénette idéale pour son fils, c’est qu’elle est de mauvaise foi ^^). La poire et le caramel sont deux saveurs que j’ai toujours particulièrement aimées, de même que l’association pommes-caramel. D’habitude, j’achète chez mon boulanger un entremet caramel et poire sous forme de gâteau individuel, de gros gâteau « collectif » ou de bûche quand viennent les fêtes. Cette année j’avais envie de faire mon dessert moi-même toute seule comme une grande. « J’ai envie, j’ai envie, j’ai envie-HEU ! » Mais pas la moindre idée ne venait ! J’ai fini par trouver au tout dernier moment, en feuilletant le matin du 24 un vieux « Saveurs » de décembre 2009. Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Brunchs, Cuisine par pays, Desserts, Douce France, Entremets, Gâteaux, Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Un dessert tout simple pour les fêtes – Brioche perdue aux fruits

Vous êtes comme moi, catastrophés à l’idée de devoir préparer un joli dessert pour les fêtes (genre demain !!!) ? J’aime bien pâtisser, mais il me faut une dose de courage pour m’y mettre…  C’est un tel ramdam à chaque fois – et la liste de courses, et les proportions, et il faut peser, et ça prend des heures !!!

Avec ce dessert, point de tout cela !
Alors on pourrait penser, dit comme ça vite fait, que du pain perdu en dessert, ça ne fait pas très fête. Mais franchement, en choisissant bien quelques jolis fruits aux couleurs vives et contrastées, on obtient en deux coups de cuillères à sucre un petit dessert très gourmand et qui fait plutôt honneur à votre table de Noël.
Bon, cette assiette-là, je l’ai préparée pour un brunch avec des copains, et c’est aussi parfait pour une telle occasion.

Je résume : c’est joli, c’est bon, c’est facile et c’est rapide. En plus ça ne revient pas cher.
Voilà, tout est dit. :-)

Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans À l'assiette, Brunchs, Desserts, Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Poularde crémée au Riesling et chanterelles

Encore une petite recette de fêtes. Toute simple, pas chère mais savoureuse. La photo n’est pas top, ça ressemble juste à une escalope de poulet sur des pâtes, mais franchement ça vaut la peine d’avoir un plat qui n’en jette pas !
Comme c’est la fête, pour parfumer, une petite pointe de pineau en plus du Riesling (eh oui, encore du pineau ! merci Alex !!). Un régal, je vous dit…

La poularde est la copine femelle du chapon, c’est à dire que c’est une poule dont on a prélevé les ovaires, ce qui va à l’encontre des Droits Internationaux de la Poularde, mais qui a l’intérêt de la rendre bien grasse, et de lui donner une chair très fine.
Et en effet, nom d’un petit moineau!! elle est grasse, la poularde, vous vous en rendrez compte comme moi si vous la découpez en morceaux encore crue !
« Heu, mais Véro, c’est quoi partout sur tes mains, là, de la vaseline ou quoi ? Tu lui fais quoi à ta poularde ??
- Hin hin… ce que tu es drôle, Doudou, vraiment… Attrape-moi plutôt un bout de sopalin, ça part pas même à l’eau chaude, cette graisse de poularde« .
Ce qui est sûr c’est que si j’étais un volatile, il va de soi que je préfèrerais être un coq tout maigrichon et bien dur qu’une bonne poularde bien grassouillette…
… Enfin… bref…
Recette !


Poularde crémée au Riesling et aux Chanterelles

Une belle poularde, ou un beau poulet de ferme (de toute façon vu leur prix on ne pourra bientôt plus en manger qu’à Noël…) – une bouteille de Riesling (soit 75 cl) -10 cl de pineau – 2 échalotes – environ 1 litre de bouillon de volaille – 20cl de crème fleurette – 200g de chanterelles – 2 jaunes oeufs – 1 cuillère à soupe de Maïzena – beurre et huile d’olive

Avant que les invités n’arrivent (le matin pour le soir, c’est l’idéal, cela permettra de dégraisser la sauce quand elle aura refroidi)

