Archives quotidiennes : 18 mai 2006

Flan de patates douces

Cette recette a fait un tabac auprès de ma louloute n°2 (presque 4 ans), ce qui m’a rendue bien sûr super fièrotte (c’est bien la fille à sa maman, qui aime les recettes du caillou, etc…).
La raison de ce succès: c’est tellement sucré qu’il suffit d’y rajouter une cuillère de sucre vanillé et hop! C’est un dessert! (C’est le cas de la plupart des légumes là-bas, que ce soit la papaye, le manioc, taro ou autres…)
J’ai fait cuire mes patates douces dix minutes à la vapeur, puis je les ai mixées encore chaudes avec 2 càs de lait de coco, 1 de crème fleurette, 2 oeufs entiers, sel/poivre. Ensuite, j’ai enfourné à 180° pour un bon quart d’heure et… voilà!
Il ne me restait plus qu’à aviser d’un air inquiet l’air dubitatif de mes filles, puis me regaler de la mine gourmande de ma cadette: « Moi zaim les patates douss' ». Le bonheur? C’est ma gosse qui parle la bouche pleine!

Cette entrée a été publiée dans Calédonie, Légumes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Korma blanc de poulet

Pour cette recette, on utilise normalement autant de noix de cajou que d’amandes, mais San et moi, on la préfère avec un peu plus d’amandes et moins de cajou.
Pour 3 belles escalopes de poulet émincé, j’ai donc utilisé 70g d’amandes et 30g de cajous (à la place des 50/50 qu’on trouve usuellement dans les recettes).
Cette recette se fait en deux étapes: d’abord, faire revenir les amandes et cajou dans du beurre clarifié (clarifié, on a dit, sinon ça brûle et ça devient marron…et le nom de la recette n’est plus!). Ajouter des oignons émincés, un peu de cardamone verte (j’en mets peu, 1 graine ou 2, car je n’aime pas trop son goût très fort), 1 ou 2 piments verts. Après avoir laissé revenir tranquillement, ajouter une tasse d’eau et laisser réduire. Lorsque la préparation a un peu refroidi, la mettre dans un blender et réduire en purée.

2ème partie: faire sauter dans du beurre clarifié (voir plus haut) quelques gousses d’ail écrasées, un clou de girofle. Ajouter le poulet émincé, puis, quand il est doré, 2 yaourts natures. Il faut vite mélanger, sans arrêter, pour qu’il n’y ait pas de grumeaux. Ensuite, ajouter la pâte aux amandes, saler, et laisser sur feu doux jusqu’à ce que le poulet soit cuit (soit très peu de temps si vous avez choisi comme moi du poulet émincé). Et voilà! Servir avec du riz blanc (basmati pour ceux qui aiment aller au bout des choses!).

Je ne suis pas une pro de la cuisine indienne, alors si vous avez des suggestions, n’hésitez pas! (Sandra, elle, agrémente son korma avec des fruits, secs ou même frais…)

Cette entrée a été publiée dans Inde, Poulet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Dorade grillée des îles

Ce que j’ai adoré en Martinique, c’est le goût fantastique qu’avaient les poissons grâce aux piments antillais  (qui ressemblent à des petits poivrons, mais n’en ont pas la douceur!!). Que ce soit grillés, en blaffs, au four, ou en papillotes, les poissons martiniquais ont tous fait mon régal (les pauvres).
La semaine dernière, San m’appelle et me dit « Il y a un bouquin de cuisine créole qui vient de sortir, par Babette de Rosière, tu vas l’adorer ». Oui, j’adore!
C’est l’occasion, après ma phase Bollywood, pour mettre le cap sur les Antilles.
Le secret de la cuisine Antillaise (dixit Babette), c’est la marinade, que ce soit pour les viandes ou poissons (grillées ou en sauce).
Ici, j’ai laissé mes dorades mariner toute une matinée dans le jus de deux citrons verts, 1 belle càs d’huile, 2 gousses d’ail pilées, 1 oignon en morceaux, 2 càs de vinaigre, sel et poivre.
Au moment de cuire les poissons, jeter la marinade et bien éponger les dorades. J’ai juste gardé les oignons, que j’ai pris soin de glisser dans le ventre et sous les poissons, pour qu’ils ne brûlent pas. J’ai badigeonné les dorades d’huile, puis je les ai glissées au four, avec quelques rondelles de citrons verts et brins de coriandre.
A part, j’ai préparé une sauce verte avec: de l’ail pilé, de la coriandre ciselée, du citron vert, un peu de cumin, 1 pte càs d’huile et une pointe de piment antillais – en évitant les graines, ça donne du goût sans (trop) piquer. Cette sauce est versée directement sur le poisson dans l’assiette, avec quelques grains de sel.
Et voilà! Hummm… l’odeur, le goût, le petit look vacances, tout y est! Merci Babette!
Une fois n’est pas coutume, je ne sers pas avec du riz (mais, elle est malade??), mais avec un flan de patates douces, recette du caillou, c’est ça le tissage.

Cette entrée a été publiée dans Antilles / Caraïbes, Poisson. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.