- Couper la poularde en morceaux. Ma méthode: d’abord en deux, puis les ailes, les cuisses + hauts de cuisses que je sépare ensuite, puis les blancs. S’ils sont très gros on peut aussi les couper en deux.
- Couper les échalotes en lanières.
- Dans une cocotte, mettre à fondre une belle tranche de beurre avec un peu d’huile d’olive.
- Lorsque le tout fait un petit bruissement très engageant, faire dorer les morceaux de poularde, en deux fois.
- Réservez la volaille dans une assiette.
- Dans la cocotte, verser les échalotes, les laisser jusqu’à ce qu’elles soient belles et dorées, puis les retirer de la cocotte et réserver.
- Jeter le gras en trop dans la cocotte (pas dans l’évier, que je vous y prenne !!).
- Déglacer avec le pineau.
- Ajouter les morceaux de poularde, les échalotes, le vin et le bouillon de volaille.
- Laisser mijoter une bonne demi-heure à feu doux.
- Retirer les morceaux de poularde, puis augmenter le feu et laisser la sauce réduire pendant une dizaine de minutes (elle réduit de presque la moitié).

- Préparer les chanterelles: trier les petits morceaux de brindilles, de mousse. Les passer vite fait à l’eau claire (attention ne les laissez pas tremper) puis les essuyer méticuleusement au torchon propre.

10 minutes avant de servir:

- Ôter la partie très grasse qui s’est formée et a refroidi sur le dessus de la sauce (je vous l’avais dit que c’était très pratique de faire la première partie le matin pour le soir…)
- Mélanger la crème fleurette, la maïzena et les jaunes d’oeuf.
- Faire réchauffer la sauce, jusqu’à ce qu’elle fasse un petit bouillon, puis y remettre les morceaux de poularde.
- Pendant que la sauce chauffe, faire sauter les chanterelles dans une poêle, avec un fond d’huile d’olive.
-  Prélever une ou deux cuillères à soupe de sauce, les verser dans le mélange oeuf/crème et mélanger: cela évite que l’oeuf ne forme des petits fils en étant plongés directement dans une sauce trop chaude.
- Verser le mélange oeuf/crème dans la cocotte, ajouter les chanterelles, mélanger et laisser épaissir quelques minutes.

Et voilà !


Servir avec de bonnes tagliatelles… Le top: prélever une louche de sauce, verser sur les pâtes et bien mélanger, avant de servir avec la poularde et de la sauce en rab! MMmmmm…. Un régal…
Comme je ne me suis pas cassée la tête sur la préparation de ma volaille, j’ai marqué le coup en servant avec des tagliatelles faites maison. La recette suivra…

Encore de très Joyeuses fêtes à tous… Profitez-en pour être heureux !
Après tout, p
ersonne ne le sera à votre place…
Moi je bois à votre santé !

 

 

Cette entrée a été publiée dans Cuisine par pays, Douce France, Plats, Poulet, Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Boeuf en feuilleté, aux cèpes et foie gras

 

Encore une recette de fête, vite vite avant le 31, ça peut encore servir à quelqu’un pour cette année…
Voici un petit filet de boeuf en croûte de pâte feuilletée, aux cèpes et au foie gras, cuisiné pour le réveillon de Noël.

La recette n’est autre qu’une version « améliorée » du Beef Wellington d’Hélène sur lequel j’avais flashé lorsqu’elle l’a concoté pour la Table Monde (je dis « améliorée » à cause des ingrédients utilisés, j’entends, car rien à redire à la version d’Hélène!!)… J’ai longtemps hésité avec une version « tout Sud Ouest », avec un tournedos de canard à la place du boeuf, et finalement j’ai cédé pour faire plaisir à mon homme et à son amour du bovin… Continuer la lecture

Cette entrée a été publiée dans Angleterre, Cuisine par pays, Douce France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Ecrasée de pommes de terre aux saint jacques et aux truffes

 

 

Cela fait un moment que je devais me frotter à la truffe… Depuis en fait que Claude-Olivier m’en a envoyé pour mon tout premier Blog-colis… (mais si rappelez-vous, ça m’avait mis dans un état… exclamatif!! :-) )

Le produit m’impressionnait trop, il était resté sagement au fond d’un placard, en attendant une occasion particulière.
Les fêtes de Noël étant il me semble l’occasion ou jamais, je me suis enfin lancée (et puis surtout la date de péremption sur le bocal de truffes se rapprochait dangereusement)…

De peur de faire des bêtises, j’ai choisi de suivre les conseils d’un pro, j’ai nommé monsieur De La Mer, qui lui les mange sur des saint jacques (entre autres, j’imagine!), et cuites au feu de cheminée

Bon, les truffes n’étaient pas fraîches, et je n’ai pas de cheminée chez moi, alors j’ai adapté, goupillé, et ça a donné ça…
Une recette qui fait la part belle aux produits, mais très simple dans ses saveurs…

Ecrasée de pommes de terre aux Saint Jacques et aux truffes
(et j’insiste, c’est juste des patates écrasées, pas de la purée!)
Pour 4 personnes

- Faire cuire 4 grosses pommes de terre à la cocotte minute pendant 15 minutes. Elles doivent être bien cuites.
- Les peler, puis les écraser avec un presse-purée.
- Y ajouter 80 g de beurre doux, du sel et du poivre (pas mal de poivre!), bien mélanger.
- Déposer 4 cercles à pâtisserie sur une feuille de silicone, sur une plaque allant au four, et garnir les cercles avec les pommes de terre. Réserver.
- Sous le grill du four, mettre à cuire 4 fines tranches de poitrine fumée pendant environ 10 minutes. A mi-cuisson, poser un plat par-dessus afin d’aplatir la poitrine (a-hum hum… :-D ). Réserver.
Au moment de passer à table:
- Réchauffer les cercles de purée dans le four bien chaud.
- Faire fondre une belle tranche de beurre et une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle, sur feu puissant.
- Saisir 4 belles noix de Saint Jacques par personne: les faire cuire 30 secondes par face, puis éteindre le feu et laisser les saint-jacques tranquilles deux minutes.


- Dresser: deposer les cercles de purée (avec le cercle métallique) sur l’assiette, passer une lame de couteau très fine tout autour du cercle, et démouler délicatement.
- Déposer les saint-jacques poêlées, la truffe coupée en lamelles fines.


- Coincer la chips de poitrine fumée (entailler légèrement le pavé de pomme de terre au couteau si besoin: en cuisant au four, les pommes de terre peuvent former une légère croûte).
- Compléter avec un ou deux traits de crème de balsamique (on en trouve toute prête dans le commerce, sinon il suffit de faire réduire du vinaigre balsamique dans une casserole jusqu’à ce qu’il soit assez épais), quelques brins de ciboulette.

 

 

Et voilà!!

Mon verdict: c’était vraiment délicieux!

On peut voir sur la photo des truffes qui sont poêlées, que pour une fois j’ai acheté les saint-jacques entières, avec le corail, car il était minuscule! Les saint-jacques étaient dodues à souhait, tellement qu’en fait je n’en ai utilisées que deux par assiette, coupées en deux dans la largeur.

Facile à cuisiner, mais qui en jette, et régalissimo!
Des saveurs simples, qui laissaient la part belle aux saveurs naturelles de la saint-jacques et de la truffe. La petite touche de balsamique, en plus d’être jolie, ajoutait une petite note acidulée juste ce qu’il faut!

 

Le goût de la truffe n’était pas exactement ce qu’on peut appeler incroyable, sûrement parce que ce n’était pas une de ces énormes truffes fraîches que l’on voit sur les marchés dans le journal de Jean-Pierre Pernaud (oui, parfois je ne fais pas gaffe, je colmate et oublie de zapper, et je regarde le 13 heures sur TF1…).
Ou alors était-ce parce que je n’ai pas fait cuire la truffe? Je me suis dit que le contact de la saint-jacques chaude suffirait… Que les avertis de la truffe n’hésitent pas à y aller de leur petit grain de sel!

A essayer une autre fois avec de la truffe fraîche…
C’était quand même bien bon, plus que ça même, alors double bises à mon Claude-Olivier pour le fond, et à mon Patrick pour la forme!

Cette entrée a été publiée dans Crustacés / Fruits de mer, Douce France, Repas de fêtes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.